Nous rejoindre sur les réseaux

Sports

Présidence de la CAF: Motsepe élu par acclamation

Article

le

presidence-de-la-caf:-motsepe-elu-par-acclamation

Le Sud-Africain Patrice Motsepe a été élu comme prévu, et par acclamation, président de la Confédération africaine de football, vendredi à Rabat, où il était le seul candidat, les autres s’étant rangés derrière lui sous l’impulsion de la Fifa.

Plébiscite. L’homme d’affaires, patron du club des Mamelodi Sundowns, s’est levé, a baissé son masque, et a salué l’assemblée, dans un costume bleu pétrole.

« Lorsqu’il y a un seul candidat il est élu par acclamation », a précisé le secrétaire général de la CAF, Abdelmounaïm Bah, grand ordonnateur de cette journée de scrutin et de la 43e assemblée générale de la confédération.

Motsepe a brièvement exprimé sa « gratitude » pour ce « très grand honneur ». Il a évoqué « les défis auxquels le foot africain est confronté » et promis de s’appuyer sur « la sagesse collective » pour travailler « dans l’unité ».

C’était le maître-mot de la journée, martelé également par le président de la Fédération internationale de football, Gianni Infantino.

Car le choix de ce milliardaire très occupé, méconnu et parrainé par le patron de la Fifa, fait grincer des dents sur le continent. De nombreux observateurs y décèlent une ingérence et des relents de colonialisme.

Mais aucune voix dissonante ne s’est exprimée durant cette 43e assemblée générale de la CAF.

Dans son allocution liminaire, Infantino a défendu la version de la Fifa de cette drôle d’élection: elle ne veut pas contrôler la CAF mais favoriser « l’unité ».

Polémiques « stériles »

« C’est important de mettre ensemble ces deux mots: unité et équipe. En équipe on gagne, seul on perd, le football est un sport d’équipe », a-t-il plaidé, dans un discours en français puis en anglais.

Les trois autres candidats déclarés à l’automne, Augustin Senghor (Sénégal), Ahmed Yahya (Mauritanie) et Jacques Anouma (Côte d’Ivoire) se sont tous retirés dans la quinzaine précédent le scrutin, contre la promesse de postes respectivement de premier et deuxième vice-présidents et de conseiller de Motsepe.

« Vous aviez tous la même vision, aujourd’hui c’est la célébration de cette unité », a insisté Infantino.

L’hôte de l’AG, le président de la Fédération marocaine, Fouzi Lekjaa, a lui aussi tenu à « clarifier une bonne fois pour toute que le sort de notre football est entre nos mains, nous les présidents de fédérations », et donc pas celles de la Fifa.

« Toutes les polémiques autour de la relation avec la Fifa sont stériles », a-t-il ajouté. « Le diagnostic est partagé, on n’a pas trouvé de problème pour faire converger les programmes des quatre candidats. Il faut arrêter ces déviations qui ralentissent notre dynamique, et aller vers cette union, en accompagnement étroit et intelligent avec la maison mère, qui est la Fifa ».

Maintenant une tâche immense attend le propriétaire des Mamelodi Sundowns, le club du township de Pretoria, charge qu’il va abandonner à son fils Thlopie.

Car Lekjaa, également président de la commission des finances, a rappelé les difficultés financières de l’institution, qui « s’installe dans un déficit autour de 10 millions » de dollars. Il est de 11,4 millions de dollars pour l’exercice 2019-2020, a précisé Bah.

La CAF « est en train de +bouffer+ son capital, ses fonds propres », a-t-il alerté, parlant de « déficit structurel ».

La CAF dispose de 70 M USD de fonds propres. « Si on continue dans cette logique, on aura de quoi fonctionner pendant ce mandat, mais ce sera l’impasse pour le prochain », a prévenu le N.1 des finances de la CAF. Ce sera la première mission de Motsepe.

Click to comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sports

C1: le PSG retrouve son rival barcelonais sous la menace terroriste

Article

le

C1: le PSG retrouve son rival barcelonais sous la menace terroriste

Le Paris Saint-Germain (PSG) se prépare à affronter Barcelone dans un contexte sécuritaire tendu, suite à des menaces terroristes, alors que les deux équipes se retrouvent en quart de finale de la Ligue des champions.

Le ministre de l’Intérieur français, Gérald Darmanin, a annoncé un renforcement considérable de la sécurité à Paris en réponse à des menaces du groupe jihadiste État islamique visant les matchs des quarts de finale de la compétition.

Malgré ce contexte sécuritaire, les joueurs du PSG restent concentrés sur le match. Danilo Pereira, défenseur du club, souligne l’importance de se focaliser sur le football malgré les mesures de sécurité renforcées.

Cette saison, le PSG affiche de bonnes performances, malgré les doutes liés aux départs de Neymar et Messi. Toujours en lice en Ligue des champions, en finale de la Coupe de France et en tête du classement de la Ligue 1, l’équipe se sent confiante. Les confrontations avec Barcelone suscitent toujours des passions chez les joueurs et les supporters.

L’entraîneur du PSG, Luis Enrique, ancien joueur et entraîneur du Barça, reconnaît l’importance de ces matchs. Surnommé le « socio culer », il avoue que son cœur reste attaché à Barcelone malgré son engagement envers Paris.

La rivalité entre les deux équipes a été renforcée depuis la « remontada » historique de Barcelone en 2017, où le PSG a subi une défaite retentissante. Depuis lors, les deux clubs se sont affrontés à plusieurs reprises, marquant ainsi une rivalité intense.

Malgré les départs de stars telles que Neymar et Messi du Barça vers le PSG, ainsi que celui d’Ousmane Dembélé, le match promet d’être disputé. Les deux équipes se battront pour la victoire dans un duel qui dépasse les simples enjeux sportifs.

Lire Plus

Sports

Football – EDF : Kolo Muani porte les bleus contre le Chili à Marseille

Article

le

Football - EDF : Kolo Muani porte les bleus contre le Chili à Marseille

Trois jours après leur défaite face à l’Allemagne, les Bleus ont retrouvé le chemin de la victoire en battant le Chili 3-2 à Marseille. Malgré une performance en dents de scie, l’équipe française a su rebondir grâce notamment à Randal Kolo Muani, auteur d’un but et d’une passe décisive, dans un match marqué par les blessures de Jonathan Clauss et d’Eduardo Camavinga.

L’équipe de France, remaniée depuis son dernier match, a connu un début difficile en encaissant un but dès les premières minutes du match. Cependant, elle a rapidement réagi avec des offensives plus abouties, permettant à Youssouf Fofana d’égaliser rapidement. Peu après, Randal Kolo Muani a donné l’avantage aux Bleus d’une tête bien placée.

Malgré quelques frayeurs, notamment avec un tir sur le poteau du gardien Mike Maignan, les Français ont su maintenir leur avance grâce à un but d’Olivier Giroud. Le Chili a réduit l’écart en marquant un deuxième but, mais la France a tenu bon jusqu’au coup de sifflet final.

Cette victoire permet à l’équipe de France de rebondir après sa défaite contre l’Allemagne et de regagner en confiance avant les prochaines échéances, notamment l’Euro de football qui débutera en juin.

Lire Plus

Sports

Tournoi des Six Nations 2024 : Victoire des Bleues contre l’Angleterre

Article

le

Tournoi des Six Nations 2024 : Victoire des Bleues contre l'Angleterre

Le XV de France clôture le Tournoi des Six Nations 2024 avec une victoire épique face à l’Angleterre (33-31), mais les apparences sont parfois trompeuses. Malgré cette performance, qui assure une deuxième place dans le tournoi, l’équipe française reste confrontée à plusieurs défis majeurs.

Sur le papier, les statistiques semblent encourageantes : une deuxième place derrière l’Irlande, la quatrième en cinq ans ; la deuxième meilleure attaque du tournoi ; Thomas Ramos sacré meilleur réalisateur avec 63 points à son actif.

Cependant, ces chiffres dissimulent une réalité plus mitigée pour le XV de France, qui a connu un Tournoi laborieux. Le début chaotique avec une défaite face à l’Irlande (17-38), suivie d’une victoire laborieuse en Écosse (20-16) et d’un nul décevant contre l’Italie (13-13), a été suivi de deux victoires éclatantes au Pays de Galles (45-24) et contre l’Angleterre.

Le sélectionneur Fabien Galthié a qualifié ce tournoi d' »enfer » où l’équipe a dû faire preuve de solidité et de résilience. Près de six mois après la déception du quart de finale de la Coupe du Monde 2023, les Bleus peinent encore à digérer cette sortie prématurée de la compétition.

Malgré des moments difficiles, les joueurs ont su montrer leur unité et leur détermination. Louis Bielle-Biarrey a souligné que ces épreuves allaient renforcer l’équipe à l’avenir.

La défense, point fort autrefois, a été le talon d’Achille de l’équipe avec quatorze essais encaissés, le pire bilan depuis l’arrivée de Fabien Galthié. Malgré tout, le XV de France a pu compter sur ses talents individuels, avec des actions décisives de joueurs comme Gaël Fickou, Damian Penaud ou Léo Barré.

Cette épreuve a également permis à certains joueurs de se révéler, tandis que les cadres ont retrouvé leur rang, en l’absence de joueurs clés comme Antoine Dupont ou Romain Ntamack. La discipline de l’équipe s’est améliorée, bien que quelques cartons jaunes et rouges aient été distribués au cours du tournoi.

Maintenant, les regards se tournent vers la tournée estivale en Argentine, où l’équipe devra confirmer ses progrès et renforcer sa cohésion.

Lire Plus

Les + Lus