Nous rejoindre sur les réseaux

Monde

Premier revers au Congrès pour Biden, signe des difficultés à venir

Article

le

premier-revers-au-congres-pour-biden,-signe-des-difficultes-a-venir

Joe Biden a dû renoncer mardi à sa candidate pour diriger le budget à la Maison Blanche, Neera Tanden, face à l’opposition de sénateurs-clés, premier revers pour le nouveau président démocrate qui dispose d’une très courte majorité au Congrès.

Pendant des semaines, la Maison Blanche avait courtisé une poignée de sénateurs républicains et démocrates modérés qui détiennent aujourd’hui le pouvoir de bloquer, ou de sauver, ses grands projets.

Peine perdue.

« J’ai accepté la demande de Neera Tanden de retirer » sa candidature, a annoncé Joe Biden dans un communiqué.

Des sénateurs républicains mais aussi un démocrate s’étaient ouvertement déclarés contre son arrivée au poste de directrice du Bureau de la gestion et du budget à la Maison Blanche (OMB), un service très puissant, notamment chargé de développer le budget voulu par le président.

Les républicains se disaient outrés par d’anciens commentaires les visant nommément, tandis que des progressistes proches de Bernie Sanders la jugeaient trop centriste.

Au bout du compte, c’est un démocrate plus conservateur, Joe Manchin, qui a de fait condamné ses chances en annonçant, fin février, qu’il ne voterait pas pour elle. Il jugeait que ses déclarations « ouvertement politiques » auraient un « impact toxique » sur les relations entre le Congrès et la Maison Blanche.

Quatre sénateurs-clés

Les démocrates disposent d’une très courte majorité à la chambre haute, avec 50 sénateurs contre 50 républicains. En cas d’égalité, la vice-présidente Kamala Harris dispose d’une voix pour départager le vote.

Les nominations présidentielles ont besoin de 51 voix pour être approuvées par le Sénat. Toute défection démocrate doit donc être compensée par un vote républicain.

« Malheureusement, il semble désormais évident qu’il n’y a pas de voie pour obtenir une confirmation », a écrit Neera Tanden à Joe Biden en retirant sa candidature.

Ancien sénateur pendant plus de 35 ans, le démocrate se targue de connaître la maison et de vouloir chercher des accords entre partis au Congrès.

Jusqu’ici, ses autres nominations ont été approuvées, souvent à une majorité écrasante. Et les démocrates ont commencé à faire avancer ses grands projets de loi à la Chambre des représentants, où ils détiennent aussi la majorité.

Mais la chute de Neera Tanden annonce les autres batailles plus rudes à venir au Sénat. Et signale le grand pouvoir d’une poignée de sénateurs: Joe Manchin mais aussi Kyrsten Sinema (Arizona) chez les démocrates, et pour les républicains, Lisa Murkoswi (Alaska) et Susan Collins (Maine).

Prochain obstacle, dès cette semaine: le vote attendu à la chambre haute sur le vaste plan de relance de l’économie américaine, frappée par la pandémie.

Le chef de la majorité au Sénat Chuck Schumer a affirmé mardi compter sur « suffisamment » de voix (51) pour approuver ce projet de loi d’ici la fin de semaine.

Mais c’est uniquement parce que le texte n’inclura pas de hausse du salaire minimum, contrairement au projet initial, qu’il a pu montrer une telle assurance.

Car Joe Manchin et Kyrsten Sinema s’étaient déclarés contre cette mesure précise, menaçant de faire sombrer l’ensemble du plan d’aide qui ne compte pas, pour l’instant, de soutien républicain.

Menace d’une « impasse »

Ton direct et souvent bougon pour Joe Manchin, 73 ans, et discrétion médiatique contrastant avec les perruques et tenues colorées de Kyrsten Sinema, 44 ans, première candidate au Sénat ouvertement bisexuelle en 2018. Le duo n’a pas grand chose en commun, mis à part ses positions relativement conservatrices, qui lui vaut les foudres des progressistes.

Avec, en premier lieu, leur opposition à une réforme du Sénat qui permettrait d’adopter toutes les lois sans passer par un premier vote requérant 60 voix.

Sans ce changement de règle, pour éviter l’obstacle dit du « filibuster », les démocrates, et Joe Biden, vont devoir trouver le soutien d’au moins dix républicains s’ils veulent approuver leurs prochains grands projets: réforme de la police et de l’immigration, législation sur les armes…

Une perspective quasi inconcevable dans un Congrès aussi divisé.

Les démocrates « vont être de plus en plus en colère quand ils vont voir que le Sénat tue toutes leurs priorités », prévoit Larry Sabato, politologue à l’université de Virginie.

Les deux prochaines années, jusqu’aux élections parlementaires, devraient être marquées par « l’impasse » au Congrès, explique-t-il à l’AFP.

« Mais je parie qu’il y aura plus de compromis que ce à quoi nous nous attendons », poursuit-il.

« Car si rien de ce que les démocrates désirent ne peut passer au Sénat, rien de ce que veulent les républicains ne pourra non plus être adopté à la Chambre, ou au Sénat. Or les républicains veulent aussi accomplir des choses. »

Click to comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Europe

Ukraine: 11 morts dans une triple frappe russe sur une grande ville du nord

Article

le

Ukraine: 11 morts dans une triple frappe russe sur une grande ville du nord

Au moins 11 personnes tuées dans une triple frappe russe, l’Ukraine réclame un renforcement de ses défenses aériennes.

Une triple frappe russe a frappé la grande ville de Tcherniguiv dans le nord de l’Ukraine, faisant au moins 11 morts et 22 blessés, selon le ministre de l’Intérieur Igor Klimenko. Le président Volodymyr Zelensky a réagi en pointant du doigt le manque d’aide de l’Occident dans la défense du pays.

Le président Zelensky a déclaré que l’Ukraine manquait de défenses aériennes suffisantes pour empêcher de telles attaques. Il a déploré le fait que la Russie bombarde quotidiennement les villes ukrainiennes, utilisant des missiles et des drones explosifs, notamment pour cibler les infrastructures énergétiques du pays.

Face à une aide occidentale qui semble diminuer, l’Ukraine peine à intercepter ces attaques. Zelensky a exhorté ses partenaires internationaux à fournir davantage d’armements et de systèmes de défense aérienne pour renforcer la capacité de l’Ukraine à se protéger.

L’attaque sur Tcherniguiv survient dans un contexte où l’Ukraine tente de faire face à l’agression russe depuis plusieurs années. Fondée il y a plus de 1 000 ans, Tcherniguiv est une ville historique qui a été lourdement bombardée par l’armée russe depuis le début de l’offensive.

Dans un autre incident, des médias russes ont rapporté une attaque ukrainienne sur la base militaire de Djankoï en Crimée, avec des vidéos montrant des explosions impressionnantes au milieu de la nuit. Selon des sources, des missiles tactiques ATACMS fournis par les États-Unis à l’Ukraine pourraient avoir été utilisés lors de cette attaque.

Les pertes dans les rangs russes depuis le début de l’invasion de l’Ukraine, il y a deux ans, sont estimées à environ 50 000 soldats, selon des médias russes et britanniques. Les autorités russes ne divulguent pas officiellement leurs pertes, tandis que Zelensky a reconnu en février la mort de 31 000 militaires ukrainiens.

Lire Plus

Europe

Italie : un restaurant offre une bouteille de vin aux clients qui se séparent de leur portable

Article

le

Italie : un restaurant offre une bouteille de vin aux clients qui se séparent de leur portable

À Vérone, une initiative originale pour encourager les convives à profiter pleinement de leur repas sans les téléphones portables.

Le restaurant Al Condominio, situé à Vérone en Italie, propose une expérience gastronomique unique en son genre : laisser son téléphone portable à l’entrée dans une boîte fermée à clé en échange d’une bouteille de vin gratuite. Cette initiative, rapportée par The Guardian, vise à inciter les convives à savourer pleinement leur repas sans les distractions constantes des appareils électroniques.

Le propriétaire de l’établissement, Angelo Lella, explique : « Nous voulions ouvrir un restaurant différent des autres. La technologie devient un problème, il n’est pas nécessaire de regarder son téléphone toutes les cinq secondes. » Pour encourager cette déconnexion temporaire, il offre généreusement une bouteille de vin à tous ceux qui participent à cette initiative.

Angelo Lella compare l’addiction aux téléphones portables à une drogue et estime que cette initiative permet aux clients de « mettre de côté » cette dépendance et de profiter pleinement de leur vin et de leur repas.

Le processus est simple : les convives déposent leur téléphone dans une boîte fermée à clé à l’entrée du restaurant et reçoivent en échange une clé pour récupérer leur appareil à la fin du repas. Ceux qui sont pleinement satisfaits de leur expérience sont également invités à laisser un avis sur le repas, à déposer dans la même boîte que leur téléphone. Les commentaires les plus élogieux peuvent même leur valoir une invitation à dîner gratuitement dans le restaurant.

Depuis la mise en place de cette offre, Angelo Lella rapporte un franc succès : « La réponse a été très positive. 90% des clients ont choisi de laisser de côté leur téléphone en échange du vin. »

Cette initiative originale témoigne de la volonté du restaurant Al Condominio de créer une atmosphère conviviale et déconnectée, où les clients peuvent pleinement apprécier leur repas et leur compagnie, sans les distractions incessantes des appareils électroniques.

Lire Plus

Europe

Européennes: Manon Aubry (LFI) dénonce le « racket social » du gouvernement

Article

le

Européennes: Manon Aubry (LFI) dénonce le "racket social" du gouvernement

À Montpellier ce dimanche, Manon Aubry, tête de liste des Insoumis aux élections européennes, a vivement critiqué ce qu’elle a qualifié de « racket social » perpétré par le gouvernement.

Lors d’un meeting à Montpellier dimanche, Manon Aubry, tête de liste des Insoumis aux élections européennes, a vivement critiqué ce qu’elle a qualifié de « racket social » perpétré par le gouvernement. Elle a appelé à faire des élections du 9 juin un « référendum contre ces nouvelles règles d’austérité ».

Manon Aubry a vivement critiqué les politiques d’austérité imposées par l’Union européenne et mises en œuvre par le gouvernement français. Elle a également accusé une alliance entre macronistes, la droite et les socialistes d’avoir voté en faveur d’un pacte asile-immigration qu’elle qualifie d' »infâme ».

De plus, elle a qualifié le programme du Rassemblement National de « vide sidéral », reprochant à leur tête de liste, Jordan Bardella, de ne pas avoir déposé suffisamment d’amendements lors de son mandat au Parlement européen.

Manuel Bompard, coordinateur national de LFI, a également pris la parole pour critiquer le candidat des socialistes, Raphaël Glucksmann, l’accusant de vouloir « une élection sans le peuple pour préparer le retour de François Hollande ».

Le meeting a également été marqué par les propos de Rima Hassan, militante franco-palestinienne controversée, appelant à mettre fin à l’accord d’association entre l’UE et Israël, conditionné selon elle au respect des droits humains.

Ce meeting à Montpellier, ville où Jean-Luc Mélenchon avait obtenu un fort soutien lors de la présidentielle de 2022, a rassemblé environ 1 000 personnes selon les organisateurs. Depuis leur premier meeting à Villepinte le mois dernier, les Insoumis ont prévu 60 réunions publiques à travers la France.

Lire Plus

Les + Lus