Nous rejoindre sur les réseaux

Monde

Poutine met en garde l’Occident dans son discours annuel

Article

le

Le président russe Vladimir Poutine lors d'une visio-conférence près de Moscou, le 19 avril 2021

Vladimir Poutine a promis mercredi à ses rivaux étrangers une riposte « dure » s’ils tentaient de s’en prendre à la Russie, sur fond de tensions croissantes avec l’Occident et avant des manifestations d’opposition menacées de répression.

Washington et l’UE dénoncent depuis des semaines la Russie pour avoir déployé des dizaines de milliers de troupes aux frontières de l’Ukraine. Ils critiquent sans relâche l’emprisonnement du principal détracteur du Kremlin, Alexeï Navalny, en grève de la faim depuis trois semaines et qui serait mourant selon ses proches.

Le président russe, dans son grand discours annuel, n’a pas parlé directement de ces dossiers, mais a adressé une mise en garde à ses adversaires étrangers: « Si quelqu’un prend nos bonnes intentions pour une faiblesse (…) qu’ils sachent que la réponse russe sera asymétrique et dure ».

« J’espère que personne n’aura l’idée de franchir une ligne rouge avec la Russie », a-t-il déclaré, jugeant que s’en prendre à son pays « pour tout et n’importe quoi est devenu une sorte de sport ».

La Russie, du fait du conflit en Ukraine, de la répression de l’opposition, d’accusations de cyberattaques, d’espionnage et d’ingérences électorales a été la cible de multiples sanctions occidentales, entraînant à chaque fois une riposte russe.

Mais le seul dossier international précis que M. Poutine a abordé est celui d’une « tentative d’organiser un coup d’État et l’assassinat du président du Bélarus », mis au jour le weekend dernier selon les services de sécurité des deux pays.

M. Poutine a dénoncé le silence occidental dans cette affaire, à la veille d’une rencontre à Moscou avec son homologue bélarusse Alexandre Loukachenko, honni en Occident du fait de la répression brutale d’un mouvement de contestation depuis août 2020.

 

Covid, crise et élections

 

Sur le plan domestique, la crise économique et sanitaire due au Covid-19 a figuré en bonne place du discours du président russe, d’autant que des législatives sont prévues en septembre.

Il a promis des aides supplémentaires aux familles ou encore de freiner la hausse des prix alimentaires.

« Le plus important maintenant est d’assurer la croissance des revenus des citoyens, les rétablir », a-t-il dit, alors que le pouvoir d’achat des Russes est en berne depuis des années, sous l’effet de sanctions internationales et désormais aussi de la pandémie.

A l’approche des élections, Vladimir Poutine reste populaire, mais son parti, réputé corrompu, ne l’est guère. Selon le baromètre de l’institut Levada de mars, les intentions de vote pour Russie Unie sont à 21%.

Une impopularité sur laquelle M. Navalny comptait justement s’appuyer durant la campagne.

Sur le plan sanitaire, M. Poutine a salué les succès scientifiques russes, avec l’élaboration de vaccins anti-Covid nationaux, qui doivent « permettre à l’immunité collective de se développer à l’automne ».

Sans surprise, M. Poutine n’a dit mot du sort de celui dont le nom est sur toutes les lèvres: Alexeï Navalny, qui a cessé de s’alimenter le 31 mars pour protester contre ses conditions de détention, dont l’Occident réclame la libération et dont l’empoisonnement en août 2020 impliquerait les services spéciaux russes.

Dans l’espoir de peser en ce jour de discours présidentiel, ses partisans ont appelé à des manifestations dans une centaine de villes à 19H00 locales le long des neuf fuseaux horaires.

« Pour obtenir des élections honnêtes et la libération de prisonniers politiques il faut des centaines de milliers, des millions de gens dans la rue et pas une fois, mais autant de fois que nécessaire », a estimé sur YouTube Leonid Volkov, un proche de M. Navalny qui s’est exilé.

La mobilisation semblait en province moins importante que lors de précédentes manifestations en janvier et février, lorsque des dizaines de milliers de Russes étaient descendus dans la rue, entraînant au moins 11.000 arrestations.

A Moscou, les protestataires veulent se réunir à 16H00 GMT près du Kremlin, mais la police devrait être là en nombre pour les en empêcher.

L’ONG spécialisée OVD-Info comptabilisait mercredi en début d’après-midi 54 interpellations. Des perquisitions ont en outre visé des locaux liées à l’organisation de l’opposant et certaines figures ont été arrêtées, à l’instar de la porte-parole de M. Navalny, Kira Iarmysh.

Dès la semaine prochaine, la justice doit examiner une demande du Parquet visant à classer comme « extrémistes » les organisations liées à l’opposant, ce qui exposerait tous ses militants à de lourdes peines de prison.

Click to comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Monde

Gaza : la famine s’installe dans le nord de l’enclave

Article

le

Gaza : la famine s'installe dans le nord de l'enclave

L’Agence gouvernementale américaine estime que plus de 200 000 personnes souffrent d’un manque extrême de nourriture.

La famine est déjà présente dans le nord de la bande de Gaza, selon l’Agence américaine pour le développement international. Dans son évaluation du mois mars, USAID fait état d’un niveau élevé d’insécurité alimentaire. L’agence gouvernementale estime que 70% de la population du nord de l’enclave palestinienne, soit plus de 200 000 personnes, souffre d’un manque extrême de nourriture.

Soumis à une forte pression internationale, Israël a indiqué qu’un nouveau point de passage terrestre vers nord de la bande de Gaza serait bientôt ouvert.

En attendant, la tension continue de monter dans la région, après une frappe attribuée à Tsahal sur le consulat iranien à Damas en Syrie, la semaine dernière.

« Une attaque à partir du territoire iranien serait une preuve évidente de la volonté de l’Iran de provoquer une escalade au Moyen-Orient et de cesser de se cacher derrière des mandataires, a déclaré Daniel Hagari, porte-parole de l’armée israélienne. Au cours des derniers mois, nous avons amélioré et perfectionné nos capacités offensives et nous saurons comment agir en cas de besoin. »

De leur côté, des étudiants juifs ultra-orthodoxes ont manifesté à Tel-Aviv contre la fin annoncée de leur exemption du service militaire. En ordonnant le gel des fonds publics qui leur était alloué, la Cour suprême d’Israël a mis la pression au gouvernement Netanyahu sur cette question épineuse.

Lire Plus

Économie

Pour contrer les produits chinois en Europe, la France défend l’idée de «préférence européenne»

Article

le

Pour contrer les produits chinois en Europe, la France défend l'idée de «préférence européenne»

Pour préserver l’industrie européenne face aux puissances américaine et chinoise, les Vingt-Sept doivent « éliminer les charges administratives inutiles », ont fait valoir ce lundi les ministres allemand et français de l’Économie et italien des Entreprises, lors d’une réunion organisée à Meudon.

Les ministres de l’Économie français, italien et allemand se sont réunis le lundi 8 avril en région parisienne pour définir une politique industrielle commune, notamment dans des secteurs clés tels que l’intelligence artificielle et la transition énergétique.

Bruno Le Maire, ministre français de l’Économie, a souligné le déficit commercial croissant entre la Chine et l’Europe, qui a triplé au cours des dix dernières années, passant de 100 à 300 milliards d’euros. Il a mis en avant l’inondation du marché européen par des produits chinois, notamment dans les domaines des panneaux solaires, des voitures électriques et des batteries.

Pour rééquilibrer la balance commerciale, Bruno Le Maire a proposé d’imposer une préférence européenne dans les marchés publics, suggérant des quotas de contenu européen allant jusqu’à 60% dans les appels d’offres, ainsi que des normes environnementales et de qualité plus strictes.

Si l’Italie soutient cette position, le ministre allemand de l’Économie, Robert Habeck, s’est montré plus réservé. Il a exprimé des préoccupations quant au protectionnisme, soulignant l’importance de l’ouverture des marchés et de la mondialisation. L’Allemagne, exportatrice majeure vers la Chine, craint les mesures de rétorsion et souhaite éviter une escalade dans les tensions commerciales avec Pékin.

Lire Plus

Europe

Relève de la garde croisée entre l’Élysée et Buckingham pour célébrer les 120 ans de l’Entente cordiale

Article

le

Relève de la garde croisée entre l'Élysée et Buckingham pour célébrer les 120 ans de l'Entente cordiale

Pour célébrer les 120 ans de l’Entente cordiale entre la France et le Royaume-Uni les deux pays organisent lundi une relève croisée entre l’Élysée et Buckingham Palace.

Signé en 1904, l’accord de l’Entente cordiale a joué un rôle crucial dans l’amélioration des relations franco-britanniques après les guerres napoléoniennes, établissant ainsi un fondement solide pour l’alliance entre les deux pays au sein de l’Otan.

Des Grenadiers de la maison royale britannique ont participé au cérémonial de la relève de la garde dans la cour d’honneur du Palais de l’Élysée, en présence du président français Emmanuel Macron et de l’ambassadrice du Royaume-Uni en France, Menna Rowlings. Pendant ce temps, les gardes français ont effectué le même rituel devant le palais de Buckingham, résidence du roi Charles III.

Pour la première fois dans l’histoire de l’Élysée, une troupe étrangère a été invitée à participer à ce rituel militaire, souligne la présidence française.

La cérémonie à Buckingham Palace a été suivie par des membres de la famille royale britannique, dont le duc et la duchesse d’Édimbourg, le prince Édouard et son épouse Sophie, accompagnés des chefs d’état-major britannique et français.

L’événement marque également la première participation d’un pays non membre du Commonwealth à la cérémonie de relève de la garde, habituellement réservée aux anciennes colonies britanniques anglophones.

La signature de l’Entente cordiale en 1904 a été un tournant majeur dans l’histoire franco-britannique, préparant le terrain à leur alliance pendant la Première Guerre mondiale.

Cette célébration souligne les liens historiques forts entre la France et le Royaume-Uni, malgré les tensions et les antagonismes qui ont parfois marqué leur relation au fil du temps.

Lire Plus

Les + Lus