Nous rejoindre sur les réseaux

Société

Pour les commerces dits « non essentiels », l’heure de la réouverture et de l’appréhension

Article

le

pour-les-commerces-dits-« non-essentiels »,-l’heure-de-la-reouverture-et-de-l’apprehension

Les clients seront-ils au rendez-vous? Partout en France, magasins de jouets, de prêt-à-porter ou de maroquinerie, libraires ou coiffeurs, vont pouvoir rouvrir leurs portes samedi, attaquant avec fébrilité la dernière ligne droite jusqu’aux fêtes de fin d’année.

Restaurants ou salles de sports doivent rester fermés mais, des grands magasins Printemps aux petites librairies, des disquaires au géant suédois Ikea, c’est l’effervescence pour ceux autorisés à rouvrir dans le cadre de l’allègement du confinement.

« Je sais combien l’attente est grande et combien cela participe à notre quotidien, à la vie de nos centres-villes, de nos centres-bourgs », avait observé Emmanuel Macron mardi.

Samedi, le Premier ministre Jean Castex et le ministre de l’Economie Bruno Le Maire se rendront à Reims pour aller à la rencontre de commerçants et d’artisans.

Les collectivités sont bien conscientes de l’importance des commerces dans la vie locale, et la métropole de Lyon, via une campagne de communication sur les réseaux sociaux, a par exemple invité les habitants « à ne pas rater ce moment attendu de la réouverture de leurs magasins », explique une porte-parole.

« Tout le monde est prêt »

« On sera là dès 10H30 », assure vendredi à l’AFP Mathilde Jeanneaud, gérante de la boutique de décoration « Mobile de curiosités » à Marseille. « On va offrir les cafés aux gens qui veulent, des petits chocolats et puis on va montrer tous les nouveaux objets reçus pendant ce confinement ».

« Il y a du soulagement, évidemment », observe aussi Sophie Brenot, la présidente de la Fédération nationale des détaillants en Maroquinerie et Voyage. « On est confiant sur le fait que les clients reviennent, même si on ne sait pas encore dans quelle mesure. On se dit qu’ils auront peut-être envie de se faire plaisir… »

En tout cas, « tout le monde est prêt pour ce qui concerne les jauges, les règles sanitaires, tout le monde a briefé les équipes », assure-t-elle. Car les commerçants doivent respecter un « protocole sanitaire renforcé », négocié entre gouvernement et professionnels, visant à limiter les risques de propagation du Covid-19 dans les rayonnages.

« Le respect de ces règles par le plus grand nombre empêchera la propagation du virus et permettra ainsi à tous les acteurs de la branche de continuer de travailler », a plaidé vendredi la Fédération nationale de l’habillement (FNH).

Est notamment prévu le durcissement de la jauge d’accueil, passant d’un client pour 4m2 de surface de vente, à un client pour 8m2, excluant toutefois du calcul les salariés des commerces. En outre, la jauge devra être « appréciée avec bon sens », un couple ou un parent avec enfant comptant pour une personne, a expliqué jeudi Alain Griset, le ministre délégué aux PME.

Horaires élargis

En attendant, « nous faciliterons les dérogations pour l’ouverture des commerces le dimanche », a encore annoncé le gouvernement.

L’ouverture des commerces est également autorisée jusqu’à 21H pour étaler les flux. Et aussi permettre de maximiser les chances de rattraper le chiffre d’affaires perdu lors du mois de fermeture.

« Nous, novembre et décembre, c’est presque 40% de notre chiffre d’affaires annuel, donc c’est une grosse perte », explique Mathilde Jeanneaud. « On a déjà eu huit semaines de fermeture cette année, donc là il ne faut pas se louper et on a un mois pour tout rattraper. Ce n’est pas possible, mais on va essayer de faire au mieux. »

Selon Sophie Brenot, « les commerçants seuls en boutique vont ouvrir au maximum, le dimanche toute la journée s’ils le peuvent », mais « quand on a du personnel c’est plus compliqué, il faut embaucher si on veut ouvrir davantage ». Il s’agit donc de laisser passer le weekend « pour voir comment les clients réagissent ».

Seule ombre au tableau: « tout le monde est stressé de voir les offres promotionnelles partout », explique encore Sophie Brenot. « Le Black Friday a été repoussé par le gouvernement » au 4 décembre pour éviter la cohue samedi, mais « il y a des promos partout et on se demande si on doit en faire ou pas ».

De son côté, la mairie d’Aurillac a décidé d’offrir à chaque foyer de la ville un bon d’achat de 30 euros « pour soutenir les petits commerces qui ont dû fermer », a indiqué le maire PS Pierre Mathonier.

Click to comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Société

Fin de vie: le projet de loi entame sa course de fond à l’Assemblée

Article

le

Fin de vie: le projet de loi entame sa course de fond à l'Assemblée

La commission spéciale se prépare à un mois d’auditions et d’analyses du texte dans un climat politique de sérénité.

Lundi marque le début d’un marathon législatif à l’Assemblée Nationale alors que le projet de loi sur la fin de vie entre dans une phase cruciale. La commission spéciale entamera un mois d’auditions et d’étude approfondie du texte et de ses amendements, dans un climat politique qui se veut apaisé.

La ministre de la Santé, Catherine Vautrin, ouvrira les débats lundi à 18h00, avec pour objectif de clarifier les tenants et aboutissants de ce projet de loi sensible. Des représentants du corps médical, des cultes, des associations, ainsi que des personnalités du monde politique et philosophique, seront entendus au cours des prochains jours.

La présidente de la commission, Agnès Firmin Le Bodo, souligne l’importance d’écouter toutes les voix pour permettre aux députés de se forger une opinion éclairée. Les membres de la commission, au nombre de 71, entreront ensuite dans le vif du sujet à partir du 13 mai, examinant minutieusement les 21 articles du texte et les amendements proposés.

Au cœur des débats se trouve la question délicate de l’aide médicalisée pour mourir, réservée aux patients majeurs capables d’exprimer leur volonté et souffrant de douleurs insupportables. Les conditions d’application de cette mesure seront rigoureusement encadrées.

Alors que le débat parlementaire démarre, le rapporteur de la commission, Olivier Falorni, exprime l’espoir de voir aboutir à une loi républicaine de progrès et d’humanité. Dans un climat politique marqué par les tensions, l’importance du respect mutuel et de la responsabilité est soulignée par les différents acteurs.

Malgré les divergences politiques, aucun groupe n’a donné de consigne de vote, laissant ainsi aux députés la liberté de se prononcer en fonction de leur conscience. La question éthique et religieuse, qui divise profondément l’opinion, ajoutera une dimension supplémentaire à ces débats cruciaux pour l’avenir de la société.

Lire Plus

France

Les aides familiales vont se durcir en fonction du temps de résidence en France

Article

le

Les aides familiales vont se durcir en fonction du temps de résidence en France

Un décret paru au Journal officiel stipule que la résidence en France devra désormais dépasser neuf mois pour bénéficier de certaines prestations familiales, dans le cadre d’une lutte accrue contre la fraude sociale.

Le gouvernementa pris des mesures pour durcir les conditions d’accès à certaines aides familiales. Selon un décret paru au Journal officiel ce dimanche 21 avril, à partir de l’année 2025, il sera nécessaire de résider en France pendant plus de neuf mois au cours de l’année civile de versement, contre six mois actuellement, pour pouvoir prétendre à certaines prestations familiales telles que les allocations familiales et la prime à la naissance d’un enfant. Cette règle s’étendra également aux personnes âgées souhaitant bénéficier du minimum vieillesse.

Cette décision s’inscrit dans le cadre d’un vaste plan de lutte contre la fraude sociale engagé par le gouvernement. Bien que la fraude aux aides sociales ait été évaluée à 2,8 milliards d’euros selon les données de la Cour des comptes entre 2018 et 2020, elle reste nettement inférieure à la fraude aux cotisations sociales non versées par les employeurs aux Urssaf, estimée à 8 milliards d’euros.

Il est important de noter que certaines aides, telles que la protection universelle maladie, ne sont pas concernées par cette mesure.

Lire Plus

France

Les agriculteurs redoutent le retour du gel : les récoltes menacées par le froid

Article

le

Les agriculteurs redoutent le retour du gel : les récoltes menacées par le froid

La météo capricieuse met en péril les cultures alors que les températures chutent brutalement.

Le retour du froid suscite l’inquiétude parmi les agriculteurs français, qui redoutent les conséquences dévastatrices du gel sur leurs récoltes. Les variations météorologiques de ces dernières semaines ont un impact dramatique sur l’agriculture, avec des températures nocturnes approchant parfois le point de congélation dans certaines régions.

Alors que les semaines précédentes ont été marquées par des conditions estivales et des pluies bienvenues pour la croissance des plantes, le froid soudain menace désormais les bourgeons précoces. Pour les agriculteurs, cette situation est critique : la perte de la récolte est une éventualité redoutée. Un producteur, exprime son angoisse en déclarant : « Le risque, c’est de perdre la récolte entièrement. Nous ne pouvons qu’espérer que les températures ne descendent pas davantage. »

Face à cette menace, certains agriculteurs ont recours à des solutions coûteuses, telles que l’utilisation de bougies entre les rangées de vignes pour maintenir une température minimale la nuit. Cependant, ces méthodes ne garantissent pas une protection totale contre le gel. Les éoliennes, qui permettent de faire descendre de l’air chaud sur les cultures, offrent également une alternative, mais leur efficacité est limitée dans le temps.

Les prévisions de Météo France ne laissent que peu d’espoir aux agriculteurs, avec des températures froides persistantes prévues jusqu’au samedi 27 avril. De plus, de la pluie est annoncée sur la majeure partie du territoire jusqu’au vendredi 3 mai, prolongeant ainsi la période critique pour les cultures.

Dans ce contexte, l’incertitude règne dans les milieux agricoles, alors que les agriculteurs redoublent d’efforts pour protéger leurs récoltes contre les caprices du temps.

Lire Plus

Les + Lus