Nous rejoindre sur les réseaux

Gigean

Portrait : Luc Routier,  » Ma mission de vie « , l’abbaye Saint Félix de Montceau

Article

le

En janvier 1945, Sète accueille un nouveau-né du nom de Luc Routier. Ce jour-là, personne ne sait que son destin va être intimement lié aux ruines de l’abbaye située en terre Gigeannaise.

Président créateur de  » l’association de sauvegarde de l’abbaye Saint Félix de Montceau « , Luc, infatigable et tenace, vit pour et avec l’abbaye, depuis 1970.

Voici plus de cinquante ans que son existence est rythmée par les travaux titanesques entrepris par l’association et les bénévoles qui sont venus rejoindre Luc.

Lorsque ce  » sauveur  » découvre les ruines en pitoyable état, il se donne pour mission de restaurer ce lieu dont la magie l’attire et le fascine.

Depuis, sa vie est emplie de désespoirs, de joies et d’inquiétudes. Les projets de travaux sont sans cesse présents, et son engagement total aide cet homme qui ne veut que redonner à l’abbaye, toute sa magnificence et sa splendeur.

Au fur et à mesure du temps qui passe, le site de l’abbaye en ruines à l’époque, a été pillé de ses pierres et autres éléments par les habitants de la région pour la construction de leur maison. En 1920, un architecte se désole de ces faits, il découvre qu’au XIXe siècle, la municipalité d’alors offre des chapiteaux du cloître à la société archéologique de Montpellier.

Aujourd’hui, Luc peut compter sur les dons de différents amoureux du site. Tel ce Gigeannais passionné qui offre une clef de voute de l’église, ou encore ce poussannais découvrant dans son jardin des colonnes de l’église et les restituant à l’association.

De cette dévorante passion, Luc a voulu en témoigner dans un livre  » Ma mission de vie « . Il est tombé totalement sous le charme du lieu, et depuis sa jeunesse, il ne cesse de lui rendre sa beauté et sa dignité, pierre par pierre, jour après jour, inlassablement. Le travail colossal accompli entraine au respect de l’entreprise mise en place et Luc, ne désespère pas d’être rejoint par d’autres bénévoles pour continuer les travaux d’entretien du lieu.

Il y a peu, ses efforts ont été récompensés, l’ Agglo et la Drac prenant la suite pour la rénovation de l’édifice.

Luc se confie :  » Tout n’était que ruines quand mes yeux se sont posés pour la première fois sur ces lieux. Quand j’ai su, au plus fort de mon cœur, que les murs de cette vieille église abandonnée m’attendaient. Que ma mission de vie serait de la faire resurgir de sa terre et lui rendre son lustre d’antan. Peu importe les efforts ou les sacrifices. Je me devais de sauver ce merveilleux site de l’oubli. De l’arracher aux griffes acérées du temps et en faire l’un des berceaux de notre patrimoine régional. »

Cinquante ans d’existence que Luc Routier se dévoue corps et âme à la résurrection de l’abbaye, après avoir dégagé des tonnes de pierres et de terre, rebâti des murs, mis à jour des centaines d’objets d’époque, et combattu l’adversité, la jalousie l’indifférence et l’incompréhension de certains de nos contemporains.

Une distinction lui a été attribuée en janvier dernier, celle d’ambassadeur Culturel. Mais sa plus belle récompense reste le travail accompli et la renaissance de ce lieu majestueux.

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung) <

Gigean

Gigean : démission du directeur général des services, le troisième en 4 ans !

Article

le

©MairiedeGigean

La crise politique s’intensifie dans la commune de Gigean avec la démission du directeur général des services (DGS), Léo Sendra, tandis que les tensions internes perdurent.

La commune de Gigean traverse une nouvelle tempête politique avec la démission du directeur général des services (DGS), Léo Sendra. Annoncée début février 2024 par l’intéressé lui-même via un courriel adressé à l’ensemble des élus, cette démission marque un nouveau tournant dans la crise qui secoue la municipalité, déjà fragilisée par une série de départs notables. Ce nouveau départ devrait être officialisé dans les prochains jours.

Léo Sendra, dont la gestion professionnelle et les qualités humaines, sont grandement appréciées en interne, quitte ses fonctions au milieu d’un climat politique tumultueux, marqué par des luttes de pouvoir internes. Cette décision intervient dans un contexte où Gigean a déjà enregistré une série de départs significatifs, notamment celui d’un cadre A en charge de l’urbanisme, qui a également sollicité ces dernières semaines sa mutation. La commune a également été secouée en septembre 2023 par une vague massive de départs dans la police municipale, causée par la gestion « autoritaire » du maire Marcel Stoecklin, suscitant des inquiétudes quant à la gouvernance locale et la gestion des services publics.

Cette annonce survient également après l’incident survenu lors d’une réunion des élus de la majorité, où une altercation physique entre deux élues, Hélène Auge et Leïla Bertes. Cet épisode découle d’un désaccord concernant l’utilisation de fonds publics lors d’une soirée caritative. Les élus impliqués dans cette altercation ont dû se rendre à la gendarmerie pour s’expliquer, une enquête est toujours en cours.

En réaction à ces tensions, le maire Marcel Stoecklin avait envisagé de démissionner et de transmettre son poste à son troisième adjoint, Alain Bertes, contournant ainsi son premier adjoint, Marc Gonzalez, avec qui il était en conflit. Cette tentative de négociation a soulevé des questions sur le respect des règles démocratiques et a exacerbé la tension politique à Gigean, où Marcel Stoecklin semblait être dans une impasse.

La démission de Léo Sendra constitue un nouveau défi pour la municipalité de Gigean, qui devra chercher à restaurer la stabilité au sein de son administration. Marcel Stoecklin enregistrera bientôt son quatrième DSG en quatre ans, soit une moyenne d’un DGS par an depuis sa prise de pouvoir. Ce nouveau départ marque un nouveau chapitre dans la saga politique en constante évolution de Gigean, soulignant l’urgence d’une résolution constructive des conflits internes pour garantir le bon fonctionnement de la commune.

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

À LIRE AUSSI > Gigean : Le maire envisage de démissionner et consulte en Préfecture de l’Hérault

Lire Plus

Gigean

Gigean : Le maire envisage de démissionner et consulte en Préfecture de l’Hérault

Article

le

Gigean : Le maire envisage de démissionner et consulte en Préfecture de l'Hérault
©VilledeGigean

Marcel Stoecklin, le maire de Gigean, envisage de démissionner et consulte la Préfecture de l’Hérault pour organiser la transmission de son poste à son 3ème adjoint. Une démarche qui soulève des questions sur le respect des règles démocratiques.

La ville de Gigean est actuellement le théâtre d’une saga politique complexe et surprenante. Marcel STOECKLIN, le maire actuel, envisage de démissionner de son poste et a engagé des pourparlers avec la Préfecture de l’Hérault pour organiser la passation de pouvoir à son 3ème adjoint.

C’est dans ce contexte que ce mercredi 13 décembre 2023, Marcel STOECKLIN a rencontré à sa demande, les fonctionnaires de la Préfecture de l’Hérault à Montpellier. Selon nos informations, au cours de cette réunion, les discussions ont porté sur la gestion globale de la commune et la perspective d’une démission imminente de Marcel STOECKLIN. Ce dernier a exprimé sa frustration face à une opposition au sein de son équipe qui résiste à ses décisions, exacerbant ainsi les défis de gestion de la commune.

Accompagné d’Alain BERTES, le 3ème adjoint au maire en charge de l’urbanisme, avec qui il entretient une excellente relation, le maire de Gigean a cherché à déterminer la possibilité pour lui de céder son poste de maire à son 3ème adjoint, sans que son 1er adjoint, Marc GONZALEZ, avec lequel il est en conflit, ne puisse lui succéder après sa démission.

Face à cette tentative de négociation pour un échange de postes, les fonctionnaires préfectoraux ont été stupéfaits ! Ils ont rappelé au maire de Gigean que la France est une démocratie, et que des procédures existent en cas de démission d’un maire. Ils ont confirmé que si Marcel STOECKLIN démissionnait, rien n’empêcherait son premier adjoint avec lequel il est en conflit de devenir le prochain maire de la commune, du moment que les conseillers municipaux votent en sa faveur lors d’une séance du conseil municipal destinée à acter la démission du maire et à désigner son successeur.

En vertu de la législation en vigueur, la démission du maire entraîne automatiquement celle de ses adjoints, conformément à l’article L.2122-10 du Code Général des Collectivités Territoriales (CGCT). Ainsi, soit un nouveau vote doit avoir lieu en présence des conseillers municipaux élus restants, soit une nouvelle élection municipale pour la commune doit être organisée pour déterminer qui doit succéder à un maire démissionnaire. Par conséquent, toute tentative de troc de poste est impossible.

La nouvelle de cette tentative de troc est parvenue aux oreilles des élus de Gigean, suscitant une réaction de sidération générale. L’un d’entre eux nous a confié : « Les Gigeanais ont été humiliés, nous avons sérieusement touché le fond. Il est temps pour lui de partir. »

Cette démarche désespérée pour résoudre une situation politique complexe survient à un moment critique. Début 2024, Marcel Stoecklin devra présenter le budget de la municipalité à son conseil municpal. Il est probable que des divergences d’opinions apparaissent, risquant de paralyser les activités de la commune. Cette perspective pourrait expliquer son envie actuelle de démissionner, afin d’éviter de se retrouver à la tête d’une administration qui pourrait se trouver financièrement immobilisée si le budget n’est pas approuvé par le conseil municipal.

Marcel STOECKLIN, confronté à une impasse, envisage sérieusement de démissionner. Son premier adjoint, Marc GONZALEZ, continue de renforcer sa position au sein de la majorité, dans le conflit qui l’oppose à celui qui lui a retiré ses délégations de premier adjoint. Les habitants de Gigean nourrissent l’espoir qu’en 2024, une lueur d’espoir viendra éclairer cette situation politique tendue.

À LIRE AUSSI > Gigean : Deux élues de la majorité municipale en viennent aux mains

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Lire Plus

Gigean

Gigean : Marc Gonzalez honoré par la médaille d’Or des Sapeurs-Pompiers de l’Hérault

Article

le

Gigean : Marc Gonzalez honoré par la médaille d'Or des Sapeurs-Pompiers de l'Hérault

Marc Gonzalez, premier adjoint de Gigean, a été honoré avec la médaille d’honneur des sapeurs-pompiers, échelon grand OR, pour ses 40 ans de service dévoué dans l’Hérault.

Dans une cérémonie empreinte d’émotion et de reconnaissance, Marc Gonzalez, premier adjoint de la commune de Gigean, a été décoré de la médaille d’honneur des sapeurs-pompiers, échelon grand OR. Cette distinction, rare et prestigieuse, vient saluer ses 40 années d’engagement dévoué auprès du service départemental d’incendie et de secours (SDIS) de l’Hérault.

La cérémonie, présidée par le Contrôleur général Éric Flores, directeur du SDIS de l’Hérault, a vu la remise de cette haute distinction au Capitaine Marc Gonzalez. Le contrôleur général Flores a souligné l’engagement exceptionnel de Marc Gonzalez, qui a débuté sa carrière en 1982 au centre de secours de Frontignan.

Ce moment a également été l’occasion de mettre en lumière l’impact de M. Gonzalez non seulement au sein du SDIS, mais aussi dans sa vie familiale. Fait remarquable, sur ses six enfants, cinq ont suivi ses traces en devenant sapeurs-pompiers volontaires, témoignant ainsi de l’influence et de l’inspiration qu’il a su transmettre.

Marc Gonzalez, touché par cet honneur, a dédié sa médaille à ses collègues sapeurs-pompiers et à sa famille, soulignant que cet engagement est le fruit d’un travail d’équipe et d’une passion pour le service de la communauté. Sa carrière exemplaire et son dévouement au service des autres resteront un modèle pour les générations futures de sapeurs-pompiers dans l’Hérault.

À LIRE AUSSI > Gigean : Deux élues de la majorité municipale en viennent aux mains

Lire Plus

Les + Lus