Nous rejoindre sur les réseaux

Europe

Pologne: des dizaines de milliers de personnes manifestent pour le droit à l’avortement

Article

le

pologne:-des-dizaines-de-milliers-de-personnes-manifestent-pour-le-droit-a-l’avortement

Des dizaines de milliers de personnes ont manifesté vendredi à Varsovie et à travers la Pologne, défiant les restrictions liées à la pandémie, pour protester contre une décision de la justice interdisant quasiment tout avortement.

Brandissant des drapeaux arc-en-ciel et scandant des slogans antigouvernementaux, les manifestants ont massivement exhibé dans la capitale le symbole de leur révolte, une foudre rouge.

En dépit de quelques échauffourées provoquées par des contre-manifestants d’extrême droite, les rassemblements ont pour la plupart été pacifiques, en ce neuvième jour consécutif de manifestations depuis la décision controversée du Tribunal constitutionnel.

« Nous sommes prêts à nous battre jusqu’au bout », a déclaré vendredi aux journalistes Marta Lempart, la cofondatrice du mouvement La grève des femmes qui a lancé l’appel à manifester.

Selon leurs organisateurs, les marches ont été suivies par des centaines de milliers de personnes.

« La révolution en cours en Pologne n’est pas seulement une lutte pour l’avortement. C’est une lutte pour la liberté », a insisté Mme Lempart.

« On en a assez ! », « Mon corps, mon choix ! », pouvait-on lire sur les pancartes brandies par les manifestants pour la plupart jeunes, qui reprenaient également des slogans antigouvernementaux, souvent pimentés de jurons.

Selon la mairie de Varsovie environ 50.000 personnes ont participé à la manifestation dans le centre-ville et la police a procédé à « plusieurs arrestations » dans deux incidents.

Les militants pour la défense des droits des femmes, qui sont derrière ces rassemblements, s’exposent à des poursuites judiciaires car tout regroupement de plus de cinq personnes sur la voie publique est actuellement interdit.

Selon eux, des actions de protestation de relativement moindre envergure se sont déroulées dans de nombreuses autres villes polonaises, des grandes comme Cracovie, Lodz, Katowice et Wroclaw, et des plus petites, ainsi qu’à l’étranger, à Barcelone et à Vienne par exemple.

Des manifestations de masse ont commencé la semaine dernière lorsque le Tribunal constitutionnel, réformé par le PiS, le parti ultra-catholique Droit et Justice au pouvoir, et se conformant à ses souhaits, a proscrit l’interruption volontaire de grossesse (IVG) en cas de malformation grave du foetus, statuant qu’elle est « incompatible » avec la Constitution.

Les manifestants sont en colère contre le PiS, dont les députés ont demandé au tribunal de se prononcer sur cette question.

La Pologne, un pays de 38 millions d’habitants, de forte tradition catholique, est déjà dotée d’une loi anti-avortement qui compte parmi les plus restrictives d’Europe.

Il y a moins de 2.000 avortements légaux par an en Pologne, selon les données officielles. Les organisations féministes estiment que plus de 200.000 IVG sont réalisées illégalement ou effectués à l’étranger chaque année.

Une fois publiée au journal officiel, la décision de la Cour constitutionnelle aboutira à l’interdiction de tous les avortements sauf en cas de viol et d’inceste ou lorsque la vie de la mère est en danger.

Compromis ?

Le gouvernement a défendu cette décision, affirmant qu’elle mettrait fin aux « avortements eugéniques », mais des organisations de défense des droits humains insistent sur le fait quelle obligera désormais des femmes à mettre au monde des bébés a priori non viables.

Vendredi, le président Andrzej Duda a proposé un projet d’amendement à la loi destiné à apaiser la colère de la rue.

Son projet interdirait toujours l’avortement dans des cas de fœtus malformés, à moins que des tests médicaux ne montrent une forte probabilité que le bébé soit mort-né ou atteint d’une maladie ou d’un défaut en phase terminale.

La députée de l’opposition libérale Katarzyna Lubnauer a qualifié cette proposition d' »inacceptable ».

« C’est une proposition du genre :  je vous ai volé 100 zlotys (20 euros) mais j’en rendrai 50 », a-t-elle déclaré à la chaîne d’information TVN24.

« Comportements irresponsables »

Le Premier ministre Mateusz Morawiecki a mis en garde contre les conséquences possibles des manifestations pendant la pandémie, au moment où le ministère de la Santé annonçait un record de 21.629 nouvelles contaminations en 24 heures.

« Ne permettons pas que des personnes âgées et les plus faibles souffrent à cause de comportements irresponsables », a écrit M. Morawiecki sur Facebook.

Des membres du gouvernement ont qualifié les manifestations d’actes de « barbarie » et de « vandalisme » après quelques attaques contre les églises catholiques.

Des groupes d’extrême droite ont appelé les habitants de Varsovie à « défendre » les églises pendant la manifestation de vendredi, bien que ses organisateurs aient déclaré qu’ils ne prévoyaient pas prendre pour cible les institutions religieuses.

Le mouvement La grève des femmes a assuré que les manifestations se poursuivraient « jusqu’à ce que le gouvernement commence à nous parler ».

Click to comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Europe

La Russie occupe toujours 18 % du territoire ukrainien

Article

le

La Russie occupe toujours 18 % du territoire ukrainien

En janvier, les Russes ont très légèrement avancé en prenant le contrôle de 278 km2, selon les calculs d’un cartographe français

Au 31 janvier 2023, la Russie occupait toujours 18 % du territoire de l’Ukraine. Ce chiffre est le fruit du travail d’un cartographe français. Les 18,08 % (exactement) du territoire ukrainien représentent 109 105 km2, soit l’équivalent d’une vingtaine de départements français. Au cours du mois de janvier et au prix de pertes colossales, les forces russes sont parvenues à prendre 278 km2 à l’armée ukrainienne. Cette superficie équivaut à un carré de 16 kilomètres de côté, alors que le front entre les deux armées s’étend sur plus de 1 000 kilomètres.

A la veille de l’invasion, le 24 février 2022, et depuis 2014, la Russie contrôlait directement (la Crimée) ou indirectement (une partie du Donbass) 7,15 % du territoire de son voisin. Au maximum de l’offensive russe, fin mars, l’Ukraine avait perdu un quart (25,11 %) de son sol. Puis, après l’échec de l’opération sur Kiev, ce chiffre s’est stabilisé autour de 20-21%, avant de passer à l’automne sous la barre de 18 %, grâce au succès de la double offensive ukrainienne, d’abord vers Kharkhiv, puis vers Kherson. Depuis novembre, la Russie regrignote un peu de terrain, surtout dans le secteur très disputé de Bakhmut.

Dans le détail, la Russie ne contrôle totalement qu’une seule région, la Crimée, et la quasi-totalité d’une autre, l’oblast de Louhansk (97,78 %). Trois sont partiellement occupées : Zaporijjia (72,94 %), Kherson (72,02 %) et Donetsk (56,65 %). Ces quatre derniers oblasts font, sur le papier, partie de la Fédération de Russie depuis leur annexion illégale en septembre. Enfin, les forces russes n’occupent plus qu’une infime partie (1,88 %) de l’oblast de Kharkiv (nord) et 0,56 % de celui de Mykolaïv (sud).

L’objectif de Kiev est de reprendre la totalité de son territoire (603 554 km2), plus vaste que la France : on mesure l’ampleur de la tâche.

Lire Plus

Europe

Guerre en Ukraine : Biden dit « non » à l’envoi d’avions de combat

Article

le

Guerre en Ukraine : Biden dit « non » à l’envoi d’avions de combat

Berlin a déjà rejeté catégoriquement cette idée, tandis que le président français Emmanuel Macron a estimé prudemment que « par définition, rien (n’était) exclu ».

Joe Biden a opposé ce lundi 30 janvier un refus catégorique à l’idée d’envoyer à l’Ukraine des avions de combat américains de type F-16. « Non », a dit le président américain lorsqu’un journaliste l’a interrogé à la Maison Blanche sur la possibilité de fournir les appareils que réclament les dirigeants ukrainiens.

Les Occidentaux viennent de franchir un palier dans l’aide militaire apportée à l’Ukraine, après que l’Allemagne et les États-Unis ont annoncé l’envoi de chars. Le président Volodymyr Zelensky réclame une assistance encore plus poussée, passant par la livraison de missiles à longue portée et d’avions de combat.

Berlin a déjà rejeté catégoriquement cette idée, tandis que le qu’Emmanuel Macron a estimé prudemment que « par définition, rien (n’était) exclu », tout en assurant que les Ukrainiens ne lui avaient pas fait à ce jour de demande en ce sens.

Une visite prochaine en Pologne

Alors qu’approche le 24 février, qui marquera un an depuis l’invasion de l’Ukraine, Joe Biden n’a pas voulu dire s’il se rendrait en Europe à cette occasion.

Mais il a assuré qu’il irait, sans préciser de date, en Pologne, un pays qui joue un rôle clé dans la réponse à l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

« Je vais aller en Pologne, mais je ne sais pas quand », a-t-il dit aux journalistes, en regagnant Washington après un court déplacement dans la ville de Baltimore (Maryland, est).

Lire Plus

Europe

Belgique : trois blessés, dont l’un grièvement, après une attaque au couteau à Bruxelles

Article

le

Belgique : trois blessés, dont l'un grièvement, après une attaque au couteau à Bruxelles

Le parquet fédéral a indiqué n’avoir pas été saisi « à ce stade », après une attaque au couteau ce lundi à la station de métro Schuman, à Bruxelles. Un homme de 30 ans a été arrêté par les forces de l’ordre.

Trois personnes ont été blessées dans une attaque au couteau lundi 30 janvier, en fin d’après-midi, dans le métro à Bruxelles, selon un nouveau bilan de la police belge. Le pronostic vital est engagé pour l’une des victimes.

Un homme de 30 ans a été arrêté par les forces de l’ordre. La piste terroriste n’est pas d’actualité.

Une station située près de la Commission européenne

L’attaque est survenue autour de 18 heures dans la station Schuman, située à quelques dizaines de mètres des sièges de la Commission européenne et du Conseil européen. « Mes pensées vont aux victimes (…) Merci à la police pour sa prompte intervention », a indiqué la ministre de l’Intérieur belge, Annelies Verlinden.

Le trafic restait interrompu en début de soirée sur une partie des deux lignes de métro passant par la station Schuman, la police poursuivant son enquête sur place, selon l’opérateur des transports bruxellois (Stib).

Lire Plus

Les + Lus