Nous rejoindre sur les réseaux

Politique

Politique : Sur un marché populaire, Macron affiche son ambition sociale

Article

le

sur-un-marche-populaire,-macron-affiche-son-ambition-sociale

Pour son premier déplacement depuis sa réélection, Emmanuel Macron a plongé dans l’effervescence et la bousculade du marché d’un quartier populaire, en affirmant sa volonté de donner un visage plus social à son second quinquennat.

« J’arrive! »: au marché Saint-Christophe de Cergy (Val d’Oise), ville où Jean-Luc Mélenchon a obtenu 48% des voix au premier tour de la présidentielle, le chef de l’Etat a retrouvé, avec un plaisir évident, l’atmosphère agitée des bains de foule, multipliant poignées de main, embrassades, selfies et échanges plus ou moins longs les yeux dans les yeux.

La séquence de deux heures a donné des sueurs froides à son service d’ordre, qui a dû déployer le parapluie contre un jet de tomates cerises qui n’a pas touché le président, alors que les habitants se pressaient pour l’approcher.

« C’est comme si la campagne continuait », s’amusait un membre de son entourage, à un peu plus de six semaines des législatives.

Annoncé au dernier moment, ce déplacement à une trentaine de km de Paris a fait suite à deux jours durant lesquels Emmanuel Macron était resté loin des regards après avoir sobrement célébré sa victoire avec 58,5% des suffrages face à Marine Le Pen.

« Macron président! », « bravo! » et « félicitations! », ont crié de nombreux badauds, tandis que quelques « Macron démission! » étaient lancés entre les étals.

Le chef de l’Etat a assuré qu’il allait « continuer à aller sur le terrain pour écouter, convaincre et puis agir ». « Etre au contact » alors que les sondages de la campagne ont mis en lumière son déficit de proximité et de prises en compte des difficultés des Français.

« Dépositaire des colères »

« Alors même que les résultats (de la présidentielle) ne sont pas encore promulgués, je n’oublie pas que les engagements que j’ai pris, ils n’étaient pas simplement des engagements de campagne », a-t-il promis.

De fait, les habitants de ce quartier très populaire de Cergy l’ont surtout interpellé sur la cherté de la vie, les retraites, les difficultés d’emploi et le RSA.

« Il m’a écouté, c’est bien, mais j’attends maintenant qu’il agisse », a témoigné Fatima, employée et mère de famille, qui « galère à joindre les deux bouts ».

« Je suis le dépositaire de ces colères (…) Je veux que tout le monde travaille ensemble pour qu’on trouve des solutions », a expliqué Emmanuel Macron. En indiquant avoir choisi Cergy pour « apporter un message de considération et d’ambition », avec la volonté de donner à ces quartiers « tout au long de (son) mandat les moyens d’avancer ».

« Dans les quartiers les plus pauvres, que ce soit dans les villes ou la ruralité, nous devons vraiment recréer les conditions d’une réelle et effective égalité des chances », a-t-il ajouté. « C’est le seul moyen de conjurer cette défiance » qui s’est « installée à l’égard de la chose publique » ainsi que ce « sentiment d’abandon » exprimé par les habitants.

« Pour votre nouveau gouvernement, nommez des gens qui nous connaissent et qui agissent, pas des technocrates! », lui a lancé un quinquagénaire.

Sans évoquer de noms, Emmanuel Macron a affirmé que le Premier ministre qu’il nommerait en remplacement de Jean Castex sera « quelqu’un qui est attaché à la question sociale, à la question environnementale et à la question productive ».

« Je crois au dépassement, la couleur politique ne dit pas tout », a-t-il aussi souligné à un journaliste l’interrogeant sur la possibilité de voir une personnalité de gauche nommée. « Jean Castex venait de la droite. Il a mené une des politiques les plus sociales des dernières décennies, parce que c’est aussi un homme de coeur et il a la fibre sociale », a ajouté le chef de l’Etat.

La nomination du Premier ministre est attendue d’ici au 13 mai. Les spéculations vont aussi bon train sur un vaste remaniement du gouvernement, à moins de sept semaines du premier tour des législatives des 12 et 19 juin.

France

Congrès du PS : la victoire d’Olivier Faure entérinée par le parti

Article

le

Congrès du PS : la victoire d’Olivier Faure entérinée par le parti

Le Parti socialiste a finalement trouvé un accord ce samedi après-midi, après plusieurs jours de contestations internes sur les résultats de l’élection du premier secrétaire du parti.

Soumis de 14 à 16 heures au vote des délégués du Congrès socialiste à Marseille, un protocole d’accord a finalement été entériné vers 15 heures ce samedi, confirmant la victoire d’Olivier Faure comme premier secrétaire du PS, à l’issue de plusieurs jours de contestations internes. Les 186 délégués ont à la quasi-unanimité brandi leur carton rouge validant l’accord entre les deux rivaux, portant sur la composition de la direction notamment. « Cette maison, vous venez encore, une fois de plus, de la sauver », a réagi au micro, sous les applaudissements, le maire de Marseille Benoît Payan, qui a dit « avoir eu peur ces derniers jours ».

Le texte détermine que son rival Nicolas Mayer-Rossignol, sceptique vis-à-vis de l’alliance de gauche Nupes et qui contestait jusqu’à présent sa victoire, deviendra premier secrétaire délégué au côté de la maire de Nantes pro-Faure Johanna Rolland. Hélène Geoffroy, chef de file des anti-Nupes, prendra la présidence du conseil national, le parlement du parti.

Le maire de Rouen a contesté pendant plusieurs jours la victoire du premier secrétaire sortant (avec officiellement 51,09 %). Nicolas Mayer-Rossignol ne cache pas ses réticences vis-à-vis de LFI et d’un accord qui a déçu beaucoup de socialistes.

Organigramme

À l’issue d’un premier vote sur le texte d’orientation, Olivier Faure avait obtenu 49 % des voix et le maire de Rouen autour de 30 %, devant une troisième candidate, la maire de Vaulx-en-Velin Hélène Geoffroy (autour de 20 %).

Les négociations se sont notamment débloquées lorsque cette dernière, qui n’avait pas pu se maintenir et avait décidé de soutenir Nicolas Mayer-Rossignol, a indiqué qu’elle ne souhaitait pas intégrer la direction, mais rester dans l’opposition. « Ils assument d’être la minorité, mais ne sont plus avec Nicolas Mayer-Rossignol, ce qui change la donne » et le rapport de force, explique une proche d’Olivier Faure.

Lire Plus

France

Des « mairies solidaires » fermées le 31 janvier contre la réforme des retraites

Article

le

Des "mairies solidaires" fermées le 31 janvier contre la réforme des retraites

Plusieurs maires ont annoncé la fermeture de leur mairie pour cette journée de grève, afin de permettre aux agents municipaux de participer à la mobilisation, mais aussi de protester eux-mêmes contre cette mesure.

Plusieurs mairies ont annoncé des actions pour le 31 janvier, journée d’appel à la grève générale contre la réforme des retraites, afin de permettre aux agents municipaux de se joindre à la mobilisation mais aussi de protester contre cette mesure.

Après l’appel lancé par Fabien Roussel de fermer les mairies le 31 janvier par « solidarité » envers les mobilisations prévues contre la réforme des retraites, Anne Hidalgo a annoncé fermer les portes de l’Hôtel de ville de Paris. Cette décision présentée comme symbolique revêt « un problème moral », voire « politique », a fait savoir le ministre du Travail Olivier Dussopt.

« J’ai un peu le sentiment que la maire de Paris confond les services municipaux avec une annexe du Parti socialiste », a ainsi dénoncé le ministre, ce vendredi matin. Le membre du gouvernement dénonce le fait que « l’engagement politique » de l’élue prive les Parisiens, parmi lesquels certains sont « favorables à la réforme » ou « n’y sont pas opposés ».

Cette initiative pose également pour Olivier Dussopt « une vraie question politique en termes de neutralité et de respect des convictions ». D’autres mairies ont annoncé interrompre leurs services le temps de la deuxième journée de mobilisation.

Lire Plus

Politique

Enquête ouverte sur la consommation de cocaïne du député Renaissance Emmanuel Pellerin

Article

le

Enquête ouverte sur la consommation de cocaïne du député Renaissance Emmanuel Pellerin

Au lendemain des révélations de Mediapart, le parquet de Nanterre (Hauts-de-Seine) ouvre une procédure incidente pour usage de produits stupéfiants à l’encontre du député Renaissance de Boulogne-Billancourt.

Le parquet de Nanterre annonce jeudi 26 janvier à franceinfo avoir ouvert une nouvelle enquête sur la consommation de drogue supposée du député de la majorité Emmanuel Pellerin (Renaissance). Dans un article publié mercredi, Mediapart assurait que le député des Hauts-de-Seine « a consommé de la cocaïne avant et après son élection à l’Assemblée en juin dernier » et que « confronté à (ces) éléments, il a reconnu cet usage illégal ».

Cette enquête préliminaire, ouverte pour « usage de produits stupéfiants » a été ouverte « à la suite d’éléments nouveaux communiqués au mois de décembre et de ceux révélés mercredi par Mediapart », indique le parquet de Nanterre dans un communiqué. Une première enquête pour « provocation directe d’un mineur à l’usage illicite de produits stupéfiants » avait été classée sans suite faute d’éléments caractérisant en septembre dernier.

L’exclusion possible du député examinée par son parti lundi

Dans son article, Mediapart écrit qu’Emmanuel Pellerin « a justifié sa consommation » de drogue, « à l’occasion de dîners et de soirées », « par des difficultés personnelles et familiales « , à partir de juin 2020. L’élu explique avoir « repris de la drogue le week-end où on a fêté (son) investiture au mois de juillet ». « Après c’était terminé », assure-t-il.

La première enquête classée sans suite avait elle été ouverte sur la base de déclarations du fils d’Emmanuel Pellerin, âgé de 11 ans, racontant à sa psychologue que son père lui avait présenté une boîte contenant des produits stupéfiants.

Après ces nouvelles révélations de Mediapart, le parti Renaissance a expliqué qu’il examinera lundi l’exclusion du député. « Si les faits sont avérés, ils portent gravement atteinte à l’image du Parlement mais aussi du parti dont il est adhérent », a indiqué le porte-parole de Renaissance, Loïc Signor.

L’enquête a été confiée à la brigade de sûreté territoriale des Hauts-de-Seine. La peine encoure pour « usage de stupéfiants » est d’un an de prison et de 3 750 euros.

Lire Plus

Les + Lus