Nous rejoindre sur les réseaux

France

Politique : L’opposition veut des explications de Macron sur ses liens avec Uber

Article

le

l’opposition-veut-des-explications-de-macron-sur-ses-liens-avec-uber

L’opposition, à gauche et au RN, mais aussi la CGT, ont haussé le ton lundi après la révélation par la presse d’échanges privilégiés entre Uber et Emmanuel Macron quand il était à Bercy, sommant désormais le président de s’expliquer.

L’alliance de gauche Nupes souhaite une commission d’enquête parlementaire, tandis que le RN demande un « droit de suite » à une précédente commission sur l’affaire Alstom, après les informations des « Uber Files », une enquête reposant sur des milliers de documents internes à Uber adressés par une source anonyme au quotidien britannique The Guardian et transmis au Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ) et à 42 médias partenaires.

Dans ce cadre, Le Monde s’est intéressé aux liens entre la société américaine et Emmanuel Macron à l’époque où il était ministre de l’Economie (2014-2016). Le journal conclut à l’existence d’un « deal » secret entre Uber et Emmanuel Macron à Bercy.

« C’est très grave, l’idée que M. Macron a, dans ce pacte secret avec une entreprise, dérégulé la réglementation en matière de taxis », a accusé le député LFI Alexis Corbière.

« Le président ou celui qui veut être président ne peut pas être un lobbyiste au service d’intérêts privés et d’une entreprise nord-américaine », a poursuivi l’Insoumis, jugeant que « c’est la moindre des choses » que le président s’exprime sur ces révélations.

Le député évoque la possibilité de « poser la question lorsqu’on peut s’adresser au gouvernement » et d' »une commission d’enquête également ».

Les députés de la Nupes vont déposer une proposition de résolution pour la création d’une telle commission d’enquête « sur les révélations des Uber Files et du rôle d’Emmanuel Macron dans l’implantation d’Uber en France ».

Considérant qu’Emmanuel Macron a agi « comme un véritable lobbyiste », le chef des communistes Fabien Roussel estime aussi que « ça pose la question de la manière dont nous pouvons interroger un président de la République en activité », a-t-il affirmé lors d’une conférence de presse. La Constitution ne le permet pas aujourd’hui, mais son parti propose de « la modifier pour cela ».

Comme au Sénat, son groupe déposera aussi « un texte de loi à l’Assemblée visant à encadrer et garantir des droit sociaux pour chaque travailleur » des plateformes comme Uber, a-t-il précisé.

« Scandale Uber »

Le député RN Sébastien Chenu a aussi dénoncé lors d’une conférence de presse « le premier scandale du quinquennat d’Emmanuel Macron ».

Selon son collègue Jean-Philippe Tanguy, les élus RN demandent « un droit de suite » sur l’affaire Alstom qui avait fait l’objet d’un commission d’enquête parlementaire présidée par Olivier Marleix (LR), ce dernier ayant saisi la justice en 2019.

Ils ne sont « pas contre » une commission d’enquête sur Uber mais pour M. Tanguy, il « n’a sans doute pas beaucoup de sens de refaire une commission d’enquête puisque l’essentiel des éléments d’enquête d’investigation et de témoignages ont été faits par la commission Marleix entre 2017 et 2018 ».

« Une mission d’information pourrait ressortir ces éléments et les remettre au goût du jour », a ajouté M. Tanguy.

« Pas de contrepartie »

« Le minimum, c’est qu’il explique ce qu’il a fait et comment il a contribué à non seulement faire en sorte qu’Uber s’implante en France, mais, grâce à une loi qui s’appelle la loi Macron, découdre une partie du code du travail pour favoriser ce type d’activité, et notamment les conséquences sociales sur les salariés », a déploré le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez.

« Ce n’est pas une nouvelle qu’Uber soit à ce point dans une logique de lobbying pour déréguler, pour se faire de l’argent en tenant assez peu compte de ce qui existe en terme de droit dans les pays et surtout en terme de droits des travailleurs concernés », a relativisé en revanche le patron de la CFDT Laurent Berger.

La patronne des députés LREM Aurore Bergé a balayé ces critiques, jugeant « formidable un pays qui s’offusque qu’un ministre de l’Économie reçoive des chefs d’entreprise de manière totalement publique dans un débat qui était un débat parlementaire ».

« Il n’y a pas de deal, il n’y a pas de contrepartie, il y a un ministre qui a reçu de grands chefs d’entreprise et c’est normal », a-t-elle ajouté.

France

Le Sénat favorable à l’inscription dans la Constitution de la «liberté» de recourir à l’IVG

Article

le

Le Sénat favorable à l'inscription dans la Constitution de la «liberté» de recourir à l'IVG

Le Sénat s’est prononcé mercredi, par 166 voix contre 152, pour inscrire dans la Constitution la «liberté de la femme» de recourir à l’IVG, substituant ainsi la notion de «liberté» à celle de «droit».

Le Sénat à majorité de droite, s’est prononcé mercredi 1er février, par 166 voix contre 152, pour inscrire dans la Constitution la « liberté de la femme » de recourir à l’IVG. Cette formulation abandonne la notion de « droit », défendue à la gauche.

Le texte adopté en première lecture par les sénateurs, qui doit maintenant retourner à l’Assemblée nationale, vise à compléter l’article 34 de la Constitution avec cette formule : « La loi détermine les conditions dans lesquelles s’exerce la liberté de la femme de mettre fin à sa grossesse ».

La proposition de loi constitutionnelle, portée par la cheffe de file des Insoumis, Mathilde Panot, avait été voté en première lecture fin novembre par l’Assemblée nationale, avec le soutien de la majorité présidentielle. Fruit d’une réécriture transpartisane, elle tenait en une phrase : « La loi garantit l’effectivité et l’égal accès au droit à l’interruption volontaire de grossesse ».

La loi Veil pourra encore évoluer

Ce texte a été « mal rédigé », avait tancé le sénateur LR Philippe Bas lors de son examen en commission, excluant « totalement » son adoption. En lieu et place, ce dernier, qui a été un proche collaborateur de Simone Veil, a proposé de compléter l’article 34 de la Constitution avec la formule finalement adoptée par les sénateurs.

Selon Philippe Bas, la rédaction formaliserait dans la loi fondamentale une liberté « déjà reconnue par la décision du Conseil constitutionnel du 27 juin 2001, qui lui a donné valeur constitutionnelle ». L’amendement préserve la possibilité de faire évoluer la loi Veil, comme cela a déjà été fait par le passé, précise-t-il. Des modifications ont par exemple permis d’allonger le délai de recours à l’avortement et d’organiser sa prise en charge par l’assurance-maladie.

Lire Plus

France

Sécurité routière : 3.260 morts en 2022 en France métropolitaine, hausse de la mortalité de cyclistes

Article

le

Sécurité routière : 3.260 morts en 2022 en France métropolitaine, hausse de la mortalité de cyclistes

Près de 3.260 personnes sont mortes sur les routes de France métropolitaine en 2022, soit un chiffre légèrement en hausse de 0,5% par rapport à 2019, dernière année de référence avant la pandémie, a annoncé mercredi la Sécurité routière. Si les automobilistes meurent moins qu’auparavant, de plus en plus de cyclistes et d’utilisateurs de trottinettes meurent sur la route.

Un total de 3.260 personnes sont mortes sur les routes de France métropolitaine en 2022, un bilan à un niveau stable (+0,5%) par rapport à 2019, dernière année de référence avant la pandémie, a annoncé mercredi la Sécurité routière.

Les estimations de l’Observatoire national interministériel de la Sécurité routière (ONISR), présentées lors d’une conférence de presse à l’hôpital Cochin à Paris, sont comparées à 2019 plutôt qu’à 2020 et 2021, où les chiffres étaient passés sous la barre symbolique des 3.000 décès.

« Moins de 50% des tués sur la route sont des occupants de voiture », a déclaré la déléguée interministérielle à la Sécurité routière, Florence Guillaume. La mortalité routière est en baisse en 2022 pour les automobilistes par rapport à 2019 avec 1.563 tués (-59) de même que pour les utilisateurs de deux-roues motorisés avec 715 décès (-34), selon les chiffres de l’ONISR.

Hausse importante du nombre de cyclistes morts sur la route

« Malheureusement, et cela va de pair avec le développement des mobilités douces, il y a une hausse préoccupante de la mortalité des cyclistes et des utilisateurs d’engins de déplacements personnels motorisés (EDPm) », comme les trottinettes, a déploré Mme Guillaume. Pour la deuxième année consécutive, le nombre de cyclistes tués a dépassé le seuil des 200 morts : 244 ont été tués en 2022, en hausse de 30% par rapport à 2019, soit 57 morts en plus.

Concernant les EDPm, 34 trottinettistes ont perdu la vie contre 10 en 2019, avec 600 blessés graves, soit 400 de plus que trois ans plus tôt. Dans les territoires ultramarins, 281 personnes sont mortes sur les routes, un bilan en hausse de 11% par rapport à 2019 (+27 tués).

Lire Plus

France

63% des Français pensent qu’Emmanuel Macron n’est pas «un bon président», selon un sondage

Article

le

63% des Français pensent qu'Emmanuel Macron n'est pas «un bon président», selon un sondage

Selon un sondage paru ce mardi 31 janvier, 63 % des Français estiment qu’Emmanuel Macron n’est pas «un bon président» de la République. Comme le chef de l’Etat, la Première ministre Elisabeth Borne perd cinq points de popularité en un mois avec la réforme des retraites.

Le baromètre mensuel réalisé par Odoxa pour LCP, Public Sénat et la presse régionale confirme la tendance observée dans les différentes enquêtes d’opinion publiées ces derniers jours : la réforme des retraites plombe la popularité de l’exécutif. Emmanuel Macron et sa Première ministre, Élisabeth Borne, chutent de cinq points, à respectivement 36 % et 31 % de bonnes opinions.

Et cela pourrait encore s’aggraver : en effet, si le conflit social venait à conduire à des blocages, 64 % des sondés en tiendraient le gouvernement pour responsable plutôt que les syndicats (34 %). Seule consolation pour Emmanuel Macron, les Français ont une mauvaise opinion de tous les protagonistes du conflit.

Le leader de la CGT, Philippe Martinez, suscite autant de rejet que le président de la République. Le patron de la CFDT, Laurent Berger, est celui qui s’en sort le moins mal, avec 38 % de bonnes opinions.

Marine Le Pen en embuscade

Ce phénomène du « tous perdants » se retrouve sur la cote d’adhésion des principaux leaders politiques. Tous, ou presque, ont tendance à baisser ce mois-ci.

La chute est particulièrement forte chez ceux que l’opinion identifie comme des partisans de la réforme. Moins cinq pour le porte-parole du gouvernement, Olivier Véran, moins cinq pour le chef des LR, Éric Ciotti, et même moins six pour l’ancien Premier ministre, Édouard Philippe. Si ce dernier reste en tête des personnalités préférées, avec 36 % d’adhésion, il ne compte désormais plus que trois points d’avance sur Marine Le Pen.

Stable à 33 % d’adhésion, la présidente du groupe RN à l’Assemblée nationale apparaît plus que jamais en embuscade.

Lire Plus

Les + Lus