Nous rejoindre sur les réseaux

Planète

Planète: Le crépuscule des chiffonniers d’Istanbul, experts en recyclage

Article

le

le-crepuscule-des-chiffonniers-d’istanbul,-experts-en-recyclage

Le regard aussi noir que la fumée âcre échappée du bidon en flammes qui l’enveloppe, sans vraiment le réchauffer, Astane Gul s’est accroupi sous un auvent pour trier flacons et bouteilles plastique extraits d’énormes sacs autrefois blancs.

« Je commence le matin à 8h00 et je finis à 20H00. C’est très dur et mal payé, mais je n’ai pas le choix », soupire son compatriote afghan, Issam Rafur, 20 ans dont quatre en Turquie.

Pauvres parmi les pauvres, ces jeunes aux mains noircies par la crasse appartiennent à la chaîne de miséreux recrutés parmi les Kurdes, les Lazes, les Roms et les migrants sans papiers: pour moins de 10 euros par jour, ils parcourent les rues d’Istanbul en quête de déchets recyclables.

Ils craignent aujourd’hui de perdre leur unique gagne-pain dans un pays durement touché par la dévaluation de la monnaie et l’inflation.

Arguant de problèmes « d’environnement et de santé publique », le gouvernorat de la mégapole turque, nommé par le gouvernement, veut en finir avec ces chiffonniers modernes et leur libre entreprise non réglementée.

Mais les intéressés soupçonnent plutôt l’appétit des sociétés de recyclage qui se passeraient ainsi d’intermédiaires et contrôleraient la chaîne, sans concurrence.

Ce que confirme sans ambages Mehmet Emin Birpinar, vice-ministre chargé de l’Environnement, même s’il reconnaît l’ancienneté des ramasseurs : « Les déchets peuvent être achetés et vendus, on commence donc à les considérer comme un matière première. Or, avec l’augmentation du prix des matières premières, la valeur des matériaux recyclés a augmenté ».

« Si les grandes entreprises prennent notre travail, elles scient la dernière branche sur laquelle on est assis », s’inquiète Mahmut Aytar, qui gère un petit dépôt à Ümraniye, une zone industrielle excentrée sur la rive asiatique d’Istanbul. « Elles nous poussent dans le ravin ».

15 à 16 km quotidiens

A 28 ans, diplômé en biologie, ce jeune originaire du sud-est de la Turquie s’est lancé dans le recylage des plastiques faute de trouver un emploi qualifié.

« C’est un travail qui ne nécessite ni expérience ni formation. N’importe qui peut se lancer, mais ce sont surtout les exclus du système qui le font », confie-t-il en surveillant d’un oeil les presses qui écrasent les sacs en plastique et les bouteilles vides.

Les ballots compacts sont ensuite ramassés par les camions des entreprises de recyclage qui les transforment en granules.

Des dépôts comme le sien, il en existe quelque 2.500 à Istanbul, estime Mahmut Aytar.

Chaque jour, des dizaines de collecteurs arrivent dans cette zone industrielle, tirant derrière eux leur gros sac gonflé à ras bord de papiers, cartons, sacs et bouteilles de plastique, bidons, câbles métalliques… les rebuts d’une mégapole de 16 millions d’habitants.

Avec leur « çekçek » (littéralement tire-tire), ils sont des milliers à dévaler les rues abruptes d’Istanbul tractant leur diable géant pour récupérer ce qui offre une valeur, même minime.

Les femmes et les mineurs se spécialisent plutôt dans les cartons collectés de nuit à la fermeture des boutiques, leur bébé installé parfois dans les replis du sac au milieu de leur butin.

Avec un çekçek, un ramasseur gagne 80 à 120 livres turques par jour (moins de 6 à 8 euros), une livre par kilo. Les plus vaillants arrivent à récupérer jusqu’à 150 kilos dans une journée.

« Ils l’ignorent sans doute mais la pauvreté de ces gens fait qu’ils contribuent à la protection de la nature » en récupérant les déchets recyclables, philosophe Mahmut. « Ils rendent service à la société ».

Mais c’est un travail épuisant, note-t-il: les ramasseurs parcourent 15 à 16 kilomètres quotidiens avec cette charge dans les bras.

« Harcèlement »

Régulièrement, la police leur tombe dessus. Début octobre, plus de 250 ramasseurs ont été interpellés en une journée. Relâchés quelques heures plus tard, ils ont perdu leur diable et leur sac.

« C’est du harcèlement », s’insurge Ekrem Yasar qui gère son propre dépôt après avoir oeuvré comme ramasseur pendant douze ans.

« Encore aujourd’hui, trois ont été arrêtés: un diable c’est 500 livres turques, un sac 60. Chaque confiscation me coûte 560 livres (environ 36 euros), ce que je gagne en trois jours… ».

Pour la préfecture (autorité distincte de la municipalité, conquise par l’opposition en 2019), « ces çekçek travaillent dans l’illégalité », souffle un responsable sous couvert d’anonymat.

« C’est à la ville de s’occuper du recyclage et d’en toucher les revenus ». Ou de désigner des « sociétés légalement engegistrées ».

« Nous n’avons pas de statut légal, c’est vrai, mais nous sommes prêts à payer des impôts et des taxes. On ne demande pas d’aide à l’Etat, mais s’ils nous enlèvent notre travail, des dizaines de milliers de gens vont se retrouver sans rien », proteste Ekrem Yasar, qui attend avec impatience la naissance d’un syndicat, en cours de constitution.

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Planète

Pénurie d’eau : Christophe Béchu dévoile les contours du plan national anti-sécheresse

Article

le

Pénurie d’eau : Christophe Béchu dévoile les contours du plan national anti-sécheresse

Le ministre de la Transition écologique veut réduire la consommation d’eau. « Il faut s’habituer à la fin d’abondance, y compris pour l’eau », insiste-t-il.

Après « Tous Anti Covid » pendant la crise sanitaire et « Écowatt » pour faire le point sur les risques de pénurie d’électricité, le ministre de la Transition écologique indique travailler sur un système similaire pour lutter contre les pénuries d’eau.

Dans une interview au Parisien, Christophe Béchu estime qu’« il y aura un avant et un après l’été 2022’ », où la France a été confrontée de plein fouet aux conséquences du réchauffement climatique, entre canicule, feux de forêt et cours d’eau asséchés. « La quasi-totalité des départements ont été touchés par des mesures de restriction et 700 communes ont connu des difficultés d’approvisionnement en eau potable », précise le ministre de la Transition Écologique.

Pour limiter les dégâts d’une telle sécheresse, il mise donc en partie sur le bon vouloir de chacun. Avec ses équipes, il dit « avancer sur une forme d’’Ecowatt’ de l’eau, sur lequel on trouvera l’état des tensions dans le secteur où on se trouve ». L’application donnera aussi « des conseils simples » pour limiter sa consommation en eaux « car beaucoup de Français sont prêts à agir. »

Pour rappel, l’application Écowatt a été mise en place par le gouvernement dans le courant de l’automne pour anticiper les baisses d’électricité, identifier les zones concernées et encourager à modifier les comportements.

« Il faut s’habituer à la fin d’abondance, y compris pour l’eau »

« Il nous manque un dispositif d’information en temps réel et à une adresse précise via une appli ou un site Internet, assure Christophe Béchu. Comme ce genre d’épisodes va se reproduire, il faut mener des analyses toute l’année afin d’affiner les prévisions… et de prendre des restrictions, dès qu’elles sont nécessaires, bien avant le début de l’été. » Il précise parler de restrictions sur des plages horaires plutôt que sur des journées complètes.

« De toute façon, il faut s’habituer, comme l’a expliqué le président, à la fin d’abondance, y compris pour l’eau », insiste le ministre. Le « premier objectif » est de « diminuer d’un peu plus de 10 % le volume d’eau prélevée dans nos sous-sols d’ici la fin du quinquennat. Soit une baisse de 4 milliards de mètres cubes sur un total de 33 captés chaque année », indique-t-il.

Outre l’appel à la responsabilité de chacun, le ministre entend aussi améliorer la gestion de la ressource d’ici 2026, en partageant la tâche entre plusieurs communes et non plus individuellement. Cette gestion partagée et une meilleure « responsabilisation des acteurs locaux » permettraient par exemple selon lui de réduire les pertes d’eau potable dans la nature causée par des réseaux de canalisations défectueux ou vétustes. Selon les territoires, cela représente des pertes de 5 à 70 %.

Le recours plus développé aux eaux usées ou faiblement polluées est aussi à l’étude. « Aujourd’hui, un particulier ne peut pas alimenter ses toilettes avec de l’eau de pluie, il faut de l’eau potable. On peut donc imaginer que la réglementation évolue sur ce point », évoque Christophe Béchu, sans davantage de précisions

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Lire Plus

Bassin de Thau

Sète / Bancs Publics : un rassemblement à 18h en présence de José Bové

Article

le

©BancsPublics

Le collectif Bancs Publics appelle à un rassemblement ce mercredi à 18h. La présence de José Bové est annoncée par l’organisation.

Le collectif reste très actif malgré l’autorisation donnée par le préfet de l’Hérault le 13 janvier dernier, à propos de l’arrachage des 52 tilleuls de la place Aristide Briand.

Alors que le collectif a déposé un nouveau référé en suspension pour contester cette autorisation devant le tribunal administratif, il tiendra à 18h un rassemblement pour faire entendre la voix des bénévoles avec un renfort de poids qui est annoncé par les organisateurs. En effet, les organisateurs annoncent la présence de José Bosé parmi les manifestants.

« La mobilisation générale est indispensable ce mercredi (…). Nous aurons le soutien et la présence de José Bové pour que cette manifestation démontre aux pouvoirs publics que l’arrêté préfectoral autorisant l’arrachage des arbres est une démission irresponsable. Il faut empêcher que la place du kiosque devienne une « Zone de Crime Climatique ». Venez très très nombreuses et nombreux », écrit le collectif.

Dans ce nouveau référé déposé par les bénévoles pour faire suspendre cette décision d’arrachage des tilleuls de la place, le collectif explique avoir noté « plusieurs erreurs évidentes » à l’intérieur de la procédure.

Cette manifestation organisée ce soir avec la présence de José Bové, arrive une semaine après la tenue d’une assemblée générale qui a réuni plus de 300 personnes. C’était l’occasion pour le collectif de faire le plein, « avec un record du nombre d’adhésions », précise un membre du collectif. « Nous allons continuer d’informer la population face à la démission des services de l’État », ajoute-t-il.

Lire Plus

France

Des militants écologistes recouvrent la façade de Matignon de peinture orange

Article

le

En pleine rentrée gouvernementale, les portes du lieu de travail de la Première ministre Élisabeth Borne ont été en partie recouvertes de peinture orange.

Deux personnes, des « soutiens » du collectif écologiste Dernière rénovation, ont lancé de la peinture orange sur les portes de l’Hôtel de Matignon, à Paris, en pleine rentrée gouvernementale, ce mercredi 4 janvier.

Une vidéo partagée par le collectif montre les deux personnes, en T-shirt blanc, maîtrisées par des membres des forces de l’ordre devant Matignon, dont les portes sont en partie recouvertes de peinture orange.

La peinture, fidèle aux couleurs du mouvement de désobéissance civile, a rapidement pu être enlevée au karcher par un employé de l’Élysée.

« L’État n’a rien fait » contre le dérèglement climatique

Quelques minutes avant de passer à l’action, un des deux militants a détaillé les raisons de son action, « Après la condamnation en justice de l’État, le gouvernement n’a toujours rien fait pour réparer les dégâts causés par le dérèglement climatique », a ainsi expliqué l’activiste.

En octobre 2021, la justice avait en effet donné raison à quatre ONG rassemblées sous la bannière « l’Affaire du siècle » en condamnant l’État français à réparer ses engagements non tenus de baisse des émissions de gaz à effet de serre.

Situé en face du palais de l’Élysée, Matignon est la résidence officielle et le lieu de travail de la Première ministre Élisabeth Borne. En ciblant ce lieu, le « soutien » de Dernière Rénovation cité plus haut indique vouloir désigner « qui sont les coupables » de la crise climatique, à savoir « les gouvernements, et notamment le gouvernement français », selon lui.

« Face à une action climatique de façade, la jeunesse repeint la façade de Matignon », revendique Dernière rénovation sur Twitter, indiquant vouloir « forcer à agir un gouvernement doublement condamné par la justice française et officiellement hors-la-loi depuis le 31 décembre 2022. »

Lire Plus

Les + Lus