Nous rejoindre sur les réseaux

Société

Omicron: plus de 2.000 vols annulés dans le monde la veille de Noël

Article

le

omicron:-plus-de-2.000-vols-annules-dans-le-monde-la-veille-de-noel

Les compagnies aériennes ont dû annuler plus de 2.000 vols dans le monde, notamment face au variant Omicron du Covid-19 qui vient perturber les voyages pendant les fêtes.

Selon le site Flightaware, on comptait à 18H50 GMT au moins 2.272 annulations de vols vendredi, dont 585 sont des trajets liés aux Etats-Unis, qu’il s’agisse de liaisons internationales ou internes.

Jeudi, 2.231 vols avaient été annulés, selon la même source.

De nombreuses compagnies interrogées ont évoqué la nouvelle vague de la pandémie, qui frappe notamment les équipages, comme une des principales causes liées à ces annulations.

Selon Flightaware, United Airlines a ainsi dû annuler plus de 180 vols vendredi, soit 8% de ceux qui étaient programmés.

« Le pic de cas d’Omicron à travers le pays cette semaine a eu un impact direct sur nos équipages et les personnes qui gèrent nos opérations », a expliqué la compagnie, qui a assuré s’efforcer de trouver des solutions pour faire partir les passagers affectés.

Delta Air Lines a également annulé 163 vols, selon Flightaware, invoquant à la fois Omicron et, ponctuellement, des conditions météo défavorables.

« Les équipes Delta ont épuisé toutes les options et les ressources » avant d’en venir à ces annulations, plaide la compagnie aérienne.

109 millions d’Américains en déplacement

Plus de dix vols d’Alaska Airlines, dont des employés ont indiqué « avoir été potentiellement exposés au virus » et ont dû s’isoler en quarantaine, ont aussi été annulés.

Ces annulations viennent perturber la volonté de renouer cette année avec les déplacements pour les fêtes, après un Noël 2020 frappé de plein fouet par la pandémie.

Selon les estimations de l’American Automobile Association, plus de 109 millions d’Américains devaient quitter leur région immédiate par avion, train ou en voiture entre le 23 décembre et le 2 janvier — soit une hausse de 34% par rapport à l’an dernier.

A titre d’exemple, la compagnie aérienne American Airlines avait prévu 5.300 vols jeudi, autant que les deux jours précédents.

« Cela représente 86% de notre programme de vol pour la même période de 2019 », lors des dernières fêtes de fin d’année avant que le Covid-19 ne vienne longuement faire obstacle à l’essentiel des déplacements, a dit la compagnie.

Mais la plupart de ces voyages avaient été planifiés avant l’irruption du variant Omicron qui, très contagieux, se propage à toute vitesse et oblige de nombreuses personnes à s’isoler même en l’absence de symptômes.

Deux milliards de cadeaux

Ces perturbations n’ont fort heureusement pas eu de conséquences pour la tournée du père Noël, que suit scrupuleusement, depuis 63 ans, le Commandement de la défense aérospatiale de l’Amérique du Nord (NORAD).

Et cela grâce notamment à un capteur installé dans le nez de Rudolph, l’un des rennes qui tire le traîneau.

« Cela se passe très bien pour l’instant, le Père Noël a distribué deux milliards de cadeaux et il se trouve actuellement au-dessus du Pakistan », a confié le major général Eric Kenny, qui commande le NORAD pour la région du Canada, vers 18h00 GMT.

Le président des Etats-Unis lui-même a tenu à s’assurer que la distribution se passait sans encombres.

Depuis la Maison Blanche et devant les caméras, Joe Biden s’est informé du parcours du Père Noël auprès du NORAD, avant de parler, au téléphone, à des enfants et à des familles également curieux de la tournée du traîneau.

Mais le président démocrate a été rattrapé par les antagonismes politiques très forts aux Etats-Unis, quand un père de famille, à qui il venait de souhaiter de bonnes fêtes, lui a lancé, selon les journalistes présents: « Joyeux Noël, et +Let’s go Brandon!+ »

Cette expression est utilisée par des partisans de l’ancien président Donald Trump en lieu et place de l’insulte « Fuck Joe Biden ».

Société

Hausse alarmante des plaintes pour violences sexuelles en France en 2023

Article

le

Hausse alarmante des plaintes pour violences sexuelles en France en 2023

Les statistiques du ministère de l’Intérieur révèlent une augmentation de 7 % des plaintes, principalement déposées par des femmes et des mineurs.

Les chiffres publiés par le Service statistique de la sécurité intérieure (SSMI) ne laissent aucun doute sur la gravité de la situation : en 2023, le nombre de plaintes pour violences sexuelles en France a atteint un niveau alarmant. Avec 114 100 victimes recensées, soit une hausse de 7 % par rapport à l’année précédente, ces statistiques soulèvent de sérieuses préoccupations quant à la sécurité des citoyens.

Principalement touchées par ces crimes, les femmes représentent 85 % des plaignantes, tandis que les mineurs constituent la majorité des victimes, avec 57 % des cas. Il est également révélé que trois quarts des dépôts de plainte concernent des violences sexuelles survenues en dehors du cadre familial. Cependant, une tendance inquiétante émerge : une augmentation plus prononcée des violences au sein de la famille (+ 11 %) par rapport à celles survenues en dehors du cercle familial (+ 7 %).

Les violences sexuelles englobent un large éventail de crimes et de délits, allant des viols aux agressions sexuelles, y compris le harcèlement et les exhibitions. Cette hausse alarmante des plaintes révèle l’urgence d’actions concrètes pour protéger les plus vulnérables et punir les coupables.

Parallèlement, une augmentation de 7 % des violences physiques a également été enregistrée, totalisant 444 700 cas. Ces violences, souvent perpétrées au sein de la famille, montrent une disparité en fonction du genre : les hommes étant majoritaires dans les plaintes relatives aux violences hors du cadre familial (69 %), tandis que les femmes restent les principales victimes des violences intrafamiliales (75 %).

Face à cette montée préoccupante de la violence, il est impératif que les autorités intensifient leurs efforts pour garantir la sécurité et la protection de tous les citoyens, en particulier des femmes et des enfants, contre ces crimes odieux.

Lire Plus

Société

Prisons: 76.258 personnes détenues au 1er février, nouveau record

Article

le

Prisons: 76.258 personnes détenues au 1er février, nouveau record

Le nombre de détenus atteint des sommets, mettant en lumière les défis persistants du système pénitentiaire français.

Les chiffres publiés par le ministère de la Justice mettent en évidence une situation alarmante : le nombre de personnes incarcérées en France a atteint un niveau record au 1er février, avec 76 258 détenus, soit une augmentation de 5,5 % par rapport à l’année précédente.

Cette hausse continue de la population carcérale a conduit à une surpopulation criante dans les établissements pénitentiaires du pays. Avec seulement 61 737 places opérationnelles, la densité carcérale globale s’élève désormais à 123,5 %. Dans les maisons d’arrêt, où sont détenus les prévenus en attente de jugement et ceux condamnés à de courtes peines, le taux d’occupation atteint un niveau alarmant de 147,7 %, dépassant même les 200 % dans 16 établissements ou quartiers.

Cette surpopulation a des conséquences directes sur les conditions de détention, avec 3 059 détenus contraints de dormir sur des matelas posés à même le sol, soit une augmentation de 50,2 % par rapport à l’année précédente.

Parmi les personnes incarcérées, près de 20 254 sont des prévenus en attente de jugement, ce qui souligne la pression croissante sur le système judiciaire français.

Au total, 92 641 personnes étaient placées sous écrou au 1er février, dont 16 383 bénéficiaient d’un placement sous bracelet électronique ou à l’extérieur. On note une augmentation significative de 21,6 % du nombre de condamnés en placement extérieur hébergés.

Face à cette surpopulation carcérale persistante, le gouvernement français a annoncé son intention de construire 15 000 nouvelles places de prison d’ici à 2027. Cette mesure vise à répondre à l’urgence de la situation et à remédier aux violations récurrentes des droits de l’homme constatées dans les établissements pénitentiaires français.

Lire Plus

France

Audition musclée à la commission d’enquête sur les fréquences TNT : CNews et Canal+ sur la sellette

Article

le

Audition musclée à la commission d'enquête sur les fréquences TNT : CNews et Canal+ sur la sellette

Les figures de CNews et de Canal+ confrontées aux critiques lors d’une audition houleuse.

Lors de leur passage devant la commission d’enquête sur les fréquences TNT, les représentants de CNews et de sa maison-mère, Canal+, ont été confrontés à une série de questions pointues et à des critiques acerbes. Organisée par les députés de la France Insoumise, cette commission vise à examiner de près les pratiques médiatiques, mettant ainsi en lumière les tensions existantes entre les chaînes et certains secteurs de la classe politique.

Propriété du groupe Vivendi, dirigé par le milliardaire conservateur Vincent Bolloré, Canal+ est sous le feu des projecteurs, en particulier en raison de son contrôle sur CNews, une chaîne qui a récemment fait l’objet de controverses.

Les échanges ont été particulièrement tendus avec les représentants de CNews, notamment ses personnalités vedettes comme Pascal Praud, Laurence Ferrari et Sonia Mabrouk. La récente polémique autour de la présentation de l’avortement comme la « première cause de mortalité dans le monde » a suscité un tollé, contraignant la chaîne à présenter des excuses publiques. Cependant, les responsables ont souligné qu’une enquête interne était en cours pour clarifier les circonstances de cet incident.

Les débats ont également porté sur la nature de CNews en tant que chaîne d’information ou d’opinion. Alors que certains députés ont critiqué la tendance de la chaîne à privilégier les points de vue plutôt que les faits, les responsables se sont défendus en mettant en avant la décision récente du Conseil d’État, qui a demandé un renforcement du contrôle régulateur des médias, en particulier sur CNews.

La question de l’interventionnisme supposé de Vincent Bolloré dans la programmation des chaînes a également été abordée. Les dirigeants ont nié toute pression directe de sa part, mais ont reconnu des échanges fréquents sur les audiences et les performances des émissions.

En outre, l’audition a mis en lumière les enjeux liés au renouvellement des fréquences TNT en 2025, avec Canal+ exprimant son intention de candidater pour l’ensemble de ses chaînes. Malgré les critiques et les défis, les représentants de Canal+ ont affirmé leur engagement à respecter les obligations réglementaires et à contribuer au pluralisme des médias.

Lire Plus

Les + Lus