Nous rejoindre sur les réseaux

Occitanie

Occitanie / Ligne Nouvelle Montpellier-Perpignan : Une nouvelle étape franchie

Article

le

Carole Delga, présidente de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée, a été élue à l’unanimité présidente du conseil d’administration de la Société de la LNMP.

Le 29 septembre à Montpellier, Étienne Guyot, préfet de la région Occitanie, préfet de la Haute-Garonne, a ouvert le conseil d’administration d’installation de la société de la LNMP réunissant les 11 collectivités territoriales participant au projet, ainsi que SNCF Réseau et SNCF Gares et Connexions.

Après la signature de l’ordonnance du 3 avril 2022 par le Président de la République, c’est donc la première étape clé de la concrétisation de ce projet.

Au cours de cette séance, Carole Delga, présidente de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée, a été élue à l’unanimité présidente du conseil d’administration de la Société de la LNMP ; Philippe Vidal, vice-président du département de l’Hérault délégué à l’aménagement du territoire a été élu vice-président.

Des premières mesures concrètes

Le conseil d’administration a voté les premières orientations budgétaires qui prévoient une augmentation progressive des contributions des collectivités à partir de 2023 pour un montant de 8,1 M€. En 2026, la part de financement atteindra son plein potentiel, avec un montant de 24,5 M€. En 2022, la poursuite des études (12 M€) et des acquisitions foncières (13,2 M€) restent financées par des conventions signées entre l’État, SNCF-Réseau et chacune des collectivités.

L’objectif est de démarrer les travaux de la première phase de la LNMP en 2029 pour une mise en service en 2034.

À la suite du conseil d’administration, un comité de pilotage s’est réuni sous la coprésidence d’Étienne Guyot et de Carole Delga. L’ensemble des collectivités signataires du plan de financement et des préfets de départements concernés était également présents.

SNCF Réseau a exposé les suites données à l’enquête publique, l’avis favorable du commissaire enquêteur et a réaffirmé son engagement à traiter l’ensemble des points sensibles en concertation étroite avec les acteurs du territoire. SNCF Réseau a également présenté la structuration de son organisation interne et les réflexions en cours en vue de choisir le mode d’organisation de la maîtrise d’ouvrage pour les études opérationnelles et les travaux.

Étienne GUYOT, préfet de la région Occitanie, préfet de la Haute-Garonne, se réjouit « du bon avancement du projet LNMP qui permet d’inscrire l’ensemble de l’Occitanie dans la dynamique de la grande vitesse, au service des habitants et des territoires de la région. En plus de désenclaver et de renforcer l’attractivité du territoire, ce projet contribuera à renforcer les mobilités du quotidien en permettant un accroissement de l’offre TER, plus particulièrement sur l’axe littoral. »

Carole DELGA, la présidente de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée, salue « une nouvelle étape de franchie pour l’avancée de la LNMP ! Je remercie l’ensemble des partenaires de ce projet, pour leur confiance et leur vote unanime lors de mon élection à la présidence du conseil d’administration. Je tiens également à saluer une nouvelle fois, la mobilisation collective autour de ce projet de ligne à grande vitesse, indispensable pour le territoire, son attractivité économique et pour faciliter les déplacements quotidiens des habitants. Car oui, je le répète le train est le moyen de transports le moins pollueur. Il est urgent d’accélérer le développement des infrastructures ferroviaire en France. Région où le train est le moins cher de France, je tiens à ce que l’Occitanie soit une force motrice dans ce défi de taille. Pour cela, je veillerai en tant que présidente du conseil d’administration, à ce que le calendrier des travaux soit accéléré. »

Catherine TREVET, directrice territoriale SNCF Réseau Occitanie : « L’installation du conseil d’administration LNMP constitue aujourd’hui une étape essentielle dans l’avancée de ce projet qui participe au développement du ferroviaire tout en renforçant encore un peu plus l’attractivité du territoire.  SNCF Réseau va ainsi pouvoir finaliser sans attendre l’organisation qui lui permettra de poursuivre les études et d’engager les travaux pour une mise en service en 2034.  Pleinement mobilisées, les équipes vont poursuivre le dialogue de qualité mené tout au long de la phase 1 tout en préparant la concertation propre à la phase 2 avec l’ensemble des acteurs du territoire ».

Participaient à ce conseil de surveillance et à ce comité de pilotage : Étienne Guyot, Carole DELGA, Philippe VIDAL, Hervé BARO, Hermeline MALHERBE, Michaël DELAFOSSE,Jean-Charles MORICONI, Jean-Guy MAJOUREL, Jean-Charles DESPLAN, Claude ALLINGRI, Didier MOULY, Didier CARBONNE.

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

1 Commentaire

1 Commentaire

  1. Jean-Louis CAMELIO

    30 septembre 2022 at 16 h 10 min

    arole Delga a été élue à l’unanimité Présidente.

    les élections où on élit quelqu’un à l’unanimité cela me fait penser au pays communiste dont l’ancienne URSS. Carole Delga serait la nouvelle Poutine du Languedoc-Rouillon ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Occitanie

Occitanie : la qualité de l’air dégradée en raison de particules de sable

Article

le

Occitanie : la qualité de l'air dégradée en raison de particules de sable

La qualité de l’air en Occitanie connaît une dégradation significative ce dimanche dans cinq départements, en raison du vent fort de sud transportant des particules de sable provenant du Sahara, selon un rapport d’Atmo Occitanie.

L’observatoire Atmo Occitanie, qui surveille quotidiennement la qualité de l’air, alerte sur la présence d’une masse d’air chargée de particules désertiques, principalement concentrée dans une zone située au pied des Pyrénées.

Dans les départements de la Haute-Garonne, du Gers, de l’Ariège, des Pyrénées-Orientales et des Hautes-Pyrénées, l’indice de qualité de l’air devrait atteindre le niveau 4 (mauvais) ce dimanche, sur une échelle de 1 (bon) à 6 (extrêmement mauvais).

Lire Plus

Faits Divers

Agression de Samara à Montpellier : Une mission flash annoncée par la ministre de l’Éducation

Article

le

Agression de Samara à Montpellier : Une mission flash annoncée par la ministre de l'Éducation

Nicole Belloubet réagit à l’agression de l’adolescente et annonce des mesures de sécurité.

La ministre de l’Éducation nationale, Nicole Belloubet, a réagi ce jeudi à l’agression violente de Samara, une adolescente de 14 ans à Montpellier, en annonçant une « mission flash » pour faire la lumière sur les faits.

« Une inspection générale va se rendre sur place pour une mission flash dès demain (vendredi) », a précisé la ministre, soulignant qu’elle avait également pris contact avec la famille de la jeune fille.

L’adolescente a été agressée mardi par un groupe de trois individus, dont une mineure de 14 ans étudiant dans le même établissement. Cette dernière a été interpellée depuis, selon le parquet de Montpellier. Bien que gravement blessée, le pronostic vital de Samara n’est plus engagé, a déclaré le parquet mercredi.

L’agression s’est produite aux alentours de 16 heures devant le collège Arthur-Rimbaud, situé dans le quartier de Mosson-La Paillade, au nord-ouest de Montpellier.

Nicole Belloubet a insisté sur l’importance de faire toute la lumière sur les événements précédents et a promis des conséquences pour les responsables éventuels. « Nous devons tout savoir sur ce qu’il s’est passé durant les mois précédents, les heures précédentes, à l’école et en dehors de l’école. Nous devons la vérité à Samara, à sa famille, à l’institution », a-t-elle déclaré.

La ministre a également souligné l’importance de lutter contre le harcèlement et a annoncé que la politique en la matière serait examinée. Une réunion interministérielle sur la sécurisation des établissements scolaires est prévue pour ce jeudi, afin d’assurer un climat serein et sécurisé pour tous les élèves.

Lire Plus

Europe

Cigarettes : plus de limite pour ramener des cartouches d’un autre pays de l’UE

Article

le

Cigarettes : plus de limite pour ramener des cartouches d'un autre pays de l'UE

Le gouvernement lève les restrictions sur les quantités de tabac autorisées pour les voyageurs en provenance d’autres pays européens.

À partir de maintenant, les voyageurs entrant en France depuis un autre pays de l’Union européenne ne seront plus soumis à des restrictions sur les quantités de cigarettes qu’ils peuvent transporter. Le gouvernement a aboli ces limites dans un décret entré en vigueur le vendredi 29 mars, tel que publié au Journal officiel.

Auparavant, les voyageurs étaient limités à une cartouche de cigarettes, 50 cigares, 250 grammes de tabac à fumer et 100 cigarillos lors de leur retour d’un pays de l’UE. Cependant, ces restrictions ont été levées pour se conformer au droit européen, qui autorise des limites plus élevées : quatre cartouches, 200 cigares, un kilo de tabac à fumer et 400 cigarillos.

La décision de lever ces limites s’explique en partie par les différences de prix du tabac entre la France et ses voisins européens, incitant certains voyageurs à se livrer à des trafics illégaux de cigarettes. En levant ces restrictions, le gouvernement français facilite les déplacements des voyageurs et harmonise sa réglementation avec le droit européen.

Thomas Cazenave, le ministre délégué chargé des comptes publics, a souligné lors d’une conférence de presse que malgré cette décision, les douaniers pourront toujours agir contre le trafic illégal de tabac en s’appuyant sur des indices et en saisissant les contrevenants. Il a également exprimé la volonté du ministère des Finances d’harmoniser la fiscalité du tabac au niveau européen.

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Lire Plus

Les + Lus