Nous rejoindre sur les réseaux

Société

Bassin de Thau : Le « développement personnel » au centre des programmes scolaires

Article

le

Occitanie

Une rentrée particulière sous tous les angles… Des élèves masqués, de nouvelles restrictions, mais surtout de nouvelles ambitions pour cette nouvelle année scolaire qui commence. La rectrice a notamment évoqué la réforme des lycées, et les nouvelles options que les élèves pourront choisir avec en priorité des activités créatives.

Mieux apprendre à se connaitre tout au long de sa scolarité, c’est la nouvelle ligne de mire pour l’Académie de Montpellier.

« La place du sport revalorisée »

Une manière de placer le développement personnel, au centre de tous les programmes: la place du sport revalorisée, des compétitions prévues dans les différentes disciplines… Priorité aussi à l’éco-responsabilité de chacun, à ce titre l’éducation au développement durable figure désormais dans les matières enseignées…  

Bien sûr l’accent a été mis sur la culture et l’art, la rectrice n’a pas manqué de le rappeler ces enseignements « sont essentiels au développement de la sensibilité de chacun, ainsi qu’à la formation de l’esprit ». Des partenariats ont été mis en place, et de plus en plus de lycéens pourront se tourner vers des options telles que l’apprentissage d’un instrument, le cinéma audiovisuel, le cirque, le théâtre, la danse etc…

86% des collèges concernées par la chorale

Pour les plus jeunes, pas de panique : le plan chorale sera cette année proposée dans 86% des collèges, et il concerne déjà plus de 4600 élèves…  De nouvelles disciplines et loisirs seront aussi proposées pour la première fois cette année.

Vous l’aurez compris, il s’agit de donner un maximum de moyens aux élèves pour apprendre à se connaitre, à travers les enseignements… C’est en tout cas la mission que s’est donnée la rectrice de la région Occitanie, dès la reprise.

Click to comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

France

Ecole, retraites, binationaux : « Nous sommes prêts » à gouverner, assure Jordan Bardella

Article

le

Ecole, retraites, binationaux : "Nous sommes prêts" à gouverner, assure Jordan Bardella

Jordan Bardella affirme la capacité du RN à gouverner, tandis que Gabriel Attal tente de relancer le camp présidentiel à la peine à six jours du premier tour.

À six jours du premier tour des élections législatives, Jordan Bardella a affirmé lundi la capacité du Rassemblement National (RN) à gouverner. Lors d’une conférence de presse, il a tenté de dissiper les doutes sur son programme et son aptitude à diriger, particulièrement après une semaine de flottement au sein du camp lepéniste.

Sur les retraites, Bardella a réitéré son intention de privilégier les carrières longues dès l’automne : « les Français qui ont commencé à travailler avant 20 ans et qui justifient de quarante annuités pourront partir à la retraite dès 60 ans ». En matière d’éducation, il a annoncé un « big bang de l’autorité » avec l’interdiction des téléphones portables dans les collèges et lycées, le vouvoiement des enseignants, et l’expérimentation de l’uniforme à l’école primaire et au collège.

Devant Marine Le Pen et Eric Ciotti, avec qui il a formé une alliance, Bardella a confirmé que les postes les plus stratégiques de l’État seraient réservés aux citoyens français n’ayant qu’une seule nationalité, excluant ainsi les binationaux. Il a également assuré qu’il serait vigilant face aux tentatives d’ingérence de la Russie s’il accédait au pouvoir.

Crédité d’environ 35 % d’intentions de vote au premier tour et d’une majorité relative à absolue dans l’hémicycle le 7 juillet, selon plusieurs instituts de sondages, le RN est la cible de ses adversaires, notamment le Nouveau Front Populaire (27 % à 29,5 %) et le camp présidentiel (environ 20 %). Jean-Luc Mélenchon a critiqué le RN, l’accusant de créer une atmosphère de peur parmi les « métissés, les racisés », en référence aux stigmatisations après les émeutes suivant la mort du jeune Nahel.

Gabriel Attal, en campagne à Dijon, a saisi l’occasion pour inviter Jean-Luc Mélenchon à débattre sur TF1 avec Bardella et lui-même, plutôt que d’envoyer le porte-parole de LFI, Manuel Bompard. Bardella a soutenu cette invitation, rappelant que la chaîne avait invité les candidats au poste de Premier ministre.

Jean-Luc Mélenchon a répondu en affirmant que le prochain Premier ministre serait proposé par le groupe parlementaire le plus nombreux après les élections, critiquant la nomination d’Attal par « faveur du prince ». Les chefs des formations du Nouveau Front Populaire ont prévu de se partager les différents débats télévisés du premier et second tour.

Laurent Berger, ancien secrétaire général de la CFDT, a déclaré dans Le Monde que la priorité était d’éviter le RN, ajoutant que le choix du Premier ministre n’était pas sa principale préoccupation. De son côté, Gabriel Attal a affirmé que le RN n’était pas prêt à gouverner, insistant sur le fait que le RN est un parti d’opposition et non de gouvernement.

Emmanuel Macron a indirectement répondu aux critiques en assurant avoir conscience que beaucoup dans la majorité lui en veulent, mais exprimant sa confiance dans les électeurs. « Ce sera la responsabilité des Français » le soir du deuxième tour, a-t-il ajouté.

Lire Plus

Société

« Alertes féministes » contre l’extrême droite à Paris et ailleurs en France

Article

le

"Alertes féministes" contre l'extrême droite à Paris et ailleurs en France

Des dizaines de milliers de personnes ont défilé dimanche à Paris et en France pour dénoncer le « danger » pour les droits des femmes que représenterait une victoire du RN, à une semaine des législatives.

Un mouvement de grande ampleur a traversé la France dimanche, alors que des dizaines de milliers de manifestants se sont rassemblés pour lancer des « alertes féministes » contre l’extrême droite. À Paris, entre 13 000 personnes, selon la préfecture de police, et 75 000, selon les organisateurs, ont défilé sous le soleil, arborant la couleur violette emblématique du féminisme. Ces manifestations, organisées par plus de 200 associations, ONG et syndicats, visaient à dénoncer la menace que représenterait une victoire du Rassemblement National (RN) pour les droits des femmes.

En régions, 14 000 manifestants ont été recensés dans 41 rassemblements, selon des sources policières. La veille, des défilés contre l’extrême droite à l’appel des syndicats avaient réuni entre 250 000 et 640 000 personnes en France, dont 75 000 à 250 000 à Paris.

Les associations féministes, syndicats et ONG dénoncent le « féminisme de façade » de l’extrême droite, accusations que le RN rejette en les qualifiant de « caricatures ». Morgane Legras, militante de #Noustoutes et ingénieure dans le nucléaire, a fustigé le RN en rappelant leur historique de déclarations et d’actions contre les droits des femmes, notamment en matière d’avortement et de soutien au Planning familial.

Stéphanie, 51 ans, qui ne manifeste jamais d’habitude, s’est mobilisée contre ce qu’elle perçoit comme une véritable menace. Sa fille Héloïse, 11 ans, portait un tee-shirt avec l’inscription « mes libertés en danger » et le sigle RN barré.

L’alerte féministe s’est matérialisée par une alarme et des sifflets à leur arrivée place de la Nation. Parmi les manifestants, une majorité de femmes, mais aussi des hommes et quelques garçons avec leurs mères, brandissaient des pancartes telles que « Ni mari ni patron, ni Marine ni Macron » ou « Le machisme fait le lit du fascisme ». La chanson de Clara Luciani, co-signataire avec plusieurs centaines d’artistes d’une tribune appelant à faire barrage à l’extrême droite, résonnait dans la foule.

Suzy Rojtman, porte-parole du Collectif national pour les droits des femmes, a souligné l’importance d’alerter la population contre ce qu’elle appelle une imposture du RN sur les droits des femmes. Sarah Durocher, présidente du Planning Familial, a rappelé que chaque fois que l’extrême droite arrive au pouvoir, elle s’attaque au droit à l’avortement, et que la France ne ferait pas exception.

Des figures politiques et syndicales telles que Marylise Léon de la CFDT, Sophie Binet de la CGT, l’insoumise Clémentine Autain, l’ex-ministre Najat Vallaud-Belkacem et l’actrice Corinne Masiero étaient présentes à Paris. L’actrice Judith Godrèche, engagée contre les violences sexuelles et sexistes, a également participé à la manifestation.

À Bordeaux, 2 000 manifestants ont marché derrière la banderole « L’extrême droite doit reculer, pas nos droits ». Vanessa Laboutade, membre du Collectif contre les abus policiers CLAP33, a souligné que les droits des femmes étaient déjà menacés sous la droite conservatrice et a appelé à une mobilisation continue.

À Toulouse, entre 880 et 1 500 personnes ont manifesté avec des slogans tels que « Femme et jeune, la double peine » et « Lesbiennes contre le fascisme ». Sarah, 33 ans, a dénoncé le RN comme étant contre les femmes et l’avortement, des sujets qu’elle estime ne devraient plus être discutés à notre époque.

À Lyon, un millier de manifestants scandaient « RN sexiste, riposte féministe ». Charlène Servanton, du Collectif Droits des Femmes 69, a exprimé son inquiétude en comparant la situation en France à celle en Hongrie, Pologne et Italie, où les droits des femmes et des couples homoparentaux sont attaqués.

Des manifestations ont également eu lieu à Rennes et Strasbourg, où Christine Poret, enseignante retraitée, a déclaré que le RN souhaite la « domestication de la femme ».

Le RN a dénoncé ces manifestations comme étant basées sur des caricatures et des mensonges. Jordan Bardella, président du RN, a accusé « l’extrême gauche » de s’arroger le monopole des droits des femmes dans une vidéo adressée aux femmes de France.

Ces manifestations démontrent la forte mobilisation et la détermination des associations féministes, syndicats et ONG à lutter contre l’extrême droite et à protéger les droits des femmes en France.

Lire Plus

France

Nouvelle-Calédonie : les indépendantistes sous le choc après le transfert de militants en métropole

Article

le

Nouvelle-Calédonie : les indépendantistes sous le choc après le transfert de militants en métropole

Figures marquantes d’un collectif indépendantiste kanak, sept militants, dont le porte-parole Christian Tein, ont été envoyés en métropole pour y être incarcérés, provoquant stupeur et incompréhension au sein de la communauté.

La décision d’envoyer en détention provisoire en métropole, à 17.000 km de chez eux, des militants indépendantistes liés à la Cellule de coordination des actions de terrain (CCAT), a plongé la communauté kanak dans le désarroi.

Sept des onze interpellés mercredi ont été transférés dans la nuit de samedi à dimanche à bord « d’un avion spécialement affrété à cette mission », a précisé le procureur de la République de Nouméa, Yves Dupas. Parmi eux, Christian Tein, porte-parole de la CCAT, ainsi que Brenda Wanobo et Frédérique Muliava, toutes deux figures de la CCAT.

L’Union calédonienne (UC), impliquée dans la création de la CCAT, a vivement réagi : « Les responsables de la CCAT ne sont en rien des commanditaires d’exactions mais aujourd’hui des martyrs de la justice coloniale. » L’UC réclame « l’annulation de cette déportation politique. »

Le procureur de Nouméa a justifié cette décision « en raison de la sensibilité de la procédure et afin de permettre la poursuite des investigations de manière sereine, hors de toute pression ou concertation frauduleuse. »

Onze personnes avaient été interpellées mercredi lors d’un vaste coup de filet visant la CCAT, accusée d’être à l’origine des violences récentes en Nouvelle-Calédonie, ayant fait 9 morts, dont deux gendarmes. Les charges retenues contre eux incluent complicité de tentative de meurtre, vol en bande organisée avec arme et destruction en bande organisée du bien d’autrui.

Dans le camp des non-indépendantistes, cette mesure est accueillie favorablement. Nicolas Metzdorf, député Renaissance sortant, a salué « le retour à l’ordre et l’envoi des commanditaires présumés en métropole. » Il a ajouté : « Désormais, si on reconnaît leur culpabilité, il faut qu’ils soient condamnés sévèrement. »

La CCAT a annoncé une conférence de presse mardi, tandis que le FLNKS tiendra un bureau politique cette semaine avant son Congrès le 13 juillet. Par ailleurs, le couvre-feu instauré depuis le 14 mai a été prolongé jusqu’au 1er juillet.

Cette situation tendue met en lumière les profondes divisions et les enjeux politiques en Nouvelle-Calédonie, alors que la question de l’indépendance continue de susciter des passions et des conflits.

Lire Plus

Les + Lus