Nous rejoindre sur les réseaux

France

Nouvel An: Macron présente des voeux optimistes pour 2022, « année décisive »

Article

le

macron-presente-des-voeux-optimistes-pour-2022,-« annee-decisive »

« Résolument optimiste » sur le sanitaire, l’économie, son bilan et l’année qui vient: Emmanuel Macron a souhaité vendredi que 2022, « année décisive » soit aussi « l’année de sortie de l’épidémie », alors que la France enregistre un record de 230.000 cas de Covid.

« La France, malgré les épreuves, est plus forte aujourd’hui qu’il y a deux ans », a assuré le chef de l’Etat filmé debout, devant les jardins de l’Elysée, dans une allocution d’une quinzaine de minutes,

« Les semaines à venir seront difficiles » à cause du variant Omicron, a-t-il reconnu d’un débit rapide. Mais il y a « de vraies raisons d’espérer » grâce au vaccin. « J’en appelle aux cinq millions de non vaccinés, faites ce geste simple (…) toute la France compte sur vous ». « Nous pourrons ainsi surmonter cette vague », a-t-il ajouté, en promettant de « tout faire pour préserver l’activité du pays » et « d’éviter de prendre des restrictions qui pèsent sur notre liberté ».

Décidé à ne pas parler que du Covid, il a ensuite énuméré ses réformes, « en cavalcade ». « Là où nous aurions pu tout reporter, nous n’avons jamais renoncé à notre ambition collective », a-t-il dit. « Rien que ces dernières semaines et dans les prochains mois, des décisions dont on parlait depuis des décennies ont été et seront prises qui changeront la vie ».

Il a cité entre autres la « réforme de l’assurance chômage », les mesures de « pouvoir d’achat », « l’augmentation des salaires des fonctionnaires les plus modestes », « la rénovation thermique ».

« Jamais depuis 15 ans, le chômage n’a été aussi bas », a-t-il insisté.

Autre axe de son discours, le début en ce 1er janvier du semestre de la présidence française de l’Union européenne, sujet marqueur de son quinquennat et possible thème d’une prochaine campagne.

« Vous pouvez compter sur mon engagement total pour faire de ce moment un temps de progrès pour vous », a-t-il promis.

Quant à l’élection présidentielle, qui aura lieu dans moins de quatre mois, il s’est contenté d’affirmer, sans révéler s’il serait candidat, que 2022 serait « une année décisive » en raison des élections présidentielle et législatives. « Nous aurons des choix majeurs à faire », a-t-il dit, en recommandant « bienveillance et tolérance ».

« Pour ma part, quelles que soient ma place et les circonstances, je continuerai à vous servir et de la France, notre patrie, nul ne saura déraciner mon coeur », a-t-il conclu, citant le résistant Marc Bloch, exécuté par la Gestapo en 1944.

Drapeau européen

Son discours s’est terminé sur l’image du drapeau européen projeté sur la façade de l’Elysée, comme ce sera le cas sur une dizaine de bâtiments parisiens, dont la Tour Eiffel dès vendredi, et des mairies de grandes villes françaises.

Un drapeau qui était au centre de la dernière polémique de 2021. Marine Le Pen s’est dite « outrée que le drapeau français ait été remplacé par celui de l’Union européenne sous l’Arc de Triomphe, au-dessus de la tombe du soldat inconnu », dénonçant une « provocation ». « L’Arc de Triomphe sous Macron: après le saccage et l’empaquetage, l’outrage », a abondé Eric Zemmour.

« Présider l’Europe oui, effacer l’identité française non! », a insisté la candidate LR Valérie Pécresse qui « demande solennellement à Emmanuel Macron de rétablir notre drapeau tricolore à côté de celui de l’Europe » sous l’arc de Triomphe.

Le chef de l’Etat tentait de rassurer des Français particulièrement pessimistes, dont seuls 17% pensent que 2022 sera meilleure que 2021, selon un sondage Odoxa réalisé par Internet les 21 et 22 décembre.

L’opposition a critiqué les derniers voeux de son quinquennat, un « exercice d’autosatisfaction annuel » qui « ne parvient pas à masquer la réalité de son mauvais bilan », selon Bruno Retailleau, président du groupe LR au Sénat.

« D’abord un président secouriste. Et ensuite le discours du répondeur automatique du siège de LREM », a fustigé le candidat LFI Jean-Luc Mélenchon.

« Emmanuel Macron est si déconnecté des réalités qu’il ose prétendre que la France est plus forte après deux années d’échec de sa gestion sanitaire », a dénoncé de son côté Marine Le Pen, regrettant que le chef d’Etat sortant « n’ait pas le courage d’annoncer sa candidature » pour 2022.

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

France

Congrès du PS : la victoire d’Olivier Faure entérinée par le parti

Article

le

Congrès du PS : la victoire d’Olivier Faure entérinée par le parti

Le Parti socialiste a finalement trouvé un accord ce samedi après-midi, après plusieurs jours de contestations internes sur les résultats de l’élection du premier secrétaire du parti.

Soumis de 14 à 16 heures au vote des délégués du Congrès socialiste à Marseille, un protocole d’accord a finalement été entériné vers 15 heures ce samedi, confirmant la victoire d’Olivier Faure comme premier secrétaire du PS, à l’issue de plusieurs jours de contestations internes. Les 186 délégués ont à la quasi-unanimité brandi leur carton rouge validant l’accord entre les deux rivaux, portant sur la composition de la direction notamment. « Cette maison, vous venez encore, une fois de plus, de la sauver », a réagi au micro, sous les applaudissements, le maire de Marseille Benoît Payan, qui a dit « avoir eu peur ces derniers jours ».

Le texte détermine que son rival Nicolas Mayer-Rossignol, sceptique vis-à-vis de l’alliance de gauche Nupes et qui contestait jusqu’à présent sa victoire, deviendra premier secrétaire délégué au côté de la maire de Nantes pro-Faure Johanna Rolland. Hélène Geoffroy, chef de file des anti-Nupes, prendra la présidence du conseil national, le parlement du parti.

Le maire de Rouen a contesté pendant plusieurs jours la victoire du premier secrétaire sortant (avec officiellement 51,09 %). Nicolas Mayer-Rossignol ne cache pas ses réticences vis-à-vis de LFI et d’un accord qui a déçu beaucoup de socialistes.

Organigramme

À l’issue d’un premier vote sur le texte d’orientation, Olivier Faure avait obtenu 49 % des voix et le maire de Rouen autour de 30 %, devant une troisième candidate, la maire de Vaulx-en-Velin Hélène Geoffroy (autour de 20 %).

Les négociations se sont notamment débloquées lorsque cette dernière, qui n’avait pas pu se maintenir et avait décidé de soutenir Nicolas Mayer-Rossignol, a indiqué qu’elle ne souhaitait pas intégrer la direction, mais rester dans l’opposition. « Ils assument d’être la minorité, mais ne sont plus avec Nicolas Mayer-Rossignol, ce qui change la donne » et le rapport de force, explique une proche d’Olivier Faure.

Lire Plus

Économie

Renault : Le groupe augmente de 110 euros net par mois ses salariés

Article

le

Renault : Le groupe augmente de 110 euros net par mois ses salariés

Il s’agit d’une mesure présentée aux syndicats dans le cadre des négociations annuelles obligatoires. Elle pourra toutefois être appliquée même sans leur accord.

Renault a proposé un budget en augmentation de 7,5 % pour soutenir le pouvoir d’achat de ses salariés en 2023 à l’issue des négociations annuelles obligatoires (NAO) achevées jeudi soir, ce qui garantit une augmentation moyenne de 110 euros net par mois pour chaque salarié.

Les hausses de salaires se divisent entre augmentations générales et individuelles, et une prime de soutien au pouvoir d’achat sera en outre versée aux ouvriers, techniciens, agents de maîtrise et cadres dans la limite d’un certain niveau de revenus, a précisé vendredi le constructeur automobile à l’AFP.

Cette prime, d’un montant de 700 euros, sera attribuée aux salariés gagnant jusqu’à trois fois le Smic. L’ensemble de ces mesures permet une augmentation moyenne de 110 euros net par mois en 2023, a assuré le groupe. Elles doivent entrer en vigueur à partir du 1er février.

La CFDT s’est réjouie de l’effort consenti par la direction de Renault, dans un communiqué.

Aucun syndicat (CFE-CGC, CGT, CFDT et FO) n’avait accepté en 2022 de valider l’accord trouvé au terme des négociations annuelles. Celui-ci proposait d’augmenter les salaires de 1,9 % en moyenne pour 2022, une mesure complétée par des distributions d’actions aux salariés mais bloquées pendant cinq ans.

Lire Plus

France

Des « mairies solidaires » fermées le 31 janvier contre la réforme des retraites

Article

le

Des "mairies solidaires" fermées le 31 janvier contre la réforme des retraites

Plusieurs maires ont annoncé la fermeture de leur mairie pour cette journée de grève, afin de permettre aux agents municipaux de participer à la mobilisation, mais aussi de protester eux-mêmes contre cette mesure.

Plusieurs mairies ont annoncé des actions pour le 31 janvier, journée d’appel à la grève générale contre la réforme des retraites, afin de permettre aux agents municipaux de se joindre à la mobilisation mais aussi de protester contre cette mesure.

Après l’appel lancé par Fabien Roussel de fermer les mairies le 31 janvier par « solidarité » envers les mobilisations prévues contre la réforme des retraites, Anne Hidalgo a annoncé fermer les portes de l’Hôtel de ville de Paris. Cette décision présentée comme symbolique revêt « un problème moral », voire « politique », a fait savoir le ministre du Travail Olivier Dussopt.

« J’ai un peu le sentiment que la maire de Paris confond les services municipaux avec une annexe du Parti socialiste », a ainsi dénoncé le ministre, ce vendredi matin. Le membre du gouvernement dénonce le fait que « l’engagement politique » de l’élue prive les Parisiens, parmi lesquels certains sont « favorables à la réforme » ou « n’y sont pas opposés ».

Cette initiative pose également pour Olivier Dussopt « une vraie question politique en termes de neutralité et de respect des convictions ». D’autres mairies ont annoncé interrompre leurs services le temps de la deuxième journée de mobilisation.

Lire Plus

Les + Lus