Nous rejoindre sur les réseaux

Culture

« Nomadland » triomphe aux Oscars

Article

le

« nomadland »-triomphe-aux-oscars

« Nomadland » a confirmé dimanche son statut de grand favori des Oscars en remportant la récompense suprême du meilleur long-métrage tandis que sa réalisatrice Chloé Zhao est devenue la première cinéaste non blanche à remporter le prix du meilleur réalisateur.

Avant Chloé Zhao, seule une autre femme avait reçu ce prix convoité, Kathryn Bigelow en 2010 pour « Démineurs ».

« Quel voyage incroyable et unique nous avons fait ensemble », a lancé la réalisatrice née en Chine, dont les acteurs dans le film sont pour beaucoup des amateurs jouant leur propre rôle de vagabonds des temps modernes.

Frances McDormand, l’une des rares comédiennes professionnelles de cet hybride de road movie, de drame social et de documentaire sur des Américains âgés vivant sur les routes après avoir tout perdu lors de la crise financière, rafle quant à elle l’Oscar de la meilleure actrice.

Son rôle de veuve désargentée et désabusée vivotant dans un vieux camping-car lui permet de devenir la deuxième femme à obtenir trois Oscars dans cette catégorie, derrière la championne toute catégorie, Katharine Hepburn, qui en détient quatre.

Avec une pandémie qui a contraint de nombreuses salles de cinéma à fermer leurs portes, parfois définitivement, l’actrice, également productrice de « Nomadland », a profité des Oscars pour appeler le public à y retourner dès que possible. « S’il vous plaît, regardez notre film sur le plus grand écran possible. Et un jour, très très bientôt, emmenez tous ceux que vous connaissez au cinéma », a-t-elle dit.

Oscar en gare

Chez les hommes, le Britannique Anthony Hopkins a créé la surprise en raflant la statuette du meilleur acteur pour son rôle de vieillard sombrant dans la démence dans « The Father », film de l’auteur français Florian Zeller récompensé par l’Oscar du meilleur scénario adapté.

Hopkins, 83 ans, n’était pas présent pour recevoir son prix. Il faisait figure d’outsider assez improbable face à Chadwick Boseman, mort l’été dernier d’un cancer et qui semblait parti pour recevoir un Oscar posthume pour « Le Blues de Ma Rainey », où il incarne un trompettiste hanté par des atrocités racistes.

La cérémonie la plus suivie d’Hollywood se tenait exceptionnellement cette année dans une gare historique du centre de Los Angeles accueillant les stars en lice, qui pour beaucoup ont foulé un tapis rouge pour la première fois depuis le début de la pandémie.

C’est là que le Danois Thomas Vinterberg, réalisateur de « Drunk », a reçu l’Oscar du meilleur film étranger pour sa comédie douce-amère mettant en scène quatre amis menant une expérience de soûlographie quasi-scientifique. Une victoire dédiée à sa fille Ida, morte dans un accident de voiture quatre jours après le début du tournage et qui devait jouer dans son film.

Oscars français

Florian Zeller quant à lui a brandi sa statuette dorée à Paris, où les Oscars avaient prévu un site dédié et une liaison satellite avec Los Angeles.

Un autre Français, Nicolas Becker, a été reconnu par l’Académie avec l’Oscar du meilleur son sur « Sound of Metal », qui dépeint un batteur de heavy metal perdant l’audition. La France a reçu un troisième Oscar avec un prix pour le documentaire court « Colette », consacrée à Colette Marin-Catherine, une femme de 90 ans qui fut membre de la Résistance sous l’Occupation nazie.

Les quelque 200 candidats invités à se présenter sur le tapis rouge, réduit cette année à sa plus simple expression afin de respecter les règles sanitaires et la distanciation sociale, étaient visiblement ravis de se retrouver.

« Aujourd’hui, c’est la première fois que je m’aventure. Je ne me suis pas rendue dans une grande ville depuis plus d’un an », a assuré Glenn Close aux rares journalistes admis à suivre en personne cette 93e édition.

Même des magnats d’Hollywood, comme Bob Iger, le tout-puissant patron de Disney, numéro un mondial du divertissement, n’ont pas reçu de carton d’invitation pour l’événement. Il n’a donc pas pu assister en chair et en os à la victoire de « Soul », fable onirique des studios Pixar (filiale de Disney) sur le sens de la vie sorti au beau milieu d’une pandémie meurtrière, dans la catégorie du meilleur film d’animation.

Après des années de controverse sur la composition de l’Acadamie des Oscars, jugée trop blanche et trop masculine pour représenter l’ensemble de la société, deux acteurs de couleur ont été récompensés: le Britannique Daniel Kaluuya, 32 ans, pour « Judas and the Black Messiah », et la septuagénaire sud-coréenne Youn Yuh-jung pour « Minari ».

8e échec pour Glenn Close

Kaluuya incarne Fred Hampton, charismatique leader des Black Panthers luttant pour les droits civiques des Américains noirs. « C’est tellement dur de faire un film sur un homme comme celui-là, mais ils l’ont fait », a-t-il lancé après avoir reçu son prix.

L’impertinente Coréenne Youn Yuh-jung a triomphé de son côté pour son rôle de grand-mère iconoclaste dans « Minari », face notamment à Glenn Close, qui a essuyé sa huitième défaite et attend toujours d’obtenir un Oscar.

« Comment puis-je gagner face à Glenn Close ? Je l’ai vue dans tellement de rôles… Ce soir, j’ai juste eu un peu de chance je pense », a lancé l’actrice après un petit jeu de séduction avec Brad Pitt.

Le premier Oscar de la soirée, celui du scénario original, est allé à Emerald Fennell pour son film « Promising Young Woman », thriller féministe inspiré par le mouvement #MeToo.

Même si elle repart avec sept récompenses au total, la plateforme Netflix a en revanche subi une nouvelle déception dimanche dans les catégogies majeures, malgré plusieurs films qui abordaient des thèmes pourtant d’une actualité brûlante.

Chadwick Boseman et Viola Davis ont échoué avec « Le Blues de Ma Rainey » et son évocation des discriminations raciales dans le Chicago des années 1920 tout comme « Les Sept de Chicago », qui revisite la répression policière et judiciaire ayant suivi les manifestations contre la guerre du Vietnam en 1968.

Ode en noir et blanc à Hollywood, « Mank » a dû se contenter d’Oscars pour sa photographie et ses décors.

Click to comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Culture

Emmanuel Macron soutient la participation d’Aya Nakamura aux JO de Paris 2024

Article

le

Emmanuel Macron soutient la participation d'Aya Nakamura aux JO de Paris 2024

Le Président de la République estime que la chanteuse a « tout à fait sa place » lors de la cérémonie olympique.

Lors de l’inauguration du centre aquatique olympique de Saint-Denis, Emmanuel Macron s’est prononcé en faveur de la participation de la chanteuse Aya Nakamura à la cérémonie des Jeux olympiques de Paris 2024, affirmant qu’elle avait « tout à fait sa place ».

Face à la presse, le président de la République a déclaré que la présence d’Aya Nakamura lors de la cérémonie d’ouverture ou de clôture des Jeux serait « une bonne chose si elle en fait partie avec d’autres », soulignant que l’artiste « parle à bon nombre de nos compatriotes ».

Cependant, Emmanuel Macron a rappelé que la décision finale revenait à la direction artistique, dirigée par Monsieur Thomas Joly, responsable des cérémonies des Jeux Olympiques et Paralympiques de 2024.

Cette prise de position intervient après plusieurs semaines de polémique autour d’une possible participation d’Aya Nakamura, la chanteuse franco-malienne étant la cible de critiques de la part de la droite et de l’extrême droite.

Toutefois, la situation semble évoluer favorablement pour l’artiste, puisque les belles-sœurs et héritières d’Édith Piaf ont exprimé leur soutien à l’idée qu’Aya Nakamura interprète une chanson de la Môme lors des JO de Paris, après avoir été sollicitées pour l’utilisation de « L’Hymne à l’amour » lors d’une cérémonie.

Lire Plus

Culture

Oliver Stone annonce un documentaire sur Lula, après Castro et Chavez

Article

le

Oliver Stone annonce un documentaire sur Lula, après Castro et Chavez

Oliver Stone, le renommé réalisateur américain, a annoncé la finalisation de son nouveau documentaire portant sur l’ancien président brésilien Luiz Inácio Lula da Silva.

Le célèbre cinéaste Oliver Stone a révélé avoir terminé le tournage d’un documentaire sur le président brésilien Luiz Inácio Lula da Silva, qui explore son incarcération entre 2018 et 2019 ainsi que son retour au pouvoir.

Dans une déclaration à Paris, Stone a expliqué que le documentaire traiterait des poursuites judiciaires contre Lula, ainsi que de son emprisonnement pour corruption, un événement qui, selon le cinéaste, n’est pas rare dans certains pays.

Bien que aucune date de sortie n’ait été annoncée, le film devrait être présenté dans des festivals de cinéma, comme Cannes, où Stone est un habitué.

Oliver Stone, qui a déjà réalisé plusieurs films et documentaires sur l’Amérique latine, dont certains ont été controversés, comme ceux sur Fidel Castro et Hugo Chavez, voit en Lula, Chavez et Castro des « humanistes » qui ont travaillé pour le bien de leur pays malgré les poursuites politiques à leur encontre.

Interrogé sur les similitudes entre les trois dirigeants, Stone les décrit comme des originaux qui ont cherché à servir leur pays du mieux qu’ils pouvaient.

Le cinéaste, connu pour son franc-parler et son indépendance d’esprit, refuse de se conformer à la politique américaine traditionnelle et a déjà été qualifié de complotiste. Malgré ses trois Oscars et sa réputation bien établie, Stone admet que le retour aux longs métrages pourrait être difficile pour lui.

Lire Plus

Culture

Oscars 2024 : Justine Triet remporte l’Oscar du meilleur scénario pour « Anatomie d’une chute »

Article

le

Oscars 2024 : "Anatomie d'une chute" de Justine Triet primé

Le film français Anatomie d’une chute n’a pas obtenu l’Oscar du meilleur film étranger dimanche 10 mars, mais a tout de même remporté le prix du meilleur scénario.

Le film français « Anatomie d’une chute » de Justine Triet a été récompensé du prix du meilleur scénario lors de la 96e cérémonie des Oscars, qui s’est déroulée à Los Angeles le 10 mars. Malgré cette victoire, le film n’a pas remporté l’Oscar du meilleur film étranger, décerné au Britannique Jonathan Zagler pour « La Zone d’intérêt ».

Cette consécration du meilleur scénario, bien que moins spectaculaire que prévue, a été accueillie avec enthousiasme par Justine Triet. Interrogée, la réalisatrice a qualifié cette récompense de « rêve », tout en reconnaissant que cela constituait également le fruit d’une campagne bien menée. Le film, qui était également en lice dans trois autres catégories, repart finalement avec une seule statuette dorée.

Par ailleurs, « Anatomie d’une chute » a été mentionné d’une manière inattendue lors de la cérémonie. Le présentateur américain Jimmy Kimmel a utilisé le chien du film pour faire une remarque ironique sur Gérard Depardieu, impliqué dans des accusations de viols et d’agressions sexuelles. Cette intervention a suscité des réactions mitigées parmi le public et les professionnels du cinéma.

Lire Plus

Les + Lus