Nous rejoindre sur les réseaux

Monde

Nier la défaite de Trump, un calcul électoral pour certains républicains

Article

le

La vaste majorité des élus républicains a jusqu’à présent refusé de reconnaître la victoire de Joe Biden à la présidentielle américaine, une rupture historique avec la tradition politique qui témoigne avant tout de la popularité que Donald Trump conserve chez ses électeurs.

« Les républicains du Congrès sèment délibérément le doute sur nos élections simplement parce qu’ils ont peur de Donald Trump », a accusé jeudi le chef de la minorité démocrate au Sénat, Chuck Schumer.

Derrière ces allégations, une réalité bien concrète: Donald Trump a certes été donné perdant de l’élection présidentielle dès samedi, mais il a aussi démontré sa popularité persistante dans les rangs républicains.

Si une poignée d’élus républicains du Congrès ont rapidement reconnu la victoire du démocrate, comme le sénateur Mitt Romney, de nombreux autres sont restés silencieux ou ont soutenu publiquement les accusations lancées sans fondement par le président sortant, selon qui l’élection a été « volée ».

« Cela est logique parce que Trump conserve encore la loyauté d’au moins huit républicains sur dix, qui ont indiqué dans des sondages qu’ils n’estimaient pas que Biden était légitime et pensaient que Trump devrait continuer à se battre », souligne David Barker, professeur en sciences politiques à l’American University de Washington.

Les élus républicains du Congrès « ont donc peur d’une réaction hostile de la part des électeurs s’ils prennent le contrepied » du milliardaire, explique-t-il à l’AFP.

« On ne peut pas nier que ce président sera le chef de notre parti pendant de nombreuses décennies à venir », a d’ailleurs claironné la porte-parole de la Maison Blanche Kayleigh McEnany jeudi.

De nombreux dirigeants étrangers, dont le président français Emmanuel Macron, ont déjà félicité Joe Biden pour sa victoire mais le président des Etats-Unis, lui, refusait encore jeudi de reconnaître sa défaite.

L’ancien vice-président de Barack Obama a pourtant remporté plus que les 270 grands électeurs nécessaires pour décrocher les Maison Blanche et prendra, à 78 ans, ses fonctions le 20 janvier 2021.

Rappelant que les anciens présidents républicains George Bush et Gerald Ford avaient eux été « très courtois » dans la passation du pouvoir aux démocrates qui les avaient battus, Bill Clinton et Jimmy Carter, Miles Coleman, politologue à l’université de Virginie, souligne que la posture des républicains « témoigne d’à quel point le parti est devenu loyal à Trump ».

L’ex-magnat de l’immobilier « gardera une influence considérable sur le parti » à l’avenir, poursuit-il. Et en se faisant l’écho de ses accusations, les élus cherchent donc « à signaler leur solidarité avec la base » républicaine.

« Rupture » sans précédent

Parmi eux, le sénateur Lindsey Graham avait, avant même l’annonce du résultat samedi, indiqué qu’il pourrait rejeter la légitimité du scrutin.

« Je suis ici ce soir pour soutenir le président Trump comme il m’a soutenu », avait-il lancé jeudi dernier, après avoir largement remporté sa propre réélection en Caroline du Sud, contrairement à ce que prédisaient les sondages.

« Graham s’est défini ces dernières années comme un fervent loyaliste de Trump et il constate peut-être que cela a payé électoralement », avance Miles Coleman.

Sans succès jusqu’à maintenant, les avocats de Donald Trump ont introduit des recours en justice dans plusieurs Etats-clés pour contester les résultats.

« L’objectif semble être de saper la confiance des électeurs dans la légitimité de l’élection, et de lever des fonds », note Joshua Douglas, professeur à l’université du Kentucky. De fait, le parti républicain a lancé en ligne un appel aux dons sous le titre « les démocrates vont tenter de voler cette élection! »

Les doutes semés sur la victoire de M. Biden « pourraient aussi viser en partie à galvaniser la base républicaine avant les élections partielles en Géorgie » pour le Sénat, poursuit-il.

Ces deux scrutins, prévus le 5 janvier, détermineront la prochaine majorité à la chambre haute, un enjeu majeur.

Les républicains détiennent aujourd’hui le contrôle du Sénat, mais les démocrates espèrent leur arracher ces deux sièges. Et la mobilisation des électeurs des deux partis sera cruciale.

Le refus de reconnaître la victoire de Joe Biden « marque une rupture absolument sans précédent avec les normes démocratiques », juge Joshua Douglas.

Mais au final, » la probabilité que l’un des recours change le résultat est extrêmement faible ».

Click to comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Monde

Éducation : Le coût astronomique du sous-investissement, selon l’Unesco

Article

le

Éducation : Le coût astronomique du sous-investissement, selon l'Unesco

Une réforme annoncée inquiète les associations, le sous-investissement dans l’éducation coûte chaque année des milliers de milliards de dollars au monde, selon l’Unesco.

Le manque d’investissement dans l’éducation, qui génère déscolarisation et carences éducatives, coûte chaque année des milliers de milliards de dollars globalement, pointe une étude de l’Unesco publiée lundi.

Dans un rapport intitulé « Le prix de l’inaction : les coûts privés, sociaux et fiscaux des enfants et des jeunes qui n’apprennent pas », des experts de l’Organisation onusienne pour l’éducation, la science et la culture ont chiffré à 10.000 milliards de dollars le coût mondial de la déscolarisation et des lacunes éducatives pour l’année 2030.

Un chiffre « vertigineux », qui excède les PIB cumulés de la France et du Japon, deux des pays pourtant les plus riches au monde, observe la directrice générale de l’Unesco Audrey Azoulay, dans un communiqué.

Mme Azoulay pointe le « cercle vicieux » du « sous-investissement dans une éducation de qualité ». « Les personnes moins instruites ont moins de compétences. Les travailleurs sous-qualifiés gagnent moins. Les personnes à faible revenu paient moins d’impôts, ce qui signifie que les gouvernements ont moins de ressources à investir dans des systèmes d’éducation accessibles à tous », déroule-t-elle.

Quelque 250 millions d’enfants (128 millions de garçons et 122 millions de filles) n’allaient pas à l’école dans le monde en 2023, selon l’Unesco, et « environ 70 % des enfants des pays à moyen ou faibles revenus ne peuvent comprendre un texte écrit simple à l’âge de 10 ans », d’après Mme Azoulay.

Selon le rapport, le déficit de compétence atteint 94 % en Afrique sub-saharienne, 88 % en Asie du Sud et en Asie de l’Ouest, 74 % dans les pays arabes ou encore 64 % en Amérique latine et dans les Caraïbes.

En réduisant de 10 % le nombre de jeunes déscolarisés ou insuffisamment formés, le PIB mondial croîtrait de 1 à 2 % par an, concluent également les experts de l’Unesco dans cette étude.

« L’éducation est un investissement stratégique, l’un des meilleurs pour les individus, les économies et les sociétés en général », affirme Audrey Azoulay.

Au-delà des considérations financières, l’éducation a un impact sur les grossesses précoces, qui augmentent de 69 % chez les jeunes filles moins éduquées, souligne l’Unesco.

Lire Plus

France

Otages : L’ex-détenu en Iran, Louis Arnaud, est arrivé en France

Article

le

Otages : L’ex-détenu en Iran, Louis Arnaud, est arrivé en France

Le Français était détenu en Iran depuis 2022, alors qu’un tour du monde l’avait emmené jusqu’en Iran. Il est enfin rentré en France.

L’ex-détenu en Iran, Louis Arnaud, a atterri ce jeudi matin en France. Après avoir serré la main du ministre des Affaires étrangères, Stéphane Séjourné, présent au pied de la passerelle du petit avion qui l’a transporté à l’aéroport du Bourget, près de Paris, il a ensuite longuement étreint son père, puis sa mère, venus l’accueillir. Visiblement fatigué mais souriant, il s’est dirigé, bras dessus bras dessous avec ses proches, vers un salon hors du champ des caméras, sans monter directement dans l’ambulance mise à disposition.

Le président Emmanuel Macron avait annoncé sa libération mercredi, exhortant Téhéran à libérer « sans délai » les trois autres Français encore détenus dans ce pays. « Louis Arnaud est libre. Il sera demain en France après une trop longue incarcération en Iran », a annoncé le président dans un message posté sur X (anciennement Twitter). « Je remercie nos amis omanais et tous ceux qui ont œuvré à cette issue heureuse », a-t-il écrit. Le trentenaire avait entamé un tour du monde en juillet 2022 qui l’avait mené jusqu’en Iran, « un pays qu’il rêvait de visiter depuis longtemps pour la richesse de son histoire et l’accueil de ses habitants », avait relaté sa mère Sylvie Arnaud il y a quelques mois.

Le consultant avait été arrêté en septembre 2022 avec d’autres Européens accusés d’avoir participé aux manifestations après la mort de Mahsa Amini, une jeune Kurde iranienne décédée après son arrestation par la police des mœurs. Ses compagnons de voyage avaient été assez vite libérés, mais Louis Arnaud était resté en prison avant d’être condamné, en novembre dernier, à cinq ans de prison pour propagande et atteinte à la sécurité de l’État iranien. Sa condamnation avait été jugée « inacceptable » par Paris.

« Les accusations portées à son encontre, à savoir propagande et atteinte à la sécurité de l’État iranien, sont totalement infondées », ne cessait de marteler sa mère. Les trois autres Français encore détenus dans les geôles iraniennes sont le couple Cécile Kohler et Jacques Paris, arrêtés en mai 2022, ainsi qu’un Français prénommé Olivier, dont le nom n’a pas été rendu public.

« Nous allons évidemment continuer nos efforts pour les trois Français qui restent incarcérés en Iran », a indiqué la source diplomatique.

Lire Plus

Monde

Les dirigeants du G7 se réunissent en Italie pour discuter du soutien à l’Ukraine

Article

le

Les dirigeants du G7 se réunissent en Italie pour discuter du soutien à l'Ukraine

Les dirigeants du G7 se réunissent à partir de jeudi en Italie où ils vont tenter de s’accorder sur un mécanisme permettant l’utilisation des actifs russes gelés pour aider l’Ukraine à se défendre.

Sous présidence italienne, le « Groupe des 7 » (États-Unis, Allemagne, France, Italie, Royaume-Uni, Canada, Japon) se retrouve dans la luxueuse station balnéaire de Borgo Egnazia, dans les Pouilles (sud).

Face au spectre d’un retour à la Maison Blanche de Donald Trump et l’incertitude autour des conséquences de son élection pour l’Ukraine, le G7 veut sécuriser le financement de son aide militaire à Kiev. Le G7 espère parvenir à un consensus sur l’utilisation des actifs russes gelés par les Occidentaux pour fournir à l’Ukraine un soutien budgétaire et l’aider à reconstruire le pays.

Les pays de l’Union européenne ont adopté début mai un accord pour saisir les revenus provenant des avoirs de la Russie gelés afin d’armer l’Ukraine, une manne représentant entre 2,5 et 3 milliards d’euros par an.

Les États-Unis veulent toutefois aller plus loin et ont mis la pression sur les pays du G7 pour se rallier à un méga-prêt d’environ 50 milliards de dollars garanti par les futurs intérêts générés par les actifs russes immobilisés. Mais de nombreuses questions demeurent, notamment celle de savoir qui émettrait la dette et ce qui se passerait si les avoirs étaient débloqués dans l’éventualité d’un accord de paix.

D’après Paris, un accord de principe a d’ores et déjà été scellé « sur le décaissement des 50 milliards » de dollars « avant la fin de 2024 ». « Il y a un accord. Comme toujours au G7, les leaders prennent une décision et les techniciens font ensuite leur travail pour la mettre en forme », a-t-on expliqué de même source. Les États-Unis semblaient plus prudents. Le G7 a l’intention d’annoncer un « cadre », ainsi qu’un calendrier, dont les détails devront être finalisés plus tard, selon Jake Sullivan, le conseiller à la sécurité nationale de M. Biden. D’autres États, en coulisses, demandent des garanties.

Le président américain Joe Biden et son homologue ukrainien, Volodymyr Zelensky, signeront aussi jeudi en Italie un accord bilatéral de sécurité, selon Jake Sullivan, qui prévoirait la fourniture d’armes et une assistance à l’Ukraine.

Washington a en outre annoncé mercredi une nouvelle salve de sanctions visant à freiner l’effort de guerre russe en Ukraine, en ciblant des entités situées en Russie et dans des pays comme la Chine, la Turquie et les Émirats arabes unis. En déplacement à Berlin mardi, Volodymyr Zelensky a appelé ses alliés à augmenter leurs livraisons de moyens anti-aériens. Il se rendra ensuite en Suisse pour une « Conférence sur la paix en Ukraine » qui rassemblera samedi et dimanche plus de 90 pays et organisations, mais ni la Russie ni la Chine.

Outre les dirigeants du G7, ont été conviés en Italie le pape François, le Premier ministre indien Narendra Modi, le roi Abdallah II de Jordanie, les présidents turc Recep Tayyip Erdogan, argentin Javier Milei et brésilien Luiz Inacio Lula da Silva.

Autre sujet sensible pour Washington et ses alliés du G7, les tensions avec la Chine, soutien de Moscou et dont Américains et Européens dénoncent les surcapacités industrielles qui inondent leurs marchés de produits subventionnés à bas prix. Accusant notamment Pékin de doper illégalement ses constructeurs de véhicules électriques, la Commission européenne a menacé mercredi d’imposer des droits de douane supplémentaires.

Mais les Occidentaux doivent s’assurer de ne pas prendre de mesures contreproductives qui nuiraient à ceux d’entre eux parmi les plus exposés. L’Allemagne, qui exporte plus de 200.000 voitures par an en Chine, dit ainsi craindre une « guerre commerciale ». Le secrétaire général des Nations unies s’est alarmé mercredi des « divisions » entre les deux blocs « nourries par des rivalités géopolitiques ». « Les nouvelles barrières douanières introduites chaque année ont presque doublé depuis 2019 », a déploré Antonio Guterres, qui participera lui aussi au G7.

Selon un responsable européen, le sommet des Pouilles doit servir à « coordonner » la stratégie du G7 sur ce dossier qui sera au menu des débats vendredi. Enfin, la guerre à Gaza devrait occuper une partie des séances de travail et des nombreux entretiens bilatéraux en marge du sommet.

Alors que le conflit entre Israël et le mouvement islamiste palestinien Hamas est entré dans son 9e mois, le secrétaire d’État américain Antony Blinken effectue une tournée au Moyen-Orient pour tenter de sauver le plan de cessez-le-feu annoncé le 31 mai par Joe Biden. Le G7 a déjà exprimé son soutien à ce plan mais le Hamas a proposé certains amendements « irréalisables », selon M. Blinken. De son côté, Israël n’a pas annoncé officiellement sa position et poursuit sans répit son offensive, lancée sur la bande de Gaza en riposte à l’attaque sanglante menée le 7 octobre par le Hamas sur son sol.

Lire Plus

Les + Lus