Nous rejoindre sur les réseaux

Europe

Moscou et Pékin fustigent l’Otan, voie maritime pour sortir du blé d’Ukraine

Article

le

moscou-et-pekin-fustigent-l’otan,-voie-maritime-pour-sortir-du-ble-d’ukraine

Accusés par l’Otan de « déstabiliser l’ordre international », Moscou et Pékin ont fait front commun contre l’Alliance atlantique, dont le sommet s’achève jeudi à Madrid, alors que la Russie a ouvert une voie maritime pour exporter du blé d’Ukraine vers des pays tiers.

« Les pays leaders de l’Otan souhaitent (…) affirmer leur hégémonie, leurs ambitions impériales », a fustigé mercredi soir le président russe Vladimir Poutine lors d’un déplacement à Achkhabad, la capitale turkmène.

« L’appel à l’Ukraine à poursuivre les combats et à refuser les négociations ne fait que confirmer notre hypothèse que l’Ukraine et le bien du peuple ukrainien, ce n’est pas l’objectif de l’Occident et de l’Otan, mais un moyen de défendre leurs propres intérêts », a-t-il insisté.

Pékin a fait jeudi front commun avec Moscou contre l’Otan, alors que cette dernière a publié mercredi une feuille de route stratégique présentant pour la première fois la Chine comme un « défi » pour ses « intérêts ».

L’Otan « s’obstine (…) à salir la politique étrangère chinoise », a accusé un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Zhao Lijian.

La feuille de route stratégique de l’Otan, qui n’avait pas été révisée depuis 2010, présente par ailleurs la Russie comme « la menace la plus significative et directe pour la sécurité des alliés » et dénonce « le partenariat stratégique approfondi » entre Pékin et Moscou « et leurs tentatives mutuelles pour déstabiliser l’ordre international ».

Exportation de céréales

Les autorités installées par les forces d’occupation russes dans le sud de l’Ukraine ont annoncé jeudi le départ d’un premier navire chargé de 7.000 tonnes de céréales ukrainiennes depuis le port de Berdiansk, une première.

La guerre en Ukraine, l’un des premiers exportateurs mondiaux de céréales, a exacerbé les risques d’une crise alimentaire mondiale et les appels se sont multipliés ces dernières semaines pour que Moscou permette les exportations depuis l’Ukraine.

L’Ukraine accuse depuis des semaines la Russie de voler ses récoltes de blé dans les régions occupées par l’armée russe dans le Sud ukrainien pour le revendre illégalement à l’international.

Jusqu’ici, les chargements partaient, selon des médias et Kiev, par la route et les trains.

Parallèlement, l’armée russe a annoncé s’être retirée de l’île aux Serpents, une position stratégique en mer Noire conquise par Moscou et qui subissait des bombardements ukrainiens ces dernières semaines.

Cette petite île emblématique, située dans le nord-ouest de la mer Noire, près des côtes ukrainiennes et roumaines, avait été conquise dès le début de l’offensive en Ukraine, lancée le 24 février.

Présentée comme un « geste de bonne volonté », « cette décision ne permettra plus à Kiev de faire des spéculations sur une crise alimentaire imminente en disant qu’il est impossible d’exporter des céréales à cause du contrôle total exercé par la Russie sur le nord-ouest de la mer Noire », a souligné Igor Konachenkov, le porte-parole du ministère russe de la Défense.

L’armée ukrainienne a salué aussitôt « la libération d’un territoire stratégique ».

« Autant qu’il le faudra »

A Madrid, les pays de l’Otan ont validé par ailleurs une hausse des effectifs « à haut niveau de préparation » de l’Alliance, qui vont être portés à plus de 300.000 militaires, avec un renforcement des effectifs prévu sur son flanc oriental.

L’organisation, qui a validé son élargissement à la Suède et la Finlande, après la levée du véto jusque-là opposé par la Turquie, s’est par ailleurs mis d’accord sur un nouveau plan d’aide à l’Ukraine, passant notamment par la « fourniture d’équipements militaires non létaux ».

Plusieurs Etats membres ont annoncé en parallèle de nouvelles livraisons d’armes à Kiev, à l’image du Royaume-Uni, qui va débloquer un milliard de livres (1,16 milliard d’euros) d’aide supplémentaire.

« L’Ukraine peut compter sur nous aussi longtemps qu’il le faudra », a insisté le secrétaire général de l’Otan Jens Stoltenberg, en évoquant une « obligation morale et politique » pour l’Alliance.

Un message salué par le président ukrainien Volodymyr Zelensky, qui s’est félicité dans son adresse quotidienne du front uni à Madrid des pays de l’Otan. « C’est un sommet spécial, un sommet de transformation, l’Alliance change sa stratégie dans la réponse aux politiques anti-européennes agressives de la Russie ».

« Bombardement ininterrompu »

Sur le front, les bombardements se sont poursuivis jeudi matin dans la région du Donbass (est), où se concentrent la majorité des combats.

La ville de Lyssytchansk « vit sous un bombardement ininterrompu de toutes sortes d’armes », a déploré le gouverneur de la région de Lougansk, Serguiï Gaïdaï, estimant que 15.000 civils restent dans la cité.

Il s’agit de la dernière grande ville à conquérir pour les Russes dans la région de Lougansk, l’une des deux provinces du bassin industriel du Donbass, que Moscou entend entièrement contrôler.

Selon l’agence russe Ria Novosti, les forces de Moscou et les séparatistes pro-russes revendiquaient jeudi matin la prise de la raffinerie de la ville.

Toutefois, l’état-major de l’armée ukrainienne affirmait dans le même temps que les combats continuaient autour de ce site, alors que les forces russes tentent aussi de bloquer les accès à la ville.

Près de Dnipro, dans le centre-est du pays, un bombardement a par ailleurs touché une entreprise agricole, détruisant 40 tonnes de maïs, selon les autorités régionales.

Ces combats surviennent alors que les autorités ukrainiennes ont annoncé avoir récupéré 144 soldats, dont 95 « défenseurs d’Azovstal » à Marioupol dans le cadre du « plus gros échange (de prisonniers avec Moscou) depuis le début de l’invasion russe ».

Cet échange a été confirmé jeudi matin par la Russie, qui a affirmé jeudi détenir « plus de 6.000 » prisonniers de guerre ukrainiens.

Europe

Européennes: Manon Aubry (LFI) dénonce le « racket social » du gouvernement

Article

le

Européennes: Manon Aubry (LFI) dénonce le "racket social" du gouvernement

À Montpellier ce dimanche, Manon Aubry, tête de liste des Insoumis aux élections européennes, a vivement critiqué ce qu’elle a qualifié de « racket social » perpétré par le gouvernement.

Lors d’un meeting à Montpellier dimanche, Manon Aubry, tête de liste des Insoumis aux élections européennes, a vivement critiqué ce qu’elle a qualifié de « racket social » perpétré par le gouvernement. Elle a appelé à faire des élections du 9 juin un « référendum contre ces nouvelles règles d’austérité ».

Manon Aubry a vivement critiqué les politiques d’austérité imposées par l’Union européenne et mises en œuvre par le gouvernement français. Elle a également accusé une alliance entre macronistes, la droite et les socialistes d’avoir voté en faveur d’un pacte asile-immigration qu’elle qualifie d' »infâme ».

De plus, elle a qualifié le programme du Rassemblement National de « vide sidéral », reprochant à leur tête de liste, Jordan Bardella, de ne pas avoir déposé suffisamment d’amendements lors de son mandat au Parlement européen.

Manuel Bompard, coordinateur national de LFI, a également pris la parole pour critiquer le candidat des socialistes, Raphaël Glucksmann, l’accusant de vouloir « une élection sans le peuple pour préparer le retour de François Hollande ».

Le meeting a également été marqué par les propos de Rima Hassan, militante franco-palestinienne controversée, appelant à mettre fin à l’accord d’association entre l’UE et Israël, conditionné selon elle au respect des droits humains.

Ce meeting à Montpellier, ville où Jean-Luc Mélenchon avait obtenu un fort soutien lors de la présidentielle de 2022, a rassemblé environ 1 000 personnes selon les organisateurs. Depuis leur premier meeting à Villepinte le mois dernier, les Insoumis ont prévu 60 réunions publiques à travers la France.

Lire Plus

Économie

Pour contrer les produits chinois en Europe, la France défend l’idée de «préférence européenne»

Article

le

Pour contrer les produits chinois en Europe, la France défend l'idée de «préférence européenne»

Pour préserver l’industrie européenne face aux puissances américaine et chinoise, les Vingt-Sept doivent « éliminer les charges administratives inutiles », ont fait valoir ce lundi les ministres allemand et français de l’Économie et italien des Entreprises, lors d’une réunion organisée à Meudon.

Les ministres de l’Économie français, italien et allemand se sont réunis le lundi 8 avril en région parisienne pour définir une politique industrielle commune, notamment dans des secteurs clés tels que l’intelligence artificielle et la transition énergétique.

Bruno Le Maire, ministre français de l’Économie, a souligné le déficit commercial croissant entre la Chine et l’Europe, qui a triplé au cours des dix dernières années, passant de 100 à 300 milliards d’euros. Il a mis en avant l’inondation du marché européen par des produits chinois, notamment dans les domaines des panneaux solaires, des voitures électriques et des batteries.

Pour rééquilibrer la balance commerciale, Bruno Le Maire a proposé d’imposer une préférence européenne dans les marchés publics, suggérant des quotas de contenu européen allant jusqu’à 60% dans les appels d’offres, ainsi que des normes environnementales et de qualité plus strictes.

Si l’Italie soutient cette position, le ministre allemand de l’Économie, Robert Habeck, s’est montré plus réservé. Il a exprimé des préoccupations quant au protectionnisme, soulignant l’importance de l’ouverture des marchés et de la mondialisation. L’Allemagne, exportatrice majeure vers la Chine, craint les mesures de rétorsion et souhaite éviter une escalade dans les tensions commerciales avec Pékin.

Lire Plus

Europe

Relève de la garde croisée entre l’Élysée et Buckingham pour célébrer les 120 ans de l’Entente cordiale

Article

le

Relève de la garde croisée entre l'Élysée et Buckingham pour célébrer les 120 ans de l'Entente cordiale

Pour célébrer les 120 ans de l’Entente cordiale entre la France et le Royaume-Uni les deux pays organisent lundi une relève croisée entre l’Élysée et Buckingham Palace.

Signé en 1904, l’accord de l’Entente cordiale a joué un rôle crucial dans l’amélioration des relations franco-britanniques après les guerres napoléoniennes, établissant ainsi un fondement solide pour l’alliance entre les deux pays au sein de l’Otan.

Des Grenadiers de la maison royale britannique ont participé au cérémonial de la relève de la garde dans la cour d’honneur du Palais de l’Élysée, en présence du président français Emmanuel Macron et de l’ambassadrice du Royaume-Uni en France, Menna Rowlings. Pendant ce temps, les gardes français ont effectué le même rituel devant le palais de Buckingham, résidence du roi Charles III.

Pour la première fois dans l’histoire de l’Élysée, une troupe étrangère a été invitée à participer à ce rituel militaire, souligne la présidence française.

La cérémonie à Buckingham Palace a été suivie par des membres de la famille royale britannique, dont le duc et la duchesse d’Édimbourg, le prince Édouard et son épouse Sophie, accompagnés des chefs d’état-major britannique et français.

L’événement marque également la première participation d’un pays non membre du Commonwealth à la cérémonie de relève de la garde, habituellement réservée aux anciennes colonies britanniques anglophones.

La signature de l’Entente cordiale en 1904 a été un tournant majeur dans l’histoire franco-britannique, préparant le terrain à leur alliance pendant la Première Guerre mondiale.

Cette célébration souligne les liens historiques forts entre la France et le Royaume-Uni, malgré les tensions et les antagonismes qui ont parfois marqué leur relation au fil du temps.

Lire Plus

Les + Lus