Nous rejoindre sur les réseaux

Sports

Mondial-2022 : « Nous sommes devant une page blanche », affirme Deschamps

Article

le

mondial-2022:-« nous-sommes-devant-une-page-blanche »,-affirme-deschamps-a-l’afp

Aux commandes des Bleus depuis plus de dix ans, Didier Deschamps, 54 ans, part d’une « page blanche » au Mondial-2022 malgré le sacre de 2018. « Ce qui a été fait, je ne l’ai pas fait pour moi, pour ma gloriole », affirme le sélectionneur.

Q: Une fois au sommet mondial, où trouve-t-on la motivation pour aller chercher encore plus ? 

R: « Quand on y est, c’est tellement beau, tellement bon. Être compétiteur, c’est ne pas se satisfaire de ce qui a été fait, mais faire ce qu’il faut pour continuer à gagner. C’est très difficile de gagner, surtout une Coupe du monde, et c’est encore plus difficile de gagner à nouveau. Le succès a tendance à effacer beaucoup de choses. Tout n’est pas forcément rose quand on gagne: il faut savoir comment on y est parvenu, les ingrédients de base qu’on y a mis. Il y a la qualité, le talent, mais seuls, ils ne suffisent pas. Sans le mental, l’état d’esprit et la détermination, c’est impossible de s’imposer à ce niveau. »

Q: Est-ce que les échecs post-2018… 

R: « (Il coupe) Echec, fiasco… Ce sont des mots. Il y a des nuances aussi. Il y a eu une élimination prématurée (en 8e à l’Euro-2021). Pouvoir rebondir, c’est important. Le football de haut niveau est impitoyable. Heureusement d’ailleurs, c’est ce qui fait sa richesse. L’ADN de cette équipe, c’était la solidité. En l’espace de dix minutes, on l’a perdue, pour différentes raisons. Dès que tu fais moins, tu donnes la possibilité à l’adversaire d’en profiter. »

Q: L’étiquette de champion du monde pèse-t-elle sur les joueurs, même ceux arrivés après 2018 ?

R: « Je ne sais pas, mais elle est là. La difficulté, c’est qu’on ne peut pas aller plus haut. On ne peut que faire aussi bien. Avec une attente plus importante. Le statut n’offre pas de garantie ni de sécurité. Nous sommes devant une page blanche, avec une nouvelle histoire à écrire, forcément différente. »

Q: Pour la première fois, vous abordez une Coupe du monde en fin de contrat. Est-ce que cela change quelque chose ? 

R: « Rien. Je n’ai jamais commencé une compétition en pensant à ce qui se passerait après. Ma première vie (de joueur) m’offre cette sérénité-là. Je vais tout faire pour que ça se passe bien. De toute façon, même quand tu as un contrat qui court après la compétition, si ça ne se passe pas bien… »

– « Je me méfie du copier-coller » –

Q: En quoi les précédentes Coupes du monde vous servent-elles à l’approche de celle-là ?

R: « La répétition, l’accumulation, c’est ce qu’on appelle l’expérience. Ce mot m’énervait un petit peu quand j’étais jeune. Je n’aurais pas la prétention de dire aujourd’hui que je sais ce que je dois faire. Mais au moins, je sais parfois ce que je ne dois pas faire, et ce n’est déjà pas mal. Je me méfie néanmoins du copier-coller. Une même situation mais avec deux joueurs différents, deux endroits différents ou deux moments différents n’entraîne pas forcément la même réponse. »

Q: Avez-vous un exemple ?

R: « Pour la préparation de la finale de l’Euro-2016, on avait choisi une option un peu +émotionnelle+ par rapport à la famille et l’entourage (une vidéo des familles des joueurs avait été diffusée avant la finale, NDLR). Cela a été quelque chose de fort pour nous, mais a certainement un petit peu conditionné psychologiquement les joueurs. En 2018, j’ai fait en sorte de faire différemment. »

Q: Cette Coupe du monde marque-t-elle la fin d’une génération, comme après l’Euro-2000 ?

R: « Pourquoi ? Parce que Lama, Blanc et moi avions décidé d’arrêter ? Certains ne sont pas là sans l’avoir décidé. Je décide pour eux. Cela a été le cas après 2016, après 2018. La concurrence m’amène à décider. »

Q: Et aujourd’hui, avez-vous déjà tranché sur votre avenir ?

R: « J’ai décidé de tout faire pour amener l’équipe de France le plus haut possible à la Coupe du monde. Le reste ne rentre pas dans mon esprit. Tout est possible. »

Q: Vous empêchez-vous d’y penser ?

R: « Cela ne sert à rien puisque je n’ai pas les réponses. »

– « Je ne m’attribue rien » –

Q: Etes-vous soucieux de laisser une trace ?

R: « Non mais c’est facile de le dire maintenant ! Ce qui a été fait a été fait, mais je ne l’ai pas fait pour moi, pour ma gloriole. Je ne suis pas là non plus pour faire rire, mais pour obtenir les meilleurs résultats. Je ne m’attribue rien. Ce n’est pas une recherche personnelle de ma propre réussite. La réussite, tu la vis à travers la victoire des joueurs. »

Q: Certains viennent-ils toutefois en sachant qu’ils seront remplaçants ? 

R: « Ils le savent plus ou moins d’eux-mêmes. Mais ça peut aller très vite. Si je prends l’exemple de 2018, certains ont commencé le premier match et n’ont pas joué le deuxième. L’équipe qui a joué le deuxième match est celle qui est allée au bout. Cela peut aussi évoluer plus tard, comme en 1998 à partir des quarts de finale. »

Q: Comment maintenir la flamme de ceux qui ont déjà gagné ?

R: « Ils connaissent la difficulté de gagner. Ils sont compétiteurs, pas blasés. Quand tu as le bonheur de gagner, tu n’as qu’une envie: continuer à gagner. Il peut y avoir des moments de relâchement mais il y a beaucoup d’exigence. L’état d’esprit, c’est la base. »

Q: Malgré votre longévité, on vous entend peu sur les sujets extra-sportifs. Pourquoi ?

R: « Parce que lorsque vous m’interrogez, ce n’est pas le citoyen français qui répond mais le sélectionneur de l’équipe de France, avec des obligations inhérentes à ma fonction. Je peux donc avoir des avis et me faire un devoir de les garder pour moi, parce que ce que je dis n’engage pas que moi. Vous pouvez penser que c’est de la langue de bois alors que mon intention, c’est d’être respectueux avec l’institution avec laquelle je suis engagé. »

Q: Comme sur le Qatar par exemple ?

R: « Je le répète, chacun a et aura la liberté de s’exprimer. Y compris les joueurs, qui diront ce qu’ils ont à dire si on les interroge. Nous avons juste fait en sorte qu’ils soient informés sur la situation sur place. Pour avoir un avis, c’est essentiel. Je crois même qu’il serait faux de penser qu’ils sont déconnectés des problèmes de société. En ce qui me concerne, j’ai déjà apporté des réponses que l’on a bien voulu entendre. Ou pas. Sur le Qatar, il me semble avoir été clair: participer ne signifie pas cautionner. Nous sommes les hôtes d’un pays organisateur. Comme cela a été le cas, il ne faut pas l’oublier, il y a quatre ans en Russie et huit au Brésil. Cette décision (d’attribuer le Mondial au Qatar, ndlr) n’a pas été prise il y a quelques semaines ou quelques mois. C’était il y a plus de dix ans. Ça ne nous empêche pas de rester vigilant et attentif à notre niveau. Je dépends d’une fédération, qui a fait les démarches nécessaires, à son niveau, pour que tout se passe du mieux possible sur place. Croyez-moi, nous ne sommes pas dans notre bulle, insensibles aux problèmes des autres.

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Sports

Open d’Australie : 10e sacre pour Djokovic, qui décroche son 22e titre du Grand Chelem

Article

le

Open d'Australie : 10e sacre pour Djokovic, qui décroche son 22e titre du Grand Chelem

Le Serbe de 35 ans a battu en finale à Melbourne le Grec Stefanos Tsitsipas 6-3, 7-6 (7/4), 7-6 (7/5).

Novak Djokovic s’est offert un dixième sacre à Melbourne en dominant, en 2h56 de jeu, Stefanos Tsitsipas (6-3, 7-6, 7-6), dimanche 29 janvier. Avec ce dixième succès à Melbourne en autant de finales, le Serbe égale le record de 22 titres en Grand Chelem de Rafael Nadal. Dans le même temps, « Nole », 35 ans, récupère la place de numéro 1 mondial, qu’il n’avait plus occupée depuis juin 2022.

Le Grec, qui aussi avait la possibilité d’occuper cette première place en cas de victoire, grimpe d’une place du classement ATP (3e). Tsitsipas, qui disputait sa deuxième finale en Grand Chelem, tenait à prendre sa revanche face au Serbe, qu’il l’avait déjà battu en finale de Roland-Garros en 2021. Mais le Grec a de nouveau dû rendre les armes, cette fois en trois sets. À 24 ans et auteur d’un formidable parcours à Melbourne, Stefanos Tsitsipas aura probablement, d’autres occasions de disputer une finale de Grand Chelem.

A 35 ans, il reste à Novak Djokovic « sans aucun doute deux, trois ans » pour amasser encore des titres du Grand Chelem, a estimé son entraineur.

Lire Plus

Sports

Open d’Australie : Aryna Sabalenka remporte son premier Grand Chelem

Article

le

Open d'Australie : Aryna Sabalenka remporte son premier Grand Chelem

Aryna Sabalenka a remporté, à 24 ans, son premier titre du Grand Chelem. En finale de l’Open d’Australie samedi, la Biélorusse a renversé Elena Rybakina (4-6, 6-3, 6-4).

Aryna Sabalenka, grande première ! La Bélarusse, tête de série N.5 de cet Open d’Australie, s’adjuge à 24 ans son premier titre du Grand Chelem. Elle a renversé la Kazakhe Elena Rybakina ce dimanche, après un gros combat, et succède à l’Australienne Ashleigh Barty au palmarès du tournoi. Grâce à ce succès en trois manches (4-6, 6-3, 6-4), elle va retrouver lundi le deuxième rang mondial, le meilleur classement de sa carrière. C’est le premier échec en finale d’un Majeur pour Rybakina, lauréate du dernier Wimbledon, mais qui va tout de même monter à la 10 e place.

Melbourne attendait un match de cogneuses, et l’a eu. Cette finale fut très accrochée, les deux femmes se renvoyant coup pour coup tout a long d’une grosse bataille de 2h34. Dans la continuité de son parcours remarquable, qui l’a amenée à éliminer notamment la N.1 mondiale Iga Swiatek, Elena Rybakina (23 ans, tête de série N.22) a réalisé la meilleure entame de match. Elle a logiquement remporté le premier set, sereine, impassible, faisant parler son expérience à ce stade d’un tournoi majeur.

Et Sabalenka a tout renversé

En face, Aryna Sabalenka semblait quelque peu intimidée par l’enjeu, elle qui avait déjà joué trois demi-finales en Grand Chelem (Wimbledon 2021, US Open 2021 et 2022) sans jamais parvenir en finale. Mais on sentait, derrière la fébrilité, une puissance de feu en fermentation. Si bien que lorsque Rybakina a baissé de régime à l’entame de la deuxième manche, notamment au service, la Bélarusse a su saisir sa chance en étant agressive au retour. Elle s’est logiquement emparée du set.

Le troisième set devait donc être de celui de la bagarre, avec deux joueuses jouant au même moment un très bon tennis. Chacune a assuré sa mise en jeu, mais on sentait Sabalenka légèrement au-dessus. En témoignent ses jeux de service plus facilement remportés, tandis que Rybakina se maintenait à flot tant bien que mal en serrant le jeu dans les moments chauds. Mais elle finit pourtant par craquer à 3-3 sous les assauts répétés de la Bélarusse, dont les frappes n’ont cessé de gagner en puissance et en précision.

Il a fallu ensuite servir pour le gain du match à 5-4. Et il ne fait aucun doute qu’Aryna Sabalenka a dû repenser à ces heures et ces heures d’entraînement passées à tenter d’améliorer ce service maudit. Cette mise en jeu qui lui fit commettre tant de doubles fautes en 2022, y compris en finale du Masters contre Caroline Garcia. Contre Elena Rybakina, son service a de nouveau été sa plus grande force, avec 17 aces claqués, mais aussi sa plus grande faiblesse, en témoignent les 7 doubles fautes. Sur sa première balle de match, elle en a commis une, la première du set. Mais elle s’en est procurée trois autres, et la quatrième a été la bonne. Un mental de championne.

Lire Plus

France

Paris 2024 : l’Ukraine menace de boycotter les Jeux olympiques si des athlètes russes participent

Article

le

Volodymyr Zelensky, le président ukrainien, a demandé à son homologue français Emmanuel Macron lors d’un entretien téléphonique de ne pas autoriser les athlètes russes à concourir lors des Jeux olympiques de Paris 2024. Patron du comité d’organisation, Tony Estanguet a ensuite rappelé que c’était le CIO qui devrait en décider.

Emmanuel Macron et Volodymyr Zelensky ne font pas que discuter de l’éventuel envoi de chars de combat par la France à l’Ukraine, pour la soutenir dans sa guerre contre la Russie. Les deux chefs d’Etat ont échangé au téléphone sur les prochains Jeux olympiques, qui se dérouleront à Paris du 26 juillet au 11 août 2024. Pour Zelensky, les athlètes russes ne doivent pas être autorisés à participer à la compétition. « J’ai particulièrement insisté sur le fait que les athlètes russes ne doivent pas avoir leur place aux JO de Paris », a confié le président ukrainien après son entretien avec son homologue français.

Après l’envahissement de l’Ukraine depuis la Russie mais aussi la Biélorussie par les troupes de Vladimir Poutine, le 24 février 2022, soit trois jours après la cérémonie de clôture des Jeux d’hiver de Pékin, donc pendant la trêve olympique, le Comité international olympique (CIO) avait sanctionné Russes et Biélorusses, d’abord exclus des Jeux paralympiques de Pékin. Aucun de ces deux pays n’a depuis pu organiser d’événement sportif international officiel, et leurs sportifs concourent désormais sous bannière neutre.

Estanguet : « C’est le CIO qui décide »

Et alors que Volodymyr Zelensky avait réclamé à la mi-décembre que les athlètes russes soient placés dans un « isolement complet » de toutes compétitions internationales, Thomas Bach, le président du CIO, a lui manifesté sa volonté de maintenir des sanctions fermes vis-à-vis de la Russie et de la Biélorussie. « Ces sanctions contre les États et les gouvernements russes et bélarusses doivent rester et resteront fermement en place, déclarait le dirigeant allemand, ancien champion olympique de fleuret, dans son message de Nouvel An. En cette nouvelle année, les athlètes ukrainiens peuvent compter sur l’engagement total du CIO et de l’ensemble du mouvement olympique en faveur de cette solidarité. Nous voulons voir une équipe forte de l’Ukraine aux Jeux olympiques de Paris 2024 et aux Jeux olympiques d’hiver de Milan Cortina 2026. »

Président du comité d’organisation des JO parisiens, Tony Estanguet a rappelé mercredi devant la presse que « c’est bien le CIO qui décide des délégations qui sont autorisées à participer aux Jeux olympiques », a d’abord déclaré le triple champion olympique de canoë. « Le comité d’organisation n’a pas à intervenir dans le choix des délégations qui doivent participer aux Jeux. Nous, on attendra les règles édictées. A date, le comité paralympique a décidé d’exclure les Russes et de refaire un point d’étape fin 2023. Le CIO a également mis un certain nombre de sanctions pour tous les dirigeants du sport russe, sur le drapeau, sur les délégations », a conclu le patron du COJO.

Lire Plus

Les + Lus