Nous rejoindre sur les réseaux

Monde

Monde : Ruée de familles libanaises vers Chypre pour fuir l’enfer des pénuries

Article

le

ruee-de-familles-libanaises-vers-chypre-pour-fuir-l’enfer-des-penuries

Nanor Abachian attendait avec impatience son vol pour Chypre. Comme elle, des centaines de Libanais se ruent depuis quelques mois vers l’île méditerranéenne, située à 200 km à vol d’oiseau, afin de s’y installer, ne serait-ce que temporairement, pour fuir l’enfer des pénuries dans leur pays.

« Ma souffrance est énorme. J’ai dû quitter mon pays et mes parents pour offrir un meilleur avenir à mes enfants », confie cette Libanaise de 30 ans, après avoir atterri à Larnaca avec son mari, leurs deux enfants, et sept valises bien remplies.

Le Liban est en proie à l’une des pires crises économiques de l’histoire depuis 1850, selon la Banque mondiale. A court de devises étrangères, le pays connaît de graves pénuries de carburant, de pain et de médicaments, tandis que les coupures de courant atteignent plus de 22 heures par jour.

Depuis le début de la crise en 2019, plusieurs milliers de personnes ont quitté le pays dont beaucoup à destination de Chypre. Impossible toutefois d’évaluer leur nombre exact en l’absence de données officielles.

Selon l’ambassadrice du Liban à Chypre, Claude el-Hajal, le nombre de familles libanaises installées sur l’île méditerranéenne a connu « une hausse importante » depuis l’explosion dévastatrice du port de Beyrouth le 4 août 2020, qui a fait plus de 200 morts.

Sauver l’année scolaire

Mais ce n’est pas la première fois que les Libanais trouvent refuge sur l’île voisine. Dans les années 80, en pleine guerre civile (1975-1990), « environ 100.000 familles libanaises » avaient été accueillies à Chypre, selon Mme el-Hajal qui précise qu’un grand nombre d’entre elles étaient rentrées au pays à la fin des combats.

En 2006, lors du conflit entre Israël et le Hezbollah, Chypre a servi de base de repli pour évacuer près de 60.000 civils du Liban.

Georges Obeid, la quarantaine, a lui aussi opté pour Chypre pour sauver l’année scolaire de ses enfants.

« Il n’y a pas d’espoir pour l’année scolaire au Liban », dit-il, évoquant les coupures d’électricité et la pénurie de carburant qui paralysent les services et les activités des écoles.

Mais il y aussi « la peur » face l’insécurité croissante liée à la paupérisation, ajoute-t-il. Selon l’ONU, 78% des Libanais vivent désormais sous le seuil de la pauvreté –contre moins de 30% avant 2019.

A Nicosie, l’école franco-chypriote a été inondée de demandes d’inscription pour des enfants libanais. Leur nombre est évalué à 250, selon des sources proches du dossier.

« Un deuxième pays »

L’île attire aussi de plus en plus d’investisseurs libanais.

Chypre « a mis en place en octobre une procédure accélérée pour l’établissement des entreprises étrangères sur l’île », a expliqué Constantinos Karageorgis, haut fonctionnaire au sein du ministère du Commerce et de l’Industrie. Depuis, sept compagnies libanaises s’y sont installées avec près de 200 salariés accompagnés de leurs familles.

Ce nouveau mécanisme a permis de réduire le délai des procédures à dix à quinze jours contre deux à trois mois auparavant, précise Mme el-Hajal.

Le secteur de l’immobilier est également très sollicité par les Libanais en quête de stabilité.

Interrogé, l’homme d’affaires libanais Georges Chahwan, propriétaire de dizaines de projets immobiliers à Chypre, affirme avoir « vendu près de 400 appartements à des Libanais entre 2016 et 2021 (…) dont une centaine au cours des six derniers mois. »

Le pays, qui est membre de l’Union européenne, « offre la résidence permanente à toute personne qui investit dans l’immobilier », explique-t-il. Et « les banques chypriotes facilitent l’obtention d’un prêt pour les Libanais dont le salaire est versé en dollars », ajoute-t-il.

« L’île est à deux pas du Liban. C’est un endroit stable et sûr » et pour les Libanais c’est comme un « deuxième pays », estime-t-il.

Europe

La Russie occupe toujours 18 % du territoire ukrainien

Article

le

La Russie occupe toujours 18 % du territoire ukrainien

En janvier, les Russes ont très légèrement avancé en prenant le contrôle de 278 km2, selon les calculs d’un cartographe français

Au 31 janvier 2023, la Russie occupait toujours 18 % du territoire de l’Ukraine. Ce chiffre est le fruit du travail d’un cartographe français. Les 18,08 % (exactement) du territoire ukrainien représentent 109 105 km2, soit l’équivalent d’une vingtaine de départements français. Au cours du mois de janvier et au prix de pertes colossales, les forces russes sont parvenues à prendre 278 km2 à l’armée ukrainienne. Cette superficie équivaut à un carré de 16 kilomètres de côté, alors que le front entre les deux armées s’étend sur plus de 1 000 kilomètres.

A la veille de l’invasion, le 24 février 2022, et depuis 2014, la Russie contrôlait directement (la Crimée) ou indirectement (une partie du Donbass) 7,15 % du territoire de son voisin. Au maximum de l’offensive russe, fin mars, l’Ukraine avait perdu un quart (25,11 %) de son sol. Puis, après l’échec de l’opération sur Kiev, ce chiffre s’est stabilisé autour de 20-21%, avant de passer à l’automne sous la barre de 18 %, grâce au succès de la double offensive ukrainienne, d’abord vers Kharkhiv, puis vers Kherson. Depuis novembre, la Russie regrignote un peu de terrain, surtout dans le secteur très disputé de Bakhmut.

Dans le détail, la Russie ne contrôle totalement qu’une seule région, la Crimée, et la quasi-totalité d’une autre, l’oblast de Louhansk (97,78 %). Trois sont partiellement occupées : Zaporijjia (72,94 %), Kherson (72,02 %) et Donetsk (56,65 %). Ces quatre derniers oblasts font, sur le papier, partie de la Fédération de Russie depuis leur annexion illégale en septembre. Enfin, les forces russes n’occupent plus qu’une infime partie (1,88 %) de l’oblast de Kharkiv (nord) et 0,56 % de celui de Mykolaïv (sud).

L’objectif de Kiev est de reprendre la totalité de son territoire (603 554 km2), plus vaste que la France : on mesure l’ampleur de la tâche.

Lire Plus

Europe

Guerre en Ukraine : Biden dit « non » à l’envoi d’avions de combat

Article

le

Guerre en Ukraine : Biden dit « non » à l’envoi d’avions de combat

Berlin a déjà rejeté catégoriquement cette idée, tandis que le président français Emmanuel Macron a estimé prudemment que « par définition, rien (n’était) exclu ».

Joe Biden a opposé ce lundi 30 janvier un refus catégorique à l’idée d’envoyer à l’Ukraine des avions de combat américains de type F-16. « Non », a dit le président américain lorsqu’un journaliste l’a interrogé à la Maison Blanche sur la possibilité de fournir les appareils que réclament les dirigeants ukrainiens.

Les Occidentaux viennent de franchir un palier dans l’aide militaire apportée à l’Ukraine, après que l’Allemagne et les États-Unis ont annoncé l’envoi de chars. Le président Volodymyr Zelensky réclame une assistance encore plus poussée, passant par la livraison de missiles à longue portée et d’avions de combat.

Berlin a déjà rejeté catégoriquement cette idée, tandis que le qu’Emmanuel Macron a estimé prudemment que « par définition, rien (n’était) exclu », tout en assurant que les Ukrainiens ne lui avaient pas fait à ce jour de demande en ce sens.

Une visite prochaine en Pologne

Alors qu’approche le 24 février, qui marquera un an depuis l’invasion de l’Ukraine, Joe Biden n’a pas voulu dire s’il se rendrait en Europe à cette occasion.

Mais il a assuré qu’il irait, sans préciser de date, en Pologne, un pays qui joue un rôle clé dans la réponse à l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

« Je vais aller en Pologne, mais je ne sais pas quand », a-t-il dit aux journalistes, en regagnant Washington après un court déplacement dans la ville de Baltimore (Maryland, est).

Lire Plus

Europe

Belgique : trois blessés, dont l’un grièvement, après une attaque au couteau à Bruxelles

Article

le

Belgique : trois blessés, dont l'un grièvement, après une attaque au couteau à Bruxelles

Le parquet fédéral a indiqué n’avoir pas été saisi « à ce stade », après une attaque au couteau ce lundi à la station de métro Schuman, à Bruxelles. Un homme de 30 ans a été arrêté par les forces de l’ordre.

Trois personnes ont été blessées dans une attaque au couteau lundi 30 janvier, en fin d’après-midi, dans le métro à Bruxelles, selon un nouveau bilan de la police belge. Le pronostic vital est engagé pour l’une des victimes.

Un homme de 30 ans a été arrêté par les forces de l’ordre. La piste terroriste n’est pas d’actualité.

Une station située près de la Commission européenne

L’attaque est survenue autour de 18 heures dans la station Schuman, située à quelques dizaines de mètres des sièges de la Commission européenne et du Conseil européen. « Mes pensées vont aux victimes (…) Merci à la police pour sa prompte intervention », a indiqué la ministre de l’Intérieur belge, Annelies Verlinden.

Le trafic restait interrompu en début de soirée sur une partie des deux lignes de métro passant par la station Schuman, la police poursuivant son enquête sur place, selon l’opérateur des transports bruxellois (Stib).

Lire Plus

Les + Lus