Nous rejoindre sur les réseaux

Monde

Fête nationale sous tension au Brésil, les pro-Bolsonaro dans la rue

Article

le

fete-nationale-sous-tension-au-bresil,-les-pro-bolsonaro-dans-la-rue

Des milliers de manifestants étaient réunis tôt mardi matin à Brasilia en soutien au président Jair Bolsonaro, qui a appelé « des foules gigantesques » à descendre dans les rues pour le soutenir, en ce jour de fête nationale.

La fête de l’indépendance s’annonce très tendue et tout peut arriver au Brésil selon les analystes, d’autant que l’opposition a elle aussi prévu de manifester en masse aux cris de « Fora Bolsonaro » (« Bolsonaro dehors »).

C’est du camp du président d’extrême droite qu’est venue l’alerte dans la nuit de lundi à mardi, lorsque des centaines de ses sympathisants, à bord de camions, ont brisé des barrières et pénétré dans l’avenue menant au Congrès et à la Cour suprême (STF), qui avait été fermée à la circulation par mesure de sécurité.

« On vient d’entrer! La police n’a pas pu arrêter le peuple! Et demain nous allons envahir le STF! », a crié l’un d’eux, s’inspirant visiblement de l’invasion spectaculaire du Capitole aux Etats-Unis par des soutiens de l’ex-président Donald Trump, en janvier dernier.

Mardi matin, des milliers de bolsonaristes, certains visiblement prêts à en découdre, se trouvaient sur l’Esplanade des ministères, au coeur de Brasilia, dans l’attente d’un bref discours du chef de l’Etat, a constaté l’AFP.

De nombreux manifestants portaient des bannières, ou des pancartes exigeant la destitution des juges de la Cour suprême, d’autres priaient.

« Je suis venu pour défendre notre liberté et libérer le pays de cette bande immonde de politiciens corrompus de la Cour suprême qui veulent nous la retirer », a déclaré à l’AFP Marcio Souza, un agent de sécurité portant un t-shirt arborant le visage de Jair Bolsonaro.

Le chef de l’Etat, dont la popularité est en berne dans tous les sondages à un peu plus d’un an de la présidentielle, espère faire de cette journée une implacable démonstration de force.

Il a provoqué une grave crise institutionnelle en déclarant la guerre à la Cour suprême après l’ouverture d’enquêtes contre lui.

« Rupture » institutionnelle

Vendredi dernier, il n’avait pas hésité à dire que cette journée de mobilisation constituerait un « ultimatum » pour la Cour suprême. Samedi, il a même évoqué la possibilité d’une « rupture » institutionnelle.

Mais l’opposition a prévu de descendre elle aussi dans la rue ce mardi, inquiète des menaces que fait peser sur la démocratie le président.

D’importants dispositifs de sécurité ont été mis en place dans les grandes villes, en priorité à Brasilia, puis à Sao Paulo, afin d’éviter tout débordement.

Cortèges de bolsonaristes et d’anti-Bolsonaro ne devraient pas se croiser, ni croiser le fer. En tout cas sur le papier.

C’est à Brasilia le matin puis à Sao Paulo l’après-midi que se concentre la mobilisation. Les réseaux sociaux bolsonaristes ont battu sans relâche le rappel des troupes. Des centaines d’autocars de sympathisants de Bolsonaro devaient converger vers Sao Paulo.

A Sao Paulo, plus grande métropole du Brésil, Jair Bolsonaro a annoncé compter sur « deux millions » de sympathisants sur l’Avenue Paulista, où il devrait prononcer un discours plus enflammé qu’à Brasilia.`

Pendant ce temps, le principal cortège anti-Bolsonaro doit partir à trois kilomètres de là, au Vale do Anhangabau, en centre-ville.

Policiers manifestants

Au Brésil, les spécialistes en sécurité craignent notamment la présence de policiers militaires armés lors des manifestations.

D’après un sondage publié dimanche par le quotidien O Globo, 30% de ces policiers avaient l’intention de descendre dans la rue mardi, même si le règlement leur interdit de prendre part à des manifestations politiques, y compris lors de leurs jours de congés.

La semaine dernière, Jair Bolsonaro avait vivement critiqué les juges et les gouverneurs d’Etats qui envisagent de punir les policiers présents pour le soutenir lors des cortèges du 7-Septembre.

« C’est un crime (d’interdire les manifestations de policiers), digne d’une dictature. Ils veulent que le mouvement soit moins important, alors qu’un policier en civil, en congé peut justement aider à mener à bien la sécurité de l’événement », a-t-il lancé.

Bolsonaro n’a jamais été aussi impopulaire depuis son arrivée au pouvoir en janvier 2019. Dans les sondages, il est largement distancé par l’ex-président de gauche Luiz Inacio Lula da Silva dans les intentions de vote pour l’élection d’octobre 2022.

« Il sait que le succès des manifestations pourrait lui donner du répit », estime Geraldo Monteiro, politologue à l’Université de l’Etat de Rio.

Jair Bolsonaro est visé par plusieurs enquêtes de la Cour suprême, notamment pour dissémination de fausses informations.

Et au Sénat, une Commission d’enquête passe au crible depuis plusieurs mois sa gestion de la pandémie, jugée chaotique par les spécialistes, dans un pays où plus de 580.000 personnes sont mortes de Covid-19.

Monde

Meta va laisser Donald Trump revenir sur Facebook et Instagram

Article

le

Meta va laisser Donald Trump revenir sur Facebook et Instagram

L’ancien président américain avait été banni du réseau social après l’assaut de ses partisans contre le Congrès, le 6 janvier 2021.

Le géant des réseaux sociaux Meta a annoncé mercredi qu’il allait, dans les prochaines semaines, « mettre fin à la suspension » des comptes de Donald Trump sur Facebook et Instagram, deux ans après l’exclusion de l’ancien président américain suite à l’assaut du Capitole.

« Le public doit pouvoir entendre ce que les personnalités politiques disent afin de pouvoir faire des choix éclairés », a justifié Nick Clegg, le responsable des affaires internationales de Meta, dans un communiqué. « Mais cela ne signifie pas qu’il n’y a pas de limites à ce que les gens peuvent dire sur notre plateforme. Quand il y a un risque de préjudice dans le monde réel – un risque élevé qui justifie une intervention de Meta dans le débat public – nous agissons », a-t-il précisé.

L’ex-chef d’État américain avait été exclu du réseau social le 7 janvier 2021, alors qu’il était encore au pouvoir, pour avoir encouragé ses partisans lors de l’attaque du Congrès à Washington la veille, une décision sans précédent, imitée à l’époque par la plupart des réseaux sociaux grand public, dont Twitter.

En juin 2021, Facebook avait décidé que l’exclusion durerait deux ans, et que le milliardaire républicain ne pourrait revenir que quand les « risques pour la sécurité du public » auraient « disparu ».

La suspension « devrait ne plus jamais arriver à un président en exercice ou à qui que ce soit qui ne mérite pas de sanctions ! », a réagi Donald Trump depuis son compte sur Truth Social, le réseau social qu’il a lancé l’an dernier.

La semaine dernière, l’ancien président avait officiellement demandé à pouvoir retourner sur Facebook. Son avocat avait adressé une lettre au fondateur et président de Meta, Mark Zuckerberg, l’appelant à ne pas « réduire un candidat à la présidentielle au silence ».

L’homme politique avait déjà été réadmis sur Twitter le 19 novembre 2022, quatre jours après avoir déclaré sa candidature à l’élection présidentielle de 2024. Il n’a toutefois pas encore publié de message sur ce compte, communiquant principalement via sa propre plateforme, Truth Social.

Lire Plus

Europe

Espagne : un sacristain mort et un prêtre blessé dans une attaque à la machette

Article

le

Espagne : un sacristain mort et un prêtre blessé dans une attaque à la machette

Un homme a été interpellé après avoir attaqué à l’arme blanche plusieurs personnes dans un église du sud de l’Espagne.

Un sacristain a été tué mardi 24 janvier et un prêtre grièvement blessé, dans une attaque à la machette dans deux églises d’Algésiras, dans le sud de l’Espagne, a indiqué une source policière à l’AFP, précisant qu’un homme avait été arrêté. Une enquête a été ouverte pour des faits présumés de terrorisme. Elle sera menée par un magistrat de l’Audience nationale, tribunal chargé notamment des affaires de terrorisme, a précisé le parquet, sans donner plus de précisions.

L’attaque à l’arme blanche s’est produite peu avant 20h dans l’église de San Isidro d’Algésiras, a indiqué le ministère de l’Intérieur. Une personne a été tuée à l’extérieur de l’église et une blessée dans l’église, a ajouté le ministère.

Selon un prêtre d’Algésiras, cité par El Pais, «l’agresseur s’est d’abord rendu à la paroisse de San Isidro, où il a attaqué le sacristain». «Quelques instants plus tard, il est allé à l’église de la Plaza de la Palma, où il a rencontré le prêtre dans la rue, l’a attaqué et l’a laissé pour mort. Ensuite, il a semblé aller à l’église de la Virgen de Europa, mais je ne sais pas s’il y est arrivé. Toutes les églises sont situées au centre de la ville», raconte le religieux. Plusieurs sources policières soulignent qu’il y a eu des assauts dans «au moins deux églises». Les mêmes sources confirment que l’agresseur était sans papiers, «sans doute d’origine marocaine».

Peu après l’attaque, le président de la communauté d’Andalousie Juan Manuel Moreno a réagi. «Horrible et déchirant. Un sacristain a été assassiné et au moins un autre prêtre a été blessé dans un attentat qui a eu lieu à Algésiras. Prudence, les faits sont en cours d’investigation. Je condamne fermement le crime. L’intolérance n’aura jamais sa place dans notre société», a-t-il écrit sur Twitter.

Lire Plus

Monde

Guerre en Ukraine : Kiev admet avoir cédé Soledar à la Russie

Article

le

Guerre en Ukraine : Kiev admet avoir cédé Soledar à la Russie

L’armée ukrainienne a admis mercredi avoir cédé aux Russes la ville de Soledar (ici en juin 2022), deux semaines après l’annonce de sa prise par Moscou.

« Après des mois de combats difficiles […], les forces armées ukrainiennes l’ont quittée » pour « se replier sur des positions préparées », a indiqué à l’AFP le porte-parole militaire de la zone est Serguiï Tcherevaty, refusant cependant de préciser quand cette retraite a eu lieu.

À la mi-janvier, la petite ville était au centre d’une bataille acharnée et Moscou en avait revendiqué la prise. Le gouverneur de la région de Donetsk, Pavlo Kyrylenko, avait toutefois démentié, assurant que Soledar était « sous le contrôle des autorités ukrainienne ».

Lire Plus

Les + Lus