Nous rejoindre sur les réseaux

Monde

Monde : la Russie démantèle le groupe de hackeurs REvil sur demande américaine

Article

le

la-russie-demantele-le-groupe-de-hackeurs-revil-sur-demande-americaine

La Russie a annoncé vendredi avoir démantelé le groupe de hackeurs REvil, considéré comme le groupe de cybercriminels le plus redoutable en manière de rançongiciels, sur demande des Etats-Unis, qui se sont félicités de cette coopération en pleine crise sur l’Ukraine.

Les présidents russe et américain Vladimir Poutine et Joe Biden avaient indiqué lors d’un sommet en juin vouloir renforcer leur coopération dans la lutte contre la cybercriminalité, sur fond de crises et d’accusations à répétition visant Moscou dans ce domaine.

A l’issue d’une opération des services de sécurité (FSB) et de la police russes « il a été mis fin à l’existence de ce groupe criminel organisé », a indiqué le FSB dans un communiqué.

Des perquisitions menées « à la demande des autorités américaines compétentes » ont visé 14 personnes et 25 adresses dans cinq régions russes, notamment dans la capitale Moscou et à Saint-Pétersbourg, la deuxième ville du pays, permettant la saisie de l’équivalent de 426 millions de roubles (4,8 millions d’euros environ) et 20 voitures de luxes, selon le communiqué.

Le FSB ne précise pas combien de personnes ont été arrêtées, mais a diffusé des vidéos d’interpellations musclées. Il indique que les membres du groupe « ont mis au point des logiciels nuisibles, organisé le détournement de fonds depuis les comptes bancaires de citoyens étrangers et les ont encaissés », selon la même source.

« Nous sommes satisfaits de ces mesures initiales », a commenté de son côté une responsable de l’administration américaine à Washington. « Mais je veux que ce soit clair: ceci n’a aucun rapport avec ce qui se passe avec la Russie et l’Ukraine ».

« Nous avons toujours été très clairs: si la Russie envahit davantage l’Ukraine, nous lui imposerons des coûts sévères en coopération avec nos alliés et partenaires », a ajouté cette responsable ayant requis l’anonymat.

Elle a confirmé que ces arrestations avaient été le résultat d’une coopération avec les autorités russes. Washington attribue ces arrestations aux « échanges qui ont eu lieu en termes de partage d’informations et d’appels à la Russie à prendre des mesures », a-t-elle dit.

Elle a aussi indiqué qu’un des hackers arrêté était responsable de l’attaque de mai dernier au rançongiciel contre le réseau d’oléoducs Colonial, principale source d’approvisionnement en essence de la majorité de l’Est américain. Le groupe avait versé 4,4 millions de dollars pour récupérer le contrôle de ses installations.

Le même mois, c’est le géant mondial de la viande JBS qui avait été pris pour cible, paralysant notamment les activités du groupe en Australie.

Début juillet 2021, ce groupe de hackeurs russophones, aussi appelé Sodinokibi, avait revendiqué l’attaque au rançongiciel visant la société informatique américaine Kaseya.

Joe Biden avait alors demandé, lors d’un échange téléphonique, à Vladimir Poutine d’agir contre les attaques menées depuis la Russie, sous peine de voir les Etats-Unis prendre « les mesures nécessaires ».

Début novembre, les autorités européennes et américaines ont annoncé l’arrestation de sept pirates informatiques au cours d’une opération internationale qui a visé REvil et le groupe de rançongiciels GandCrab.

Les rançongiciels sont une forme de plus en plus lucrative de prises d’otages numériques dans laquelle les pirates informatiques chiffrent les données des victimes, puis demandent de l’argent pour remettre les choses en ordre.

Selon le Trésor américain, 590 millions de dollars de rançons ont été versées rien qu’aux Etats-Unis au premier semestre 2021, contre 416 en 2020.

Monde

Double attaque à Jérusalem : Macron appelle à ne pas « alimenter l’engrenage de la violence »

Article

le

Double attaque à Jérusalem : Macron appelle à ne pas « alimenter l’engrenage de la violence »

Ces attentats ont fait suite à un raid militaire israélien meurtrier en Cisjordanie occupée, suivi de tirs de roquettes de Gaza vers Israël et de frappes aériennes israéliennes de représailles.

Le président français Emmanuel Macron a exhorté ce dimanche 29 janvier Israéliens et Palestiniens à ne pas « alimenter l’engrenage de la violence » après les attentats perpétrés à Jérusalem-Est et la mort d’un Palestinien, tué par des gardes israéliens.

Lors d’un entretien téléphonique avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu, « le président de la République a rappelé la nécessité pour tous d’éviter des mesures susceptibles d’alimenter l’engrenage de la violence », a indiqué l’Élysée dans un communiqué.

« Il a, une nouvelle fois, exprimé sa disponibilité à contribuer à la reprise du dialogue entre les Palestiniens et les Israéliens », a souligné la présidence française.

Un « attentat abject »

Le chef de l’État a présenté ses condoléances au peuple israélien pour « les victimes de l’attaque terroriste » dans laquelle sept personnes ont trouvé la mort vendredi près d’une synagogue à Jérusalem-est.

Il a une nouvelle fois condamné cet « attentat abject », « fait part de la solidarité pleine et entière de la France avec Israël dans sa lutte contre le terrorisme » et répété « l’attachement indéfectible de la France à la sécurité » de ce pays.

Samedi, un Palestinien de 13 ans a également blessé par balles deux Israéliens à Silwan, à deux pas des remparts de la Vieille Ville.

Une attaque en réponse à un raid israélien meurtrier

Benjamin Netanyahu a promis une réponse « forte » et « solide » au « terrorisme » après les deux attaques. Dimanche, des gardes israéliens ont aussi tué un Palestinien en Cisjordanie.

Les attentats perpétrés à Jérusalem-Est ont fait suite à un raid militaire israélien meurtrier jeudi en Cisjordanie occupée, suivi de tirs de roquettes de Gaza vers Israël et de frappes aériennes israéliennes de représailles.

Lire Plus

Europe

Royaume-Uni : le Premier ministre Rishi Sunak limoge un ministre en raison de ses démêlés fiscaux

Article

le

Royaume-Uni : le Premier ministre Rishi Sunak limoge un ministre en raison de ses démêlés fiscaux

Le ministre sans portefeuille et président du Parti conservateur Nadhim Zahawi a été limogé à l’issue d’une enquête indépendante.

Le Premier ministre britannique, Rishi Sunak, a limogé le ministre sans portefeuille et président du Parti conservateur, Nadhim Zahawi, en raison d’une violation du code ministériel liée à ses démêlés fiscaux, a annoncé dimanche 29 janvier Downing Street. À l’issue d’une enquête indépendante, « il est clair qu’il y a eu une grave violation du code ministériel », a expliqué le chef du gouvernement.

« En conséquence, je vous informe de ma décision de vous démettre de vos fonctions au sein du gouvernement de Sa Majesté », a poursuivi Rishi Sunak. En limogeant Nadhim Zahawi plutôt qu’en lui demandant de démissionner, Rishi Sunak cherche à affirmer son autorité, lui qui avait promis à son arrivée à Downing Street « intégrité, professionnalisme et responsabilité ».

Le Premier ministre britannique avait chargé lundi son conseiller éthique indépendant d’enquêter pour déterminer si Nadhim Zahawi, qui siège au Conseil des ministres, avait enfreint le code ministériel dans le cadre du règlement de plusieurs millions de livres sterling qu’il a dû payer pour solder un litige avec le fisc.

Après treize ans au pouvoir, les conservateurs ont vu ces dernières années leur réputation entachée par des affaires de conflits d’intérêts, alimentant des accusations de corruption de la part de l’opposition travailliste, largement en tête des sondages.

Lire Plus

Monde

Meta va laisser Donald Trump revenir sur Facebook et Instagram

Article

le

Meta va laisser Donald Trump revenir sur Facebook et Instagram

L’ancien président américain avait été banni du réseau social après l’assaut de ses partisans contre le Congrès, le 6 janvier 2021.

Le géant des réseaux sociaux Meta a annoncé mercredi qu’il allait, dans les prochaines semaines, « mettre fin à la suspension » des comptes de Donald Trump sur Facebook et Instagram, deux ans après l’exclusion de l’ancien président américain suite à l’assaut du Capitole.

« Le public doit pouvoir entendre ce que les personnalités politiques disent afin de pouvoir faire des choix éclairés », a justifié Nick Clegg, le responsable des affaires internationales de Meta, dans un communiqué. « Mais cela ne signifie pas qu’il n’y a pas de limites à ce que les gens peuvent dire sur notre plateforme. Quand il y a un risque de préjudice dans le monde réel – un risque élevé qui justifie une intervention de Meta dans le débat public – nous agissons », a-t-il précisé.

L’ex-chef d’État américain avait été exclu du réseau social le 7 janvier 2021, alors qu’il était encore au pouvoir, pour avoir encouragé ses partisans lors de l’attaque du Congrès à Washington la veille, une décision sans précédent, imitée à l’époque par la plupart des réseaux sociaux grand public, dont Twitter.

En juin 2021, Facebook avait décidé que l’exclusion durerait deux ans, et que le milliardaire républicain ne pourrait revenir que quand les « risques pour la sécurité du public » auraient « disparu ».

La suspension « devrait ne plus jamais arriver à un président en exercice ou à qui que ce soit qui ne mérite pas de sanctions ! », a réagi Donald Trump depuis son compte sur Truth Social, le réseau social qu’il a lancé l’an dernier.

La semaine dernière, l’ancien président avait officiellement demandé à pouvoir retourner sur Facebook. Son avocat avait adressé une lettre au fondateur et président de Meta, Mark Zuckerberg, l’appelant à ne pas « réduire un candidat à la présidentielle au silence ».

L’homme politique avait déjà été réadmis sur Twitter le 19 novembre 2022, quatre jours après avoir déclaré sa candidature à l’élection présidentielle de 2024. Il n’a toutefois pas encore publié de message sur ce compte, communiquant principalement via sa propre plateforme, Truth Social.

Lire Plus

Les + Lus