Nous rejoindre sur les réseaux

Planète

Planète: Dans le désert israélien, la résurrection de dattiers vieux de 2.000 ans

Article

le

dans-le-desert-israelien,-la-resurrection-de-dattiers-vieux-de-2.000-ans

Lorsqu’on lui a dit qu’elle était « folle », la scientifique Sarah Sallon a dû redoubler d’efforts de persuasion pour obtenir de vieilles graines jalousement conservées par des archéologues. Mais son intuition était bonne: les graines ont germé et fait renaître des dattiers vieux de 2.000 ans.

C’est à la pointe sud d’Israël, en plein désert, que l’on déguste des dattes d’une variété que l’on croyait longtemps disparue, fruits du palmier de Judée.

Tout a commencé en 2004, lorsque Sarah Sallon, médecin britanno-israélienne reconvertie en botaniste, a toqué à la porte du département d’archéologie botanique de l’université israélienne Bar Ilan.

Inspirée par des lectures sur des semences de lotus vieilles de 500 ans retrouvées en Chine et ayant germé, elle a voulu acquérir quelques graines de palmiers de Judée soigneusement consignées après leur découverte dans les années 1960 sous des débris à Massada, citadelle construite par le roi Hérode (Ier siècle avant J.C.) en surplomb de la mer Morte.

« C’est impossible »

« Ils m’ont dit: +tu es complètement folle, ça ne marchera jamais!+ », se souvient la septuagénaire au chapeau de brousse et aux yeux bleu clair. A force de les « enquiquiner », elle a obtenu cinq de ces « antiquités botaniques », sur une collection de milliers de graines.

Ces précieuses semences en main, elle est allée trouver Elaine Solowey, spécialiste d’agriculture durable, dans le kibboutz Ketura, près de la frontière avec la Jordanie.

« Elle m’a dit: +ces graines viennent de Massada. Essaye de les faire germer+ », relate Mme Solowey. « Je lui ai demandé de quand elles dataient, elle m’a dit 2.000 ans. Je lui ai répondu que c’était impossible ».

Après quelques mois de réflexion sur la bonne manière de s’y prendre, Elaine Solowey a hydraté et planté les graines, utilisant de l’engrais à base d’enzyme mais écartant tout produit chimique.

Sur l’ardoise de sa serre où elle cultive des dizaines de plantes, chaque visite était conclue par la mention « rien à signaler ».

Eclosion

Jusqu’à un jour de mars 2005, où elle aperçoit un petit pot qui commence à craquer. « Je n’en croyais pas mes yeux », raconte Mme Solowey, la tête recouverte d’une casquette à l’effigie du premier dattier « ressuscité », surnommé Methuselah (Mathusalem) en référence au personnage biblique connu pour sa longévité.

« Seulement à ce moment-là j’ai commencé à vraiment en prendre soin. Je n’en avais pas compris l’importance », reconnaît celle qui avait sous les yeux la plus ancienne graine germée au monde, ayant fait son entrée dans le livre Guinness des records.

Sur les cinq graines données par l’université, seule celle-ci s’est développée. Deux avaient été gardées pour des recherches scientifiques, permettant grâce à la datation radiocarbone d’en confirmer l’ancienneté.

Les dattiers de Judée ont progressivement disparu au fil des invasions et des guerres qui ont rythmé la région, notamment à partir du Ier siècle avant J.-C. et la conquête romaine, explique Mme Sallon, auteure d’un article sur le sujet dans la revue américaine « Science ».

Les palmiers sont « comme des enfants, il faut les éduquer sinon ils deviennent sauvages », sourit-elle. « Il faut les arroser, récupérer le pollen des arbres mâles et polliniser à la main les arbres femelles pour produire des dattes superbes. Si la continuité est altérée, tout s’effondre ».

Retour à la vie

Planté en 2011, Methuselah était un pied mâle. Incapable de se satisfaire d’un palmier sans fruit, Sarah Sallon est partie en quête d’autres graines et en a obtenu une trentaine, découvertes dans des caves du désert de Judée, dont Qumrân, célèbre pour les manuscrits de la mer Morte qui y ont été retrouvés.

Pour la scientifique, « l’environnement unique de la mer Morte a contribué à préserver les graines, non seulement en raison de l’aridité mais aussi de l’atmosphère, à 400 mètres au-dessous du niveau de la mer, qui y est la plus dense au monde ».

Surprise ou petit miracle: l’une des graines germe en un plant femelle, baptisé « Hannah » et transplanté en 2019. Dès l’année suivante, « Hannah » livre ses premières dattes.

Puis, au mois d’août dernier, une récolte abondante: 800 dattes marron clair, légèrement sèches mais au délicat goût de miel, dont quelques unes seront mises en vente prochainement.

Depuis, « Hannah » a une soeur, « Judith », mise en terre fin septembre.

« C’est une lueur d’espoir. Cela montre que la nature a plus d’un tour dans son sac », assure Sarah Sallon, inquiète de l’extinction « massive » d’espèces. « Elle peut laisser ses graines dormir pendant des milliers d’années, nous laisser penser qu’elles ont disparu et il suffit d’une paire de mains en or pour les ramener à la vie ».

Planète

L’astronaute française Sophie Adenot s’envolera pour la Station spatiale en 2026

Article

le

L'astronaute française Sophie Adenot s'envolera pour la Station spatiale en 2026

25 ans après Claudie Haigneré, Sophie Adenot deviendra la deuxième Française à rejoindre la Station spatiale internationale, marquant une étape historique pour la France et l’ESA.

Un quart de siècle après Claudie Haigneré, la première femme française à être allée dans l’espace, une nouvelle astronaute française s’apprête à suivre ses traces. L’Agence spatiale européenne (ESA) a annoncé mercredi 22 mai que Sophie Adenot, 41 ans, participera à une mission à bord de la Station spatiale internationale (ISS) en 2026. Elle sera la première de sa promotion 2022 de spationautes européens à rejoindre l’ISS.

« C’est incroyable ! Je manque vraiment de mots pour décrire combien je suis heureuse. C’est clairement un honneur, une grande responsabilité et une nouvelle étape dans ma carrière, et ce sera une aventure incroyable », a déclaré Sophie Adenot dans un message préenregistré. Ingénieure et colonel de l’Armée de l’air et de l’espace, Adenot a validé sa formation d’astronaute il y a seulement un mois.

Après avoir commencé sa formation à Cologne, en Allemagne, Sophie Adenot est arrivée début mai aux États-Unis pour suivre des cours au centre spatial de la NASA à Houston, Texas. Elle se prépare à une formation intensive en vue de ce voyage dans l’espace. « Je sais que cela va être deux années très intenses avant le décollage, mais je suis hyper contente », a-t-elle confié à franceinfo. « On passe à la vitesse supérieure, notamment parce qu’il faut acquérir toutes les qualifications, des plus basiques jusqu’aux plus élaborées », a-t-elle expliqué. Le décollage est actuellement prévu pour le printemps 2026.

Lire Plus

Planète

Planète : La biodiversité des rivières et plans d’eau douce en France en déclin, selon un rapport du WWF

Article

le

Planète : La biodiversité des rivières et plans d'eau douce en France en déclin, selon un rapport du WWF

Un rapport inédit du WWF révèle un déclin inquiétant de certaines espèces de poissons et d’oiseaux dans les rivières françaises, malgré des efforts financiers considérables.

La biodiversité des rivières et des plans d’eau douce en France est gravement menacée, selon un bilan inédit publié mercredi par le WWF. Ce rapport, publié à l’occasion de la journée internationale de la biodiversité, met en lumière un effondrement de certaines espèces de poissons et d’oiseaux, notamment la truite et le grèbe huppé, malgré une apparente stabilité globale des populations au cours des vingt dernières années.

Le WWF a introduit un « indice rivières vivantes » basé sur des données de surveillance pour évaluer la santé des rivières en France métropolitaine. Le rapport indique un déclin de 0,4% des populations de poissons et d’oiseaux observés depuis 20 ans, en dépit de dépenses estimées à 500 milliards d’euros pour la politique de l’eau. En 2019, seulement 43,1% des rivières étaient en bon état écologique, selon les chiffres des agences de l’eau repris par l’ONG.

« Il y a quelque chose qui cloche », déclare Yann Laurans, directeur des programmes du WWF France, en soulignant l’écart entre les investissements financiers et les résultats obtenus. Le déclin moyen cache de grandes disparités, avec une augmentation de la diversité des poissons dans les grands fleuves, mais une dégradation de la qualité des petits cours d’eau en milieu rural en raison de l’intensification des pratiques agricoles et de l’artificialisation.

Les activités humaines ont multiplié les sources de dégradation : barrages, dragages, canalisations, prélèvements excessifs, rejets de pesticides, d’engrais et de polluants industriels. Deux espèces emblématiques, le grèbe huppé et la truite des rivières, ont vu leur population chuter respectivement de 91% et 44% en 20 ans. En revanche, les espèces invasives comme le poisson-chat, le ragondin et l’écrevisse de Louisiane prolifèrent.

Pour remédier à cette situation, le WWF met en avant la préservation des zones humides. « Nous relançons notre stratégie d’acquisition foncière », déclare Jean Rousselot, responsable eau douce de l’ONG, qui prévoit de dépenser 5 millions d’euros pour protéger ces espaces en France métropolitaine.

Cette approche n’est pas totalement nouvelle. Dans les années 1980, le WWF avait contribué à la création de la réserve naturelle de Chérine dans la Brenne, où l’association possède des terrains. Aujourd’hui, le WWF mène des politiques de « paiements pour service écosystémique », rémunérant des pisciculteurs pour des pratiques écologiques.

Des espèces menacées comme la guifette moustac et la cistude, une tortue d’eau douce, trouvent refuge dans ces zones protégées. Albert Millot, directeur de la réserve naturelle de Chérine, souligne l’importance de ces efforts de préservation. « Il n’y a plus beaucoup de territoires où elle subsiste », dit-il, insistant sur la nécessité de protéger ces habitats face aux menaces du réchauffement climatique et de la prédation.

Lire Plus

Planète

Chaleur : des températures plus élevées que la normale dans les régions méditerranéennes cet été

Article

le

Chaleur : des températures plus élevées que la normale dans les régions méditerranéennes cet été

Sous-titre : Météo France prévoit une forte probabilité de températures supérieures à la normale entre mai et juillet, en particulier dans le sud de la France.

Selon Météo France, les régions méditerranéennes pourraient connaître des températures estivales supérieures à la normale entre mai et juillet, avec une probabilité de 70 %. Cette prévision s’accompagne d’une augmentation de la température moyenne de la mer Méditerranée, contribuant à cette tendance.

Le bulletin trimestriel de Météo France, publié le 29 avril, indique que la probabilité de températures plus élevées que la normale est de 70 % dans la zone méditerranéenne. En revanche, dans le reste de la France, cette tendance est moins prononcée, avec une probabilité de 50 % à l’échelle nationale.

Ces prévisions sont essentielles pour les agriculteurs, bien qu’elles nécessitent une certaine prudence, étant donné leur nature à long terme. Guillaume Sechet, météorologue, souligne qu’il est plus difficile de prédire les précipitations que les températures sur une période aussi étendue. Bien que les modèles européens et américains convergent vers des températures plus élevées, aucune préférence n’est donnée à un scénario spécifique par Météo France.

Le climatologue Davide Farande explique que la hausse des températures de la mer Méditerranée est un facteur contributif majeur à cette prévision. Avec une mer plus chaude que la normale ce printemps, la chaleur se propage progressivement vers le littoral, augmentant ainsi les températures dans la région.

Ces prévisions ne doivent pas être confondues avec des annonces de vagues de chaleur ou de canicules, souligne-t-on. Ces phénomènes restent imprévisibles sur une échelle temporelle aussi large.

Lire Plus

Les + Lus