Nous rejoindre sur les réseaux

Économie

Microsoft et General Motors font équipe dans les véhicules autonomes

Article

le

microsoft-et-general-motors-font-equipe-dans-les-vehicules-autonomes

La course aux véhicules autonomes a pris une nouvelle dimension mardi avec l’alliance d’un géant de la tech à un mastodonte de l’automobile, même si certains experts doutent de la capacité de Microsoft et General Motors (GM) à damer le pion aux deux leaders actuels, Waymo (Google) et Tesla.

Le groupe informatique Microsoft a annoncé mardi qu’il apportait, aux côtés de Honda, de GM et d’autres investisseurs, plus de 2 milliards de dollars à Cruise, la filiale de voitures autonomes de GM. Elle est désormais valorisée à plus de 30 milliards de dollars (25 milliards d’euros).

Ce « partenariat stratégique de long terme » est destiné à « accélérer la commercialisation des véhicules autonomes », d’après un communiqué, grâce à des collaborations au niveau de l’ingénierie ou du cloud (informatique à distance).

« Microsoft, en tant que référence dans la démocratisation de la technologie, nous aidera à multiplier nos capacités à commercialiser notre flotte de véhicules autonomes, entièrement électriques et partagés », a fait valoir Dan Ammann, le directeur général de Cruise.

La nouvelle était bien accueillie en Bourse: le titre du constructeur automobile bondissait de plus de 9% à Wall Street. A 30 milliards de dollars, Cruise vaut un peu moins de la moitié de GM en Bourse (environ 76 milliards de dollars actuellement).

« Cela n’aurait aucun sens pour l’un comme pour l’autre de s’atteler à ce projet tout seul », a réagi Jessica Caldwell, spécialiste du marché automobile pour Edmunds. « Microsoft a toujours été doué pour rendre l’informatique accessible au grand public, c’est l’un de leurs principaux savoir-faire ».

Alliés

Mais les deux sociétés « sont toutes les deux énormes, ce ne sont pas des start-up agiles et rapides », nuance-t-elle.

Signe de l’intérêt des investisseurs pour le futur des transports, la société américaine Rivian, qui doit livrer dans l’année ses premiers gros véhicules électriques – un pick-up, un SUV et un camion de livraison pour Amazon – vaut désormais 27,6 milliards de dollars, a appris mardi l’AFP auprès d’une source proche de l’entreprise.

Les analystes s’attendent à une multiplication des investissements et partenariats dans le secteur, alors que des années de recherche et d’innovation commencent à déboucher sur des lancements de produits pour l’industrie et le grand public.

Waymo, filiale de Google, a étendu cet automne son service de robotaxis, des voitures autonomes sans chauffeur, à un nombre plus important de passagers à Phoenix (Arizona), où l’entreprise teste déjà, depuis 2017, ses véhicules.

De son côté, Tesla teste depuis quelques semaines une version améliorée de son logiciel d’aide à la conduite Autopilot, baptisée « Full Self Driving », avec un petit groupe de clients. Le fabricant de véhicules électriques a vu sa valeur en Bourse s’envoler ces derniers mois pour atteindre près de 800 milliards de dollars.

« Il y a une convergence entre les acteurs de la tech et les fabricants automobiles, et nous pensons qu’Apple n’est pas loin de se jeter aussi à l’eau », note Dan Ives de Wedbush, qui chiffre le marché des véhicules électriques et autonomes à 1.000 milliards de dollars sur la décennie à venir.

Concurrents

« Il est probable que le gouvernement de Joe Biden subventionne largement les véhicules électriques, et des groupes automobiles comme GM pourrait en bénéficier », ajoute Garrett Nelson, de CFRA Research.

Plusieurs analystes ne croient pas au potentiel de GM face à Waymo ou Tesla.

« Tesla a une approche holistique, avec des écosystèmes pour la partie logiciel, pour la production industrielle et pour les batteries, tous liés entre eux d’une façon fluide », souligne Trip Chowdhry de Global Equities Research.

« On ne peut pas juste moderniser une usine (…) D’ici 5 ou 10 ans, GM va réaliser qu’il a fait une erreur et Microsoft aura gagné de l’argent » grâce à l’utilisation d’Azure, sa plateforme de cloud.

Mais il reste difficile à ce stade de déterminer qui sortira victorieux. La pandémie a un peu rebattu les cartes du secteur de la mobilité – l’appétit pour les transports en commun a largement diminué – et toutes les approches ne sont pas comparables.

« GM est un acteur formidable des véhicules autonomes. Ils reçoivent moins d’attention que Tesla ou Waymo parce que les gens pensent que les fabricants automobiles ne peuvent pas y arriver. C’est une erreur », commente David Whiston de Morningstar.

Click to comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Économie

Économie : La bourse de Paris en chute libre, la pire semaine depuis mars 2022

Article

le

Économie : La bourse de Paris en chute libre, la pire semaine depuis mars 2022

Les incertitudes politiques pèsent sur les marchés français, le CAC 40 efface tous ses gains de l’année.

La Bourse de Paris a terminé sa pire semaine depuis mars 2022, au moment de l’invasion russe en Ukraine, voyant s’évaporer tous ses gains cumulés depuis le 1er janvier. Le CAC 40, l’indice vedette, a clôturé en baisse de 2,66% vendredi, à 7.503,27 points, après avoir perdu jusqu’à plus de 3% au cours de la séance. Sur la semaine, l’indice a chuté de 6,23%, marquant ainsi sa plus forte baisse hebdomadaire depuis la semaine du 28 février au 4 mars 2022.

Depuis le début de l’année, le CAC 40 est désormais en repli de 0,53%, faisant de la Bourse de Paris la seule en Europe à afficher une performance négative. À titre de comparaison, les Bourses de Milan et de Francfort ont gagné plus de 7%, tandis que Londres a progressé de plus de 5%.

« La présentation du programme du Nouveau Front populaire vendredi a accentué la chute du marché d’actions et a mis sous tension le marché obligataire », a commenté Alexandre Baradez, responsable des analyses de marchés chez IG France. Selon lui, « le volet fiscal fait surtout réagir les actions et l’aspect budgétaire fait réagir le marché obligataire souverain ».

Le bloc de gauche, constitué plus rapidement que prévu, a surpris les marchés avec un programme comportant un volet fiscal important, incluant par exemple le rétablissement de l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF). Les élections législatives des 30 juin et 7 juillet pourraient mener à l’entrée au gouvernement du Rassemblement National ou de l’alliance de gauche Nouveau Front populaire, des perspectives qui inquiètent les marchés.

Les programmes politiques de ces deux camps, entre baisse des taxes à l’extrême droite et abrogation de la réforme des retraites à gauche, soulèvent des craintes quant à une possible augmentation des déficits budgétaires français. « À un moment où le déficit est élevé et où le taux d’emprunt de l’État a déjà augmenté », a relevé Sylvain Bersinger, analyste d’Asterès.

Un autre facteur de baisse de l’indice est l’écart grandissant entre le taux d’intérêt des OAT (obligations assimilables du Trésor) françaises à dix ans, à 3,12%, et son équivalent allemand, à 2,35%. Cet écart, ou « spread », est un indicateur de la confiance des investisseurs dans la France. Selon Bloomberg, l’amplification de cet écart est la plus importante depuis 2011, au moment de la crise des dettes des États de la zone euro.

Sur le marché des changes, l’euro reculait de 0,36% par rapport au dollar, à 1,0698 dollar pour un euro, perdant 0,95% face au billet vert depuis lundi.

Le secteur automobile européen a également souffert, pénalisé par la volonté de la Commission européenne d’imposer jusqu’à 38% de droits de douane supplémentaires sur les importations de véhicules électriques chinois. Le titre de Renault a baissé de 3%, à 48,14 euros, perdant 6,01% sur la semaine. Stellantis a chuté de 4,39%, à 18,81 euros, avec une perte hebdomadaire de 6,83%.

Les marchés financiers français sont ainsi soumis à une forte pression en raison des incertitudes politiques et économiques, avec des conséquences potentiellement durables sur la confiance des investisseurs.

Lire Plus

Économie

Énergie : la facture de gaz augmentera de 11,7 % au 1er juillet

Article

le

Énergie : la facture de gaz augmentera de 11,7 % au 1er juillet

Selon la Commission de régulation de l’énergie (CRE), la facture annuelle du gaz passera de 1 060 à 1 184 euros dès le 1er juillet.

C’est une tendance qui va directement impacter le portefeuille des Français. Le prix du gaz va nettement augmenter dans l’Hexagone à partir du 1er juillet et s’établira à 129,20 euros par mégawattheure (MWh) TTC en moyenne pour les consommateurs. « Cela représente 13,50 euros de plus qu’en juin par MWh, soit une hausse de + 11,7 % », précise Emmanuelle Wargon, la présidente de la Commission de régulation de l’énergie (CRE), qui fixe et actualise chaque mois le prix repère en fonction des cours du marché.

« Mais attention, cela fait suite à une série de baisses successives ces derniers mois et on ne revient pas à un niveau aussi élevé qu’en janvier », a tenu à souligner Emmanuelle Wargon. Comme l’explique l’ancienne ministre chargée du Logement, cette hausse des tarifs est la conséquence d’un rebond des cours et surtout d’une revalorisation du tarif des réseaux de distribution.

Selon le CRE, la facture annuelle moyenne d’un ménage français concernant le gaz devrait passer de 1 060 euros à 1 184 euros. Elle s’élevait à 1 227 euros au mois de janvier. Depuis plusieurs semaines, certains fournisseurs comme EDF et Engie ont informé leurs clients qu’ils allaient répercuter la hausse sur leurs factures. De son côté, TotalEnergies a affirmé qu’il la répercutera sur les offres indexées, mais pas sur celles à prix fixe.

Lire Plus

Économie

Économie : le prix du café s’envole avec une hausse de plus de 200 %

Article

le

Économie : le prix du café s'envole avec une hausse de plus de 200 %

Depuis quelques années, la production de café ne cesse de diminuer alors que la demande continue d’augmenter.

Le prix du café s’envole. En seulement deux ans, les cours du Robusta ont pris plus de 200 %. La tonne a même dépassé les 4 400 dollars. Ces hausses peuvent s’expliquer par plusieurs facteurs, notamment la production au Vietnam, qui est le premier producteur mondial de café Robusta (environ 40 %). Les vagues de chaleur et la pénurie inquiètent également les professionnels du secteur.

La croissance des caféiers n’est plus ce qu’elle était en raison du réchauffement climatique. L’année prochaine, les exportations pourraient ainsi chuter de 20 %, selon les estimations. Il faut même s’attendre à un nombre important de pénuries, d’ici une vingtaine d’années.

Les rendements diminuent alors que la demande ne cesse de croître. Par conséquent, les prix sont en hausse dans vos rayons : les dosettes ont par exemple augmenté de 20 % en seulement deux ans. Comme d’autres matières premières, on observe également une spéculation sur le café.

Les acteurs de la grande distribution pointaient déjà cette réalité il y a quelques semaines. Giuseppe Lavazza a ciblé la responsabilité des fonds spéculatifs qui ont pris l’habitude d’utiliser l’intelligence artificielle et des algorithmes afin de s’enrichir.

Toutefois, le groupe italien espère que la chute de la consommation va compenser la baisse de l’offre et freiner alors cette spéculation d’ici quelques mois. « Jamais nous n’avons vécu autant d’années incertaines », a déclaré le président du groupe, résumant parfaitement la situation que traverse l’industrie du café depuis trois ans maintenant.

Lire Plus

Les + Lus