Nous rejoindre sur les réseaux

Bassin de Thau

[Marseillan] Un nouveau jumelage avec Miesbach (Allemagne)

Article

le

Sur proposition de Conny Knoben, citoyen allemand résidant à Marseillan depuis
plus de 20 ans, le maire de Marseillan, Yves Michel étudie la possibilité d’établir un jumelage
avec une ville allemande.

En janvier 2019, le comité de jumelage oriente son choix vers la Bavière.

C’est donc tout naturellement que le choix s’est porté sur cette cité de taille identique et
présentant quelques caractéristiques similaires à Marseillan : attachée à son folklore, avec
une forte identité et de nombreux plans d’eau, elle est située à proximité d’une station de ski
et bénéficie de nombreux équipements qui permettront ainsi des échanges sportifs, culturels,
économiques et touristiques

Miesbach est l’exemple parfait d’une petite ville de Haute-Bavière. Ici, des rues sinueuses mènent à la belle place du marché, où vit la tradition du costume traditionnel à la bière de blé.

Petites ruelles en terrasses fluviales

Les racines du bourg remontent au Moyen Âge, il poussait sur plusieurs terrasses fluviales de la Schlierach. C’est pourquoi la promenade de la ville depuis la place du marché mène maintenant un peu plus haut, à travers des rues sinueuses avec de petits magasins et des escaliers jusqu’à la place de la ville avec l’église paroissiale et les plus anciennes maisons du centre historique.

Splendeur Art Nouveau sur la cave de la brasserie

Le plus récent centre-ville avec le Waitzinger Keller est situé sur la terrasse supérieure de la rivière . En 1877, la directrice énergique de la brasserie, Susanna Waitzinger, fit construire une cave ici. Les affaires marchaient bien, en 1905 une salle a été construite au-dessus des voûtes qui a été utilisée pendant des décennies pour les grands événements.

Mais dans les années 1970, la maison a dû être fermée car elle était délabrée. Après de nombreuses années de négociations, la ville rachète le site et en 1997 la cave rénovée Waitzinger avec sa salle Art nouveau classée a été rouverte en tant que centre culturel avec informations touristiques. Le 100e anniversaire de l’élévation de la ville en 1918 vient d’être célébré ici.

Schalk, Scheibling et peau de daim

Trachtler fait définitivement partie de la fête des festivals. Miesbach est considérée comme le « berceau » du mouvement bavarois du costume : en 1859, la « Gesellschaft Gemütlichkeit » a été fondée ici comme la première association qui s’est efforcée de préserver le costume local – en tant que précurseur direct de l’actuel Miesbacher Trachtenverein. Il participe à de nombreux événements, du chant de l’Avent aux pèlerinages en costumes traditionnels.

Les jeunes sont également bien représentés, par exemple lorsque Schuhplatteln devient une discipline compétitive: « Preisplatteln » consiste à jouer le moins d’erreurs possible et au rythme de la musique, les dirndls tournant autour des garçons. Et le costume Miesbach est devenu la quintessence de la tenue traditionnelle bavaroise: corsage et robe châle pour les femmes, lederhosen et vestes en loden pour les hommes, plus un chapeau à lacets et un chapeau.

Mais même en semaine, de nombreux « Miaschbecker » portent encore des costumes traditionnels – et pas seulement depuis que les dirndls et lederhosen de l’Oktoberfest sont devenus totalement populaires dans toute l’ Allemagne. Les magasins et les entreprises artisanales du centre-ville proposent des vêtements traditionnels de haute qualité fabriqués à partir de matériaux locaux et fabriqués en interne – y compris la peau de daim comme compagnon de toute une vie.

Après donc Caudete (Espagne), Malmedy (Belgique) et Castleblayney (Irlande), Miesbach (Allemagne) est la quatrième villes en jumelage avec la ville de Marseillan.

Sète

Sète, Montpellier, Millau accueilleront le relais de la flamme olympique au printemps 2024

Article

le

Sète, Montpellier, Millau accueilleront le relais de la flamme olympique au printemps 2024
©Paris2024

La flamme olympique sera de passage à Sète en amont des Jeux olympiques de Paris, en 2024. Plusieurs élus des territoires de Montpellier, Millau et Sète ont signé ce mercredi 18 janvier la convention « Relais de la flamme » au siège du COJOP à Paris.

Le parcours français de la flamme olympique, qui doit lancer les JO 2024 à son arrivée à Paris, se dessine. Elle passera par Sète, Montpellier et Millau. Le Comité d’organisation des Jeux olympiques de Paris vient de l’officialiser, pour le printemps 2024.

Cette signature, réalisée en présence Tony ESTANGUET, Président du Comité d’organisation des Jeux olympiques de Paris 2024 (COJOP) et Kévin MAYER, deux fois vice-champion olympique et recordman du monde du décathlon, acte officiellement le passage de la flamme olympique à Sète, Montpellier et Millau au printemps 2024, avant de rejoindre Paris pour le lancement des festivités.

Si le parcours de la flamme Olympique n’est pas encore connu, on sait d’ores et déjà qu’il visitera toutes les régions de France à partir d’avril 2024

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Lire Plus

Bassin de Thau

Thau : levée des restrictions de récolte, de commercialisation et de consommation des huîtres

Article

le

Thau : levée des restrictions de récolte, de commercialisation et de consommation des huîtres

Les huîtres provenant de l’étang de Thau peuvent à nouveau être consommées après de nouvelles analyses. Les moules et palourdes restent encore interdites à la consommation.

Les mesures de restrictions qui s’imposaient notamment aux huîtres de l’étang de Thau depuis le 30 décembre 2022, en raison d’une contamination par des norovirus, sont désormais levées par décision du préfet de l’Hérault.

Les huîtres provenant de l’étang de Thau peuvent donc à nouveau être consommées.

Les restrictions de récolte, pêche, transport, commercialisation et consommation sont toutefois maintenues pour les moules de l’étang Thau en raison d’une contamination par une toxine produite par un phytoplancton toxique (Dinophysis).

Par mesure de précaution, ces interdictions sont étendues aux palourdes. Les escargots provenant de l’étang de Thau n’ont pas montré de contamination et peuvent donc être consommés sans restriction.

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

À LIRE AUSSI > Des conchyliculteurs brûlent palettes et déchets ostréicoles devant Sète Agglopôle Méditerranée

Lire Plus

Bassin de Thau

Sylvain Carrière : « Nous sommes contre les ZFE dans leur conception actuelle »

Article

le

Co-rapporteur de la mission d’information concernant l’application relatif à la loi Climat et résilience, le député de l’Hérault Sylvain Carrière, s’est exprimé au nom du groupe parlementaire LFI-Nupes, depuis la tribune de l’Assemblée Nationale.

Sylvain CARRIÈRE, député de la 8e circonscription de l’Hérault, continue d’apprendre et de s’imposer au sein du groupe parlementaire de la Nupes. Ce mercredi 11 janvier 2023, une nouvelle étape a été franchie dans son début de parcours en s’exprimant depuis la tribune de l’Assemblée Nationale.

Co-rapporteur de la mission d’information concernant l’application relatif à la loi Climat et résilience, Sylvain CARRIÈRE, a détaillé depuis la tribune cette tribune, les motivations de la LFI-Nupes contre ce projet de loi.

« Nous sommes contre les ZFE dans leur conception actuelle car elle vont à l’encontre de l’écologie populaire et excluent les plus précaires », explique le député de la 8e circonscription de l’Hérault. «Nous sommes pour allier l’amélioration de la qualité l’air et la préservation du droit à la mobilité. Nous défendons l’idée d’un pays à très faible émission qui s’inscrit dans la grande planification écologique », a-t-il ajouté.

Pour rappel, les zones à faibles émissions (ZFE) visent à interdire les véhicules les plus polluants, diesel en tête. D’ici 2025, toutes les agglomérations de plus de 150.000 habitants devront en disposer, dans le cadre de la loi Climat et résilience.

Vous pouvez voir en vidéo l’intégralité de son intervention depuis la tribune de l’assemblée nationale.

Lire Plus

Les + Lus