Nous rejoindre sur les réseaux

Bassin de Thau

Marseillan : La construction d’une vraie opposition

-

le

Gisèle Guiraud (G)- Christian Pino (C) - Corinne Bastide (D)

Fraîchement arrivée dans le paysage politique Marseillanais, Corinne Bastide membre de l’opposition souhaite créer une opposition forte avec de nouvelles valeurs.

Suite aux élections municipales de 2020, le maire sortant, Yves Michel était réélu pour briguer un troisième mandat consécutif. L’opposition avec à sa tête Johann Grosso a tout de même reçu 30 % des voix. Un résultat dont se félicitait Corinne Bastide, alors chargée de campagne, au vu des faibles moyens dont ils disposaient. Aujourd’hui, Johann Grosso n’assiste plus aux conseils municipaux et s’est même désolidarisé du groupe minoritaire. C’est donc Corinne Bastide qui, après avoir porté la campagne de 2020 a repris la tête de ce jeune groupe en construction. Elle affirme « l’idée est de créer une opposition forte et durable. »

Mettre les valeurs au centre du projet 

Ainsi, l’objectif de Corinne Bastide, c’est de construire un projet d’opposition suffisamment fort et plus démocratique. Elle explique : « Ce qui m’intéresse, c’est de savoir quel projet on va construire et autour de quelles valeurs on se base. C’est un projet que l’on porte avec Gisèle Guiraud et Christian Pino. Commencé lors de la campagne de 2020, nous souhaitons le poursuivre, tous ensemble. » Elle ajoute : « Selon moi, la principale valeur que l’on souhaite partager, c’est l’éthique. Nous l’avons énormément mise en avant lors de la campagne, c’est donc important de s’y tenir. »

Par ailleurs, elle précise que la volonté d’être parfaitement éthique, c’est aussi un façon s’opposer à la majorité en place : « Une autre raison de mon engagement, c’est la trop grande opacité de la politique des élus majoritaires. On a affaire à une mairie qui ne communique pas, mais qui effectue une propagande, ce sont toujours les mêmes qui sont mis en lumière, il y a trop de copinage. Cette politique mensongère ne doit pas s’éterniser. L’intérêt général doit prévaloir sur les petits intérêts individuels. » 

« Remettre du sens dans la politique d’urbanisation »

En effet, la ville de Marseillan est plongé dans de nombreux projets d’urbanisme. Corinne Bastide explique : « La principale motivation de mon engagement en politique résulte de plusieurs choses. Premièrement, le Marseillan d’aujourd’hui ne me plaît plus, il est très loin de celui que j’ai connu plus jeune. Il y avait un besoin d’évolution et d’urbanisation évident, mais depuis un certain temps, on assiste a une sururbanisation. Cette urbanisation à outrance m’était inacceptable et aujourd’hui, je vois des habitants fuir la ville. »

Par ailleurs, l’élue d’opposition a pointé du doigt un autre problème : la démocratie. Elle affirme : « Il n’y a pas de démocratie à Marseillan, on est dans un régime complètement unilatéral et faussement démocratique. En tant qu’élus d’opposition, on joue notre rôle en faisant acte de présence à tous les conseils municipaux et en préparant nos dossiers à chaque fois. Néanmoins, il y a une omniprésence du maire qui enchaîne les monologues, ne laissant jamais les autres élus s’exprimer. Cela n’encourage pas à alimenter un débat constructif. »

Corinne Bastide a souhaité conclure en rappelant ses deux principaux combats sont « de ramener la ville à un urbanisme raisonné, écosensible et surtout retrouver l’éthique et la démocratie dans cette commune. »

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Occitanie

Sète : Sébastien Denaja est candidat pour les régionales sur la liste de Carole Delga

-

le

Sébastien Denaja

Sébastien Denaja est candidat pour les élections régionales sur la liste de Carole Delga. L’ancien député Sétois est actuellement en 3e position masculine pour la gauche Héraultaise, il est donc en position éligible. 

Sébastien Denaja explique les raisons qui l’ont amené à se positionner sur cette liste. « C’est d’abord le prolongement naturel de mon engagement, depuis toujours, pour Sète, le bassin de Thau, mais aussi pour l’Occitanie. En effet, lorsque j’étais député, j’étais responsable du groupe majoritaire et j’ai donc œuvré pour ce mariage, heureux, entre le Midi-Pyrénées et le Languedoc-Roussillon. L’autre raison de ma candidature est que je succède à mon ami André Lubrano, représentant du bassin de Thau au conseil régional depuis deux mandats. De par notre amitié, le passage de flambeau s’est fait très naturellement. »

Par ailleurs, l’ancien député ajoute : « C’est une relation d’amitié, de confiance et de travail que j’ai depuis une dizaine d’années maintenant avec Carole Delga. Il y a une confiance réciproque et pour ma part, j’ai beaucoup d’estime pour son volontarisme, sa niaque et les valeurs qu’elle porte. Ensuite, nous appartenons à la même famille politique, c’est donc à la fois un marqueur de sa confiance mais aussi celle de ma famille politique, le Parti socialiste. Un vote à l’unanimité a eu lieu au Conseil fédéral de l’Hérault qui a validé ma présence, c’est une confiance collective. »

Une campagne repensée

Le conseiller municipal d’opposition de Sète a expliqué : « Dès vendredi matin, on sera sur le marché de Sète, sur l’avenue Victor Hugo afin de distribuer un premier document. Évidemment, les contacts seront limités avec un respect très strict des gestes barrières. Par ailleurs, nous devrions mettre en place certaines mobilisations sur les réseaux sociaux. Mais la principale nouveauté réside dans la création d’une plateforme participative, l’Occitanie en commun, sur laquelle, nous avons recueilli des centaines de contributions citoyennes. Ainsi, jusqu’à la fin de semaine, les citoyens sont appelés à voter pour prioriser les propositions qu’ils jugent les plus pertinentes. C’est une belle manière de promouvoir la démocratie participative. »

Il a par la suite ajouté : « Cette démocratie participative permet d’associer les citoyens dans l’élaboration du projet régional. Les citoyens peuvent choisir et voter sur les propositions qui leur semblent prioritaires. Ainsi, notre programme sera principalement inspiré de ces initiatives citoyennes. Mais dans les grandes lignes, il faut répondre aux urgences économiques, sociales et sanitaires causées par la crise du Covid-19. Il faut accompagner les étudiants, les entreprises et les citoyens pour que tout le monde surmonte ces difficultés. Enfin, dans le même temps, nous devons préparer l’avenir et réarmer notre territoire sur le plan économique en relocalisant les emplois. »

Avant de conclure : « Un autre axe de notre programme sera de faire face aux grands défis du 21e siècle : la transition écologique et la transition numérique. Pour l’écologie, c’est ce que nous faisons déjà avec le port de Sète qui tend à être un exemple sur le plan environnemental avec l’électrification de quais, une flotte de véhicules 100 % électriques et bientôt la mise en service d’un bateau dépollueur des canaux. »

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Lire Plus

Sète

Sète – Politique : Cédric Delapierre (LR) quitte la majorité municipale et rejoint la liste de Jean-Paul Garraud (RN)

-

le

Cédric Delapierre conseiller municipal dans la majorité sétoise et secrétaire général du groupe LR au conseil régional Occitanie rejoint la liste de Jean-Paul Garraud (RN).

C’est une bombe politique. Même pas un an de mandat et déjà une démission pour la majorité municipale sétoise. Cédric Delapierre conseiller municipal à la Ville de Sète -en charge des finances et d’évaluation des politiques publiques- vient d’annoncer en début d’après-midi par mail à François Commeinhes son départ vers l’opposition en non inscrit. Selon nos informations, Cédric Delapierre sera présent sur la liste de Jean-Paul Garraud (RN) aux élections régionales.

C’est un coup dur pour François Commeinhes et sa majorité municipale. Fraichement élu délégué aux Républicains de la 7ème circonscription de l’Hérault, Cédric Delapierre ne semble plus en accord avec la politique menée par la majorité municipale soutenue par La République en Marche.

Le responsable de la communication de la Fédération LR de l’Hérault quitte donc Les Républicains et sera présent en numéro 3 sur la liste RN de l’Hérault pour les régionales. Le désormais conseiller municipal d’opposition sera aussi candidat aux départementales sur le canton de Mèze en binome avec le responsable locale du RN.

« J’acte aujourd’hui ma rupture avec les états-majors parisiens, certainement pas avec les militants et les électeurs« , explique t-il dans une longue tribune pour expliquer son départ vers la liste du Rassemblement National.

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Lire Plus

Planète

Sète : La présence anormale de Wally, un jeune baleineau de 15 mois

-

le

Wally, un jeune baleineau de 15 mois

Le baleineau, surnommé Wally erre depuis plusieurs jours dans les eaux de la Méditerranée. Mardi 4 mai, l’animal a été aperçu dans le port de Sète. Toutefois, son état inquiète les spécialistes.

Le baleineau serait âgé d’environ 15 mois et mesurerait 7 à 8 mètres de long. Il appartient à l’espèce des baleines grises. D’abord observé au Maroc début mars puis en Italie plus récemment, c’est désormais au large des côtes du sud de la France que Wally poursuit son chemin. En Méditerranée, il est bien loin de son habitat naturel, car sa population vit en grande majorité entre la Basse-Californie l’hiver et l’Alaska l’été. « Les raisons de sa présence ici peuvent être multiples, soit c’est un dérèglement à cause du réchauffement climatique, soit elle a été perturbée par une explosion ou un volcan, soit elle est simplement perdue en étant exclue de son groupe », expliquait Jérémy Nemoz, biologiste au « Seaquarium » du Grau-du-Roi au micro du 20 heures de France 2.

Un état inquiétant

Par ailleurs, son état inquiète. L’alimentation dans la Méditerranée, n’est pas adaptée à sa consommation habituelle. « C’est un individu qui est très très maigre. Il a perdu 40 % de son poids d’après les estimations », explique Frank Dhermain, vétérinaire au micro de France 2. En effet, cet animal se nourrit d’invertébrés nichés dans le sable vaseux, quasiment inexistants en Méditerranée. Selon certains spécialistes, s’il ne réussit pas à varier son régime alimentaire e, il pourrait s’épuiser et s’échouer ou couler.

Les responsables de l’Office Français de la Biodiversité (OFB) ont pris contact ce matin avec les autorités espagnoles afin d’assurer une continuité. L’idée est de guider Wally, jusqu’au détroit de Gibraltar, afin qu’il retrouve son habitat natal, dans les eaux du Pacifique.

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Lire Plus

Les + Lus