Nous rejoindre sur les réseaux

Sports

Maradona un an après: le génie statufié à Naples, son souvenir toujours vivace en Argentine

Article

le

maradona-un-an-apres:-le-genie-statufie-a-naples,-son-souvenir-toujours-vivace-en-argentine

Une statue à Naples, des hommages de l’Argentine à l’Inde: la planète football se remémore jeudi son « Dieu », Diego Maradona, disparu il y a un an à 60 ans, laissant le souvenir de gestes de génie et d’une vie de tumultes.

« Tu vas nous manquer toute notre vie ». La Ligue argentine de football a publié à la veille de l’anniversaire une vidéo sur la vie, les buts, les trophées de Maradona, ponctuée des mots émouvants prononcés en 2001, après un match hommage: « Ce match-là est fini (…) mais puisse ne jamais finir l’amour que vous me portez ».

Voeu exaucé. Un an après sa mort d’une crise cardiaque, vaincu par les excès et les addictions, le champion du monde 1986 n’a jamais cessé de recevoir les honneurs.

En Argentine, des statues, des monuments, des dizaines de fresques murales, ont fleuri depuis un an dans plusieurs villes du pays et quartiers populaires de Buenos Aires, représentant Maradona à tous les âges, dans toutes les postures.

Ces hommages ont culminé le 30 octobre pour ce qui aurait été le 61e anniversaire de « D10S » (jeu de mots entre « Dieu » et « 10 », son numéro): matches de championnat arrêtés à la minute « 10 » pour des ovations, projections d’images de l’idole, un match caritatif avec d’ex-gloires de « son » équipe d’Argentine de 1986, etc.

L’anniversaire de sa mort devrait être plus discret et recueilli: une minute de silence est prévue avant les matches de championnat avec les joueurs formant le nombre « 10 » sur la pelouse. Et des « Diegooo, Diegooo! », ou chants à la gloire du « 10 Eterno » descendront sans doute des tribunes.

« dieu de l’Olympe »

Ses enfants eux, ont, exprimé leur tristesse sur les réseaux sociaux. « Cela fait un an que le monde est plus horrible, car tu n’es plus là », a écrit sa fille Dalma (34 ans). « Je ne peux pas m’arrêter de pleurer », a encore ajouté sa soeur Gianinna.

Dans le bidonville de Villa Fiorito, des fleurs ont été déposées devant la petite maison où a grandi le champion.

« C’est une sensation étrange, c’est difficile à croire », a témoigné son héritier sur les terrains, Lionel Messi, dans un entretien au quotidien espagnol Marca. « J’ai toujours l’impression qu’à un moment ou un autre je vais le voir à la télévision, donnant une interview ou son opinion sur un sujet ».

A Naples (Italie), où le gaucher magique a évolué sept ans, apportant au club deux titres inédits de champion d’Italie et une Coupe de l’UEFA, le président du Napoli Aurelio De Laurentiis s’est rendu jeudi au « mausolée » dédié à Maradona dans les Quartiers espagnols, le célèbre quartier populaire en plein centre de la ville.

« Cette photo est merveilleuse, il est magnifique, on dirait un acteur. Ou même un dieu de l’Olympe », a commenté le président, cité par la quotidien Il Mattino, en commentant la photo du joueur ornant ce mausolée, qui comporte aussi un petit autel sur lequel les tifosi déposent fleurs, photos et hommages.

Des supporters de Boca Juniors sont également venus d’Argentine pour déployer des banderoles en hommage à leur idole près du stade de Naples qui porte désormais son nom.

Une statue en bronze du joueur, commandée par la municipalité, a également été inaugurée jeudi devant l’ex-stade San Paolo. Une autre, à initiative du club, sera dévoilée dans le stade dimanche, avant un match contre la Lazio Rome.

Un match que les joueurs du Napoli disputeront, comme depuis trois semaines, avec des maillots arborant le visage stylisé de l’Argentin, objet d’un culte durable à Naples.

En Inde, une autre statue de Maradona a été recouverte de fleurs à Calcutta (nord-est) et des supporters se sont rassemblés devant un hôtel de l’Etat de Kerala (sud) devenu lieu de pèlerinage depuis un séjour de l’idole argentine en 2012.

Autodestruction

Mais, autre « legs » de Maradona, l’année passée en Argentine aura aussi vu s’égrener les procédures judiciaires.

D’abord sur les conditions de son décès, avec une enquête pour homicide involontaire par soins négligents.

Puis sur son héritage, entre cinq descendants –cinq reconnus du moins. Ou encore sur l’usage de sa marque commerciale. Egalement sur les dettes et dépenses laissées derrière lui.

Ou tout récemment, pour une plainte d’une Cubaine de 37 ans, qui avait eu une liaison avec le joueur alors qu’elle était mineure au début des années 2000, et qui a accusé l’idole, alors cocaïnomane, et son entourage de violences et d’abus présumés.

« Un an après sa mort, Diego, faiseur de bonheur, continue aussi de faire souffrir », résumait joliment La Nacion cette semaine. « Par la tristesse de la mort, car nous l’aimions tellement. Et par les signes d’autodestruction. La grande contradiction entre le bonheur public, et la souffrance privée ».

France

Paris 2024 : l’Ukraine menace de boycotter les Jeux olympiques si des athlètes russes participent

Article

le

Volodymyr Zelensky, le président ukrainien, a demandé à son homologue français Emmanuel Macron lors d’un entretien téléphonique de ne pas autoriser les athlètes russes à concourir lors des Jeux olympiques de Paris 2024. Patron du comité d’organisation, Tony Estanguet a ensuite rappelé que c’était le CIO qui devrait en décider.

Emmanuel Macron et Volodymyr Zelensky ne font pas que discuter de l’éventuel envoi de chars de combat par la France à l’Ukraine, pour la soutenir dans sa guerre contre la Russie. Les deux chefs d’Etat ont échangé au téléphone sur les prochains Jeux olympiques, qui se dérouleront à Paris du 26 juillet au 11 août 2024. Pour Zelensky, les athlètes russes ne doivent pas être autorisés à participer à la compétition. « J’ai particulièrement insisté sur le fait que les athlètes russes ne doivent pas avoir leur place aux JO de Paris », a confié le président ukrainien après son entretien avec son homologue français.

Après l’envahissement de l’Ukraine depuis la Russie mais aussi la Biélorussie par les troupes de Vladimir Poutine, le 24 février 2022, soit trois jours après la cérémonie de clôture des Jeux d’hiver de Pékin, donc pendant la trêve olympique, le Comité international olympique (CIO) avait sanctionné Russes et Biélorusses, d’abord exclus des Jeux paralympiques de Pékin. Aucun de ces deux pays n’a depuis pu organiser d’événement sportif international officiel, et leurs sportifs concourent désormais sous bannière neutre.

Estanguet : « C’est le CIO qui décide »

Et alors que Volodymyr Zelensky avait réclamé à la mi-décembre que les athlètes russes soient placés dans un « isolement complet » de toutes compétitions internationales, Thomas Bach, le président du CIO, a lui manifesté sa volonté de maintenir des sanctions fermes vis-à-vis de la Russie et de la Biélorussie. « Ces sanctions contre les États et les gouvernements russes et bélarusses doivent rester et resteront fermement en place, déclarait le dirigeant allemand, ancien champion olympique de fleuret, dans son message de Nouvel An. En cette nouvelle année, les athlètes ukrainiens peuvent compter sur l’engagement total du CIO et de l’ensemble du mouvement olympique en faveur de cette solidarité. Nous voulons voir une équipe forte de l’Ukraine aux Jeux olympiques de Paris 2024 et aux Jeux olympiques d’hiver de Milan Cortina 2026. »

Président du comité d’organisation des JO parisiens, Tony Estanguet a rappelé mercredi devant la presse que « c’est bien le CIO qui décide des délégations qui sont autorisées à participer aux Jeux olympiques », a d’abord déclaré le triple champion olympique de canoë. « Le comité d’organisation n’a pas à intervenir dans le choix des délégations qui doivent participer aux Jeux. Nous, on attendra les règles édictées. A date, le comité paralympique a décidé d’exclure les Russes et de refaire un point d’étape fin 2023. Le CIO a également mis un certain nombre de sanctions pour tous les dirigeants du sport russe, sur le drapeau, sur les délégations », a conclu le patron du COJO.

Lire Plus

Sports

Novak Djokovic domine Andrey Rublev et rejoint les demies de l’Open d’Australie

Article

le

Novak Djokovic domine Andrey Rublev et rejoint les demies de l'Open d'Australie

Novak Djokovic est qualifié pour les demi-finales de l’Open d’Australie. Le Serbe a balayé Andrey Rublev, ce mercredi sur la Rod Laver Arena (6-1, 6-2, 6-4), et affrontera Tommy Paul pour une place en finale.

Novak Djokovic a une fois de plus récité son tennis, ce mercredi sur la Rod Laver Arena. Deux jours après avoir surclassé Alex de Minaur (6-2, 6-1, 6-2), le Serbe n’a laissé aucune chance à Andrey Rublev, trop tendre, en quart de finale de l’Open d’Australie (6-1, 6-2, 6-4) et affrontera l’Américain Tommy Paul, tombeur plus tôt de son compatriote Ben Shelton (7-6, 6-3, 5-7, 6-4), pour une place en finale. Il se qualifie pour sa dixième demi-finale à Melbourne.

L’ancien numéro 1 mondial, de retour cette année en Australie après y avoir été exclu en 2022, a une nouvelle fois prouvé qu’il était le grand favori pour succéder à Rafael Nadal. Il n’a concédé que deux balles de break au Russe dans la première manche, mais a su, comme souvent, hausser le ton au bon moment au service. Surtout, il menait déjà 5-1, après avoir converti deux de ses sept balles de break.

26 victoires de suite à Melbourne

Il faut dire que, quand la première ne passait pas pour Rublev, le point était quasi systématiquement remporté par Djokovic (19/28). Fatal pour le 6e mondial, dépassé et qui a été bien trop imprécis pour espérer créer l’exploit (29 fautes directes). Le scénario de la deuxième manche était similaire à celui de la première : le Serbe a fait la différence sur le service adverse et s’est montré solide pour écarter trois balles de break.

Djokovic a breaké d’entrée dans le troisième set et a géré sans trembler son avance, pour conclure sur sa première balle de match, en un peu plus de deux heures de jeu. Parfois étonnamment agacé, malgré une rencontre maîtrisée, le Serbe remporte un vingt-sixième de rang à l’Open d’Australie et égale la série d’Andre Agassi. On voit mal comment Tommy Paul pourrait l’empêcher d’effacer ce record.

Lire Plus

Sports

Bernard Laporte placé en garde à vue pour blanchiment de fraude fiscale aggravé

Article

le

Bernard Laporte placé en garde à vue pour blanchiment de fraude fiscale aggravé

Le président (en retrait) de la Fédération française de rugby Bernard Laporte a été placé en garde à vue dans une affaire de blanchiment de fraude fiscale aggravé.

Bernard Laporte mêlé à une nouvelle affaire ! Alors qu’il a fait appel de sa condamnation (entre autres) à deux ans de prison avec sursis et deux ans d’interdiction d’exercer toute fonction en lien avec le rugby pour corruption passive et le trafic d’influence au profit de Mohed Altrad, le président de la Fédération française de rugby, qui s’est mis en retrait de la FFR le 7 janvier, se retrouve en garde à vue.

Le journal L’Equipe révèle en effet ce mardi que le dirigeant de 58 ans a été placé en garde à vue, ainsi que deux autres personnes, pour « blanchiment de fraude fiscale aggravé », dans une affaire qui n’est pas du tout liée à celle communément appelée « affaire Laporte-Altrad ». « Une enquête préliminaire a été ouverte en août 2020 et confiée au Service d’enquêtes judiciaires des finances (SEJF) », précise le quotidien sportif.

Selon divers sites spécialisés dans le droit, un particulier coupable de blanchiment de fraude fiscale peut être condamné au maximum à 375 000 euros d’amende et cinq ans d’emprisonnement, mais les peines sont doublés si le blanchiment est aggravé, c’est-à-dire « commis de façon habituelle, ou utilisant les facilités de l’exercice d’une activité professionnelle ou en bande organisée. »

Lire Plus

Les + Lus