Nous rejoindre sur les réseaux

Europe

Malgré la pandémie, l’Hôtel Sacher de Vienne veut toujours écrire sa légende

Article

le

malgre-la-pandemie,-l’hotel-sacher-de-vienne-veut-toujours-ecrire-sa-legende

Fleurs fraîches et plumes d’Autruche couleur corail: pour ses cinq clients, le dernier palace de Vienne à gestion familiale prépare l’Avent avec la coutumière exigence qui sied aux vieilles maisons européennes.

Depuis l’émergence en Autriche de la pandémie de coronavirus, le célèbre Sacher, qui fait face à l’Opéra, tente de traverser la crise en s’inspirant des exemples de résilience hérités de sa longue tradition impériale et royale.

« Bien des épreuves ont été traversées depuis la création de la marque et notre famille prévoit toujours à long terme », explique à l’AFP son directeur général, Matthias Winkler.

Le mythique établissement mise sur les bons résultats des années précédentes et les aides publiques pour faire le dos rond alors qu’il doit composer avec l’absence de sa riche clientèle internationale.

D’ordinaire, cette dernière lui assure 92% des 23.000 nuitées annuelles, dans les 152 chambres et suites pastel à l’ordonnance raffinée dont les prix varient entre 400 et 2.300 euros en basse saison.

Comme tous les hôtels du pays, le Sacher ne reste ouvert actuellement que pour les rarissimes voyages d’affaires autorisés.

 Taille humaine

Coup dur pour la vénérable enseigne, transmise de génération en génération et faisant maintenant figure d’exception dans l’impitoyable marché mondial des cinq étoiles, où les géants du luxe continuent leurs emplettes.

« La gestion à taille humaine va tourner à notre avantage », veut croire M. Winkler, gendre de la précédente maîtresse des lieux, elle-même simple « passeuse » dans cette institution patinée par le temps.

« Ici, on tranche les décisions en réunion de famille, sans prise d’ordre depuis l’étranger », s’enorgueillit le capitaine en pleine tempête, avant d’inviter à un voyage dans le temps.

L’épopée débute en 1832, avec beaucoup de cacao et ce qu’il faut de chantilly. Un jeune pâtissier, Franz Sacher, se voit commander un gâteau qui fera fureur à la cour.

Quarante-quatre ans plus tard, son fils ouvre l’hôtel actuel, mais c’est à sa visionnaire épouse que la maison doit une renommée sans égale.

Que l’on soit chef d’orchestre, banquier, danseuse, écrivain, parlementaire, comte, industriel ou ambassadeur tiré à quatre épingles en prévision d’un bal, on « descend chez Anna ».

Drive-in pâtissier

Noblesse juive et aristocratie chrétienne: le cosmopolitisme avant-gardiste qui fait rayonner Vienne s’épanouit, entouré de boiseries chaleureuses et de tapisseries de velours rouge.

Deux guerres mondiales et la chute des Habsbourg n’ont pas raison de ces festivités mondaines. Romy Schneider, Noureev, le Prince Charles, Jessye Norman… Le lobby se couvre encore de photos dédicacées.

Au fil des décennies, l’hôtel pousse les murs. Désormais, il occupe six immeubles néo-classiques dans le coeur de la cité classée à l’Unesco et au charme tranquille.

C’est un peu de cette légende que viennent chercher les Viennois en emportant une « Sacher Torte » au drive-in mis en place sur le trottoir, à l’occasion du confinement, dans une roulotte façon barbe à papa de foire.

« J’ai entendu dire à la télé qu’on pouvait passer en voiture s’acheter un gâteau et repartir », dit une cliente en se frottant les mains.

« J’ai trouvé l’idée fantastique: comme on ne peut plus voyager, je vais en envoyer un à ma tante en Allemagne pour ses 65 ans de mariage », énonce avec gourmandise Claudia Bednar au moment de payer.

Coup de lustre

Les pâtisseries s’arrachent comme des petits pains. Elles sont apportées directement par le concierge car voituriers, portiers et bagagistes sont en chômage partiel.

« Je fais un peu de tout maintenant », sourit Uwe Kotzendorfer, impeccable silhouette distinguée, 20 ans de service et enthousiasme intact.

Il guide aussi les menuisiers dans les étages, désertification rimant ici avec réparation. Les nombreuses chambres qui portent des noms de créations lyriques réclament en permanence leur petit coup de lustre.

Températures des mini-caves à vin, brillance du marbre en salle-de-bain: aux inspections de routines s’ajoutent désormais les précautions sanitaires – gel à disposition et tests hebdomadaires pour le personnel.

Même si tout tourne au ralenti, « une partie de l’histoire de l’Autriche repose toujours entre nos mains », souffle la directrice adjointe Doris Schwarz.

« Plus que jamais, il s’agit d’être à la hauteur », affirme-t-elle sous l’imposant portrait de matriarche représentant Anna Sacher, gros cigare à la main, deux bouledogues à ses pieds.

Click to comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Europe

Zelensky à Paris : Macron assure sa «détermination» à accompagner l’Ukraine «vers la victoire»

Article

le

Zelensky à Paris : Macron assure sa «détermination» à accompagner l'Ukraine «vers la victoire»

Le président ukrainien est arrivé à l’Élysée de Londres, où il se trouvait mercredi pour son deuxième déplacement à l’étranger depuis le début de la guerre dans son pays, il y a près d’un an.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky est arrivé à Paris ce mercredi 8 février, pour un dîner à huis clos avec son homologue français Emmanuel Macron et le chancelier allemand Olaf Scholz. Il a été accueilli par le ministre des Armées Sébastien Lecornu au sortir de l’avion, avant d’arriver sur le perron de l’Élysée, serrant la main d’Emmanuel Macron.

«Merci d’être ce soir à l’Élysée, qui est un lieu que tu connais», a déclaré en préambule Emmanuel Macron à Volodymyr Zelensky, reçu en 2019 alors qu’il était candidat à la présidentielle ukrainienne. Il a en outre affirmé vouloir «accompagner l’Ukraine à la victoire et à la paix (…) La Russie ne peut ni ne doit l’emporter.» «Nous nous tenons aux côtés de l’Ukraine. Ce qui se joue en Ukraine engage l’avenir de l’Europe. Nous plaidons le rétablissement des droits de l’Ukraine», a-t-il poursuivi, tout en louant le «courage et la lucidité» de Volodymyr Zelensky. «Nous serons là aussi pour que les crimes de guerre dont les soldats russes se rendent coupables soient punis», a-t-il tranché.

De son côté, Volodymyr Zelensky s’est dit «reconnaissant», tout en félicitant «l’unité continentale» et le «leadership d’Emmanuel» dans cette guerre contre les soldats russes. «Nous avons besoin d’armes», a-t-il aussi plaidé. Le chancelier allemand Olaf Scholz a de son côté salué la présence de Zelensky en Europe, affirmant que l’Allemagne continuerait à soutenir l’Ukraine autant de temps qu’il le faudra.

Les trois dirigeants évoqueront ensemble lors du dîner le «soutien indéfectible de l’Europe à l’Ukraine», et la poursuite de «l’étroite coordination qui permet de répondre avec réactivité et efficacité aux besoins exprimés par Kiev», a dit la présidence française dans un communiqué publié avant l’arrivée du chef d’État ukrainien.

Le président ukrainien est arrivé de Londres où il se trouvait mercredi pour son deuxième déplacement à l’étranger depuis le début de la guerre dans son pays il y a près d’un an. Volodymyr Zelensky est ensuite attendu jeudi à Bruxelles pour un sommet de l’Union européenne. Il n’a confirmé que ce mercredi soir qu’il rencontrerait jeudi les «dirigeants européens». En décembre, il avait déjà été accueilli en héros aux États-Unis qui sont, de loin, le plus gros fournisseur d’armes à Kiev pour l’aider à résister à l’armée russe.

«Soutiens majeurs»

Cette mini-tournée européenne intervient à l’approche du premier anniversaire de l’invasion russe, le 24 février 2022. Il y a un an jour pour jour, Emmanuel Macron se rendait d’ailleurs à Kiev, de retour de Moscou, sans parvenir à stopper l’escalade.

Alors que les informations sur la venue du président ukrainien au sommet européen avaient commencé à filtrer mardi, son arrivée d’abord au Royaume-Uni a été une surprise, d’autant que l’Ukraine aspire à adhérer à l’UE dont Londres n’est plus membre. L’Élysée avait pour sa part estimé dans la matinée que la visite de Volodymyr Zelensky à Bruxelles était «une très bonne chose», tout en estimant qu’il n’était «pas illogique» qu’il aille aussi auprès des dirigeants de l’UE. «L’Europe est un de ses soutiens majeurs avec un total de plus de 45 milliards d’euros d’aides en tous genres» et «les Européens, y compris la France, continuent d’être des soutiens majeurs en matière d’armement», a fait valoir un conseiller du président Macron.

Le dîner parisien avec Volodymyr Zelensky a été organisé en toute hâte, selon une source proche du dossier. Le déplacement dans la capitale française ne sera en revanche pas l’occasion d’un grand discours devant le Parlement, comme cela a été le cas à Washington et à Londres, et comme cela semble devoir être le cas devant les députés européens à Bruxelles.

Lire Plus

Europe

Royaume-Uni : le système de santé confronté à la grève la plus importante de son histoire

Article

le

Royaume-Uni : le système de santé confronté à la grève la plus importante de son histoire

Des dizaines de milliers d’infirmières et d’ambulanciers ont arrêté de travailler pour la première fois le même jour.

C’est la plus importante journée de grève de son histoire. Le système de santé public britannique a décidé de débrayer, lundi 6 février, pour réclamer des augmentations de salaires. Comme l’avaient fait la semaine dernière enseignants, cheminots et gardes-frontières lors d’une journée de mobilisation sociale sans équivalent depuis une décennie au Royaume-Uni, le personnel du NHS, le service de santé public et gratuit, a rejoint les piquets de grève tôt lundi matin.

« Sous-effectif. Sous-évalué. Sous-payé », dénonçait par exemple une pancarte brandie par deux infirmières de l’hôpital Saint-Thomas, à Londres.

Opérations repoussées, urgences totalement débordées, attentes de plusieurs heures pour les ambulances.. Le NHS, qui faisait il y a quelques années encore la fierté des Britanniques, traverse une profonde crise, affaibli par les politiques d’austérité en œuvre depuis plus de 10 ans et les conséquences de la pandémie. Depuis sa création en 1948, il n’avait jamais été confronté à une grève d’une telle ampleur, avec des dizaines de milliers d’infirmières et d’ambulanciers arrêtant de travailler pour la première fois le même jour.

Ils réclament une augmentation de salaire alors que le Royaume-Uni, où l’inflation dépasse les 10%, fait face à une grave crise du coût de la vie. Mais ils se heurtent à un gouvernement conservateur qui refuse toute négociation face à ce mouvement soutenu par l’opinion

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Lire Plus

Europe

La Russie occupe toujours 18 % du territoire ukrainien

Article

le

La Russie occupe toujours 18 % du territoire ukrainien

En janvier, les Russes ont très légèrement avancé en prenant le contrôle de 278 km2, selon les calculs d’un cartographe français

Au 31 janvier 2023, la Russie occupait toujours 18 % du territoire de l’Ukraine. Ce chiffre est le fruit du travail d’un cartographe français. Les 18,08 % (exactement) du territoire ukrainien représentent 109 105 km2, soit l’équivalent d’une vingtaine de départements français. Au cours du mois de janvier et au prix de pertes colossales, les forces russes sont parvenues à prendre 278 km2 à l’armée ukrainienne. Cette superficie équivaut à un carré de 16 kilomètres de côté, alors que le front entre les deux armées s’étend sur plus de 1 000 kilomètres.

A la veille de l’invasion, le 24 février 2022, et depuis 2014, la Russie contrôlait directement (la Crimée) ou indirectement (une partie du Donbass) 7,15 % du territoire de son voisin. Au maximum de l’offensive russe, fin mars, l’Ukraine avait perdu un quart (25,11 %) de son sol. Puis, après l’échec de l’opération sur Kiev, ce chiffre s’est stabilisé autour de 20-21%, avant de passer à l’automne sous la barre de 18 %, grâce au succès de la double offensive ukrainienne, d’abord vers Kharkhiv, puis vers Kherson. Depuis novembre, la Russie regrignote un peu de terrain, surtout dans le secteur très disputé de Bakhmut.

Dans le détail, la Russie ne contrôle totalement qu’une seule région, la Crimée, et la quasi-totalité d’une autre, l’oblast de Louhansk (97,78 %). Trois sont partiellement occupées : Zaporijjia (72,94 %), Kherson (72,02 %) et Donetsk (56,65 %). Ces quatre derniers oblasts font, sur le papier, partie de la Fédération de Russie depuis leur annexion illégale en septembre. Enfin, les forces russes n’occupent plus qu’une infime partie (1,88 %) de l’oblast de Kharkiv (nord) et 0,56 % de celui de Mykolaïv (sud).

L’objectif de Kiev est de reprendre la totalité de son territoire (603 554 km2), plus vaste que la France : on mesure l’ampleur de la tâche.

Lire Plus

Les + Lus