Nous rejoindre sur les réseaux

Politique

Macron très attendu sur sa stratégie contre les « séparatismes »

Article

le

macron-tres-attendu-sur-sa-strategie-contre-les-« separatismes »

Emmanuel Macron dévoile vendredi son plan d’action pour mieux protéger la République contre les « séparatismes », principalement celui de l’islamisme radical, un dossier sur lequel il est taxé de « naïveté » par la droite et l’extrême droite.

Reporté à plusieurs reprises, ce discours est très attendu à un an et demi de l’élection présidentielle de 2022, qui pourrait se jouer sur les questions de la sécurité et de l’autorité de l’Etat.

Accompagné de six ministres, le chef de l’Etat est attendu à 10H aux Mureaux(Yvelines), une ville de 30.000 habitants à une quarantaine de km de Paris, souvent donnée en exemple pour ses initiatives en faveur du « vivre ensemble ».

Après avoir été accueilli par le maire, François Garay (DVG), Emmanuel Macron présentera les grandes lignes de la stratégie « La République en actes », qui vise à la fois à « défendre la République et ses valeurs et à lui faire respecter ses promesses d’égalité et d’émancipation », selon l’Elysée.

L’exécutif prévoit de finaliser son projet de loi d’ici la mi-octobre afin qu’il soit présenté en conseil des ministres début décembre puis discuté au Parlement au premier semestre 2021.

Dans son discours, Emmanuel Macron devrait annoncer un renforcement et une modification, de la loi de 1905 sur la séparation des Eglises et de l’Etat, dont certains articles sont jugés obsolètes. Il sera notamment prévu « des clauses anti-putsch » afin d’éviter toute prise de contrôle inopinée d’un prédicateur radical dans un lieu de culte.

Une autre priorité est de mieux protéger l’enfance et les activités scolaires ou péri-scolaires, qui sont désormais l’un des principaux vecteurs utilisés par la mouvance intégriste pour propager ses idées. « Quelques dizaines de milliers d’enfants » scolarisés à la maison sont potentiellement concernés, selon l’exécutif.

« Tétanisé »

Emmanuel Macron devrait également évoquer la neutralité des services publics, notamment dans les transports, et la pénalisation des certificats de virginité délivrés par certains médecins avant un mariage religieux.

Aboutissement d’un travail engagé « il y a deux ans », ces mesures ont « nécessité des expertises juridiques » car elles « touchent des sujets extrêmement sensibles, comme les libertés et la laïcité », a précisé l’Elysée.

L’exécutif insiste également sur le fait qu’elles ne visent pas à « stigmatiser » les musulmans, mais au contraire à « les protéger » en tant que « principales victimes de l’islamisme ».

Consulté de nouveau par Emmanuel Macron cette semaine, le recteur de la Mosquée de Paris Chems-eddine Hafiz a indiqué dans le Monde être prêt à soutenir « complètement l’action du président (…) à condition que la démarche s’inscrive dans une politique volontariste, résolument républicaine et qu’elle s’éloigne de l’opportunisme politicien et des coups de communication » à l’approche d’échéances électorales.

Avant même le discours, la droite et l’extrême droite ont exprimé leur scepticisme quant à la détermination d’un président qu’elles jugent « mal à l’aise », voire « tétanisé » sur ce sujet.

« On va de compromis en compromission et les séparatistes et les communautaristes ont très bien compris cela parce qu’ils savent très bien que le gouvernement est faible et donc leur idéologie se propage », a dénoncé la maire LR du VIIe arrondissement de Paris Rachida Dati.

Marine Le Pen a pour sa part souhaité « déclarer, enfin, la guerre » à l’islamisme, alors que le numéro deux du RN, Jordan Bardella, présente le salafisme, courant rigoriste de l’islam sunnite, comme « le totalitarisme du XXIe siècle ».

Beaucoup, à droite comme au RN, font le lien avec le sujet plus vaste de l’immigration, en particulier de l’accueil des mineurs isolés.

A gauche, l’offensive d’Emmanuel Macron sur les « séparatismes » est dénoncée comme électoraliste et éloignée des préoccupations des Français en pleine crise sanitaire et économique du Covid-19.

Après son discours, Emmanuel Macron déjeunera avec une délégation des conseils municipaux, des enfants et des jeunes des Mureaux, puis visitera un nouveau lieu artistique de la ville, les Ateliers du Moulin.

« Il y a un vivre ensemble chez nous (qu’on) développe avec les associations culturelles et sportives », affirme le maire François Garay, en se félicitant que sa ville ne soit « pas un lieu d’affrontement ».

Click to comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Europe

Européennes: Manon Aubry (LFI) dénonce le « racket social » du gouvernement

Article

le

Européennes: Manon Aubry (LFI) dénonce le "racket social" du gouvernement

À Montpellier ce dimanche, Manon Aubry, tête de liste des Insoumis aux élections européennes, a vivement critiqué ce qu’elle a qualifié de « racket social » perpétré par le gouvernement.

Lors d’un meeting à Montpellier dimanche, Manon Aubry, tête de liste des Insoumis aux élections européennes, a vivement critiqué ce qu’elle a qualifié de « racket social » perpétré par le gouvernement. Elle a appelé à faire des élections du 9 juin un « référendum contre ces nouvelles règles d’austérité ».

Manon Aubry a vivement critiqué les politiques d’austérité imposées par l’Union européenne et mises en œuvre par le gouvernement français. Elle a également accusé une alliance entre macronistes, la droite et les socialistes d’avoir voté en faveur d’un pacte asile-immigration qu’elle qualifie d' »infâme ».

De plus, elle a qualifié le programme du Rassemblement National de « vide sidéral », reprochant à leur tête de liste, Jordan Bardella, de ne pas avoir déposé suffisamment d’amendements lors de son mandat au Parlement européen.

Manuel Bompard, coordinateur national de LFI, a également pris la parole pour critiquer le candidat des socialistes, Raphaël Glucksmann, l’accusant de vouloir « une élection sans le peuple pour préparer le retour de François Hollande ».

Le meeting a également été marqué par les propos de Rima Hassan, militante franco-palestinienne controversée, appelant à mettre fin à l’accord d’association entre l’UE et Israël, conditionné selon elle au respect des droits humains.

Ce meeting à Montpellier, ville où Jean-Luc Mélenchon avait obtenu un fort soutien lors de la présidentielle de 2022, a rassemblé environ 1 000 personnes selon les organisateurs. Depuis leur premier meeting à Villepinte le mois dernier, les Insoumis ont prévu 60 réunions publiques à travers la France.

Lire Plus

France

Emmanuel Macron condamne fermement l’attaque de l’Iran contre Israël

Article

le

Emmanuel Macron condamne fermement l'attaque de l'Iran contre Israël

Emmanuel Macron a « condamné avec la plus grande fermeté l’attaque sans précédent lancée par l’Iran contre Israël » et appelé « à la retenue » les parties prenantes, dans un message publié dimanche sur X.

Le président français, Emmanuel Macron, a réagi avec fermeté à l’attaque lancée par l’Iran contre Israël, la qualifiant d’ « attaque sans précédent » qui risque de déstabiliser la région. Dans un message publié sur X dimanche, il a exprimé sa solidarité avec le peuple israélien et a réaffirmé l’engagement de la France envers la sécurité d’Israël et la stabilité régionale. Macron a également appelé toutes les parties impliquées à faire preuve de retenue.

L’Iran a lancé plus de 200 drones et missiles contre Israël dans la nuit de samedi à dimanche, en représailles à une frappe contre son consulat à Damas. Cependant, l’armée israélienne a affirmé que cette attaque avait été « déjouée ».

Le G7, dont la France est membre, tiendra une réunion en vidéo-conférence dimanche après-midi pour discuter de cette attaque. Le gouvernement italien, président actuel du G7, a souligné la nécessité d’éviter une escalade militaire et de promouvoir la prudence. Le Conseil de sécurité de l’ONU tiendra également une réunion d’urgence, le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, ayant qualifié cette situation d' »escalade grave ».

Lire Plus

France

Fonction publique : Stanislas Guerini veut « lever le tabou du licenciement »

Article

le

Fonction publique : Stanislas Guerini veut « lever le tabou du licenciement »

Le ministre de la Transformation et de la Fonction publique a ouvert, mardi 9 avril, la concertation avec les collectivités, les hôpitaux et les syndicats pour réformer la fonction.

C’est une petite phrase qui suscite l’ire des syndicats. Stanislas Guerini a lancé, ce mardi 9 avril à Paris, la concertation autour de la réforme de la fonction publique, qui doit être présentée en conseil des ministres, cet automne. Ce projet de loi vise notamment à accentuer la rémunération des fonctionnaires au mérite et faciliter les mutations dans les trois branches de la fonction (État, collectivité, hôpitaux).

« Je veux qu’on lève le tabou du licenciement dans la fonction publique », a confié le ministre de la Transformation et de la Fonction publique, pointant du doigt une « culture de l’évitement sur ces sujets-là ».

« C’est un dévoiement du statut de la fonction publique que de considérer que, au nom de la garantie de l’emploi, on ne puisse pas se séparer d’un agent qui ne ferait pas son boulot. La justice, c’est de récompenser les agents qui sont engagés et de sanctionner ceux qui ne font pas suffisamment leur travail », a-t-il ajouté.

Selon les chiffres du ministère, rapportés par Le Parisien, treize licenciements pour insuffisance professionnelle ont eu lieu en 2023 dans la fonction publique, pour 2,5 millions d’agents.

Dans un document présenté ce mardi aux syndicats et aux employeurs, le gouvernement a détaillé une série de mesures qu’il envisage de glisser dans son projet de loi : maintien systématique de la rémunération en cas de mutation, octroi facilité d’un « emploi pérenne » aux apprentis, élargissement de la palette de sanctions face à une « insuffisance professionnelle »…

« Le statut de la fonction publique, ce n’est pas le statu quo, ce n’est pas l’égalitarisme. Il faut le faire évoluer, le moderniser. On a des agents pleinement dans le XXI siècle, mais un système qui est parfois resté bloqué dans les années 1980 », appuie le ministre.

Les huit syndicats ont dénoncé, lundi 8 avril, dans un communiqué commun une réforme « dogmatique » et qui ne répondrait « à aucune des préoccupations des agents publics ». L’Unsa-FP juge notamment que les priorités pour les agents sont « celles de leur pouvoir d’achat et de leurs conditions de travail ». « Plutôt qu’un projet de loi, c’est un engagement budgétaire qui est nécessaire », soutient-il.

La concertation doit se poursuivre jusqu’à l’été, avant une présentation du projet de loi à la rentrée. Deux autres réunions plénières avec les syndicats doivent se tenir le 14 mai et le 20 juin prochains.

Lire Plus

Les + Lus