Nous rejoindre sur les réseaux

France

Macron en Conférence de Presse : Les points essentiels des déclarations

Article

le

Macron en Conférence de Presse : Les points essentiels des déclarations

Dans le cadre somptueux de la salle des fêtes de l’Élysée, le président Emmanuel Macron s’est adressé ce mardi à un parterre de journalistes, détaillant une série de réformes ambitieuses. Une semaine après la nomination de Gabriel Attal au poste de Premier ministre, le président a offert un aperçu exhaustif de sa vision pour la France, dans un discours marqué par la promesse d’audace, d’action et d’efficacité.

Un engagement renouvelé en éducation et culture : Une des annonces majeures concerne l’éducation. Emmanuel Macron a affirmé sa volonté de « refonder les cours d’éducation civique », doublant le volume horaire dès 2024. Il ambitionne également d’intégrer de manière significative le théâtre et l’histoire de l’art dans les programmes scolaires, soulignant leur rôle dans le développement culturel des jeunes.

Régulation de l’usage des écrans et tenue unique : Dans une ère dominée par le numérique, Macron a exprimé son désir de réguler l’usage des écrans chez les jeunes, s’appuyant sur un rapport d’experts récemment constitué. De plus, le président a annoncé une expérimentation d’une tenue unique dans 100 établissements scolaires, avec une potentielle généralisation en 2026, ainsi qu’une cérémonie de remise de diplômes dès le collège.

Lutte contre la drogue et sécurité publique : Abordant la question de la sécurité, le président a révélé un plan d’action contre le trafic de drogue, promettant dix opérations « place nette » par semaine dans diverses catégories de villes. Cette initiative s’inscrit dans une stratégie globale de restauration de l’ordre public. Parallèlement, il a réaffirmé son engagement à combattre l’islam radical, notamment en évoquant la loi sur les imams détachés.

Un nouveau chapitre pour l’économie et le marché du travail : S’adressant à la « France des tracas », Macron a souligné la nécessité d’un « acte II » pour la croissance et l’innovation, insistant sur la libération du potentiel des travailleurs et innovateurs français. En ce qui concerne le marché du travail, il a évoqué une prochaine réforme visant France travail, avec un accent particulier sur les règles entourant le refus d’emploi pour les chômeurs.

Réforme du congé de naissance et plan contre l’infertilité : Peut-être le plus notable, le président a proposé une révision substantielle du congé parental, le transformant en un congé de naissance de six mois pour chaque parent, avec une meilleure rémunération. Dans le cadre d’un « réarmement démographique », il a également annoncé un « grand plan » contre l’infertilité, répondant ainsi à la baisse des naissances enregistrée en France.

Des mesures pour combattre les déserts médicaux : Pour lutter contre les déserts médicaux, Macron envisage la régularisation de nombreux médecins étrangers, une mesure destinée à renforcer les services de soins et à améliorer l’accès aux soins de santé. Cette initiative vise à créer une synergie plus efficace entre la médecine de ville, l’hôpital et les professions paramédicales.

Ce « rendez-vous avec la nation », comme l’a décrit le président, marque un moment décisif dans son mandat. Les yeux seront tournés vers l’Élysée dans les semaines et les mois à venir, observant de près l’évolution de ces initiatives.

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

France

Salon de l’agriculture : l’arrivée d’Emmanuel Macron perturbée par des manifestants

Article

le

Salon de l’agriculture : l'arrivée d’Emmanuel Macron perturbée par des manifestants

Huées et heurts lors de la visite présidentielle, nécessitant une intervention du service d’ordre.

Le Salon de l’agriculture à la porte de Versailles, habituellement un événement marqué par la convivialité, a été le théâtre de fortes tensions ce samedi matin avec l’arrivée d’Emmanuel Macron. Des huées, des sifflets et même des heurts ont éclaté lorsque le président est apparu pour rencontrer des représentants des syndicats agricoles.

Dès l’arrivée d’Emmanuel Macron vers 8 heures, des manifestants, munis de sifflets et certains forçant l’entrée, ont perturbé l’ordre habituel du salon. Malgré la présence d’un important dispositif de sécurité, des tensions ont éclaté, marquées par des affrontements entre les manifestants et le service d’ordre.

Le président, après une rencontre avec les syndicats agricoles, a tenté d’apaiser la situation, appelant au calme et à la compréhension. Cependant, certains manifestants, mécontents de ne pas pouvoir discuter directement avec lui, ont continué à exprimer leur mécontentement en scandant des slogans hostiles.

Des projectiles, tels que des œufs, de la terre et du foin, ont été lancés en direction des forces de l’ordre, entraînant des réactions musclées pour contenir la situation. Les gendarmes mobiles et les policiers ont dû faire face à des tentatives répétées de pousser le cordon de sécurité, provoquant des échauffourées sporadiques.

Malgré ces perturbations, Emmanuel Macron a maintenu sa présence et a réaffirmé son engagement en faveur de l’agriculture française. Il a promis une réunion avec l’ensemble des organisations syndicales et des filières agricoles dans les semaines à venir pour aborder les mesures d’urgence nécessaires.

Cette journée, qui aurait dû être dédiée à la célébration de l’agriculture française, a été assombrie par ces incidents, soulignant les tensions persistantes dans le secteur agricole et les préoccupations des agriculteurs face aux défis actuels.

Lire Plus

France

Gard : l’imam Mahjoub Mahjoubi expulsé de France vers la Tunisie

Article

le

Gard : l'imam Mahjoub Mahjoubi expulsé de France vers la Tunisie

Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin l’a annoncé sur X. L’imam avait qualifié le «drapeau tricolore» de «satanique» dans un prêche diffusé sur les réseaux sociaux.

Mahjoub Mahjoubi, imam accusé d' »appels à la haine », a été expulsé jeudi soir vers la Tunisie, selon des sources proches du dossier. Son expulsion fait suite à des prêches où il aurait véhiculé une conception littérale, rétrograde, intolérante et violente de l’islam.

Le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, a confirmé l’expulsion de l’imam radical, soulignant que celle-ci a été réalisée moins de 12 heures après son interpellation à son domicile à Bagnols-sur-Cèze (Gard). Gérald Darmanin a également précisé que des instructions avaient été données pour prendre un arrêté ministériel d’expulsion contre cet individu aux propos inacceptables.

Dans l’arrêté ministériel d’expulsion, il est reproché à Mahjoub Mahjoubi d’avoir tenu des propos encourageant des comportements contraires aux valeurs de la République, tels que la discrimination à l’égard des femmes, le repli identitaire, les tensions avec la communauté juive et la radicalisation jihadiste, lors de ses prêches des 2, 9 et 16 février.

L’avocat de l’imam a déclaré qu’il contesterait cette procédure en engageant une procédure de référé expulsion devant le tribunal administratif de Paris, disposant de deux jours pour le faire.

Cette expulsion express est la première depuis l’entrée en vigueur de la loi sur l’immigration voulue par le ministre de l’Intérieur.

Lire Plus

France

Manouchian et ses frères d’armes étrangers entrent au Panthéon

Article

le

Manouchian et ses frères d'armes étrangers entrent au Panthéon

La France rend hommage aux héros oubliés de la résistance étrangère en accueillant Missak Manouchian et 23 de ses compagnons d’armes au Panthéon, 80 ans après leur exécution par les nazis. Cet acte solennel, présidé par Emmanuel Macron, témoigne de la reconnaissance tardive mais profonde envers ces combattants de l’ombre qui ont sacrifié leur vie pour la liberté et la justice.

Dans une déclaration publiée dans le quotidien L’Humanité, le président Macron souligne l’engagement sans faille de ces hommes venus de divers horizons pour défendre la France. « Juifs, Hongrois, Polonais, Arméniens, communistes, ils ont donné leur vie pour notre pays », déclare-t-il.

Cette cérémonie historique marque également la reconnaissance de toute la résistance communiste et étrangère, un geste salué comme un honneur et une réparation par Fabien Roussel, secrétaire national du Parti Communiste Français.

Pour le chef de l’État, cette panthéonisation est la quatrième sous son mandat, après celles de Maurice Genevoix, Simone Veil et Joséphine Baker, avec l’annonce récente de celle de Robert Badinter.

Cependant, cette décision a suscité la colère du Rassemblement National (RN) et de ses partisans, qualifiant les propos de Macron d' »indignes » et d' »utilisation politique de l’histoire nationale ».

La cérémonie, prévue pour durer une heure et demie, sera empreinte de moments émouvants et symboliques. Le chanteur Patrick Bruel lira la dernière lettre de Missak Manouchian à sa bien-aimée, tandis que le groupe de rock Feu ! Chatterton interprétera « L’Affiche rouge » de Léo Ferré, immortalisant le sacrifice des résistants.

Missak Manouchian, rescapé des massacres arméniens, a rejoint la résistance communiste en 1943, où il a joué un rôle crucial dans les rangs des Francs-tireurs partisans – Main-d’œuvre immigrée (FTP-MOI), avant d’être exécuté avec ses compagnons en 1944.

Cette cérémonie, à laquelle 2000 personnes ont été conviées, dont des représentants du Parti Communiste et du gouvernement arménien, ainsi que 600 élèves, témoigne de l’importance de se souvenir et de rendre hommage aux sacrifices de ces héros de la liberté, dont le courage et la détermination resteront gravés dans l’histoire de la France.

Lire Plus

Les + Lus