Nous rejoindre sur les réseaux

Sports

Ligue 1: Le groupe de tête fonce, Nantes s’enfonce

Article

le

ligue-1:-le-groupe-de-tete-fonce,-nantes-s’enfonce

Monaco (3e) et Lyon (4e) ont suivi le rythme imprimé par le leader Lille et son dauphin parisien, dimanche lors d’une 32e journée de Ligue 1 emballante pour Lens et pleine de « tristesse » pour Nantes, l’avant-dernier encore défait.

A six journées du terme, l’écart reste ultra-serré entre les locomotives du championnat qui ont filé à toute vapeur ce week-end: cinq points séparent toujours le LOSC de l’OL.

Après Lille vendredi à Metz (2-0) puis Paris samedi à Strasbourg (4-1), Monaco a fait le plein de points dimanche devant la lanterne rouge Dijon (3-0) comme Lyon face à Angers (3-0), également à domicile.

Les Lyonnais ont enfin gagné en championnat, après un mois sans succès, grâce au capitaine néerlandais Memphis Depay (21e, 83e) et au milieu brésilien Lucas Paqueta (41e), déjà performant jeudi en Coupe de France contre le Red Star avec un but, une passe décisive et un tir au but réussi.

Plus tôt, l’AS Monaco avait connu une conclusion similaire, mais un scénario différent face à Dijon qui lui a tenu tête jusqu’à la pause. Entré à la mi-temps, comme Cesc Fabregas, le capitaine Wissam Ben Yedder a provoqué un penalty, raté mais que Stevan Jovetic a exploité (50e), puis réussi un doublé (63e, 90e sur penalty).

« Il va rester sur le banc jusqu’à la fin de la saison puisqu’il marque! », a plaisanté l’entraîneur Niko Kovac à propos de l’attaquant français, remplaçant au coup d’envoi pour la 3e fois consécutive en championnat.

Dijon et Nantes souffrent

Après une douzième défaite de rang, record du CA Paris (1933-34) égalé, Dijon paraît condamné à la Ligue 2. Les Bourguignons sont désormais à 15 longueurs de Nîmes, l’actuel barragiste qui a ramené un point de son déplacement à Brest (1-1).

La situation ne s’améliore pas non plus pour Nantes, battu 1-0 à Rennes sur une fulgurance de Martin Terrier, auteur d’une superbe frappe enroulée (53e). Les Canaris (19es) s’enlisent dans la zone rouge, deux points derrière Nîmes et quatre derrière Lorient le 17e.

« Il y a de la déception, de la frustration, de la tristesse », a reconnu Antoine Kombouaré, nommé il y a deux mois pour sauver la maison jaune et verte. « On a manqué d’enthousiasme, d’allant offensif, peut-être de courage aussi ».

La fin de championnat s’annonce pesante pour le club de Waldemar Kita, propriétaire honni par les ultras, qui va devoir se battre jusqu’au bout pour ne pas descendre dans une deuxième division quittée en 2013. Dans une semaine, Nantes recevra Lyon.

Saint-Etienne souffle

L’air devient en revanche plus léger du côté de Saint-Etienne (13e) qui, à domicile, a éloigné le spectre de la relégation en giflant 4-1 une équipe de Bordeaux en pleine déconfiture.

Dans un match ponctué par trois penalties (deux pour les locaux, un pour Bordeaux), les Verts ont mis les Girondins à terre avec notamment un triplé de Wahbi Khazri.

« Pour le maintien, ce succès nous donne un peu d’oxygène. Nous avons un petit matelas mais il ne faut pas s’allonger dessus », a tempéré l’attaquant tunisien.

Les Lensois, pensionnaires de Ligue 2 la saison dernière, ont de leur côté conforté leur 5e place, synonyme en fin de saison de billet pour la nouvelle Ligue Europa Conference, voire pour la Ligue Europa tout court, en dominant Lorient (4-1).

Le promu artésien compte trois points d’avance sur l’OM, freiné samedi à Montpellier (3-3), et quatre unités de plus que Rennes.

Face aux Merlus, les Sang et Or n’ont pas tremblé sous l’impulsion de Corentin Jean, à l’origine d’un penalty converti par Gaël Kakuta (son 10e but en championnat cette saison), puis buteur pour le 2-1. Après la pause, Arnaud Kalimuendo et Simon Banza ont aggravé la marque.

« C’est le fruit du travail et la confiance », a réagi l’entraîneur Franck Haise.

Enfin, dans une rencontre sans grand enjeu, Nice (9e) et Reims (12e) se sont quittés sans avoir réussi à marquer le moindre but.

Click to comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sports

C1: le PSG retrouve son rival barcelonais sous la menace terroriste

Article

le

C1: le PSG retrouve son rival barcelonais sous la menace terroriste

Le Paris Saint-Germain (PSG) se prépare à affronter Barcelone dans un contexte sécuritaire tendu, suite à des menaces terroristes, alors que les deux équipes se retrouvent en quart de finale de la Ligue des champions.

Le ministre de l’Intérieur français, Gérald Darmanin, a annoncé un renforcement considérable de la sécurité à Paris en réponse à des menaces du groupe jihadiste État islamique visant les matchs des quarts de finale de la compétition.

Malgré ce contexte sécuritaire, les joueurs du PSG restent concentrés sur le match. Danilo Pereira, défenseur du club, souligne l’importance de se focaliser sur le football malgré les mesures de sécurité renforcées.

Cette saison, le PSG affiche de bonnes performances, malgré les doutes liés aux départs de Neymar et Messi. Toujours en lice en Ligue des champions, en finale de la Coupe de France et en tête du classement de la Ligue 1, l’équipe se sent confiante. Les confrontations avec Barcelone suscitent toujours des passions chez les joueurs et les supporters.

L’entraîneur du PSG, Luis Enrique, ancien joueur et entraîneur du Barça, reconnaît l’importance de ces matchs. Surnommé le « socio culer », il avoue que son cœur reste attaché à Barcelone malgré son engagement envers Paris.

La rivalité entre les deux équipes a été renforcée depuis la « remontada » historique de Barcelone en 2017, où le PSG a subi une défaite retentissante. Depuis lors, les deux clubs se sont affrontés à plusieurs reprises, marquant ainsi une rivalité intense.

Malgré les départs de stars telles que Neymar et Messi du Barça vers le PSG, ainsi que celui d’Ousmane Dembélé, le match promet d’être disputé. Les deux équipes se battront pour la victoire dans un duel qui dépasse les simples enjeux sportifs.

Lire Plus

Sports

Football – EDF : Kolo Muani porte les bleus contre le Chili à Marseille

Article

le

Football - EDF : Kolo Muani porte les bleus contre le Chili à Marseille

Trois jours après leur défaite face à l’Allemagne, les Bleus ont retrouvé le chemin de la victoire en battant le Chili 3-2 à Marseille. Malgré une performance en dents de scie, l’équipe française a su rebondir grâce notamment à Randal Kolo Muani, auteur d’un but et d’une passe décisive, dans un match marqué par les blessures de Jonathan Clauss et d’Eduardo Camavinga.

L’équipe de France, remaniée depuis son dernier match, a connu un début difficile en encaissant un but dès les premières minutes du match. Cependant, elle a rapidement réagi avec des offensives plus abouties, permettant à Youssouf Fofana d’égaliser rapidement. Peu après, Randal Kolo Muani a donné l’avantage aux Bleus d’une tête bien placée.

Malgré quelques frayeurs, notamment avec un tir sur le poteau du gardien Mike Maignan, les Français ont su maintenir leur avance grâce à un but d’Olivier Giroud. Le Chili a réduit l’écart en marquant un deuxième but, mais la France a tenu bon jusqu’au coup de sifflet final.

Cette victoire permet à l’équipe de France de rebondir après sa défaite contre l’Allemagne et de regagner en confiance avant les prochaines échéances, notamment l’Euro de football qui débutera en juin.

Lire Plus

Sports

Tournoi des Six Nations 2024 : Victoire des Bleues contre l’Angleterre

Article

le

Tournoi des Six Nations 2024 : Victoire des Bleues contre l'Angleterre

Le XV de France clôture le Tournoi des Six Nations 2024 avec une victoire épique face à l’Angleterre (33-31), mais les apparences sont parfois trompeuses. Malgré cette performance, qui assure une deuxième place dans le tournoi, l’équipe française reste confrontée à plusieurs défis majeurs.

Sur le papier, les statistiques semblent encourageantes : une deuxième place derrière l’Irlande, la quatrième en cinq ans ; la deuxième meilleure attaque du tournoi ; Thomas Ramos sacré meilleur réalisateur avec 63 points à son actif.

Cependant, ces chiffres dissimulent une réalité plus mitigée pour le XV de France, qui a connu un Tournoi laborieux. Le début chaotique avec une défaite face à l’Irlande (17-38), suivie d’une victoire laborieuse en Écosse (20-16) et d’un nul décevant contre l’Italie (13-13), a été suivi de deux victoires éclatantes au Pays de Galles (45-24) et contre l’Angleterre.

Le sélectionneur Fabien Galthié a qualifié ce tournoi d' »enfer » où l’équipe a dû faire preuve de solidité et de résilience. Près de six mois après la déception du quart de finale de la Coupe du Monde 2023, les Bleus peinent encore à digérer cette sortie prématurée de la compétition.

Malgré des moments difficiles, les joueurs ont su montrer leur unité et leur détermination. Louis Bielle-Biarrey a souligné que ces épreuves allaient renforcer l’équipe à l’avenir.

La défense, point fort autrefois, a été le talon d’Achille de l’équipe avec quatorze essais encaissés, le pire bilan depuis l’arrivée de Fabien Galthié. Malgré tout, le XV de France a pu compter sur ses talents individuels, avec des actions décisives de joueurs comme Gaël Fickou, Damian Penaud ou Léo Barré.

Cette épreuve a également permis à certains joueurs de se révéler, tandis que les cadres ont retrouvé leur rang, en l’absence de joueurs clés comme Antoine Dupont ou Romain Ntamack. La discipline de l’équipe s’est améliorée, bien que quelques cartons jaunes et rouges aient été distribués au cours du tournoi.

Maintenant, les regards se tournent vers la tournée estivale en Argentine, où l’équipe devra confirmer ses progrès et renforcer sa cohésion.

Lire Plus

Les + Lus