Nous rejoindre sur les réseaux

Culture

« Les SEGPA au ski » sème la discorde dans les salles de cinéma

Article

le

"Les SEGPA au ski" sème la discorde dans les salles de cinéma

Des incidents violents perturbent la diffusion du film, mais la responsabilité incombe-t-elle vraiment à la production ?

À Montpellier, le 27 décembre dernier, une première projection du film « Les SEGPA au ski » a été interrompue par des violences dans la salle de cinéma. Les médias locaux ont rapporté que près de trente spectateurs ont perturbé la séance en criant des insultes, en s’engageant dans des altercations physiques, et en créant un véritable chaos. Les incidents similaires ont été signalés dans plusieurs villes de France, laissant se poser la question : le film est-il à blâmer pour ces comportements agressifs ?

« Les SEGPA au ski » est la suite du film « Les SEGPA », qui a rencontré un grand succès en 2022, avec 700 000 entrées au box-office français. Les frères Hakim et Ali Bougheraba, créateurs de la web-série éponyme, ont écrit et réalisé le film, soutenus par Cyril Hanouna, animateur de l’émission « Touche Pas à Mon Poste », l’une des émissions les plus regardées en France. Cependant, Hanouna a été critiqué pour son comportement controversé, ce qui a créé un débat dès le départ autour du film.

Le film a également été la cible de critiques sévères de la part de certains enseignants de SEGPA, affirmant qu’il véhiculait des stéréotypes nuisibles sur les élèves en difficulté d’apprentissage. Ils craignaient que le film ne dépeigne leurs élèves comme des caricatures. Les acteurs du film, dont beaucoup ont eux-mêmes fréquenté des classes SEGPA, ont défendu le film en affirmant qu’il reflétait la réalité de leur expérience.

Pourtant, malgré le débat entourant le film, il a connu un succès immédiat en 2023, avec 475 000 billets vendus lors de son week-end d’ouverture. La controverse a éclaté lorsque des incidents ont eu lieu lors d’une minorité de projections, créant des discussions nationales sur les réseaux sociaux.

Le journaliste de cinéma français Nicolas Colle a suggéré que le public du film était composé de personnes peu habituées à aller au cinéma, ce qui expliquerait en partie les comportements inappropriés. Un des scénaristes et acteurs du film, Ichem Bougheraba, a répondu en mettant en cause l’éducation des enfants. En réalité, les incidents violents n’ont été signalés que dans 8 séances sur 10 500.

Au-delà des controverses, « Les SEGPA au ski » a été critiqué par la plupart des critiques de cinéma, qui l’ont qualifié de « médiocre » et de « cinéma pour les nuls ». Cependant, le film a suscité un buzz considérable sur les réseaux sociaux, avec le hashtag #segpaauski cumulant 2,2 millions de vues sur TikTok.

Il semble donc que les perturbations dans les cinémas français ne puissent pas être totalement imputées au film lui-même, mais plutôt à un ensemble de facteurs, notamment les réactions controversées de personnalités médiatiques, la controverse entourant le film, et le comportement de certains spectateurs peu familiers avec les cinémas.

Culture

Nouvelle plainte contre Depardieu pour une agression sexuelle présumée en 2021

Article

le

Nouvelle plainte contre Depardieu pour une agression sexuelle présumée en 2021

Une décoratrice dépose plainte pour agression sexuelle présumée sur un tournage en 2021, ajoutant à la série d’accusations visant l’acteur Gérard Depardieu.

Une nouvelle plainte pour agression sexuelle vient s’ajouter au dossier déjà chargé de l’acteur français Gérard Depardieu. Cette fois-ci, c’est une décoratrice ayant travaillé sur le tournage du film « Les volets verts », réalisé par Jean Becker en 2021, qui accuse l’acteur de comportement inapproprié.

L’avocate de la plaignante, Me Carine Durrieu-Diebolt, a confirmé le dépôt de plainte pour des faits d’agression sexuelle, harcèlement sexuel et outrages sexistes auprès du parquet de Paris. Ces allégations s’ajoutent à celles déjà portées à l’encontre de Gérard Depardieu, notamment après la mise en examen de l’acteur suite aux accusations de violences sexuelles émises par l’actrice Charlotte Arnould en décembre 2020.

Selon le récit rapporté par la plaignante à Mediapart, les faits se seraient déroulés à Paris pendant le tournage du film en question. L’acteur aurait proféré des propos déplacés avant de s’en prendre physiquement à la décoratrice, pétrissant violemment différentes parties de son corps, jusqu’à ce que l’intervention des gardes du corps mette fin à l’agression.

Le dépôt de cette plainte survient dans un contexte où plusieurs autres accusations pèsent déjà sur Gérard Depardieu, notamment celle de la comédienne Anouk Grinberg, qui aurait déposé plainte en diffamation contre l’avocate de l’acteur pour des propos tenus sur France 5 en décembre dernier.

Ces nouveaux développements viennent s’ajouter à une série d’enquêtes et de mises en examen déjà en cours à l’encontre de Gérard Depardieu, ce qui souligne l’ampleur croissante des accusations de comportement inapproprié dans le secteur du cinéma français.

Lire Plus

Culture

Cérémonie des Césars 2024 : le palmarès complet de la 49e édition

Article

le

Cérémonie des Césars 2024 : le palmarès complet de la 49e édition

La 49e cérémonie des Césars s’est tenue hier, vendredi 23 février, à Paris. Le film de Justine Triet, Anatomie d’une chute, a triomphé avec 6 Césars, tandis que la cérémonie a été émaillée de moments forts, comme la prise de parole de Judith Godrèche.

Avec six Césars, Anatomie d’une chute, le film de Justine Triet, a triomphé, vendredi 23 février, lors de la cérémonie. La 49e édition des Césars, qui se tenait à l’Olympia à Paris, a largement récompensé le succès d’Anatomie d’une chute, avec notamment le prix du meilleur film, celui de la meilleure actrice pour son interprète Sandra Hüller ou encore celui de la meilleure réalisation.

Le long-métrage Le Règne animal, réalisé par Thomas Cailley, a lui aussi brillé hier soir, récompensé à cinq reprises.

La cérémonie a été marquée par de nombreuses interventions fortes, faisant allusion notamment aux violences sexuelles dans le cinéma ou encore à la guerre faisant rage à Gaza. Le discours de Judith Godrèche, quelques semaines après avoir accusé de violences sexuelles les réalisateurs Benoît Jacquot et Jacques Doillon, a notamment marqué les esprits.

Arrivée sous les applaudissements de la salle, l’actrice a appelé à ce que le cinéma ne couvre pas “un trafic illicite de jeunes filles”, tout en déclarant : “Depuis quelque temps, la parole s’est déliée, l’image de nos pères idéalisés s’écorche. Depuis quelque temps, je parle, je parle, mais je ne vous entends pas.”

La prise de parole de Raphaël Quenard a également marqué les esprits, lorsqu’en recevant son prix de révélation masculine de l’année, l’acteur, qui se décrit comme “petit-fils de paysan” a apporté son soutien aux agriculteurs en colère : “La culture c’est rien sans l’agriculture. Respect infini à tous ces gens qui travaillent d’arrache-pied pour nous offrir le luxe de remplir nos estomacs avec de bons fruits, de bons légumes, de bonnes céréales”.

Palmarès complet de la 49e cérémonie :

Meilleur film : Anatomie d’une chute, réalisé par Justine Triet

Meilleure réalisation : Justine Triet pour Anatomie d’une chute

Meilleure actrice : Sandra Hüller dans Anatomie d’une chute

Meilleur acteur : Arieh Worthalter dans le Procès Goldman

Meilleure actrice dans un second rôle : Adèle Exarchopoulos, dans Je verrai toujours vos visages

Meilleur acteur dans un second rôle : Swann Arlaud, dans Anatomie d’une chute

Meilleure révélation féminine : Ella Rumpf, dans Le Théorème de Marguerite

Meilleure révélation masculine : Raphaël Quenard, dans Chien de la casse

Meilleur film étranger : Simple comme Sylvain, réalisé par Monia Chokri

Meilleur premier film : Chien de la casse, réalisé par Jean-Baptiste Durand

Meilleur film d’animation : Linda veut du poulet !, réalisé par Chiara Malta et Sébastien Laudenbach

Meilleur film documentaire : Les Filles d’Olfa, réalisé par Kaouther Ben Hania

Meilleur scénario original : Justine Triet et Arthur Harari, pour Anatomie d’une chute

Meilleure adaptation : Valérie Donzelli et Audrey Diwan, pour L’Amour et les Forêts

Meilleure musique originale : Andrea Laszlo De Simone, pour Le Règne animal

Meilleur son : Fabrice Osinski, Raphaël Sohier, Matthieu Fichet et Niels Barletta pour Le Règne animal

Meilleure photo : David Cailley, pour Le Règne animal

Meilleur montage : Laurent Sénéchal, pour Anatomie d’une chute

Meilleurs costumes : Ariane Daurat, pour Le Règne animal

Meilleurs décors : Stéphane Taillasson, pour Les Trois Mousquetaires (parties 1 et 2)

Meilleurs effets visuels : Cyrille Bonjean, Bruno Sommier et Jean-Louis Autret, pour Le Règne animal

Meilleur film de court-métrage d’animation : Eté 96, réalisé par Mathilde Bédouet

Meilleur film de court-métrage documentaire : La Mécanique des fluides, réalisé par Gala Hernandez Lopez

Meilleur film de court-métrage de fiction : L’Attente, réalisé par Alice Douard

Lire Plus

Culture

Des militantes écologistes aspergent de soupe la vitre de « La Joconde » sans l’endommager

Article

le

Des militantes écologistes aspergent de soupe la vitre de "La Joconde" sans l'endommager

Deux militantes écologistes ont projeté de la soupe sur la vitre blindée protégeant « La Joconde » au Louvre, sans causer de dommages à l’œuvre d’art.

Dimanche matin, deux militantes écologistes ont aspergé la vitre blindée qui protège le célèbre tableau de « La Joconde » au musée du Louvre, ajoutant leur action à une série d’opérations menées ces dernières années par des mouvements écologistes dans des musées du monde entier.

Le Louvre a confirmé que l’œuvre elle-même n’avait subi aucun dommage, et la salle des États, où « La Joconde » est exposée, a été rouverte après une fermeture d’environ une heure. Le plus grand musée du monde a l’intention de déposer une plainte lundi.

Les deux militantes ont mené cette action pour attirer l’attention sur la nécessité d’une alimentation saine et durable en France. Elles ont déclaré : « Qu’est-ce qui est important ? Qu’est-ce qu’il y a de plus important ? L’art ou le droit à une alimentation saine et durable ? Notre système agricole est malade. Nos agriculteurs meurent au travail. Un Français sur trois ne fait pas tous ses repas tous les jours. »

Les deux femmes ont été placées en garde à vue pour dégradation d’un bien classé ou inscrit, selon le parquet de Paris.

Selon le Louvre, les militantes avaient dissimulé de la soupe au potiron dans un thermos à café. L’entrée du musée autorise la nourriture, bien que le musée ait par le passé envisagé d’interdire l’entrée avec de la nourriture, mais a finalement abandonné cette mesure, car il est possible d’acheter de la nourriture à l’intérieur du musée.

La ministre de la Culture, Rachida Dati, a condamné l’incident en déclarant : « La Joconde, comme notre patrimoine, appartient aux générations futures. Aucune cause ne peut justifier qu’il soit pris pour cible. »

Cependant, Prisca Thévenot, porte-parole du gouvernement, a critiqué l’action, soulignant que « La Joconde » n’était pas la plus grande source de pollution en France.

« La Joconde » de Léonard de Vinci est protégée derrière une vitre de sécurité depuis 2005 et a été la cible de vandalisme à plusieurs reprises par le passé.

L’action a été revendiquée par un collectif appelé « Riposte Alimentaire », qui se décrit comme « une campagne de résistance civile française visant à impulser un changement radical de société sur les plans climatique et social ». Cette action fait suite à une série de protestations menées pour demander un plan de rénovation thermique des bâtiments en réponse à l’urgence climatique.

Ces dernières années, plusieurs opérations de militants écologistes ont visé des œuvres d’art dans des musées à travers le monde, cherchant à attirer l’attention sur les problèmes environnementaux.

Lire Plus

Les + Lus