Nous rejoindre sur les réseaux

Monde

Les Etats-Unis annoncent une campagne de rappel de vaccins anti-Covid fin septembre

Article

le

les-etats-unis-annoncent-une-campagne-de-rappel-de-vaccins-anti-covid-fin-septembre

Une campagne de rappel des vaccins anti-Covid de Pfizer et de Moderna sera lancée pour tous les Américains à partir du 20 septembre, ont annoncé mercredi les autorités sanitaires, s’inquiétant de la baisse de la protection immunitaire conférée par les vaccins avec le temps.

Les Américains ayant reçu l’un de ces sérums pourront demander une troisième injection huit mois après la deuxième, à partir de la semaine du 20 septembre, ont annoncé mercredi de hauts responsables sanitaires, soulignant la poussée actuelle de l’épidémie liée au variant Delta dans le pays.

« Les données disponibles montrent clairement que la protection contre l’infection au SARS-CoV-2 commence à baisser avec le temps après les premières doses de vaccin », ont-ils justifié dans un communiqué commun, notamment signé par la directrice des Centres de prévention et de lutte contre les maladies (CDC) Rochelle Walensky et la cheffe par intérim de l’Agence américaine des médicaments (FDA) Janet Woodcock.

« Ajouté à la dominance du variant Delta, nous commençons à constater des preuves d’une protection réduite contre les cas légers et modérés de la maladie », ajoutent-ils.

Pire, « la protection actuelle contre les cas sévères de la maladie, les hospitalisations et les décès pourrait diminuer dans les mois à venir, particulièrement pour les personnes à plus haut risque ou celles vaccinées durant la première phase de la campagne » de vaccination initiale, avertissent ces responsables, dont le conseiller de la Maison Blanche sur la pandémie, Anthony Fauci.

Cette campagne de rappel reste toutefois suspendue à l’autorisation d’une dose supplémentaire de ces deux vaccins par l’Agence américaine des médicaments (FDA), précisent-ils.

Personnes âgées d’abord

Les premières personnes à pouvoir bénéficier de cette dose additionnelle seront les « pensionnaires de maisons de retraite », « d’autres personnes âgées » et de « nombreux professionnels de santé », qui ont été les premières catégories de population à se faire vacciner aux Etats-Unis.

Les premières injections de vaccins avaient eu lieu en décembre 2020 aux Etats-Unis, les remèdes de Pfizer et de Moderna ayant été autorisés en urgence à seulement une semaine d’intervalle.

Une dose de rappel sera également « probablement nécessaire » pour les personnes ayant reçu une injection unique du vaccin de Johnson & Johnson, estiment les responsables sanitaires. Mais les vaccinations avec ce sérum n’ont commencé aux Etats-Unis « qu’en mars 2021 », et des données les concernant sont attendues « dans les prochaines semaines ». Les personnes vaccinées avec Johnson & Johnson sont minoritaires aux Etats-Unis (près de 14 millions).

Après le feu vert de l’agence des médicaments, les autorités sanitaires devront elles aussi valider la décision, et publier leurs recommandations à destination des professionnels chargés d’administrer cette troisième dose.

L’alliance Pfizer/BioNTech a annoncé lundi avoir soumis de premières données à la FDA montrant les bienfaits d’une troisième dose pour la protection immunitaire. Et des résultats plus complets lui seront soumis « rapidement », ont précisé les entreprises.

Moderna est également en train de tester lors d’essais cliniques plusieurs versions d’une dose de rappel, avec de premiers résultats positifs.

Les Etats-Unis avaient initialement commandé 300 millions de doses des vaccins de Pfizer et Moderna, mais ils ont récemment acheté 200 millions de doses supplémentaires à chacun — assez pour mener cette campagne de rappel.

Près de 60% de la population américaine, soit plus de 198 millions de personnes, a déjà reçu au moins une dose de vaccins.

Inégalités vaccinales

Les Etats-Unis avaient déjà autorisé la semaine dernière une dose supplémentaire de vaccin à ARN messager (Pfizer ou Moderna) pour certaines personnes immunodéprimées.

Plusieurs pays ont déjà commencé des campagnes de rappel à destination de certaines parties de leur population, dont Israël qui a récemment abaissé à 50 ans l’âge minimum pour se faire administrer une troisième dose.

Et ce malgré les appels de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) à repousser les opérations de rappel pour tenter de remédier aux inégalités vaccinales béantes entre pays riches et pays pauvres.

Les Etats-Unis avaient rejeté cet appel, estimant qu’ils n’avaient « pas besoin » de choisir entre administrer des vaccins à leurs citoyens ou en faire don à des pays pauvres.

« Nous allons également continuer à étendre nos efforts pour augmenter l’approvisionnement de vaccins pour les autres pays », ont assuré mercredi les autorités sanitaires américaines, « en allant plus loin que les 600 millions de doses que nous nous sommes déjà engagés à donner ».

Europe

La Russie occupe toujours 18 % du territoire ukrainien

Article

le

La Russie occupe toujours 18 % du territoire ukrainien

En janvier, les Russes ont très légèrement avancé en prenant le contrôle de 278 km2, selon les calculs d’un cartographe français

Au 31 janvier 2023, la Russie occupait toujours 18 % du territoire de l’Ukraine. Ce chiffre est le fruit du travail d’un cartographe français. Les 18,08 % (exactement) du territoire ukrainien représentent 109 105 km2, soit l’équivalent d’une vingtaine de départements français. Au cours du mois de janvier et au prix de pertes colossales, les forces russes sont parvenues à prendre 278 km2 à l’armée ukrainienne. Cette superficie équivaut à un carré de 16 kilomètres de côté, alors que le front entre les deux armées s’étend sur plus de 1 000 kilomètres.

A la veille de l’invasion, le 24 février 2022, et depuis 2014, la Russie contrôlait directement (la Crimée) ou indirectement (une partie du Donbass) 7,15 % du territoire de son voisin. Au maximum de l’offensive russe, fin mars, l’Ukraine avait perdu un quart (25,11 %) de son sol. Puis, après l’échec de l’opération sur Kiev, ce chiffre s’est stabilisé autour de 20-21%, avant de passer à l’automne sous la barre de 18 %, grâce au succès de la double offensive ukrainienne, d’abord vers Kharkhiv, puis vers Kherson. Depuis novembre, la Russie regrignote un peu de terrain, surtout dans le secteur très disputé de Bakhmut.

Dans le détail, la Russie ne contrôle totalement qu’une seule région, la Crimée, et la quasi-totalité d’une autre, l’oblast de Louhansk (97,78 %). Trois sont partiellement occupées : Zaporijjia (72,94 %), Kherson (72,02 %) et Donetsk (56,65 %). Ces quatre derniers oblasts font, sur le papier, partie de la Fédération de Russie depuis leur annexion illégale en septembre. Enfin, les forces russes n’occupent plus qu’une infime partie (1,88 %) de l’oblast de Kharkiv (nord) et 0,56 % de celui de Mykolaïv (sud).

L’objectif de Kiev est de reprendre la totalité de son territoire (603 554 km2), plus vaste que la France : on mesure l’ampleur de la tâche.

Lire Plus

Europe

Guerre en Ukraine : Biden dit « non » à l’envoi d’avions de combat

Article

le

Guerre en Ukraine : Biden dit « non » à l’envoi d’avions de combat

Berlin a déjà rejeté catégoriquement cette idée, tandis que le président français Emmanuel Macron a estimé prudemment que « par définition, rien (n’était) exclu ».

Joe Biden a opposé ce lundi 30 janvier un refus catégorique à l’idée d’envoyer à l’Ukraine des avions de combat américains de type F-16. « Non », a dit le président américain lorsqu’un journaliste l’a interrogé à la Maison Blanche sur la possibilité de fournir les appareils que réclament les dirigeants ukrainiens.

Les Occidentaux viennent de franchir un palier dans l’aide militaire apportée à l’Ukraine, après que l’Allemagne et les États-Unis ont annoncé l’envoi de chars. Le président Volodymyr Zelensky réclame une assistance encore plus poussée, passant par la livraison de missiles à longue portée et d’avions de combat.

Berlin a déjà rejeté catégoriquement cette idée, tandis que le qu’Emmanuel Macron a estimé prudemment que « par définition, rien (n’était) exclu », tout en assurant que les Ukrainiens ne lui avaient pas fait à ce jour de demande en ce sens.

Une visite prochaine en Pologne

Alors qu’approche le 24 février, qui marquera un an depuis l’invasion de l’Ukraine, Joe Biden n’a pas voulu dire s’il se rendrait en Europe à cette occasion.

Mais il a assuré qu’il irait, sans préciser de date, en Pologne, un pays qui joue un rôle clé dans la réponse à l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

« Je vais aller en Pologne, mais je ne sais pas quand », a-t-il dit aux journalistes, en regagnant Washington après un court déplacement dans la ville de Baltimore (Maryland, est).

Lire Plus

Europe

Belgique : trois blessés, dont l’un grièvement, après une attaque au couteau à Bruxelles

Article

le

Belgique : trois blessés, dont l'un grièvement, après une attaque au couteau à Bruxelles

Le parquet fédéral a indiqué n’avoir pas été saisi « à ce stade », après une attaque au couteau ce lundi à la station de métro Schuman, à Bruxelles. Un homme de 30 ans a été arrêté par les forces de l’ordre.

Trois personnes ont été blessées dans une attaque au couteau lundi 30 janvier, en fin d’après-midi, dans le métro à Bruxelles, selon un nouveau bilan de la police belge. Le pronostic vital est engagé pour l’une des victimes.

Un homme de 30 ans a été arrêté par les forces de l’ordre. La piste terroriste n’est pas d’actualité.

Une station située près de la Commission européenne

L’attaque est survenue autour de 18 heures dans la station Schuman, située à quelques dizaines de mètres des sièges de la Commission européenne et du Conseil européen. « Mes pensées vont aux victimes (…) Merci à la police pour sa prompte intervention », a indiqué la ministre de l’Intérieur belge, Annelies Verlinden.

Le trafic restait interrompu en début de soirée sur une partie des deux lignes de métro passant par la station Schuman, la police poursuivant son enquête sur place, selon l’opérateur des transports bruxellois (Stib).

Lire Plus

Les + Lus