Nous rejoindre sur les réseaux

Économie

Les Bourses mondiales sourient à l’hypothèse Biden à la Maison Blanche

Article

le

les-bourses-mondiales-sourient-a-l’hypothese-biden-a-la-maison-blanche

Les Bourses mondiales montaient jeudi au moment où le démocrate Joe Biden se rapprochait de la Maison Blanche, même si le scrutin extrêmement serré face à Donald Trump n’était pas encore définitivement scellé.

L’Europe se réveillait de bonne humeur: Paris gagnait 1,08%, Francfort 1,26%, Londres 0,37% et Milan 1,47% peu après l’ouverture, vers 9H25 (8H25 GMT).

Peu auparavant, les Bourses asiatiques ont nettement progressé à la clôture.

A Tokyo, l’indice vedette Nikkei a pris 1,73% marquant un plus haut annuel et son premier retour au-delà du cap symbolique des 24.000 points depuis janvier. L’indice élargi Topix a gagné 1,39%.

En Chine, l’indice composite de Shanghai a pris 1,30% et celui de Shenzhen 1,67%, tandis qu’à Hong Kong, l’indice Hang Seng a bondi de 3,25%.

Le pétrole reculait pour sa part: le baril new-yorkais de WTI pour livraison en décembre perdait 0,84% à 38,82 dollars et le baril londonien de Brent pour livraison en janvier 0,75% à 40,92 dollars.

Les investisseurs s’accommodaient de la perspective d’un pouvoir fragmenté aux Etats-Unis ces prochaines années, entre une Chambre des représentants à majorité démocrate et un Sénat sous contrôle des républicains, avec donc, potentiellement, un chef de l’Etat démocrate.

Une telle situation « va rendre difficile de modifier en profondeur la taxation des entreprises et la réglementation dans les nouvelles technologies », comme souhaitent le faire les démocrates, a commenté Juichi Wako, stratégiste chez Nomura Securities.

C’est notamment ce qui a permis au secteur technologique américain d’enregistrer des gains impressionnants mercredi, notamment Alphabet et Facebook. Jeudi, les contrats à terme sur les indices boursiers américains affichaient encore une nette hausse, portés par l’indice Nasdaq.

– Arizona, Wisconsin, Michigan –

Les jeux ne sont pas faits encore. Mais avec l’Arizona, le Wisconsin et le Michigan désormais en poche, Joe Biden était jeudi matin, à l’heure européenne, aux portes de la Maison Blanche.

S’il décrochait encore une victoire dans le Nevada, en Géorgie ou en Pennsylvanie, il atteindrait le nombre minimum des 270 grands électeurs nécessaires pour être élu président des Etats-Unis.

Donald Trump, qui avait prématurément revendiqué sa victoire, a toutefois commencé à déposer des recours juridiques, exigeant notamment un recompte des voix dans le Wisconsin et demandant la suspension du dépouillement en Pennsylvanie. Il a aussi menacé confusément mercredi d’aller jusqu’à la Cour suprême.

Les investisseurs misaient également sur l’instauration rapide d’un stimulus budgétaire d’envergure aux Etats-Unis, complètement empêché par les batailles politiciennes de la campagne présidentielle dans un pays pourtant très durement frappé par la pandémie de Covid-19.

« Peu importe qui gagne », estime l’analyste d’Axi Milan Cutkovic, car « les deux partis sont forcés de réagir rapidement à la pression qui monte sur l’économie américaine » en mettant un programme d’aide en place.

Nouvelle administration

Toutefois, s’inquiète Gilles Moec, chef économiste d’Axa, « à ce stade il sera extrêmement difficile de compter sur un stimulus avant la mise en place d’une nouvelle administration », en janvier donc.

« Et même si on peut imaginer que l’on trouvera un compromis sur un stimulus minimal, je doute qu’il soit à la hauteur de ce qui était attendu », ajoute-t-il.

Le temps presse pourtant. Un record de près de 100.000 contaminations par le coronavirus en 24 heures a été enregistré aux Etats-Unis, ce qui ravive les incertitudes sur la reprise de la première économie mondiale.

Du côté des devises, le dollar faiblissait légèrement face au yen, à mesure que diminuaient les incertitudes sur l’issue de l’élection américaine. Un dollar s’échangeait pour 104,30 yens contre 104,52 yens jeudi vers 8H30 GMT. L’euro montait face à la monnaie américaine à 1,1752 dollar, contre 1,1726 dollar la veille.

Les valeurs technologique tenaient une fois de plus la dragée haute dans le contexte d’incertitude: le géant japonais des investissements dans les nouvelles technologies SoftBank Group, très sensible à la forme du Nasdaq, a clôturé en forte hausse de 5,12% à 6.870 yens à Tokyo, tandis que Nintendo a pris 2,17% à 57.910 yens.

En Chine, Alibaba, proche de Ant Group, a ainsi regagné 6,28% à la Bourse de Hong Kong à la clôture, et Tencent 6,2%.

Côté européen, Infineon bondissait de 4,2% en Allemagne, en tête du Dax, tandis que Worldline en France prenait 2,80%.

Click to comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Économie

L’OCDE prévoit une croissance stable des économies mondiales pour 2024 et 2025

Article

le

L'OCDE prévoit une croissance stable des économies mondiales pour 2024 et 2025

La France devrait connaître une croissance de 0,7 % cette année, mais pourrait être à la traîne par rapport à la zone euro avec une croissance de 1,3 % en 2025.

L’OCDE a publié ses dernières perspectives économiques, offrant un aperçu encourageant mais nuancé de la croissance mondiale pour les années 2024 et 2025. Selon le rapport, la France devrait enregistrer une croissance de 0,7 % en 2024, mais pourrait être à la traîne par rapport à la zone euro avec une croissance de 1,3 % en 2025.

L’organisation a noté que malgré des signes d’amélioration des perspectives mondiales, la croissance reste modeste. L’impact du resserrement de la politique monétaire continue de se faire sentir, notamment sur les marchés du logement et du crédit, bien que l’activité économique mondiale reste relativement résiliente. De plus, l’inflation a diminué plus rapidement que prévu, et la confiance dans le secteur privé est en hausse.

Les déséquilibres entre l’offre et la demande sur les marchés du travail s’atténuent progressivement, avec des niveaux de chômage historiquement bas ou proches de ces niveaux dans de nombreux pays. Cependant, les évolutions économiques varient d’un pays à l’autre, avec une forte croissance aux États-Unis et dans de nombreuses économies émergentes, tandis que plusieurs économies avancées, en particulier en Europe, affichent des résultats moins bons.

Dans la zone euro, la croissance devrait être modeste, avec une projection de 0,7 % en 2024 et de 1,5 % en 2025. La France, l’Italie et l’Allemagne connaissent des perspectives de croissance similaires, bien que l’Allemagne puisse voir une légère amélioration l’année prochaine.

En dehors de l’Europe, l’Inde et l’Indonésie connaissent une croissance régulière, tandis que la Chine fait face à des défis persistants liés à une économie incertaine et à une demande en baisse.

Le rapport souligne également l’importance des mesures politiques pour garantir la stabilité macroéconomique et stimuler la croissance à moyen terme. La politique monétaire doit rester prudente, la politique budgétaire doit faire face aux pressions croissantes sur la soutenabilité de la dette, et des réformes politiques sont nécessaires pour stimuler l’innovation, les investissements et les opportunités sur le marché du travail.

L’OCDE prévoit une croissance mondiale stable pour les années à venir, bien que la croissance devrait rester inférieure à sa moyenne à long terme. Des politiques économiques appropriées sont nécessaires pour soutenir cette croissance et relever les défis économiques persistants à l’échelle mondiale.

Lire Plus

Économie

France : le gouvernement échappe à la sanction de Fitch et Moody’s

Article

le

France : le gouvernement échappe à la sanction de Fitch et Moody's

Malgré les inquiétudes concernant les finances publiques, Fitch et Moody’s laissent inchangées les notes de crédit de la France, reflétant une perspective stable mais soulignant la nécessité de réformes budgétaires.

Les agences de notation Fitch et Moody’s ont maintenu les notes de crédit de la France, malgré les préoccupations croissantes concernant ses finances publiques. Fitch a confirmé la note « AA- » avec une perspective stable, tandis que Moody’s n’a pas modifié sa note de « Aa2 » avec une perspective également stable.

Cette décision survient après que le déficit public de la France ait dépassé les prévisions en 2023, atteignant 5,5% du PIB, et que la dette publique représente 110,6% du PIB, plaçant la France derrière la Grèce et l’Italie en termes de ratio dette/PIB.

Le ministre des Finances, Bruno Le Maire, a réagi en soulignant l’importance de redoubler d’efforts pour rétablir les finances publiques, conformément à l’objectif de ramener le déficit sous les 3% du PIB d’ici 2027. Cependant, ni Fitch ni Moody’s ne semblent convaincus par cet objectif, exprimant des doutes quant à sa réalisation.

Moody’s a déclaré que la perspective pourrait s’améliorer si des mesures significatives étaient prises pour réduire la dette, mais elle a également averti que la perspective et la note pourraient se détériorer si la situation de la dette s’aggravait. Fitch a souligné que la notation de la France est soutenue par une économie diversifiée et des institutions fortes, mais affaiblie par le niveau élevé de la dette publique.

Le maintien des notes par les agences est perçu comme un signal positif par certains, validant la politique de réduction du déficit du gouvernement. Cependant, d’autres estiment que cela ne change rien à la nécessité de poursuivre les réformes budgétaires.

La France attend maintenant la décision de l’agence S&P, prévue pour le 31 mai, ce qui sera un autre test crucial de la confiance des marchés dans l’économie française.

Lire Plus

Économie

Prix de l’électricité : la France 4e pays le plus cher du monde, selon une étude

Article

le

Prix de l’électricité : la France 4e grand pays le plus cher, selon une étude

Une analyse internationale place la France au quatrième rang des pays où le coût de l’électricité pèse lourd sur les ménages, en grande partie à cause des taxes.

Une récente étude menée dans 147 pays révèle que la France se classe au quatrième rang des pays où l’électricité est la plus chère. Avec un coût moyen de 28,3 centimes le kilowattheure pour les ménages français au premier trimestre 2024, la France se situe derrière l’Italie, les Bermudes et le Japon en termes de tarification de l’électricité.

Les données recueillies par Verivox, en collaboration avec GlobalPetrolPrices, indiquent que les ménages français dépensent près de deux fois plus que ceux des pays comparables tels que le Canada ou les États-Unis pour leur facture d’électricité. Cette situation s’explique principalement par le poids des taxes, qui représentent une part significative du coût total de l’électricité en France et en Allemagne.

Comparativement, des pays comme les États-Unis et le Japon affichent des tarifs inférieurs à 20 centimes le kilowattheure, tandis que la facture en Italie atteint les 41 centimes. À l’autre extrémité du spectre, la Chine, leader mondial de la production d’électricité, propose des tarifs aussi bas que 7 centimes.

L’étude révèle également que, en tenant compte du pouvoir d’achat national, la France se classe au 35e rang des pays où l’électricité est la plus chère. Toutefois, cette situation soulève des préoccupations quant à l’impact financier sur les ménages français, où le poids de l’électricité dans le budget familial reste considérable.

Lire Plus

Les + Lus