Nous rejoindre sur les réseaux

Société

L’enquête sur l’attentat de la rue des Rosiers relancée, 38 ans après

Article

le

l’enquete-sur-l’attentat-de-la-rue-des-rosiers-relancee,-38-ans-apres

Près de quatre décennies après l’attentat de la rue des Rosiers visant la communauté juive à Paris, l’enquête judiciaire a été spectaculairement relancée cette semaine avec l’arrestation en Norvège d’un des tireurs présumés, dont la France espère l’extradition.

« Dingue! » A chaud, l’un des avocats de l’affaire n’a pas masqué sa surprise à l’annonce de l’arrestation à son domicile de Skien, dans le sud de la Norvège, de Walid Abdulrahman Abou Zayed.

Grisonnant, pantalon à carreaux et maillot gris, Abou Zayed, 61 ans, a comparu jeudi devant la justice norvégienne et été placé en détention provisoire. Il a fait appel de la décision, rejetant les faits qui lui sont reprochés.

« Je n’accepte pas une extradition car je ne fais pas confiance au gouvernement français », a-t-il déclaré devant le tribunal d’Oslo, se disant « innocent ».

La justice française suspecte cet homme d’origine palestinienne établi en Norvège depuis 1991 et norvégien depuis 1997 d’être « l’un des tireurs de l’attentat » dans le « Pletzl », le quartier juif situé en plein cœur de Paris.

Le 9 août 1982, un commando de trois à cinq hommes, selon les témoins, lance une grenade dans le restaurant Jo Goldenberg, puis ouvre le feu dans l’établissement et sur des passants. Le bilan est très lourd: 6 morts et 22 blessés.

Au vu du mode opératoire et des renseignements dont disposait la France, l’opération a rapidement été attribuée au Fatah-Conseil révolutionnaire (Fatah-CR) d’Abou Nidal, un groupe palestinien dissident de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP).

Après des années d’enquête mais aussi d’impasses menant au groupe Action directe ou à l’IRA, le médiatique juge d’instruction Marc Trévidic, en charge du dossier à l’époque, a émis en 2015 quatre mandats d’arrêt internationaux visant Abou Zayed, deux personnes localisées en Jordanie et une autre en Cisjordanie.

Tous sont suspectés par la justice française d’avoir été impliqués dans la préparation de l’attaque ou de l’avoir perpétrée.

La Jordanie a refusé à plusieurs reprises d’extrader les deux suspects présents sur son territoire, dont le cerveau présumé de l’attentat.

De son côté, la Norvège a d’abord refusé de donner suite à la demande de Paris car elle n’extradait pas à l’époque ses ressortissants. Mais l’entrée en vigueur en 2019 d’un accord judiciaire entre Oslo, l’Union européenne et l’Islande lui en offre désormais la possibilité.

Accord secret

Une décision sur l’extradition d’Abou Zayed doit en principe intervenir 45 jours au plus tard après une arrestation. La justice norvégienne devrait examiner cette question lors d’une future audience.

L’enjeu de cette éventuelle extradition est simple: confirmer les soupçons visant cet homme et « permettre la tenue d’un procès », attendu de très longue date par les familles des victimes, explique un avocat à l’AFP.

« Le combat ininterrompu des juges antiterroristes, des victimes et de l’Association française des victimes (AFVT) du terrorisme porte ses fruits », a salué sur Twitter le directeur général de l’association, Guillaume Denoix de Saint Marc.

Des sources françaises proches du dossier soulignent que cette arrestation a été permise par la récente actualisation du mandat d’arrêt et le travail « opiniâtre » des enquêteurs.

« Une grande nouvelle » comme l’a déclaré au Parisien Jacqueline Niégo, qui a perdu son frère André dans l’attaque.

En début de semaine, le quotidien révélait un autre élément du dossier, d’ordre politique: des archives vieilles de plus de trente-cinq ans, provenant du ministère de l’Intérieur et de la Défense, accréditent l’idée d’un accord secret passé en 1984 entre les renseignements français et le groupe Abou Nidal.

En échange de la « promesse » d’une libération, effective en février 1986, de deux prisonniers condamnés pour assassinat, le groupe s’engageait à « considérer (la France) comme un sanctuaire », indique l’un de ces documents datant d’octobre 1985.

Ces dernières années, Yves Bonnet, patron de la Direction de la surveillance du territoire (DST) entre novembre 1982 et 1985, avait indiqué à plusieurs reprises, y compris devant les magistrats-enquêteurs, que cet accord prévoyait en outre la « possibilité offerte aux membres de l’organisation (Abou Nidal) de venir en France, sans risque » judiciaire.

Les éléments dont l’AFP eu connaissance dans les archives récemment versées au dossier ne font pas état de cette promesse-là

Click to comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

France

Retraites : 50 % de grévistes dans les écoles primaires, mardi

Article

le

Retraites : 50 % de grévistes dans les écoles primaires, mardi

La moitié des enseignants du premier degré (maternelle et élémentaire) devrait faire grève mardi 31 janvier, deuxième journée de mobilisation contre la réforme des retraites.

Le Snuipp-FSU, premier syndicat du primaire, a prévu ce lundi 30 janvier que la moitié des enseignants du premier degré seraient grévistes dans le cadre de la deuxième journée de mobilisation nationale contre la réforme des retraites, mardi 31 janvier.

« Il n’y a pas d’étonnement, on savait que nous n’irions pas jusqu’à 70 % comme lors de la première mobilisation [le 19 janvier, ndlr]. Mais 50 % reste un très bon chiffre qui montre qui le mouvement de contestation contre la réforme des retraites s’installe dans les écoles », a expliqué à l’AFP Guislaine David, secrétaire générale du Snuipp-FSU.

Lire Plus

Coronavirus

La pandémie est toujours une urgence internationale selon l’OMS

Article

le

La pandémie est toujours une urgence internationale selon l'OMS

Ce niveau d’alerte est maintenu, trois ans jour pour jour après que l’OMS ait déclaré la maladie en tant qu’urgence de santé publique de portée internationale

L’Organisation mondiale de la santé a décidé de maintenir son niveau d’alerte maximal sur la pandémie de Covid-19, trois ans jour pour jour après avoir déclaré la maladie en tant qu’urgence de santé publique de portée internationale.

Le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a suivi les recommandations du Comité d’urgence sur le Covid-19, des experts qui se réunissaient pour la 14ème fois vendredi, selon un communiqué. Le docteur Tedros avait déjà fait savoir qu’il jugeait prématurée la levée du niveau d’alerte le plus élevé.

Selon le tableau de bord de l’OMS, la maladie avait officiellement fait 6.804.491 morts au 27 janvier, mais l’OMS comme les experts s’accordent à dire que le nombre de morts est beaucoup plus élevé. L’OMS comptait 752.517.552 personnes infectées, là aussi un nombre très inférieur à la réalité, d’autant qu’avec la chute des tests, les nouveaux cas sont loin d’être toujours enregistrés.

Lire Plus

France

Grèves: trafic «fortement perturbé» mardi sur les TGV, très peu de Transilien et TER

Article

le

Grèves: trafic «fortement perturbé» mardi sur les TGV, très peu de Transilien et TER

La circulation des trains sera « très fortement perturbée » mardi, pour la deuxième journée de mobilisation contre la réforme des retraites, en particulier pour les trains régionaux TER et Transilien, et sera « fortement perturbée » pour les TGV, a annoncé la SNCF.

La grève de mardi, deuxième journée de mobilisation contre la réforme des retraites, sera encore très suivie dans les transports ferroviaires, avec très peu de trains régionaux TER et Transilien et une circulation des TGV « fortement perturbée », a annoncé dimanche la SNCF.

Sur les TGV, la SNCF s’attend à voir circuler un train sur trois en moyenne : deux TGV sur cinq sur l’axe Nord, un sur deux dans l’Est comme dans le Sud-Est, un sur quatre sur l’arc Atlantique et deux sur cinq pour ses Ouigo. Sur les lignes province à province, seul un train sur trois circulera.

Le trafic des trains régionaux sera encore plus affecté avec deux TER sur 10 en moyenne. Un plan de transport sera communiqué ultérieurement par la SNCF dans chacune des régions.

En Ile-de-France, la SNCF prévoit un train sur trois sur les lignes de RER A, B, et les Transiliens H et U ; un train sur quatre sur la ligne de Transilien K ; et un train sur 10 pour les lignes de RER C et D (en partie fermées), le RER E, et les Transiliens J, L, N, P et R, selon un communiqué. Les lignes 4, 11 et 13 du tramway fonctionneront normalement.

Le trafic des Intercités sera également « très fortement perturbé » : aucun train ne circulera à l’exception d’un aller-retour sur les liaisons Paris-Clermont-Ferrand, Paris-Limoges-Toulouse et Bordeaux-Marseille. Les trains de nuit seront eux totalement interrompus les nuits de lundi à mardi et de mardi à mercredi.

Côté international, les trains connaîtront des sorts divers : la circulation des Eurostar et Thalys fonctionnera quasi normalement mais le trafic des TGV sera « fortement perturbé » entre la France et la Suisse (Lyria).

« Les prévisions sont globalement similaires » à celles de jeudi dernier, qui marquait la première journée de mobilisation, a indiqué la SNCF à l’AFP.

Dans son communiqué, SNCF voyageurs recommande aux voyageurs qui le peuvent « d’annuler ou reporter leurs déplacements » et de « privilégier le télétravail ».

Les usagers sont invités à « vérifier la circulation des trains » lundi dès 17H sur les sites et applications de la SNCF.

Lire Plus

Les + Lus