Nous rejoindre sur les réseaux

Monde

Le magnat pro-démocratie hongkongais Jimmy Lai au tribunal

Article

le

le-magnat-pro-democratie-hongkongais-jimmy-lai-au-tribunal

Le magnat des médias hongkongais Jimmy Lai, critique envers Pékin, a comparu samedi matin devant un tribunal, pour répondre d’une inculpation pour « collusion avec des puissances étrangères », qui lui fait encourir la prison à vie.

Agé de 73 ans, Jimmy Lai est la personnalité hongkongaise la plus connue visée par la loi sur la sécurité nationale, imposée fin juin par Pékin, et destinée à mettre fin aux manifestations pro-démocratie monstres qui ont secoué le territoire semi-autonome l’an passé.

Il est accusé de collusion avec des pays étrangers, en ayant appelé des gouvernements à sanctionner Hong Kong et la Chine en réponse à la répression du mouvement pro-démocratie dans la ville.

Le nouveau département de la sécurité nationale de la police l’a ainsi accusé vendredi de « collusion avec un pays étranger ou avec des éléments extérieurs dans le but de mettre en danger la sécurité nationale ».

Or cette infraction lui fait encourir une peine pouvant aller jusqu’à la prison à perpétuité.

Le procureur a assuré au tribunal que l’infraction commise par M. Lai était d’avoir demandé, du 1er juillet au 1er décembre, qu’un pays étranger, une institution, une organisation ou un individu en dehors de la Chine continentale, de Hong Kong et de Macao « impose des sanctions ou un blocus, ou se livre à d’autres activités hostiles » contre Hong Kong et la Chine.

Vêtu d’un costume, apparemment calme, M. Lai a déclaré qu’il admettait les accusations.

L’un des six magistrats triés sur le volet par le dirigeant pro-Pékin de la ville, Carrie Lam, pour s’occuper des affaires de sécurité nationale, a déclaré que l’accusation avait besoin de temps pour enquêter sur plus d’un millier de messages issus des comptes Twitter de M. Lai, des interviews qu’il a données et des visites à l’étranger.

Après l’audience, les partisans de M. Lai ont crié des mots d’encouragement au magnat, déjà incarcéré pour des accusations de « fraude ».

M. Lai est le patron du tabloïd Apple Daily, connu pour son engagement dans le camp pro-démocratie et ses critiques acerbes de l’exécutif hongkongais, aligné sur Pékin.

Le gouvernement britannique s’est dit « très préoccupé » vendredi après son inculpation.

La semaine dernière, trois célèbres militants pro-démocratie Joshua Wong, Agnes Chow et Ivan Lam avaient été condamnés à de la prison ferme.

Vendredi, un militant de 19 ans a été reconnu coupable d’outrage au drapeau chinois et de rassemblement illégal en mais 2019 devant le Parlement local.

Click to comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Europe

Guerre en Ukraine : Biden dit « non » à l’envoi d’avions de combat

Article

le

Guerre en Ukraine : Biden dit « non » à l’envoi d’avions de combat

Berlin a déjà rejeté catégoriquement cette idée, tandis que le président français Emmanuel Macron a estimé prudemment que « par définition, rien (n’était) exclu ».

Joe Biden a opposé ce lundi 30 janvier un refus catégorique à l’idée d’envoyer à l’Ukraine des avions de combat américains de type F-16. « Non », a dit le président américain lorsqu’un journaliste l’a interrogé à la Maison Blanche sur la possibilité de fournir les appareils que réclament les dirigeants ukrainiens.

Les Occidentaux viennent de franchir un palier dans l’aide militaire apportée à l’Ukraine, après que l’Allemagne et les États-Unis ont annoncé l’envoi de chars. Le président Volodymyr Zelensky réclame une assistance encore plus poussée, passant par la livraison de missiles à longue portée et d’avions de combat.

Berlin a déjà rejeté catégoriquement cette idée, tandis que le qu’Emmanuel Macron a estimé prudemment que « par définition, rien (n’était) exclu », tout en assurant que les Ukrainiens ne lui avaient pas fait à ce jour de demande en ce sens.

Une visite prochaine en Pologne

Alors qu’approche le 24 février, qui marquera un an depuis l’invasion de l’Ukraine, Joe Biden n’a pas voulu dire s’il se rendrait en Europe à cette occasion.

Mais il a assuré qu’il irait, sans préciser de date, en Pologne, un pays qui joue un rôle clé dans la réponse à l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

« Je vais aller en Pologne, mais je ne sais pas quand », a-t-il dit aux journalistes, en regagnant Washington après un court déplacement dans la ville de Baltimore (Maryland, est).

Lire Plus

Europe

Belgique : trois blessés, dont l’un grièvement, après une attaque au couteau à Bruxelles

Article

le

Belgique : trois blessés, dont l'un grièvement, après une attaque au couteau à Bruxelles

Le parquet fédéral a indiqué n’avoir pas été saisi « à ce stade », après une attaque au couteau ce lundi à la station de métro Schuman, à Bruxelles. Un homme de 30 ans a été arrêté par les forces de l’ordre.

Trois personnes ont été blessées dans une attaque au couteau lundi 30 janvier, en fin d’après-midi, dans le métro à Bruxelles, selon un nouveau bilan de la police belge. Le pronostic vital est engagé pour l’une des victimes.

Un homme de 30 ans a été arrêté par les forces de l’ordre. La piste terroriste n’est pas d’actualité.

Une station située près de la Commission européenne

L’attaque est survenue autour de 18 heures dans la station Schuman, située à quelques dizaines de mètres des sièges de la Commission européenne et du Conseil européen. « Mes pensées vont aux victimes (…) Merci à la police pour sa prompte intervention », a indiqué la ministre de l’Intérieur belge, Annelies Verlinden.

Le trafic restait interrompu en début de soirée sur une partie des deux lignes de métro passant par la station Schuman, la police poursuivant son enquête sur place, selon l’opérateur des transports bruxellois (Stib).

Lire Plus

Monde

Double attaque à Jérusalem : Macron appelle à ne pas « alimenter l’engrenage de la violence »

Article

le

Double attaque à Jérusalem : Macron appelle à ne pas « alimenter l’engrenage de la violence »

Ces attentats ont fait suite à un raid militaire israélien meurtrier en Cisjordanie occupée, suivi de tirs de roquettes de Gaza vers Israël et de frappes aériennes israéliennes de représailles.

Le président français Emmanuel Macron a exhorté ce dimanche 29 janvier Israéliens et Palestiniens à ne pas « alimenter l’engrenage de la violence » après les attentats perpétrés à Jérusalem-Est et la mort d’un Palestinien, tué par des gardes israéliens.

Lors d’un entretien téléphonique avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu, « le président de la République a rappelé la nécessité pour tous d’éviter des mesures susceptibles d’alimenter l’engrenage de la violence », a indiqué l’Élysée dans un communiqué.

« Il a, une nouvelle fois, exprimé sa disponibilité à contribuer à la reprise du dialogue entre les Palestiniens et les Israéliens », a souligné la présidence française.

Un « attentat abject »

Le chef de l’État a présenté ses condoléances au peuple israélien pour « les victimes de l’attaque terroriste » dans laquelle sept personnes ont trouvé la mort vendredi près d’une synagogue à Jérusalem-est.

Il a une nouvelle fois condamné cet « attentat abject », « fait part de la solidarité pleine et entière de la France avec Israël dans sa lutte contre le terrorisme » et répété « l’attachement indéfectible de la France à la sécurité » de ce pays.

Samedi, un Palestinien de 13 ans a également blessé par balles deux Israéliens à Silwan, à deux pas des remparts de la Vieille Ville.

Une attaque en réponse à un raid israélien meurtrier

Benjamin Netanyahu a promis une réponse « forte » et « solide » au « terrorisme » après les deux attaques. Dimanche, des gardes israéliens ont aussi tué un Palestinien en Cisjordanie.

Les attentats perpétrés à Jérusalem-Est ont fait suite à un raid militaire israélien meurtrier jeudi en Cisjordanie occupée, suivi de tirs de roquettes de Gaza vers Israël et de frappes aériennes israéliennes de représailles.

Lire Plus

Les + Lus