Nous rejoindre sur les réseaux

Europe

L’Autriche reconnaît des défaillances dans le suivi de l’assaillant

Article

le

l’autriche-reconnait-des-defaillances-dans-le-suivi-de-l’assaillant

Failles du service de renseignement et un programme de déradicalisation qui a échoué à repérer la dangerosité de l’assaillant: le gouvernement autrichien a admis des erreurs mercredi, deux jours après l’attentat islamiste meurtrier qui a endeuillé Vienne.

Kujtim Fejzulai, le jeune homme de vingt ans qui a ouvert le feu lundi soir en plein centre ville, tuant 4 personnes et faisant plusieurs blessés, avait apparemment commencé à fomenter son projet dès l’été.

Sympathisant du groupe jihadiste Etat islamique, qui a revendiqué l’attentat, il avait tenté de se procurer des munitions en Slovaquie. Les services secrets de ce pays voisin de l’Autriche avaient alors alerté leurs homologues à Vienne, a expliqué mercredi le ministre de l’Intérieur Karl Nehammer.

« Il y a manifestement eu par la suite un problème au niveau de la communication », a-t-il déploré, visiblement ébranlé.

Et d’accuser son prédécesseur d’extrême droite, Herbert Kickl, « d’avoir causé des dommages durables, pour ne pas dire détruit » le BVT (Bureau pour la protection de la Constitution et la lutte contre le terrorisme).

‘Ame perdue’

Autre question qui se pose: comment Kujtim Fejzulai, « soldat du califat », a-t-il pu échapper au suivi des autorités judiciaires, dont il était connu?

Car cet Autrichien, dont les parents sont originaires de Macédoine du Nord, avait été condamné à de la prison en avril 2019 pour avoir tenté de rejoindre les rangs des combattants jihadistes en Syrie mais il avait été relâché en décembre avant d’avoir fini sa peine.

Intégré dans un programme de « déradicalisation », Kujtim Fejzulai avait réussi à « tromper » les personnes chargés de son suivi, a regretté le ministre de l’Intérieur Karl Nehammer.

Ce n’était « certainement pas une bonne décision », a fustigé le chancelier conservateur Sebastian Kurz.

Ce « terrible drame aurait pu avoir lieu même si l’attaquant avait purgé la totalité de sa peine, jusqu’en juillet 2020 », a toutefois fait remarquer l’association DERAD chargée de ce programme. L’agresseur « n’a à aucun moment été présenté comme déradicalisé », a-t-elle souligné dans un communiqué, tout en disant ne pas posséder les moyens de surveillance dont est équipé le renseignement autrichien.

« Je le décrirais comme une âme perdue, qui cherchait sa place » dans la société, a réagi auprès de l’AFP son avocat Nikolaus Rast, qui l’avait défendu lors de son procès en avril 2019. « Personne ne l’aurait cru capable d’un tel acte ».

Complices?

Les enquêteurs, qui ont saisi « une grande quantité de matériel » au cours de perquisitions, cherchent par ailleurs à déterminer d’éventuelles complicités.

Ils interrogeaient toujours mercredi 14 personnes, « âgées entre 18 à 28 ans, issues de l’immigration et certaines n’étant pas des citoyens autrichiens » selon le ministre. D’après la police, « il est possible qu’elles aient apporté un soutien » à l’assaillant mais leur rôle exact reste encore flou.

Sur les lieux de l’attaque, quelques fleurs et bougies, toujours les cercles de craie sur le sol tracées par les enquêteurs, mais la vie avait repris son cours mercredi.

Les Viennois se pressaient dans les métros et tramway, les boutiques accueillaient de nouveau des clients et les enfants avaient repris le chemin de l’école. Seuls les restaurants restaient fermés pour cause de confinement face à la pandémie de Covid-19.

Les habitants avaient été priés la veille de rester chez eux par crainte qu’un second assaillant ne soit caché dans la capitale mais les autorités ont désormais écarté cette menace.

L’analyse des vidéos, transmises à la police par les nombreux témoins de l’attentat, « a conforté la théorie d’un auteur unique », a souligné le ministre de l’Intérieur.

Visite de Macron

Les policiers restaient toutefois en alerte dans une nation qui a subitement découvert qu’elle pouvait elle aussi être touchée par de graves attentats islamistes.

Dans une interview à la presse allemande, Sebastian Kurz a appelé l’Union européenne à mieux lutter contre l' »islam politique », une « idéologie » qui représente un « danger » pour le « modèle de vie européen ».

Dans cette optique, il a dit réfléchir à des « initiatives communes » avec le président français Emmanuel Macron, attendu lundi à Vienne pour une « courte visite ».

Pour les experts, ce n’était qu’une question de temps avant que l’Autriche, vivier de « toute une nébuleuse islamique » avec de nombreux candidats au jihad, ne soit prise pour cible à son tour.

Europe

Européennes : Débat tendu entre Gabriel Attal et Jordan Bardella à deux semaines des élections

Article

le

Européennes : Débat tendu entre Gabriel Attal et Jordan Bardella à deux semaines des élections

Le Premier ministre Gabriel Attal et le président du RN, Jordan Bardella, se sont affrontés lors d’un débat animé sur France 2, illustrant les profondes divergences politiques entre leurs camps respectifs.

Jeudi soir, le Premier ministre Gabriel Attal et le président du Rassemblement National (RN), Jordan Bardella, se sont affrontés lors d’un débat en prime time sur France 2. À deux semaines des élections européennes, ce face-à-face a été marqué par des échanges vifs et des divergences claires sur des sujets clés tels que l’Europe, l’immigration et l’environnement.

Pendant environ 1h20, les deux jeunes leaders politiques, Gabriel Attal, 35 ans, et Jordan Bardella, 28 ans, ont débattu avec passion. Le Premier ministre n’a pas manqué de critiquer les revirements du RN sur des questions fondamentales comme l’Europe et l’euro : « Je ne suis pas comme vous, moi, à changer d’avis sur tout. À ne pas assumer des déclarations passées, » a-t-il lancé à Bardella.

En réponse, Bardella a attaqué le bilan du gouvernement, en déclarant : « Qu’il y ait des questionnements sur le projet que nous portons pour le pays que nous voulons mettre en œuvre, c’est un fait. En revanche, il n’y a pas de doute sur le bilan qui est le vôtre. »

Le débat a révélé des lignes de fracture profondes sur des sujets tels que le marché unique, les droits de douane, les véhicules électriques, l’immigration et la défense. Un des échanges les plus tendus a concerné les liens du RN avec la Russie. Gabriel Attal a accusé le parti de Le Pen de compromettre l’Europe : « Votre parti, celui de Mme Le Pen et de Jean-Marie Le Pen, avait besoin d’argent. La Russie avait besoin d’un parti en Europe pour justement affaiblir l’Europe de l’intérieur, » a-t-il déclaré.

Jordan Bardella a répliqué en dénonçant des attaques « sous la ceinture » de la part du Premier ministre.

Sur le thème de l’immigration, Attal a critiqué la présentation du RN qui, selon lui, stigmatise les étrangers : « Avec la présentation que vous faites du sujet, on a le sentiment en vous écoutant que derrière chaque étranger, chaque immigré, il y a un délinquant et un terroriste en puissance. »

Bardella a rétorqué en affirmant que la criminalité est liée à une mauvaise gestion des flux migratoires.

Les positions opposées sur l’environnement ont également été mises en lumière, avec Bardella critiquant les « ambitions environnementales irréalistes » du gouvernement, notamment l’interdiction des véhicules thermiques en 2035. Attal a défendu cette mesure, soulignant la nécessité de réduire la dépendance au pétrole et de lutter contre la pollution.

Le débat, diffusé également sur les chaînes YouTube Hugodecrypte et « C quoi l’info ? » de France Télévisions, visait à capter une audience plus jeune.

La tenue de ce débat à deux a suscité des critiques de la part des autres partis politiques. Le premier secrétaire du PS Olivier Faure et le président des Républicains (LR) Eric Ciotti ont exprimé leur mécontentement auprès de l’Arcom, le régulateur de l’audiovisuel, demandant une égalité de traitement pour tous les partis.

Ce débat a illustré l’importance des prochaines élections européennes et les enjeux politiques majeurs qui en découlent, avec un RN en position de favori selon les sondages.

Lire Plus

Europe

Eurovision : Israël qualifié pour la finale, malgré la contestation

Article

le

Eurovision : Israël qualifié pour la finale, malgré la contestation

Le vote des spectateurs a permis à la chanteuse représentant Israël d’obtenir sa place pour la finale de l’Eurovision, rapporte Ouest-France vendredi 10 mai. Et ce, malgré de nombreuses protestations à cause de la guerre à Gaza.

Malgré les manifestations et les appels au boycott en raison de la situation à Gaza, Israël a réussi à se qualifier pour la phase finale de l’Eurovision. La chanteuse Eden Golan a remporté le soutien du public, interprétant son titre « Hurricane » sans encombre devant une foule de 9 000 spectateurs à Malmö, en Suède.

L’événement, marqué par la présence de quelque 12 000 manifestants, dont la militante écologiste Greta Thunberg, a souligné les tensions politiques entourant le concours cette année. Alors que la demi-finale a été suivie de près par une nouvelle manifestation contre la guerre à Gaza, le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou a salué la participation d’Eden Golan, la félicitant pour avoir « affronté avec succès une horrible vague d’antisémitisme ».

L’Union européenne de radiotélévision (UER), organisatrice de l’événement, a renforcé la sécurité à Malmö, compte tenu des menaces reçues par la chanteuse sur les réseaux sociaux. Malgré ces préoccupations sécuritaires, Eden Golan a assuré lors d’une conférence de presse que l’UER prenait toutes les mesures nécessaires pour garantir la sécurité de tous les participants et spectateurs.

L’Eurovision, souvent vanté comme un événement de tolérance et d’unité européennes, a cependant été ébranlé par des gestes politiques. L’année précédente, l’UER avait interdit au président ukrainien Volodymyr Zelensky de s’exprimer lors du concours. De plus, lors de la première demi-finale de cette édition, le chanteur suédois Eric Saade a porté un keffieh palestinien, un geste regretté par l’UER et la télévision publique suédoise SVT.

Malgré ces controverses, l’Eurovision reste l’un des événements les plus regardés en Europe, symbolisant la diversité culturelle et la tolérance, même si la politique parvient parfois à s’immiscer dans cet univers festif.

Lire Plus

Europe

Eurovision 2024 : Entre musique et politique, une édition sous haute tension

Article

le

Eurovision 2024 : Entre musique et politique, une édition sous haute tension

Les festivités musicales sont éclipsées par les tensions géopolitiques, avec la participation controversée d’Israël et des manifestations propalestiniennes.

La 68e édition de l’Eurovision promet d’être une fusion de musique, de glamour et de politique. Alors que les demi-finales se tiennent les 7 et 9 mai, la compétition est déjà en proie à des tensions géopolitiques, avec des manifestations et des appels à l’exclusion d’Israël, en pleine offensive à Gaza.

Organisée cette année à Malmö, en Suède, la compétition voit la participation de 37 pays, mais elle est également le théâtre de rassemblements propalestiniens. La sécurité a été renforcée dans la ville pour accueillir les quelque 100 000 visiteurs attendus.

L’une des chansons favorites cette année, défendue par Jerry Heil et Alyona alyona pour l’Ukraine, prend une dimension politique en abordant le thème de l’union face à l’invasion russe dans leur pays.

Toutefois, c’est la performance d’Eden Golan, représentante d’Israël, qui attire particulièrement l’attention. Malgré les appels à son exclusion, elle maintient sa prestation avec « Hurricane », bien que la chanson ait été modifiée pour répondre aux exigences des organisateurs. Elle-même défend l’unité à travers la musique, un thème repris par le slogan de l’événement, « United by Music » – « Unis par la musique », soulignant la diversité de Malmö.

Ainsi, entre les notes de musique et les slogans politiques, l’Eurovision 2024 s’annonce comme une célébration complexe, mêlant les valeurs universelles de la musique à des enjeux géopolitiques brûlants.

Lire Plus

Les + Lus