Nous rejoindre sur les réseaux

Société

Lancement d’un « Grenelle de l’Education » après l’hommage national à Samuel Paty

Article

le

lancement-d’un-« grenelle-de-l’education »-apres-l’hommage-national-a-samuel-paty

Au lendemain de l’hommage national au professeur assassiné et de la mise en examen de sept personnes par un juge antiterroriste, Jean-Michel Blanquer lance jeudi un « Grenelle de l’éducation » censé mettre davantage les professeurs « au centre de la société ».

Le sort tragique de Samuel Paty, 47 ans, a remis en lumière le difficile métier d’enseignant. Le professeur d’histoire-géographie a été décapité par un assaillant islamiste le 16 octobre près de son collège à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines), dix jours après avoir montré à ses élèves de 4e des caricatures de Mahomet lors de son cours sur la liberté d’expression

« Là, il faut vraiment que la société civile se ressaisisse, on a besoin d’un front uni sans démagogie, et il va devoir passer par nous, par l’Education nationale, par une meilleure considération, parce que nous sommes au front avec les jeunes », souligne Catherine Prévost-Meyniac, une enseignante d’éco-gestion venue d’Angers pour assister à l’hommage

Le Grenelle de l’éducation, devant déboucher dans trois mois sur une augmentation des salaires des enseignants ou encore sur des mesures de protection supplémentaires, était déjà prévu à l’agenda du ministère. Mais il a été revu depuis l’assassinat de Samuel Paty pour mettre davantage en avant « le professeur au centre de la société ».

Protection des enseignants

« Aujourd’hui, il y a un sujet de protection des professeurs mais aussi de reconnaissance des professeurs. Cette question existait avant et nous devons lui apporter une réponse, c’est pourquoi nous travaillons depuis plusieurs mois avec les organisations syndicales sur ce que nous appelons l’agenda social et ceci débouche (…) sur le Grenelle de l’éducation, qui commencera comme prévu demain », a annoncé mercredi Jean-Michel Blanquer lors de questions au gouvernement au Sénat.

Le Grenelle de l’éducation « repose sur des mots clés, celui de la reconnaissance financière, la coopération, c’est à dire le travail en équipe, la modernisation et la protection », a détaillé le ministre.

Au-delà de cette augmentation, « qui touchera notamment les plus jeunes, mais qui pourrait toucher aussi l’ensemble des professeurs, c’est la transformation de notre système, notamment pour des ressources humaines de proximité, autrement dit un système de l’éducation nationale beaucoup moins anonyme, beaucoup plus attaché à ce qui arrive à chaque professeur et à le suivre dans sa carrière, qui manifestera la reconnaissance du pays à tous les professeurs et au-delà de l’ensemble des mesures que nous prendrons », a ajouté M. Blanquer.

« Le sursaut national doit nous conduire à considérer que le professeur est central dans notre société et que chacun d’entre nous dans notre vie de parent d’élève, de citoyen, doit respecter les professeurs et avoir des discours qui mettent le professeur au centre de notre société », a-t-il affirmé.

Motif de satisfaction

Parmi les sept personnes mises en examen pour l’assassinat de Samuel Paty, –dont six pour « complicité d’assassinat terroriste »– figurent deux élèves de 14 et 15 ans du collège où il enseignait et un parent d’élève qui avait appelé sur internet à la mobilisation après les cours de M. Paty sur la liberté d’expression.

Avant le Grenelle de l’éducation, une rencontre aura lieu jeudi matin avec les syndicats enseignants pour évoquer la journée du 2 novembre, qui correspondra à la rentrée après les vacances de la Toussaint. Interrogé sur le contenu de cette journée, Jean-Michel Blanquer a d’ores et déjà demandé à « tous les élus de la République, les conseillers municipaux, les maires, les sénateurs, d’être présents auprès des professeurs le jour de cette rentrée ».

Le budget 2021 du ministère a été augmenté de 400 millions d’euros (500 millions en année pleine), afin d’augmenter les salaires des enseignants français, inférieur de 7% en début de carrière à la moyenne des pays de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

La hausse de budget doit financer différentes primes, notamment une prime d’attractivité (260 millions d’euros en année pleine) ciblant les personnels en début et milieu de carrière, ainsi qu’une prime d’équipement informatique (178 millions d’euros) de 150 euros nets annuels pour chaque professeur.

Les syndicats ont récemment noté un motif de satisfaction: les hausses de salaires ne seront pas conditionnées à une augmentation du temps de travail ou d’autres contreparties, comme ils le redoutaient.

Click to comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Société

La manifestation contre l’extrême-droite réunit 640 000 personnes selon la CGT

Article

le

La manifestation contre l'extrême droite réunit 640 000 personnes selon la CGT, 217 000 selon les autorités

Des milliers de manifestants dans les rues pour s’opposer à l’extrême droite, des débordements signalés.

Samedi après-midi, la France a connu une mobilisation d’ampleur contre l’extrême droite, marquée par des manifestations dans de nombreuses villes du pays. À Paris, le cortège principal, comptant selon la CGT quelque 250 000 personnes, a emprunté le trajet traditionnel reliant les places de la République, de la Nation et de la Bastille. La préfecture de police, plus conservatrice dans ses estimations, a comptabilisé 75 000 participants dans la capitale.

Dès le début de l’après-midi, les rues de Paris se sont remplies de manifestants, brandissant pancartes et banderoles, scandant des slogans anti-Rassemblement National. L’atmosphère, bien que tendue, est restée principalement pacifique, malgré quelques échauffourées mineures. Les forces de l’ordre, présentes en nombre avec un dispositif de sécurité renforcé, ont procédé à quelques interpellations pour maintenir l’ordre.

En dehors de Paris, la mobilisation a également été significative. Des manifestations ont eu lieu dans de nombreuses autres villes. À Marseille, 12 000 personnes ont défilé, tandis que Nantes en comptait 8 500, Rennes 8 000, et Lille 4 000. Les autorités ont dénombré un total de 175 000 manifestants dans le reste du pays.

La journée a été marquée par quelques incidents isolés. À Nantes, où la préfecture de Loire-Atlantique a recensé cinq interpellations, la situation est restée sous contrôle sans dégradations majeures. À Rennes, la police a fait usage de gaz lacrymogène pour disperser des manifestants, entraînant quelques tensions. À Paris, quatre personnes ont été interpellées, et trois à Toulouse.

Les manifestations se sont déroulées dans un contexte politique particulièrement tendu, moins d’une semaine après l’annonce de la dissolution de l’Assemblée nationale et le résultat historique du Rassemblement National aux élections européennes. Les participants ont exprimé leur inquiétude face à ce qu’ils perçoivent comme une menace pour la démocratie.

Les syndicats, associations et partis de gauche à l’origine de cet appel à la mobilisation, dont le Nouveau Front Populaire, ont souligné la nécessité d’un sursaut démocratique et social. Ils ont encouragé les citoyens à se mobiliser massivement pour défendre les valeurs républicaines. Demain, d’autres manifestations sont prévues, notamment à Lyon, où les syndicats espèrent une forte participation.

La journée de mobilisation s’est, dans l’ensemble, déroulée dans le calme malgré les tensions et les craintes. Les forces de l’ordre, déployées en nombre avec 21 000 policiers et gendarmes à travers le pays, ont veillé à encadrer les manifestations et à prévenir tout débordement majeur.

Lire Plus

Société

Manifestation Anti-RN : La rue se mobilise contre l’extrême-droite

Article

le

Manifestation Anti-RN : La rue se mobilise contre l'extrême-droite

Des milliers de manifestants attendus ce week-end dans un climat de tensions politiques et sociales après la dissolution de l’Assemblée nationale.

Moins d’une semaine après la dissolution de l’Assemblée nationale, les opposants à l’extrême droite se préparent à descendre dans les rues de toute la France ce samedi. À l’appel des syndicats, des associations et de la coalition de gauche du « Nouveau Front populaire », ces manifestations visent à dénoncer les récentes avancées du Rassemblement National (RN) et à afficher leur opposition à la montée en puissance de l’extrême droite.

Dès vendredi soir, plusieurs milliers de personnes ont défilé dans plusieurs villes, avec des violences à Lyon qui ont fait quatre blessés, dont trois policiers selon la préfecture. Environ 200 manifestations sont prévues durant le week-end, en prélude aux élections législatives anticipées des 30 juin et 7 juillet. Les mobilisations débuteront dès samedi matin à Bayonne, Toulon et Valenciennes, tandis qu’à Paris, le cortège s’élancera à 14h00 du traditionnel itinéraire République-Bastille-Nation. Lyon, quant à elle, défilera dimanche.

Des sources policières estiment que 300 à 350.000 personnes sont attendues à travers le pays, dont 50.000 à 100.000 dans la capitale, mobilisant ainsi 21.000 policiers et gendarmes. « Il faut bien entendu que cette journée puisse se dérouler comme on a réussi à le faire sur les retraites, sans violence », a déclaré Marylise Léon, secrétaire générale de la CFDT, dans une interview au Parisien.

Cinq syndicats (CFDT, CGT, UNSA, FSU et Solidaires) appellent à la mobilisation. D’autres, comme FO, CFE-CGC et CFTC, mettent en avant leur neutralité politique pour ne pas appeler à manifester, bien que certaines de leurs fédérations, comme celle de l’éducation chez FO, participeront aux défilés.

« Il y a besoin d’un sursaut démocratique », a souligné Marylise Léon, qui appelle à voter « pour n’importe quelle bannière face au RN ». Hervé Aussel, secrétaire général CFDT Haute-Garonne, ajoute : « Un samedi, au vu de la situation qu’on est en train de vivre en France, il devrait y avoir beaucoup de monde ».

Les leaders de la gauche, qui avaient appelé dès lundi soir à rejoindre les cortèges, pourront y mesurer la popularité du Nouveau Front Populaire, une coalition électorale réunissant les principaux partis de gauche, des Insoumis à Place publique, en passant par le Parti socialiste. Cette union, scellée cette semaine, a donné naissance à un programme commun. Cependant, des divergences internes ont déjà émergé, notamment avec l’investiture d’Adrien Quatennens par La France Insoumise (LFI), tandis que des figures historiques du parti comme Danielle Simonnet, Alexis Corbière ou Raquel Garrido n’ont pas été reconduites.

Le président Emmanuel Macron, depuis le sommet du G7 en Italie, a critiqué cette coalition, jugeant que leur programme économique représente un « très grand danger » pour la France. Jordan Bardella, leader du RN, a également fustigé cette alliance, tout en dénonçant les manifestations prévues ce week-end comme étant des appels « extrêmement dangereux » à l’insurrection.

Depuis la dissolution, des manifestations et rassemblements ont lieu quasi-quotidiennement, rappelant les mobilisations historiques telles que celle du 1er mai 2002. Les partis finalisent leurs listes de candidats d’ici dimanche, date limite du dépôt des candidatures, tandis que la Bourse de Paris a enregistré sa pire semaine depuis mars 2022, signe de l’incertitude entourant ce scrutin.

Les regards seront tournés ce week-end vers les rues de France, où des milliers de citoyens exprimeront leur opposition à l’extrême droite et leur désir de changement politique.

Lire Plus

France

Bac 2024 : début des épreuves avec l’écrit de français pour 535.000 élèves

Article

le

Bac 2024 : début des épreuves avec l'écrit de français pour 535.000 élèves

Quelque 535.000 élèves de classe de première générale ou technologique passent vendredi l’écrit de français, coup d’envoi du bac 2024 qui se poursuivra mardi avec la philosophie pour les lycéens de terminale.

Pour l’épreuve de français, qui commencera à 08H00 (jusqu’à 12H00), 390.129 candidats sont inscrits en voie générale et 145.294 en voie technologique. Ils devront choisir entre une dissertation et un commentaire de texte pour le bac général, et entre un commentaire et une contraction de texte associée à un essai pour le bac technologique.

La dissertation, et l’essai en filière technologique, portent sur un texte au programme, qui est construit autour des quatre grands genres littéraires: roman, poésie, théâtre et littérature d’idées. Pour chaque genre, les élèves ont étudié une œuvre, parmi trois proposées. Ont pu ainsi être étudiés « Manon Lescaut » (1731) de l’Abbé Prévost, « La Peau de chagrin » (1831) de Balzac ou « Sido » (1929) de Colette pour le roman; « Le Cahier de Douai » (1893) d’Arthur Rimbaud, « La Rage de l’expression » (1952) de Francis Ponge ou « Mes forêts » (2021) d’Hélène Dorion pour la poésie.

Pour la littérature d’idées, sont au programme « Gargantua » (1534) de Rabelais, « Les Caractères » (1688) de La Bruyère et la « Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne » (1791) d’Olympe de Gouges. Pour le théâtre, étaient proposés cette année « Le Malade imaginaire » (1673) de Molière, « Les Fausses confidences » (1737) de Marivaux et « Juste la fin du monde » (1990) de Jean-Luc Lagarce.

L’épreuve écrite de français compte coefficient 5 en voie générale et technologique. Cet écrit sera suivi d’un oral de français, doté également d’un coefficient 5 et qui porte sur les mêmes textes. Les dates de l’oral sont fixées par chaque académie. Le nombre de textes au programme pour cette épreuve a été ramené de 20 à 16 cette année en voie générale.

Les élèves de terminale commenceront les épreuves écrites du bac mardi matin avec la philosophie. Ils passeront ensuite les épreuves écrites de spécialité du 19 au 21 juin, puis le grand oral entre 24 juin et le 3 juillet.

Lire Plus

Les + Lus