Nous rejoindre sur les réseaux

France

L’affaire Daval, mécanique d’une « ultramédiatisation »

Article

le

l’affaire-daval,-mecanique-d’une-« ultramediatisation »

De la prétendue disparition d’une joggeuse en plein mouvement #MeToo au procès hors normes, l’affaire Daval a fasciné les médias avec une partie civile omniprésente, de multiples rebondissements et une dramaturgie soigneusement entretenue par les chaînes d’information en continu.

« Tout ce qui fait l’affaire Daval, c’est la médiatisation » : a lancé face aux jurés Me Randall Schwerdorffer, l’avocat de Jonathann Daval, condamné samedi à 25 années de réclusion criminelle par la cour d’assises de la Haute-Saône après six jours d’un procès d’une rare intensité.

Parties civiles omniprésentes dans les médias, multiples reportages, mini-série à succès diffusée en plein procès par BFMTV, grands formats, torrents de commentaires sur les réseaux sociaux…

Comment ce meurtre a-t-il pris une dimension nationale? Quand et pourquoi les médias entrent-ils en scène?

« Mensonge »

« La médiatisation est arrivée à la première journée des battues » organisées le 29 octobre 2017 pour retrouver Alexia, dont le corps sans vie sera découvert le lendemain, se souvient Isabelle Fouillot, la mère de la victime, interrogée samedi sur BFMTV, chaîne qui a consacré d’importants moyens et de longues heures d’antenne à l’affaire et au procès.

« Les caméras sont arrivées sur ce mensonge de joggeuse » disparue, inventé par Jonathann Daval pour maquiller le féminicide, a-t-elle rappelé.

L’affaire de la « joggeuse disparue » aimante les médias. Dans l’inconscient collectif, « la disparition d’une joggeuse implique un prédateur » qui rôde, analyse Me Schwerdorffer.

Des photos d’Alexia diffusées dans la presse montrent le visage d’une jolie fille souriante à laquelle chacun peut s’identifier. « Alexia était la fille de tout couple français. Une fille simple », a résumé dimanche, toujours sur BFMTV, son père, Jean-Pierre Fouillot.

L’instruction, scrutée par la presse, sera ponctuée de multiples coups de théâtre qui donneront autant de coups de fouet médiatiques à l’affaire.

Premier d’entre eux, l’arrestation en janvier 2018 de Jonathann Daval. Trois mois auparavant, son visage de veuf éploré avait ému la France entière. Son placement en garde à vue fait l’effet d’une bombe médiatique. Sa puissance est décuplée par le mouvement #MeToo qui bat alors son plein.

L’affaire prend même une dimension politique lorsque Me Randall Schwerdorffer évoque pendant la garde à vue la personnalité, supposée « écrasante », d’Alexia. Marlène Schiappa, alors secrétaire d’Etat en charge de l’Égalité entre les femmes et les hommes, dénonce aussitôt un « victim blaming ».

« Chaudron médiatique »

Les incessantes volte-face de Jonathann Daval durant l’instruction alimentent la chronique avec deux temps forts : lorsqu’il accuse son beau-frère Grégory Gay d’être le meutrier d’Alexia, puis lorsqu’il avoue de nouveau, s’agenouillant devant Isabelle Fouillot au cours d’une confrontation bouleversante face au juge d’instruction.

« Ses mensonges successifs ont contribué à la médiatisation de cette affaire », a souligné à l’audience Me Gilles-Jean Portejoie, l’un des avocats des parties civiles.

Le procès Daval, labellisé « Grand Procès » par le ministère de la Justice, aura concentré aussi pendant six jours plusieurs dizaines de journalistes d’une quarantaine de médias dans le huis clos du petit tribunal judiciaire de Vesoul. Un véritable chaudron médiatique en plein confinement.

Dans ce procès aussi, les parties civiles, meurtries mais dignes, ont joué les premiers rôles.

« Grégory »

Isabelle Fouillot a incarné leur visage. S’exprimant inlassablement, matin et soir, ainsi qu’à pratiquement chaque suspension d’audience face à un  mur de caméras et de micros, la mère d’Alexia aura inlassablement défendu la mémoire de sa fille.

Quant aux avocats, ils ont développé face caméras leurs thèses, véritables plaidoiries bis qui, s’ajoutant aux nombreuses fuites qui avaient jalonné l’instruction, ont eu le don d’agacer l’avocat général, Emmanuel Dupic.

« Ce procès est d’abord un procès médiatique dans lequel peuvent s’exprimer les parties civiles et la défense », a-t-il déploré dans son réquisitoire, appelant le « législateur à revenir sur ce déséquilibre » entre la défense et le ministère public.

Paradoxalement, c’est devant les caméras et les micros que le magistrat a réitéré ses critiques, alors que la cour venait de se retirer pour délibérer.

En magistrat expérimenté, le président de la Cour, Matthieu Husson, avait averti d’emblée les jurés : « vous ne devez pas être jugé différemment parce que cette affaire a connu un retentissement particulier », promettant « l’impartialité » à Jonathann Daval.

Dimanche sur BFMTV, Jean-Pierre Fouillot a fait le rapprochement entre la mort de sa fille et une autre grande affaire criminelle qui continue de fasciner, 36 ans après : « le visage d’Alexia restera, comme celui du petit Grégory ».

Click to comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

France

Otages : L’ex-détenu en Iran, Louis Arnaud, est arrivé en France

Article

le

Otages : L’ex-détenu en Iran, Louis Arnaud, est arrivé en France

Le Français était détenu en Iran depuis 2022, alors qu’un tour du monde l’avait emmené jusqu’en Iran. Il est enfin rentré en France.

L’ex-détenu en Iran, Louis Arnaud, a atterri ce jeudi matin en France. Après avoir serré la main du ministre des Affaires étrangères, Stéphane Séjourné, présent au pied de la passerelle du petit avion qui l’a transporté à l’aéroport du Bourget, près de Paris, il a ensuite longuement étreint son père, puis sa mère, venus l’accueillir. Visiblement fatigué mais souriant, il s’est dirigé, bras dessus bras dessous avec ses proches, vers un salon hors du champ des caméras, sans monter directement dans l’ambulance mise à disposition.

Le président Emmanuel Macron avait annoncé sa libération mercredi, exhortant Téhéran à libérer « sans délai » les trois autres Français encore détenus dans ce pays. « Louis Arnaud est libre. Il sera demain en France après une trop longue incarcération en Iran », a annoncé le président dans un message posté sur X (anciennement Twitter). « Je remercie nos amis omanais et tous ceux qui ont œuvré à cette issue heureuse », a-t-il écrit. Le trentenaire avait entamé un tour du monde en juillet 2022 qui l’avait mené jusqu’en Iran, « un pays qu’il rêvait de visiter depuis longtemps pour la richesse de son histoire et l’accueil de ses habitants », avait relaté sa mère Sylvie Arnaud il y a quelques mois.

Le consultant avait été arrêté en septembre 2022 avec d’autres Européens accusés d’avoir participé aux manifestations après la mort de Mahsa Amini, une jeune Kurde iranienne décédée après son arrestation par la police des mœurs. Ses compagnons de voyage avaient été assez vite libérés, mais Louis Arnaud était resté en prison avant d’être condamné, en novembre dernier, à cinq ans de prison pour propagande et atteinte à la sécurité de l’État iranien. Sa condamnation avait été jugée « inacceptable » par Paris.

« Les accusations portées à son encontre, à savoir propagande et atteinte à la sécurité de l’État iranien, sont totalement infondées », ne cessait de marteler sa mère. Les trois autres Français encore détenus dans les geôles iraniennes sont le couple Cécile Kohler et Jacques Paris, arrêtés en mai 2022, ainsi qu’un Français prénommé Olivier, dont le nom n’a pas été rendu public.

« Nous allons évidemment continuer nos efforts pour les trois Français qui restent incarcérés en Iran », a indiqué la source diplomatique.

Lire Plus

France

Législatives : le RN à 31 %, la gauche unie à 28 % et la majorité à 18 %, selon un sondage

Article

le

Législatives : le RN à 31 %, la gauche unie à 28 % et la majorité à 18 %, selon un sondage

Le RN obtiendrait 31 % des voix au premier tour des législatives le 30 juin devant l’alliance de gauche à 28 %, la majorité à 18 % et LR à 6,5 %, selon un sondage Elabe qui donne une majorité relative en sièges au parti de Jordan Bardella à l’issue du second tour le 7 juillet.

Le Rassemblement National (RN) obtiendrait 31 % des voix au premier tour des législatives le 30 juin, devant l’alliance de gauche à 28 %, la majorité présidentielle à 18 % et Les Républicains (LR) à 6,5 %, selon un sondage Elabe. Ce sondage prévoit une majorité relative en sièges pour le parti de Jordan Bardella à l’issue du second tour le 7 juillet.

Dans cette enquête réalisée pour BFMTV et La Tribune Dimanche, « en fonction du rapport de force actuel mesuré dans l’intention de vote et du résultat aux élections précédentes, le Rassemblement National obtiendrait entre 220 et 270 sièges, l’alliance de gauche entre 150 et 190 sièges, Renaissance/alliés entre 90 et 130 sièges, LR/DVD entre 30 et 40 sièges et les autres forces politiques entre 10 et 20 sièges ».

L’institut précise que ce sondage a été réalisé « en majeure partie » avant la conférence de presse d’Emmanuel Macron.

Selon cette enquête, 57 % des inscrits sur les listes électorales se disent certains d’aller voter et 10 % l’envisagent sérieusement.

58 % des Français, et 56 % des électeurs LR, estiment qu’Éric Ciotti a eu tort de se prononcer pour un accord avec le RN.

43 % des Français considèrent que le RN va gagner les élections et avoir le plus de députés, 10 % l’alliance de gauche, 10 % la majorité présidentielle et 37 % ne savent pas.

Le sondage a été réalisé par internet du 11 au 12 juin auprès d’un échantillon de 1 502 personnes représentatif des résidents de France métropolitaine âgés de 18 ans et plus, dont 1 422 inscrits sur les listes électorales. Selon les résultats, la marge d’erreur est comprise entre 1,1 et 2,5 % à la hausse ou à la baisse.

Lire Plus

France

Nouveau séisme à droite : Eric Zemmour annonce l’exclusion de Marion Maréchal de Reconquête

Article

le

Nouveau séisme à droite : Eric Zemmour annonce l'exclusion de Marion Maréchal de Reconquête

Eric Zemmour a annoncé mercredi l’exclusion de Reconquête de sa tête de liste aux élections européennes, Marion Maréchal, dénonçant une « trahison » de l’eurodéputée qui venait d’appeler à voter pour les candidats soutenus par le Rassemblement National aux législatives anticipées.

La dissolution de l’Assemblée nationale rebat des cartes et le jeu des alliances commence. À gauche, tout le monde s’unit contre l’extrême droite, malgré les désaccords de longue date. La macronie appelle tous les partis à collaborer, y compris le PS avec les LR.

« Elle accomplit le bout du chemin, c’est-à-dire qu’elle s’exclut d’elle-même de ce parti qu’elle a toujours méprisé », a affirmé Eric Zemmour, accusant son ex-alliée de « mentir » et d’être « entourée par des professionnels de la trahison ». Lors d’un point de presse tenu un peu plus tôt, Marion Maréchal s’était montrée très offensive envers le président de son parti, dénonçant la « triple faute » d’Eric Zemmour à qui elle reproche de vouloir présenter des candidats Reconquête contre le RN.

« Présenter des candidats de Reconquête dans les circonscriptions législatives, c’est prendre le risque infini de faire gagner des députés macronistes ou d’extrême gauche », avait-elle affirmé, refusant de « participer à une énième division des droites » et actant la fracture avec M. Zemmour.

Ces accusations ont été réfutées par ce dernier : « Je suis et je serai toujours pour le rassemblement. J’affirme que Reconquête et moi-même sommes prêts à retirer des candidats en cas d’accord avec le RN, les LR et tous les autres partis de bonne volonté », a-t-il écrit sur X, se disant « écoeuré et blessé ».

Les dissensions entre le candidat malheureux à la présidentielle, qui a multiplié les attaques envers le RN, et Mme Maréchal, plus encline à l’ouverture, avaient animé les derniers jours, jusqu’à l’abandon des négociations entre Reconquête et le parti à la flamme mardi.

« Nous refusons le principe de candidatures de division », contre l’alliance conclue entre le patron exclu des Républicains Eric Ciotti et le Rassemblement national, a lancé mercredi Mme Maréchal. Elle était accompagnée de Guillaume Peltier et Nicolas Bay, vice-présidents de Reconquête, et Laurence Trochu. Les trois, ainsi que Marion Maréchal, ont été élus eurodéputés Reconquête dimanche.

« Ils devraient remettre leur mandat, ils sont quatre députés européens qui trahissent tous nos militants 48 heures après (leur élection). C’est le record du monde de la trahison », a lancé Eric Zemmour.

Après la déclaration de Marion Maréchal, le président du RN, Jordan Bardella, grand vainqueur des européennes, avait salué « une déclaration responsable qui va dans le sens d’une dynamique patriote pour gagner et pour agir demain », dans un message publié sur X. La veille, il avait frontalement attaqué Eric Zemmour, estimant que « les invectives qu’il a multipliées à l’égard du Rassemblement national et les positions parfois très excessives qu’il peut prendre ont rendu les conditions d’un accord caduques ».

Plusieurs sources ont par ailleurs confirmé une information selon laquelle quatre membres de Reconquête, réputés proches de Marion Maréchal, ont décroché mercredi une investiture RN pour les législatives. Pourrait-il y en avoir davantage ? « Dans le projet d’accord avec le RN qui a finalement capoté, il y avait 60 circonscriptions, dont dix à quinze gagnables… », souffle un connaisseur du dossier.

Lire Plus

Les + Lus