Nous rejoindre sur les réseaux

France

L’affaire Daval, mécanique d’une « ultramédiatisation »

Article

le

l’affaire-daval,-mecanique-d’une-« ultramediatisation »

De la prétendue disparition d’une joggeuse en plein mouvement #MeToo au procès hors normes, l’affaire Daval a fasciné les médias avec une partie civile omniprésente, de multiples rebondissements et une dramaturgie soigneusement entretenue par les chaînes d’information en continu.

« Tout ce qui fait l’affaire Daval, c’est la médiatisation » : a lancé face aux jurés Me Randall Schwerdorffer, l’avocat de Jonathann Daval, condamné samedi à 25 années de réclusion criminelle par la cour d’assises de la Haute-Saône après six jours d’un procès d’une rare intensité.

Parties civiles omniprésentes dans les médias, multiples reportages, mini-série à succès diffusée en plein procès par BFMTV, grands formats, torrents de commentaires sur les réseaux sociaux…

Comment ce meurtre a-t-il pris une dimension nationale? Quand et pourquoi les médias entrent-ils en scène?

« Mensonge »

« La médiatisation est arrivée à la première journée des battues » organisées le 29 octobre 2017 pour retrouver Alexia, dont le corps sans vie sera découvert le lendemain, se souvient Isabelle Fouillot, la mère de la victime, interrogée samedi sur BFMTV, chaîne qui a consacré d’importants moyens et de longues heures d’antenne à l’affaire et au procès.

« Les caméras sont arrivées sur ce mensonge de joggeuse » disparue, inventé par Jonathann Daval pour maquiller le féminicide, a-t-elle rappelé.

L’affaire de la « joggeuse disparue » aimante les médias. Dans l’inconscient collectif, « la disparition d’une joggeuse implique un prédateur » qui rôde, analyse Me Schwerdorffer.

Des photos d’Alexia diffusées dans la presse montrent le visage d’une jolie fille souriante à laquelle chacun peut s’identifier. « Alexia était la fille de tout couple français. Une fille simple », a résumé dimanche, toujours sur BFMTV, son père, Jean-Pierre Fouillot.

L’instruction, scrutée par la presse, sera ponctuée de multiples coups de théâtre qui donneront autant de coups de fouet médiatiques à l’affaire.

Premier d’entre eux, l’arrestation en janvier 2018 de Jonathann Daval. Trois mois auparavant, son visage de veuf éploré avait ému la France entière. Son placement en garde à vue fait l’effet d’une bombe médiatique. Sa puissance est décuplée par le mouvement #MeToo qui bat alors son plein.

L’affaire prend même une dimension politique lorsque Me Randall Schwerdorffer évoque pendant la garde à vue la personnalité, supposée « écrasante », d’Alexia. Marlène Schiappa, alors secrétaire d’Etat en charge de l’Égalité entre les femmes et les hommes, dénonce aussitôt un « victim blaming ».

« Chaudron médiatique »

Les incessantes volte-face de Jonathann Daval durant l’instruction alimentent la chronique avec deux temps forts : lorsqu’il accuse son beau-frère Grégory Gay d’être le meutrier d’Alexia, puis lorsqu’il avoue de nouveau, s’agenouillant devant Isabelle Fouillot au cours d’une confrontation bouleversante face au juge d’instruction.

« Ses mensonges successifs ont contribué à la médiatisation de cette affaire », a souligné à l’audience Me Gilles-Jean Portejoie, l’un des avocats des parties civiles.

Le procès Daval, labellisé « Grand Procès » par le ministère de la Justice, aura concentré aussi pendant six jours plusieurs dizaines de journalistes d’une quarantaine de médias dans le huis clos du petit tribunal judiciaire de Vesoul. Un véritable chaudron médiatique en plein confinement.

Dans ce procès aussi, les parties civiles, meurtries mais dignes, ont joué les premiers rôles.

« Grégory »

Isabelle Fouillot a incarné leur visage. S’exprimant inlassablement, matin et soir, ainsi qu’à pratiquement chaque suspension d’audience face à un  mur de caméras et de micros, la mère d’Alexia aura inlassablement défendu la mémoire de sa fille.

Quant aux avocats, ils ont développé face caméras leurs thèses, véritables plaidoiries bis qui, s’ajoutant aux nombreuses fuites qui avaient jalonné l’instruction, ont eu le don d’agacer l’avocat général, Emmanuel Dupic.

« Ce procès est d’abord un procès médiatique dans lequel peuvent s’exprimer les parties civiles et la défense », a-t-il déploré dans son réquisitoire, appelant le « législateur à revenir sur ce déséquilibre » entre la défense et le ministère public.

Paradoxalement, c’est devant les caméras et les micros que le magistrat a réitéré ses critiques, alors que la cour venait de se retirer pour délibérer.

En magistrat expérimenté, le président de la Cour, Matthieu Husson, avait averti d’emblée les jurés : « vous ne devez pas être jugé différemment parce que cette affaire a connu un retentissement particulier », promettant « l’impartialité » à Jonathann Daval.

Dimanche sur BFMTV, Jean-Pierre Fouillot a fait le rapprochement entre la mort de sa fille et une autre grande affaire criminelle qui continue de fasciner, 36 ans après : « le visage d’Alexia restera, comme celui du petit Grégory ».

Click to comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

France

Des « mairies solidaires » fermées le 31 janvier contre la réforme des retraites

Article

le

Des "mairies solidaires" fermées le 31 janvier contre la réforme des retraites

Plusieurs maires ont annoncé la fermeture de leur mairie pour cette journée de grève, afin de permettre aux agents municipaux de participer à la mobilisation, mais aussi de protester eux-mêmes contre cette mesure.

Plusieurs mairies ont annoncé des actions pour le 31 janvier, journée d’appel à la grève générale contre la réforme des retraites, afin de permettre aux agents municipaux de se joindre à la mobilisation mais aussi de protester contre cette mesure.

Après l’appel lancé par Fabien Roussel de fermer les mairies le 31 janvier par « solidarité » envers les mobilisations prévues contre la réforme des retraites, Anne Hidalgo a annoncé fermer les portes de l’Hôtel de ville de Paris. Cette décision présentée comme symbolique revêt « un problème moral », voire « politique », a fait savoir le ministre du Travail Olivier Dussopt.

« J’ai un peu le sentiment que la maire de Paris confond les services municipaux avec une annexe du Parti socialiste », a ainsi dénoncé le ministre, ce vendredi matin. Le membre du gouvernement dénonce le fait que « l’engagement politique » de l’élue prive les Parisiens, parmi lesquels certains sont « favorables à la réforme » ou « n’y sont pas opposés ».

Cette initiative pose également pour Olivier Dussopt « une vraie question politique en termes de neutralité et de respect des convictions ». D’autres mairies ont annoncé interrompre leurs services le temps de la deuxième journée de mobilisation.

Lire Plus

France

Paris 2024 : l’Ukraine menace de boycotter les Jeux olympiques si des athlètes russes participent

Article

le

Volodymyr Zelensky, le président ukrainien, a demandé à son homologue français Emmanuel Macron lors d’un entretien téléphonique de ne pas autoriser les athlètes russes à concourir lors des Jeux olympiques de Paris 2024. Patron du comité d’organisation, Tony Estanguet a ensuite rappelé que c’était le CIO qui devrait en décider.

Emmanuel Macron et Volodymyr Zelensky ne font pas que discuter de l’éventuel envoi de chars de combat par la France à l’Ukraine, pour la soutenir dans sa guerre contre la Russie. Les deux chefs d’Etat ont échangé au téléphone sur les prochains Jeux olympiques, qui se dérouleront à Paris du 26 juillet au 11 août 2024. Pour Zelensky, les athlètes russes ne doivent pas être autorisés à participer à la compétition. « J’ai particulièrement insisté sur le fait que les athlètes russes ne doivent pas avoir leur place aux JO de Paris », a confié le président ukrainien après son entretien avec son homologue français.

Après l’envahissement de l’Ukraine depuis la Russie mais aussi la Biélorussie par les troupes de Vladimir Poutine, le 24 février 2022, soit trois jours après la cérémonie de clôture des Jeux d’hiver de Pékin, donc pendant la trêve olympique, le Comité international olympique (CIO) avait sanctionné Russes et Biélorusses, d’abord exclus des Jeux paralympiques de Pékin. Aucun de ces deux pays n’a depuis pu organiser d’événement sportif international officiel, et leurs sportifs concourent désormais sous bannière neutre.

Estanguet : « C’est le CIO qui décide »

Et alors que Volodymyr Zelensky avait réclamé à la mi-décembre que les athlètes russes soient placés dans un « isolement complet » de toutes compétitions internationales, Thomas Bach, le président du CIO, a lui manifesté sa volonté de maintenir des sanctions fermes vis-à-vis de la Russie et de la Biélorussie. « Ces sanctions contre les États et les gouvernements russes et bélarusses doivent rester et resteront fermement en place, déclarait le dirigeant allemand, ancien champion olympique de fleuret, dans son message de Nouvel An. En cette nouvelle année, les athlètes ukrainiens peuvent compter sur l’engagement total du CIO et de l’ensemble du mouvement olympique en faveur de cette solidarité. Nous voulons voir une équipe forte de l’Ukraine aux Jeux olympiques de Paris 2024 et aux Jeux olympiques d’hiver de Milan Cortina 2026. »

Président du comité d’organisation des JO parisiens, Tony Estanguet a rappelé mercredi devant la presse que « c’est bien le CIO qui décide des délégations qui sont autorisées à participer aux Jeux olympiques », a d’abord déclaré le triple champion olympique de canoë. « Le comité d’organisation n’a pas à intervenir dans le choix des délégations qui doivent participer aux Jeux. Nous, on attendra les règles édictées. A date, le comité paralympique a décidé d’exclure les Russes et de refaire un point d’étape fin 2023. Le CIO a également mis un certain nombre de sanctions pour tous les dirigeants du sport russe, sur le drapeau, sur les délégations », a conclu le patron du COJO.

Lire Plus

France

Bruno Martini, président de la Ligue nationale de handball, condamné à un an de sursis pour « corruption de mineur »

Article

le

Bruno Martini, président de la Ligue nationale de handball, condamné à un an de sursis pour « corruption de mineur »

Son avocat a confirmé cette condamnation à la suite d’une enquête ouverte en 2020 après la plainte d’un adolescent de 13 ans. Un comité directeur exceptionnel de la ligue s’est réuni « en urgence ».

Un juge du tribunal judiciaire de Paris a validé ce mercredi 25 janvier la condamnation de Bruno Martini, l’ancien gardien de but de l’équipe de France de handball, à une peine d’un an de prison avec sursis pour des faits de corruption de mineur qu’il a reconnus, a indiqué son avocat, Me Elie Dottelonde.

Lors d’une audience de comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité, l’actuel président de la Ligue nationale de handball (LNH) a également reconnu des faits d’enregistrement d’images pédopornographiques, selon l’avocat.

Cette sanction comprend aussi 2 500 € d’amende et 5 ans d’interdiction d’exercer une activité impliquant un contact avec des mineurs, d’après le conseil.

« On essaie de le faire passer pour un monstre, mais le procureur, en proposant une CRPC, a montré qu’il estimait que M. Martini ne représentait pas un danger » ni qu’il serait « détraqué », a souligné Me Dottelonde, remarquant qu’aucune obligation de soins n’avait été prononcée.

Bruno Martini était également soupçonné de tentative d’atteinte sexuelle mais ces faits n’ont pas été retenus contre lui, a insisté Me Dottelonde.

Au vu des photos du mineur avec qui il a été en contact sur Snapchat, « il ne pouvait pas savoir que le mineur avait moins de quinze ans », a affirmé l’avocat.

La Ligue (LNH) a indiqué dans un communiqué « qu’une éventuelle condamnation conduirait de droit à une impossibilité d’exercice de la fonction » de président. La ministre des Sports Amélie Oudéa-Castéra s’est dite « profondément choquée » en apprenant les faits et a « pleinement confiance » dans la LNH pour prendre les décisions appropriées.

Visé par une enquête depuis juin 2020 après la plainte d’un adolescent de 13 ans, Bruno Martini, 52 ans, a été interpellé lundi à Paris et placé en garde à vue, avant d’être déféré en vue d’une CRPC mercredi.

Lire Plus

Les + Lus