Nous rejoindre sur les réseaux

Monde

Karabakh: quand la tornade « Smertch » s’abat

Article

le

karabakh:-quand-la-tornade-« smertch »-s’abat

« Smertch », ou tornade en russe : terriblement évocateur, ce nom revient comme un leitmotiv dans les rues de Stepanakert, la capitale de la République auto-proclamée du Nagorny Karabakh, pilonnée par les forces azerbaïdjanaises.

Au terme de bombardements particulièrement soutenus dans la nuit de mardi à mercredi, trois habitations accolées ont été entièrement soufflées sur les hauteurs de la ville, à proximité du Parlement local, selon des journalistes de l’AFP.

Autour du point d’impact -un cratère de quatre à cinq mètres de large au milieu de ce qui fut apparemment une courette-, les habitations de béton grisâtre de deux étages, dont il ne reste que les murs noyés sous les gravats, sont comme éventrées.

Vestige de l’ancien garage sous un appentis, l’épave retournée d’une voiture réduite à l’état de carcasse gît au pied d’un arbre haché menu par la mitraille et les éclats.

Coup de chance, les propriétaires étaient absents, réfugiés dans la capitale arménienne Erevan, comme beaucoup des 70.000 à 75.000 déplacés du territoire du Karabakh, environ 50% de la population de l’enclave.

Katiouchas

Pour les témoins et les voisins interrogés sur place, pas de doute ou presque : ce petit cataclysme est l’oeuvre d’une roquette « Smertch », un engin de fabrication soviétique, connu aussi sous l’appellation BM-30.

« Il n’y a qu’une roquette Smertch pour faire autant de dégâts », constate d’un air entendu un habitant du coin, Albert Kafaïan, un sexagénaire à la moustache poivre et sel jaunie par les mégots.

Même constat pour un policier musculeux, qui débarque tambour battant au volant de sa voiture à gyrophare et aussitôt reparti à la recherche des autres impacts des tirs de la nuit.

Interrogé mercredi par l’AFP, un conseiller du ministre des Affaires étrangères du Karabakh, David Babaïan, assure que des salves de « Smertch » ont frappé Stepanakert pendant la nuit, dénonçant la « tactique de terreur » des forces ennemies contre les populations civiles et des zones urbaines.

Les autorités séparatistes ont déjà dénoncé à plusieurs reprises l’utilisation de ces « Smertch », ainsi que de « Polonez », un système d’armes similaire mais plus moderne.

Ces imposantes fusées de 300 mm de calibre aux allures de missiles, tirées d’un lance-roquettes multiple à dos de camion, ont remplacé dans les années 90 les « Grad » BM-21 plus connues, elles-mêmes héritières des « Katiouchas » ou célèbres « orgues de Staline ».

S’appuyant sur une vidéo de surveillance largement relayée par des sources arméniennes sur les réseaux sociaux, les indépendantistes arméniens accusent également les forces azerbaïdjanaises d’avoir fait usage de bombes à sous-munitions, interdites depuis 2010 par une convention internationale.

L’ONG Amnesty international a de son côté « corroboré » des informations sur l’usage de bombes de ce genre, de fabrication israélienne, sur un quartier d’habitation de Stepanakert.

« Archi-puissant »

A près de 1.000 mètres d’altitude, la ville, située à une vingtaine de kilomètres des lignes de front, est apparemment hors de portée des canons de l’artillerie classique.

Roquettes, bombardements aériens, frappes de drones, bombes à fragmentation… dans l’habituel « brouillard de la guerre » -selon l’expression consacrée-, il reste néanmoins difficile d’identifier les multiples engins de mort qui se sont abattus sur Stepanakert et ce qui reste de ses 55.000 habitants, aujourd’hui terrés dans les caves.

Une certitude : une dizaine d’imposantes roquettes à ailettes, qui n’ont manifestement pas explosé, sont visibles dans les rues, fichées jusqu’à la garde dans la chaussée. Journalistes et militaires curieux les ont largement photographiées, les rares passants interdisant formellement d’y toucher.

Smertch ou autre, ce genre d’engins, « déclinaison hyper-modernisée des fameuses Katiouchas, sont des armes qu’on ne peut ajuster avec précision, archi-puissantes, destinées à détruire tout ce qui bouge sur de vastes surfaces », explique l’expert militaire russe Alexandre Golts.

Pour la nuit de mardi à mercredi, la tactique était relativement claire : une salve toutes les heures environ, dont les impacts faisaient trembler le sol.

Puis un relatif répit en début de matinée. Avant que les drones, au bourdonnement caractéristique, ne prennent le relais, invisibles dans le ciel gris et bas de la journée.

Un ou plusieurs de ces engins aériens ont survolé la ville, tandis que les tirs de DCA et diverses armes automatiques tentaient de les abattre.

Au moins quatre explosions ont été entendues dans leur sillage, dont l’une a visé une station électrique du nord de Stepanakert.

Click to comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Monde

Double attaque à Jérusalem : Macron appelle à ne pas « alimenter l’engrenage de la violence »

Article

le

Double attaque à Jérusalem : Macron appelle à ne pas « alimenter l’engrenage de la violence »

Ces attentats ont fait suite à un raid militaire israélien meurtrier en Cisjordanie occupée, suivi de tirs de roquettes de Gaza vers Israël et de frappes aériennes israéliennes de représailles.

Le président français Emmanuel Macron a exhorté ce dimanche 29 janvier Israéliens et Palestiniens à ne pas « alimenter l’engrenage de la violence » après les attentats perpétrés à Jérusalem-Est et la mort d’un Palestinien, tué par des gardes israéliens.

Lors d’un entretien téléphonique avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu, « le président de la République a rappelé la nécessité pour tous d’éviter des mesures susceptibles d’alimenter l’engrenage de la violence », a indiqué l’Élysée dans un communiqué.

« Il a, une nouvelle fois, exprimé sa disponibilité à contribuer à la reprise du dialogue entre les Palestiniens et les Israéliens », a souligné la présidence française.

Un « attentat abject »

Le chef de l’État a présenté ses condoléances au peuple israélien pour « les victimes de l’attaque terroriste » dans laquelle sept personnes ont trouvé la mort vendredi près d’une synagogue à Jérusalem-est.

Il a une nouvelle fois condamné cet « attentat abject », « fait part de la solidarité pleine et entière de la France avec Israël dans sa lutte contre le terrorisme » et répété « l’attachement indéfectible de la France à la sécurité » de ce pays.

Samedi, un Palestinien de 13 ans a également blessé par balles deux Israéliens à Silwan, à deux pas des remparts de la Vieille Ville.

Une attaque en réponse à un raid israélien meurtrier

Benjamin Netanyahu a promis une réponse « forte » et « solide » au « terrorisme » après les deux attaques. Dimanche, des gardes israéliens ont aussi tué un Palestinien en Cisjordanie.

Les attentats perpétrés à Jérusalem-Est ont fait suite à un raid militaire israélien meurtrier jeudi en Cisjordanie occupée, suivi de tirs de roquettes de Gaza vers Israël et de frappes aériennes israéliennes de représailles.

Lire Plus

Europe

Royaume-Uni : le Premier ministre Rishi Sunak limoge un ministre en raison de ses démêlés fiscaux

Article

le

Royaume-Uni : le Premier ministre Rishi Sunak limoge un ministre en raison de ses démêlés fiscaux

Le ministre sans portefeuille et président du Parti conservateur Nadhim Zahawi a été limogé à l’issue d’une enquête indépendante.

Le Premier ministre britannique, Rishi Sunak, a limogé le ministre sans portefeuille et président du Parti conservateur, Nadhim Zahawi, en raison d’une violation du code ministériel liée à ses démêlés fiscaux, a annoncé dimanche 29 janvier Downing Street. À l’issue d’une enquête indépendante, « il est clair qu’il y a eu une grave violation du code ministériel », a expliqué le chef du gouvernement.

« En conséquence, je vous informe de ma décision de vous démettre de vos fonctions au sein du gouvernement de Sa Majesté », a poursuivi Rishi Sunak. En limogeant Nadhim Zahawi plutôt qu’en lui demandant de démissionner, Rishi Sunak cherche à affirmer son autorité, lui qui avait promis à son arrivée à Downing Street « intégrité, professionnalisme et responsabilité ».

Le Premier ministre britannique avait chargé lundi son conseiller éthique indépendant d’enquêter pour déterminer si Nadhim Zahawi, qui siège au Conseil des ministres, avait enfreint le code ministériel dans le cadre du règlement de plusieurs millions de livres sterling qu’il a dû payer pour solder un litige avec le fisc.

Après treize ans au pouvoir, les conservateurs ont vu ces dernières années leur réputation entachée par des affaires de conflits d’intérêts, alimentant des accusations de corruption de la part de l’opposition travailliste, largement en tête des sondages.

Lire Plus

Monde

Meta va laisser Donald Trump revenir sur Facebook et Instagram

Article

le

Meta va laisser Donald Trump revenir sur Facebook et Instagram

L’ancien président américain avait été banni du réseau social après l’assaut de ses partisans contre le Congrès, le 6 janvier 2021.

Le géant des réseaux sociaux Meta a annoncé mercredi qu’il allait, dans les prochaines semaines, « mettre fin à la suspension » des comptes de Donald Trump sur Facebook et Instagram, deux ans après l’exclusion de l’ancien président américain suite à l’assaut du Capitole.

« Le public doit pouvoir entendre ce que les personnalités politiques disent afin de pouvoir faire des choix éclairés », a justifié Nick Clegg, le responsable des affaires internationales de Meta, dans un communiqué. « Mais cela ne signifie pas qu’il n’y a pas de limites à ce que les gens peuvent dire sur notre plateforme. Quand il y a un risque de préjudice dans le monde réel – un risque élevé qui justifie une intervention de Meta dans le débat public – nous agissons », a-t-il précisé.

L’ex-chef d’État américain avait été exclu du réseau social le 7 janvier 2021, alors qu’il était encore au pouvoir, pour avoir encouragé ses partisans lors de l’attaque du Congrès à Washington la veille, une décision sans précédent, imitée à l’époque par la plupart des réseaux sociaux grand public, dont Twitter.

En juin 2021, Facebook avait décidé que l’exclusion durerait deux ans, et que le milliardaire républicain ne pourrait revenir que quand les « risques pour la sécurité du public » auraient « disparu ».

La suspension « devrait ne plus jamais arriver à un président en exercice ou à qui que ce soit qui ne mérite pas de sanctions ! », a réagi Donald Trump depuis son compte sur Truth Social, le réseau social qu’il a lancé l’an dernier.

La semaine dernière, l’ancien président avait officiellement demandé à pouvoir retourner sur Facebook. Son avocat avait adressé une lettre au fondateur et président de Meta, Mark Zuckerberg, l’appelant à ne pas « réduire un candidat à la présidentielle au silence ».

L’homme politique avait déjà été réadmis sur Twitter le 19 novembre 2022, quatre jours après avoir déclaré sa candidature à l’élection présidentielle de 2024. Il n’a toutefois pas encore publié de message sur ce compte, communiquant principalement via sa propre plateforme, Truth Social.

Lire Plus

Les + Lus