Nous rejoindre sur les réseaux

France

Justice : Jour de verdict pour Nordahl Lelandais, jugé pour le meurtre de Maëlys

Article

le

jour-de-verdict-pour-nordahl-lelandais,-juge-pour-le-meurtre-de-maelys

Les jurés de la cour d’assises de l’Isère vont décider vendredi de la peine méritée par Nordahl Lelandais, au terme de son long procès pour le meurtre de la petite Maëlys, en août 2017 .

L’accusé, qui « hasard du calendrier » a 39 ans vendredi, aura une dernière opportunité de s’exprimer à l’ouverture de l’audience, à 9H, au palais de justice de Grenoble. Il purge actuellement vingt ans de prison pour le meurtre d’un jeune soldat, qu’il avait rencontré par hasard en avril 2017.

Jeudi, le ministère public a réclamé la peine maximale à son encontre , une condamnation à perpétuité assortie d’une peine de sûreté de 22 ans, tandis que sa défense s’est efforcée de convaincre les jurés de limiter la sentence à trente ans de réclusion pour le meurtre de Maëlys.

L’accusé est un « danger social absolu », a estimé l’avocat général Jacques Dallest dans son réquisitoire, en appelant ceux qui le jugent à le déclarer « grand criminel, grand prédateur ».

« Même sévère, le propre de la justice est de rester humaine », a pour sa part plaidé l’avocat de la défense, Me Alain Jakubowicz. « 30 ans de prison, enfermé, c’est ce qu’il mérite clairement et il le sait ».

« On ne fixe pas une peine à l’aune de la douleur des victimes. A douleur infinie, peine infinie. Non, mille fois non ! », a-t-il lancé.

Après sa plaidoirie, Me Jakubowicz s’est exprimé pour la première fois devant les caméras depuis le début du procès, en se félicitant qu’il ait pu être préservé « du tumulte extérieur » malgré sa forte médiatisation.

Plus de 250 journalistes ont été accrédités pour les débats, une affluence considérable pour ce type d’affaire. Chaque jour, une foule se bouscule aux portes du palais de justice de Grenoble, patientant souvent de longues heures pour tenter d’assister aux audiences de ce que certains considèrent comme le « procès du siècle ».

L’ultime audience de cette affaire qui suscite depuis le début une vive émotion dans l’opinion publique, devrait encore attirer un public nombreux.

« Détruit une vie »

Nordahl Lelandais est jugé pour l’enlèvement et le meurtre de Maëlys De Araujo, lors d’une soirée de mariage, ainsi que pour des agressions sexuelles contre deux petites-cousines de 4 et 6 ans, au cours du même été 2017.

Il a reconnu tous les faits qui lui sont reprochés mais nie farouchement toute atteinte sexuelle sur sa victime.

« La réprobation générale dont Nordahl Lelandais est l’objet et qui persiste, c’est peut-être autant son comportement après le crime qui lui est reproché que le crime lui-même », a estimé Me Jakubowicz dans sa plaidoirie.

Très vite ciblé par les enquêteurs après la disparition de la fillette, celui que ses amis appellent « Nono »  a été poussé aux aveux six mois plus tard après la découverte d’une minuscule tache de sang dans le coffre de sa voiture. Il a alors indiqué le lieu où il avait dissimulé le corps, dans une forêt.

L’enquête a conduit à un rapprochement avec la disparition inexpliquée du caporal Arthur Noyer, en avril 2017 à Chambéry après une soirée arrosée. C’est pour ce meurtre, que l’ancien maître-chien a été condamné en mai 2021 à vingt ans de réclusion criminelle.

Depuis le début du procès consacré à la mort de Maelys, Nordahl Lelandais a livré des versions fluctuantes sur la disparition de la fillette, variant notamment sur les circonstances de l’enlèvement de sa victime.

Il a fini par reconnaître l’avoir tué « volontairement » en la frappant violemment au visage, quelques minutes après l’avoir emmenée de la salle des fêtes où il l’avait rencontrée peu auparavant.

Il a justifié cette flambée soudaine de violence en évoquant un accès de panique, une « hallucination », expliquant avoir vu le visage d’Arthur Noyer sur celui de la fillette.

« Vous avez détruit une vie en avril 2017, vous avez détruit une vie en août 2017, vous avez semé le désespoir, la souffrance éternelle chez ces familles, vous êtes un destructeur de bonheur », lui a lancé l’avocat général en le décrivant comme un homme « sans émotions ».

Les avocats des parties civiles ont pour leur part estimé la réquisition « juste » et conforme aux attentes de leurs clients, étant donnée la « dangerosité criminelle » de Lelandais.

France

Retraites : 50 % de grévistes dans les écoles primaires, mardi

Article

le

Retraites : 50 % de grévistes dans les écoles primaires, mardi

La moitié des enseignants du premier degré (maternelle et élémentaire) devrait faire grève mardi 31 janvier, deuxième journée de mobilisation contre la réforme des retraites.

Le Snuipp-FSU, premier syndicat du primaire, a prévu ce lundi 30 janvier que la moitié des enseignants du premier degré seraient grévistes dans le cadre de la deuxième journée de mobilisation nationale contre la réforme des retraites, mardi 31 janvier.

« Il n’y a pas d’étonnement, on savait que nous n’irions pas jusqu’à 70 % comme lors de la première mobilisation [le 19 janvier, ndlr]. Mais 50 % reste un très bon chiffre qui montre qui le mouvement de contestation contre la réforme des retraites s’installe dans les écoles », a expliqué à l’AFP Guislaine David, secrétaire générale du Snuipp-FSU.

Lire Plus

France

Grèves: trafic «fortement perturbé» mardi sur les TGV, très peu de Transilien et TER

Article

le

Grèves: trafic «fortement perturbé» mardi sur les TGV, très peu de Transilien et TER

La circulation des trains sera « très fortement perturbée » mardi, pour la deuxième journée de mobilisation contre la réforme des retraites, en particulier pour les trains régionaux TER et Transilien, et sera « fortement perturbée » pour les TGV, a annoncé la SNCF.

La grève de mardi, deuxième journée de mobilisation contre la réforme des retraites, sera encore très suivie dans les transports ferroviaires, avec très peu de trains régionaux TER et Transilien et une circulation des TGV « fortement perturbée », a annoncé dimanche la SNCF.

Sur les TGV, la SNCF s’attend à voir circuler un train sur trois en moyenne : deux TGV sur cinq sur l’axe Nord, un sur deux dans l’Est comme dans le Sud-Est, un sur quatre sur l’arc Atlantique et deux sur cinq pour ses Ouigo. Sur les lignes province à province, seul un train sur trois circulera.

Le trafic des trains régionaux sera encore plus affecté avec deux TER sur 10 en moyenne. Un plan de transport sera communiqué ultérieurement par la SNCF dans chacune des régions.

En Ile-de-France, la SNCF prévoit un train sur trois sur les lignes de RER A, B, et les Transiliens H et U ; un train sur quatre sur la ligne de Transilien K ; et un train sur 10 pour les lignes de RER C et D (en partie fermées), le RER E, et les Transiliens J, L, N, P et R, selon un communiqué. Les lignes 4, 11 et 13 du tramway fonctionneront normalement.

Le trafic des Intercités sera également « très fortement perturbé » : aucun train ne circulera à l’exception d’un aller-retour sur les liaisons Paris-Clermont-Ferrand, Paris-Limoges-Toulouse et Bordeaux-Marseille. Les trains de nuit seront eux totalement interrompus les nuits de lundi à mardi et de mardi à mercredi.

Côté international, les trains connaîtront des sorts divers : la circulation des Eurostar et Thalys fonctionnera quasi normalement mais le trafic des TGV sera « fortement perturbé » entre la France et la Suisse (Lyria).

« Les prévisions sont globalement similaires » à celles de jeudi dernier, qui marquait la première journée de mobilisation, a indiqué la SNCF à l’AFP.

Dans son communiqué, SNCF voyageurs recommande aux voyageurs qui le peuvent « d’annuler ou reporter leurs déplacements » et de « privilégier le télétravail ».

Les usagers sont invités à « vérifier la circulation des trains » lundi dès 17H sur les sites et applications de la SNCF.

Lire Plus

France

Congrès du PS : la victoire d’Olivier Faure entérinée par le parti

Article

le

Congrès du PS : la victoire d’Olivier Faure entérinée par le parti

Le Parti socialiste a finalement trouvé un accord ce samedi après-midi, après plusieurs jours de contestations internes sur les résultats de l’élection du premier secrétaire du parti.

Soumis de 14 à 16 heures au vote des délégués du Congrès socialiste à Marseille, un protocole d’accord a finalement été entériné vers 15 heures ce samedi, confirmant la victoire d’Olivier Faure comme premier secrétaire du PS, à l’issue de plusieurs jours de contestations internes. Les 186 délégués ont à la quasi-unanimité brandi leur carton rouge validant l’accord entre les deux rivaux, portant sur la composition de la direction notamment. « Cette maison, vous venez encore, une fois de plus, de la sauver », a réagi au micro, sous les applaudissements, le maire de Marseille Benoît Payan, qui a dit « avoir eu peur ces derniers jours ».

Le texte détermine que son rival Nicolas Mayer-Rossignol, sceptique vis-à-vis de l’alliance de gauche Nupes et qui contestait jusqu’à présent sa victoire, deviendra premier secrétaire délégué au côté de la maire de Nantes pro-Faure Johanna Rolland. Hélène Geoffroy, chef de file des anti-Nupes, prendra la présidence du conseil national, le parlement du parti.

Le maire de Rouen a contesté pendant plusieurs jours la victoire du premier secrétaire sortant (avec officiellement 51,09 %). Nicolas Mayer-Rossignol ne cache pas ses réticences vis-à-vis de LFI et d’un accord qui a déçu beaucoup de socialistes.

Organigramme

À l’issue d’un premier vote sur le texte d’orientation, Olivier Faure avait obtenu 49 % des voix et le maire de Rouen autour de 30 %, devant une troisième candidate, la maire de Vaulx-en-Velin Hélène Geoffroy (autour de 20 %).

Les négociations se sont notamment débloquées lorsque cette dernière, qui n’avait pas pu se maintenir et avait décidé de soutenir Nicolas Mayer-Rossignol, a indiqué qu’elle ne souhaitait pas intégrer la direction, mais rester dans l’opposition. « Ils assument d’être la minorité, mais ne sont plus avec Nicolas Mayer-Rossignol, ce qui change la donne » et le rapport de force, explique une proche d’Olivier Faure.

Lire Plus

Les + Lus