Nous rejoindre sur les réseaux

Sports

JO-2020: Da Costa en défricheur, Mayer au delà de la douleur, les sports co à l’honneur

Article

le

jo-2020:-da-costa-en-defricheur,-mayer-au-dela-de-la-douleur,-les-sports-co-a-l’honneur

Steven Da Costa est devenu le premier champion olympique de karaté jeudi, et Kevin Mayer a dépassé ses douleurs au dos pour décrocher l’argent en décathlon, tandis que les handballeurs et les basketteurs français, qualifiés pour leurs finales respectives, attendent que les volleyeurs les rejoignent à ce stade, aux Jeux olympiques de Tokyo.

A jamais le premier! Da Costa, N.1 mondial dans sa catégorie et déjà champion du monde en 2018, a battu en finale le Turc Eray Samdan 5-0. Sa médaille est la septième en or pour l’équipe de France, dont l’escarcelle s’est enrichie d’une nouvelle médaille d’argent, celle de Kevin Mayer au décathlon.

Handicapé par un dos bloqué en début de compétition mercredi, le vice-champion olympique a réussi à se remobiliser pour aller chercher le même métal, cinq ans plus tard. Le Canadien Damian Warner était inaccessible pour lui.

Quasiment dans la même minute, et au bout d’une dernière possession slovène étouffante ponctuée d’un contre astronomique de Nicolas Batum, les basketteurs français se sont offert face à la Slovénie (90-89) le droit de disputer une finale de rêve contre les Etats-Unis, samedi.

Ce sera pour eux le troisième rendez-vous à ce stade des Jeux, après les finales perdues de 1948 et 2000, à chaque fois contre… les USA.

La France est d’ores et déjà assurée de compter une 29e médaille avant la fin des Jeux, puisqu’au bout d’une bataille serrée, les hommes de Guillaume Gille ont dominé l’Égypte (27-23) pour participer à une quatrième finale olympique consécutive, en handball.

Portés par leur gardien Vincent Gérard, ils disputeront l’or samedi face aux doubles champions du monde danois ou aux doubles champions d’Europe espagnols, qui se rencontrent en soirée (21h00 heures locales/14h00 heures françaises).

Pour le moment, côté sports collectifs en salle messieurs et dames, c’est le carton plein: les garçons du hand et du basket sont donc en finale, en attendant le résultat du volley contre l’Argentine en soirée, et les filles du hand et du basket jouent leurs demi-finales respectives samedi.

Délocalisation à Sapporo

Jeudi, l’athlétisme s’est délocalisé avec le 20 km marche messieurs, première des épreuves organisées à Sapporo, sur l’île d’Hokkaido, à plus de 1000 km de Tokyo, au nord du Japon, remporté par l’Italien Massimo Stano.

Initialement prévues à Tokyo, les épreuves de marche et de marathon ont été déplacées là-bas afin de limiter les effets des fortes chaleurs qui accablent les sportifs encore plus sur ces épreuves d’endurance. Mais les températures observées lors l’épreuve dans les rues de la ville auront été exactement les mêmes que celles observées à Tokyo…

La matinée a été marquée par la méforme des sprinteurs américains.

Le relais 4×100 m masculin US a été éliminé dès les séries, tout comme les Français  – les Françaises ont elles été repêchées pour la finale – et le grand favori du 110 m haies, Grant Holloway, invaincu depuis 17 courses, n’a pris que la médaille d’argent (13.09), devancé par le Jamaïcain Hansle Parchment (13.04).

Pascal Martinot-Lagarde (5e en 13.16) et Aurel Manga (8e 13.38) n’ont donc pas pu accrocher le podium.

Le Portugais Pedro Pichardo a lui été sacré pour la première fois de sa carrière champion olympique du triple saut, impressionnant au 3e essai (17,98 m).

Pour le reste, cette 13e journée de compétition offre l’occasion d’admirer le keirin en cyclisme sur piste, une discipline très populaire au Japon.

C’est aussi le jour où l’escalade a décerné son premier titre olympique, pour l’Espagnol Alberto Gines Lopez, tandis que le pentathlon moderne a débuté, avec les épreuves d’escrime.

Les quatre membres de l’équipe de France de pentathlon moderne, chances réelles de médailles, ont connu une première journée délicate dans l’épreuve d’escrime. Marie Oteiza et Élodie Clouvel pointent respectivement aux 13e et 24e places. De leur côté, Valentin Prades et Valentin Belaud sont respectivement 11e et 19e.

Sports

C1: le PSG retrouve son rival barcelonais sous la menace terroriste

Article

le

C1: le PSG retrouve son rival barcelonais sous la menace terroriste

Le Paris Saint-Germain (PSG) se prépare à affronter Barcelone dans un contexte sécuritaire tendu, suite à des menaces terroristes, alors que les deux équipes se retrouvent en quart de finale de la Ligue des champions.

Le ministre de l’Intérieur français, Gérald Darmanin, a annoncé un renforcement considérable de la sécurité à Paris en réponse à des menaces du groupe jihadiste État islamique visant les matchs des quarts de finale de la compétition.

Malgré ce contexte sécuritaire, les joueurs du PSG restent concentrés sur le match. Danilo Pereira, défenseur du club, souligne l’importance de se focaliser sur le football malgré les mesures de sécurité renforcées.

Cette saison, le PSG affiche de bonnes performances, malgré les doutes liés aux départs de Neymar et Messi. Toujours en lice en Ligue des champions, en finale de la Coupe de France et en tête du classement de la Ligue 1, l’équipe se sent confiante. Les confrontations avec Barcelone suscitent toujours des passions chez les joueurs et les supporters.

L’entraîneur du PSG, Luis Enrique, ancien joueur et entraîneur du Barça, reconnaît l’importance de ces matchs. Surnommé le « socio culer », il avoue que son cœur reste attaché à Barcelone malgré son engagement envers Paris.

La rivalité entre les deux équipes a été renforcée depuis la « remontada » historique de Barcelone en 2017, où le PSG a subi une défaite retentissante. Depuis lors, les deux clubs se sont affrontés à plusieurs reprises, marquant ainsi une rivalité intense.

Malgré les départs de stars telles que Neymar et Messi du Barça vers le PSG, ainsi que celui d’Ousmane Dembélé, le match promet d’être disputé. Les deux équipes se battront pour la victoire dans un duel qui dépasse les simples enjeux sportifs.

Lire Plus

Sports

Football – EDF : Kolo Muani porte les bleus contre le Chili à Marseille

Article

le

Football - EDF : Kolo Muani porte les bleus contre le Chili à Marseille

Trois jours après leur défaite face à l’Allemagne, les Bleus ont retrouvé le chemin de la victoire en battant le Chili 3-2 à Marseille. Malgré une performance en dents de scie, l’équipe française a su rebondir grâce notamment à Randal Kolo Muani, auteur d’un but et d’une passe décisive, dans un match marqué par les blessures de Jonathan Clauss et d’Eduardo Camavinga.

L’équipe de France, remaniée depuis son dernier match, a connu un début difficile en encaissant un but dès les premières minutes du match. Cependant, elle a rapidement réagi avec des offensives plus abouties, permettant à Youssouf Fofana d’égaliser rapidement. Peu après, Randal Kolo Muani a donné l’avantage aux Bleus d’une tête bien placée.

Malgré quelques frayeurs, notamment avec un tir sur le poteau du gardien Mike Maignan, les Français ont su maintenir leur avance grâce à un but d’Olivier Giroud. Le Chili a réduit l’écart en marquant un deuxième but, mais la France a tenu bon jusqu’au coup de sifflet final.

Cette victoire permet à l’équipe de France de rebondir après sa défaite contre l’Allemagne et de regagner en confiance avant les prochaines échéances, notamment l’Euro de football qui débutera en juin.

Lire Plus

Sports

Tournoi des Six Nations 2024 : Victoire des Bleues contre l’Angleterre

Article

le

Tournoi des Six Nations 2024 : Victoire des Bleues contre l'Angleterre

Le XV de France clôture le Tournoi des Six Nations 2024 avec une victoire épique face à l’Angleterre (33-31), mais les apparences sont parfois trompeuses. Malgré cette performance, qui assure une deuxième place dans le tournoi, l’équipe française reste confrontée à plusieurs défis majeurs.

Sur le papier, les statistiques semblent encourageantes : une deuxième place derrière l’Irlande, la quatrième en cinq ans ; la deuxième meilleure attaque du tournoi ; Thomas Ramos sacré meilleur réalisateur avec 63 points à son actif.

Cependant, ces chiffres dissimulent une réalité plus mitigée pour le XV de France, qui a connu un Tournoi laborieux. Le début chaotique avec une défaite face à l’Irlande (17-38), suivie d’une victoire laborieuse en Écosse (20-16) et d’un nul décevant contre l’Italie (13-13), a été suivi de deux victoires éclatantes au Pays de Galles (45-24) et contre l’Angleterre.

Le sélectionneur Fabien Galthié a qualifié ce tournoi d' »enfer » où l’équipe a dû faire preuve de solidité et de résilience. Près de six mois après la déception du quart de finale de la Coupe du Monde 2023, les Bleus peinent encore à digérer cette sortie prématurée de la compétition.

Malgré des moments difficiles, les joueurs ont su montrer leur unité et leur détermination. Louis Bielle-Biarrey a souligné que ces épreuves allaient renforcer l’équipe à l’avenir.

La défense, point fort autrefois, a été le talon d’Achille de l’équipe avec quatorze essais encaissés, le pire bilan depuis l’arrivée de Fabien Galthié. Malgré tout, le XV de France a pu compter sur ses talents individuels, avec des actions décisives de joueurs comme Gaël Fickou, Damian Penaud ou Léo Barré.

Cette épreuve a également permis à certains joueurs de se révéler, tandis que les cadres ont retrouvé leur rang, en l’absence de joueurs clés comme Antoine Dupont ou Romain Ntamack. La discipline de l’équipe s’est améliorée, bien que quelques cartons jaunes et rouges aient été distribués au cours du tournoi.

Maintenant, les regards se tournent vers la tournée estivale en Argentine, où l’équipe devra confirmer ses progrès et renforcer sa cohésion.

Lire Plus

Les + Lus