Nous rejoindre sur les réseaux

Société

IVG: après des débats houleux, l’Assemblée vote l’allongement du délai légal

Article

le

ivg:-apres-des-debats-houleux,-l’assemblee-vote-l’allongement-du-delai-legal

Dix heures de débats et des pics de tension: l’Assemblée nationale a adopté en première lecture une proposition de loi visant à allonger le délai légal pour l’avortement, mais son examen a ravivé les passions sur ce sujet jugé « sensible » par le gouvernement, prudent face à la majorité.

Le texte qui allonge le délai légal d’accès à l’IVG de 12 à 14 semaines de grossesse (16 semaines d’aménorrhée), a été voté par 86 voix pour, 59 contre et 7 abstentions, la plupart des groupes politiques étant partagés. C’est désormais au tour du Sénat de s’en saisir.

Du fait d’un manque de praticiens et de la fermeture progressive de centres IVG, il s’écoule souvent plusieurs semaines entre le premier rendez-vous et l’intervention. Chaque année, entre 3.000 et 4.000 femmes « hors délai » partiraient avorter à l’étranger, selon un rapport parlementaire publié en 2000.

Huées, bronca ou à l’inverse salves d’applaudissements: les débats entre les partisans du texte et ses opposants, de la droite et d’ex-« marcheurs » comme Joachim Son-Forget et Agnès Thill, ont fait resurgir les fantômes des discussions sur la loi Veil, adoptée il y a 45 ans.

« Nous attendons que les femmes puissent vivre leur accès à l’avortement comme elles le souhaitent. Les entraves continuent dans notre pays », a tonné l’élue LREM Aurore Bergé.

« Personne ne remet en cause le droit à l’IVG », se sont défendus à plusieurs reprises les parlementaires de droite.

L’ex-LREM Matthieu Orphelin, président du groupe EDS (Ecologie, démocratie, solidarité) qui avait mis ce texte à l’ordre du jour, s’est félicité d’avoir « tenu bon »: « Les combats pour les droits des femmes sont toujours difficiles face aux conservateurs ».

De la gauche à la droite, tous les députés ou presque ont invoqué les mânes de Simone Veil décédée en 2017, qui a fait adopter la loi dépénalisant le recours à l’interruption volontaire de grossesse (IVG), pour défendre leurs positions.

Le ministre de la Santé Olivier Véran avait d’emblée qualifié le sujet de « sensible », voire « prématuré ».

Le gouvernement avait choisi d’avancer avec prudence sur un terrain qu’il juge trop miné pour être débattu lors d’une « niche » parlementaire. Un avis largement partagé à droite.

Portée par la députée EDS Albane Gaillot, la proposition de loi a obtenu un large soutien de LREM. Elle fait suite à un rapport parlementaire de la délégation aux Droits des femmes de l’Assemblée qui préconisait cette mesure sur le délai de l’IVG.

« Ponce Pilate »

Si les alliés de la majorité MoDem et Agir se sont montrés majoritairement opposés à la réforme, l’ensemble de la gauche a soutenu la proposition de loi. C’est d’ailleurs du groupe LFI que les plaidoyers furent portés avec le plus d’élan, à l’instar de Jean-Luc Mélenchon ou de Clémentine Autain, qui a raconté avoir elle-même avorté mais en se heurtant à une question de « délai ».

De la droite aux centristes, les opposants ont ferraillé à chaque article et critiqué des dispositions qu’ils jugent venir « déséquilibrer » la loi Veil, comme l’ont souligné Jean-Christophe Lagarde (UDI) ou Jean-Louis Bourlanges (MoDem).

Dans leur ligne de mire: la suppression de la clause de conscience spécifique pour les médecins et sages-femmes, qui maintient l’IVG « dans un statut à part » alors que « c’est un acte de santé comme un autre », selon Mme Gaillot. Une affirmation qui a hérissé les opposants.

« Ce texte ne représente pas un +progrès+ mais une dérive purement idéologique », a tweeté la présidente du RN Marine Le Pen.

Pour le gouvernement, la partition est délicate. Olivier Véran a rappelé qu’il était essentiel d’attendre l’avis du Comité consultatif national d’éthique (CCNE), que le gouvernement a saisi mardi, « pour faire un travail complet abouti » et éclairer les débats.

Celui-ci doit rendre son avis courant novembre, probablement avant le passage au Sénat.

Le gouvernement a eu une « position de sagesse » en s’en remettant à la décision des députés, selon Olivier Véran. « Une politique de Ponce Pilate » fustigée par Nicolas Dupont-Aignan (DLF).

« Parfois le mieux est l’ennemi du bien », a fait valoir Olivier Véran, mettant en avant par exemple le risque « d’effondrement du nombre de gynécologues » souhaitant réaliser une IVG.

Gregory DANEL

Click to comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Société

Agressions et guet-apens homophobes : le site de rencontres coco.gg fermé, quatre suspects entendus

Article

le

Agressions et guet-apens homophobes : le site de rencontres coco.gg fermé, quatre suspects entendus

Considéré comme « un repaire de prédateurs » par des associations et mis en cause dans des guet-apens homophobes, le site de discussion coco.gg a été fermé mardi et quatre suspects étaient entendus dans le cadre d’une enquête ouverte à Paris.

Le site coco.gg affichait le message sur fond bleu de la gendarmerie : « Ce site a été fermé par la direction générale des douanes et droits indirects et la gendarmerie nationale, sous l’autorité de la Junalco (juridiction nationale en charge de la lutte contre la criminalité organisée) du parquet de Paris. »

Quatre personnes étaient entendues par les enquêteurs dans cette affaire, selon une source proche du dossier. Parmi elles, le propriétaire du site, entendu à l’étranger, et sa femme, placée en garde à vue mardi dans le Var.

Le site « coco » a été fermé « dans le cadre d’une enquête judiciaire menée sous la direction de la Junalco du parquet de Paris », a précisé la procureure de la République de Paris, Laure Beccuau. Les investigations ont été conduites par « l’unité nationale cyber de la gendarmerie nationale (UNCyber) et l’Office national anti-fraude (ONAF), avec l’appui du commandement du ministère de l’Intérieur dans le cyberespace (COMCYBER-MI), en France, en Bulgarie, en Allemagne, en Lituanie, aux Pays-Bas et en Hongrie », a ajouté la magistrate. Les opérations ont été coordonnées avec Eurojust, l’agence judiciaire européenne.

L’enquête a été ouverte en décembre 2023, notamment pour fourniture d’une plateforme en ligne permettant une transaction illicite en bande organisée et pour des infractions relatives à la pédocriminalité, au proxénétisme aggravé, au blanchiment aggravé et à l’association de malfaiteurs.

« Le site coco.gg est connu depuis de nombreuses années comme étant un facilitateur de commission de diverses infractions, notamment des actes de pédocriminalité, de proxénétisme, de prostitution, de viols, de vente de stupéfiants, de guet-apens, voire d’homicides », a rappelé la procureure de Paris. Entre le 1er janvier 2021 et le 7 mai 2024, « pas moins de 23 051 procédures judiciaires en lien avec la plateforme coco ont été ouvertes », impliquant 480 victimes.

Le 6 mai, le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin avait annoncé saisir la justice des activités du site. « Les gendarmes ont fait fermer le site +Coco+, sur lequel de nombreux crimes et délits étaient orchestrés : agressions homophobes, trafics de drogues… Les dirigeants de cette plateforme mafieuse ont été interpellés », a-t-il écrit mardi sur X.

Pour entrer sur coco.gg, qui se présentait comme un « site de chat sans inscription », il suffisait de renseigner son genre, son âge, son code postal et de se créer un pseudo, sans aucun contrôle. Immatriculé sur l’île anglo-normande de Guernesey, il se présentait sous un visuel des années 80 qui rappelait le Minitel.

Depuis plusieurs mois, des associations avaient alerté sur le danger qu’il pouvait représenter et ont salué mardi la fermeture du site. L’association SOS Homophobie avait demandé sa fermeture après le guet-apens dont avait été victime un homme homosexuel à Marseille début octobre 2023. « Fermer Coco est un acte efficace et symbolique mais il est nécessaire d’être vigilant parce que nous ne sommes pas à l’abri de l’existence d’autres sites similaires qui passent encore sous les radars », a déclaré Julia Torlet, présidente de l’association, qui souhaite la mise en place de « dispositifs de sécurité et d’alerte ».

La plateforme était également dans la ligne de mire des associations de protection de l’enfance, telles qu’Innocence en danger. « La fermeture du site est un début de la lutte contre l’accessibilité des prédateurs à leurs victimes », a réagi Sophie Antoine, responsable juridique et plaidoyer d’Agir contre la prostitution des enfants (ACPE), confiant son « soulagement énorme ».

« Internet n’est pas une zone de non-droit, où l’on peut faire n’importe quoi », a souligné Samuel Comblez, de l’association e-enfance, « heureux de savoir que l’espace numérique peut être protégé ».

Selon Le Monde, ce site appartient à une société immatriculée en Bulgarie. Il a auparavant été détenu par plusieurs autres sociétés, avec un propriétaire qui reste « en réalité identique » : un « discret ingénieur » installé dans le Var, selon le quotidien.

Lire Plus

France

Ecole, retraites, binationaux : « Nous sommes prêts » à gouverner, assure Jordan Bardella

Article

le

Ecole, retraites, binationaux : "Nous sommes prêts" à gouverner, assure Jordan Bardella

Jordan Bardella affirme la capacité du RN à gouverner, tandis que Gabriel Attal tente de relancer le camp présidentiel à la peine à six jours du premier tour.

À six jours du premier tour des élections législatives, Jordan Bardella a affirmé lundi la capacité du Rassemblement National (RN) à gouverner. Lors d’une conférence de presse, il a tenté de dissiper les doutes sur son programme et son aptitude à diriger, particulièrement après une semaine de flottement au sein du camp lepéniste.

Sur les retraites, Bardella a réitéré son intention de privilégier les carrières longues dès l’automne : « les Français qui ont commencé à travailler avant 20 ans et qui justifient de quarante annuités pourront partir à la retraite dès 60 ans ». En matière d’éducation, il a annoncé un « big bang de l’autorité » avec l’interdiction des téléphones portables dans les collèges et lycées, le vouvoiement des enseignants, et l’expérimentation de l’uniforme à l’école primaire et au collège.

Devant Marine Le Pen et Eric Ciotti, avec qui il a formé une alliance, Bardella a confirmé que les postes les plus stratégiques de l’État seraient réservés aux citoyens français n’ayant qu’une seule nationalité, excluant ainsi les binationaux. Il a également assuré qu’il serait vigilant face aux tentatives d’ingérence de la Russie s’il accédait au pouvoir.

Crédité d’environ 35 % d’intentions de vote au premier tour et d’une majorité relative à absolue dans l’hémicycle le 7 juillet, selon plusieurs instituts de sondages, le RN est la cible de ses adversaires, notamment le Nouveau Front Populaire (27 % à 29,5 %) et le camp présidentiel (environ 20 %). Jean-Luc Mélenchon a critiqué le RN, l’accusant de créer une atmosphère de peur parmi les « métissés, les racisés », en référence aux stigmatisations après les émeutes suivant la mort du jeune Nahel.

Gabriel Attal, en campagne à Dijon, a saisi l’occasion pour inviter Jean-Luc Mélenchon à débattre sur TF1 avec Bardella et lui-même, plutôt que d’envoyer le porte-parole de LFI, Manuel Bompard. Bardella a soutenu cette invitation, rappelant que la chaîne avait invité les candidats au poste de Premier ministre.

Jean-Luc Mélenchon a répondu en affirmant que le prochain Premier ministre serait proposé par le groupe parlementaire le plus nombreux après les élections, critiquant la nomination d’Attal par « faveur du prince ». Les chefs des formations du Nouveau Front Populaire ont prévu de se partager les différents débats télévisés du premier et second tour.

Laurent Berger, ancien secrétaire général de la CFDT, a déclaré dans Le Monde que la priorité était d’éviter le RN, ajoutant que le choix du Premier ministre n’était pas sa principale préoccupation. De son côté, Gabriel Attal a affirmé que le RN n’était pas prêt à gouverner, insistant sur le fait que le RN est un parti d’opposition et non de gouvernement.

Emmanuel Macron a indirectement répondu aux critiques en assurant avoir conscience que beaucoup dans la majorité lui en veulent, mais exprimant sa confiance dans les électeurs. « Ce sera la responsabilité des Français » le soir du deuxième tour, a-t-il ajouté.

Lire Plus

Société

« Alertes féministes » contre l’extrême droite à Paris et ailleurs en France

Article

le

"Alertes féministes" contre l'extrême droite à Paris et ailleurs en France

Des dizaines de milliers de personnes ont défilé dimanche à Paris et en France pour dénoncer le « danger » pour les droits des femmes que représenterait une victoire du RN, à une semaine des législatives.

Un mouvement de grande ampleur a traversé la France dimanche, alors que des dizaines de milliers de manifestants se sont rassemblés pour lancer des « alertes féministes » contre l’extrême droite. À Paris, entre 13 000 personnes, selon la préfecture de police, et 75 000, selon les organisateurs, ont défilé sous le soleil, arborant la couleur violette emblématique du féminisme. Ces manifestations, organisées par plus de 200 associations, ONG et syndicats, visaient à dénoncer la menace que représenterait une victoire du Rassemblement National (RN) pour les droits des femmes.

En régions, 14 000 manifestants ont été recensés dans 41 rassemblements, selon des sources policières. La veille, des défilés contre l’extrême droite à l’appel des syndicats avaient réuni entre 250 000 et 640 000 personnes en France, dont 75 000 à 250 000 à Paris.

Les associations féministes, syndicats et ONG dénoncent le « féminisme de façade » de l’extrême droite, accusations que le RN rejette en les qualifiant de « caricatures ». Morgane Legras, militante de #Noustoutes et ingénieure dans le nucléaire, a fustigé le RN en rappelant leur historique de déclarations et d’actions contre les droits des femmes, notamment en matière d’avortement et de soutien au Planning familial.

Stéphanie, 51 ans, qui ne manifeste jamais d’habitude, s’est mobilisée contre ce qu’elle perçoit comme une véritable menace. Sa fille Héloïse, 11 ans, portait un tee-shirt avec l’inscription « mes libertés en danger » et le sigle RN barré.

L’alerte féministe s’est matérialisée par une alarme et des sifflets à leur arrivée place de la Nation. Parmi les manifestants, une majorité de femmes, mais aussi des hommes et quelques garçons avec leurs mères, brandissaient des pancartes telles que « Ni mari ni patron, ni Marine ni Macron » ou « Le machisme fait le lit du fascisme ». La chanson de Clara Luciani, co-signataire avec plusieurs centaines d’artistes d’une tribune appelant à faire barrage à l’extrême droite, résonnait dans la foule.

Suzy Rojtman, porte-parole du Collectif national pour les droits des femmes, a souligné l’importance d’alerter la population contre ce qu’elle appelle une imposture du RN sur les droits des femmes. Sarah Durocher, présidente du Planning Familial, a rappelé que chaque fois que l’extrême droite arrive au pouvoir, elle s’attaque au droit à l’avortement, et que la France ne ferait pas exception.

Des figures politiques et syndicales telles que Marylise Léon de la CFDT, Sophie Binet de la CGT, l’insoumise Clémentine Autain, l’ex-ministre Najat Vallaud-Belkacem et l’actrice Corinne Masiero étaient présentes à Paris. L’actrice Judith Godrèche, engagée contre les violences sexuelles et sexistes, a également participé à la manifestation.

À Bordeaux, 2 000 manifestants ont marché derrière la banderole « L’extrême droite doit reculer, pas nos droits ». Vanessa Laboutade, membre du Collectif contre les abus policiers CLAP33, a souligné que les droits des femmes étaient déjà menacés sous la droite conservatrice et a appelé à une mobilisation continue.

À Toulouse, entre 880 et 1 500 personnes ont manifesté avec des slogans tels que « Femme et jeune, la double peine » et « Lesbiennes contre le fascisme ». Sarah, 33 ans, a dénoncé le RN comme étant contre les femmes et l’avortement, des sujets qu’elle estime ne devraient plus être discutés à notre époque.

À Lyon, un millier de manifestants scandaient « RN sexiste, riposte féministe ». Charlène Servanton, du Collectif Droits des Femmes 69, a exprimé son inquiétude en comparant la situation en France à celle en Hongrie, Pologne et Italie, où les droits des femmes et des couples homoparentaux sont attaqués.

Des manifestations ont également eu lieu à Rennes et Strasbourg, où Christine Poret, enseignante retraitée, a déclaré que le RN souhaite la « domestication de la femme ».

Le RN a dénoncé ces manifestations comme étant basées sur des caricatures et des mensonges. Jordan Bardella, président du RN, a accusé « l’extrême gauche » de s’arroger le monopole des droits des femmes dans une vidéo adressée aux femmes de France.

Ces manifestations démontrent la forte mobilisation et la détermination des associations féministes, syndicats et ONG à lutter contre l’extrême droite et à protéger les droits des femmes en France.

Lire Plus

Les + Lus