Nous rejoindre sur les réseaux

Europe

Italie: En Calabre, la difficile cohabitation au quotidien avec la mafia

Article

le

en-calabre,-la-difficile-cohabitation-au-quotidien-avec-la-mafia

Il y a deux ans, des milliers de personnes à Vibo Valentia, en Calabre, sont descendues dans la rue le matin de Noël pour célébrer l’arrestation par la police de centaines de membres présumés de la mafia.

Pour ceux qui vivent dans l’ombre de la ‘Ndrangheta, la mafia calabraise, c’était la première fois que les habitants osaient dénoncer publiquement le plus puissant syndicat du crime organisé d’Italie qui, depuis des décennies, a infiltré les institutions de la région méridionale, étouffé son économie et terrorisé sa population.

Contrairement aux cas précédents, où les proches des membres de la ‘Ndrangheta saisis se sont présentés dans les commissariats pour contester les autorités et soutenir les personnes arrêtées, cette fois-ci, les applaudissements étaient destinés à la police.

« Les applaudissements étaient incessants, j’en avais des frissons », se souvient Giuseppe Borrello, représentant local de l’association anti-mafia Libera. « D’un point de vue symbolique, c’était important ».

Deux ans plus tard, des questions restent en suspens car 355 personnes arrêtées sont accusées d’une longue liste de crimes, allant de l’extorsion et de l’usure au blanchiment d’argent et au meurtre, dans le cadre d’un maxi-procès en cours.

Une fusillade survenue le mois dernier a ravivé les craintes que la période de calme relatif qui a suivi les arrestations touche à sa fin dans cette ville de 31.000 âmes.

« Allez voir le patron »

Fin 2017, le restaurateur Filippo La Scala a reçu deux appels téléphoniques anonymes, lui ordonnant d' »apporter de l’argent aux amis de Vibo ».

Après le jet d’un cocktail Molotov sur la terrasse du restaurant, il s’est rendu à la police.

« C’était un moment difficile », a déclaré M. La Scala. « Ces choses-là vous stressent vraiment ».

Partie civile au procès en cours, il se sent « très confiant » dans le nouvel engagement des autorités à affronter la ‘Ndrangheta après des décennies d’inertie institutionnelle, d’inefficacité et de corruption.

Le chef des carabiniers de la province de Vibo, le colonel Bruno Capece, prévient cependant que beaucoup reste à faire.

« Avant, pratiquement toutes les nuits, nous recevions des informations sur des voitures brûlées, des portails sur lesquels on tirait ou qu’on endommageait », a déclaré l’officier.

Le dernier meurtre à Vibo remonte à avril 2020 et son auteur a été rapidement retrouvé. De même, la police a résolu en 48 heures la dizaine de tentatives de meurtre depuis les arrestations de décembre 2019, a-t-il précisé.

La collaboration étroite entre la police et les procureurs est un nouveau signe de crédibilité pour l’Etat, dans un territoire où les habitants ont longtemps été habitués à des dénonciations qui ne mènent à rien et à des procès qui traînent en longueur ou se terminent par des acquittements, souvent grâce à la collusion entre la ‘Ndrangheta et les personnes au pouvoir, dit M. Capece.

Jusqu’à relativement récemment, « seuls les clans mafieux régnaient ici, et la réponse de l’État était pratiquement inexistante », estime le procureur général de Vibo, Camillo Falvo.

La confiance dans les autorités se gagne par les résultats, selon le magistrat, et jusqu’à présent, la faiblesse de l’État a joué directement en faveur de la ‘Ndrangheta.

« Si vous déposez une plainte au civil et qu’elle n’aboutit jamais… la deuxième fois que vous avez un problème, vous allez voir le boss mafieux local et lui dites : +Écoutez, ce type me doit de l’argent+ ».

L’effondrement total

Site de l’ancienne colonie grecque d’Hipponion, Vibo Valentia possède encore un château du XIIème siècle, sur une colline où les chèvres paissent le soir, offrant une vue spectaculaire sur le volcan Stromboli.

Mais si l’on descend dans la ville, marquée par des façades de magasins abandonnés et des structures en béton à moitié terminées, il n’y a pas grand-chose qui mérite un détour.

Quelque 47% des jeunes sont sans emploi dans la province, soit le cinquième taux le plus élevé d’Italie.

« Vibo est une ville triste, délabrée, qui enlaidit les gens et ne les incite pas à donner le meilleur d’eux-mêmes ». Voilà comment le blogueur Argentino Serraino, 25 ans, décrit sa ville natale.

Des décennies d’ingérence de la ‘Ndrangheta ont contribué au déclin économique de Vibo, par le biais de fonds publics détournés, d’entreprises qui ferment plutôt que de payer l’argent de la protection, ou d’entrepreneurs qui se voient refuser des marchés publics en raison d’appels d’offres truqués.

Le phénomène se répète dans toute la Calabre.

Et malgré le quasi-monopole de la ‘Ndrangheta sur le commerce de la cocaïne en Europe et les milliards blanchis grâce à des investissements dans l’économie légale à travers l’Europe, la ‘Ndrangheta continue à étrangler l’économie locale.

« Ils ont ruiné ma vie »

Les habitants de Vibo ne sont pas tous convaincus que l’État les protège.

L’acte d’accusation du maxi-procès mentionne un commerçant de Vibo comme étant à la fois victime et complice de la ‘Ndrangheta, soulignant la zone grise obscure que l’on rencontre souvent en territoire mafieux.

« Ils ont ruiné ma vie », a déclaré Rocco Tavella, évoquant la justice qui l’a gardé derrière les barreaux pendant cinq jours après le coup de filet de 2019.

M. Tavella a, selon les procureurs, subi des pressions pour vendre des vêtements à un prix inférieur au prix coûtant à des membres de la mafia. Lui nie avoir été un intermédiaire dans un épisode de prêt d’argent en 2011, comme l’a affirmé l’un des nombreux informateurs devenus témoins de l’État dans le procès.

« Nous verrons combien de personnes seront acquittées », a-t-il déclaré, sceptique.

Une femme, Paola, qui n’a pas voulu donner son nom de famille, a déclaré que les habitants de Vibo sont paranoïaques, étant donné les liens familiaux et sociaux étroits avec l’accusé.

« Vous ne pouvez pas enfermer quelqu’un pour avoir simplement entendu quelque chose, ou avoir été vu avec quelqu’un », a-t-elle déclaré, accusant les procureurs d’excès de zèle en ne limitant pas les arrestations aux grands boss mafieux.

Rien à voir ici

La lutte contre la ‘Ndrangheta est rendue encore plus difficile par le manque de ressources, selon le procureur Falvo.

Peu de procureurs chevronnés souhaitent venir dans la région et les procès sont donc menés par de jeunes magistrats inexpérimentés.

« Comment pouvons-nous mener une guerre contre la mafia à mains nues ? », se demande-t-il.

Et la violence ne s’arrête pas à Vibo. Le mois dernier, le fils d’un chef mafieux est soupçonné d’avoir tiré sur un accusé dans ce procès.

Des images vidéo de sécurité ont montré des voitures passant devant l’homme blessé, et aucun témoin – pas même la victime – n’est venu dénoncer le crime.

« C’est comme si nous étions revenus trois ans en arrière, que tout notre travail était parti en fumée », se désole le colonel Capece.

Le propriétaire du restaurant La Scala a raconté que lorsqu’il avait été menacé, il s’était demandé s’il devait quitter Vibo.

« La Calabre est un si bel endroit, et Vibo en est le plus beau parmi tous… Si seulement elle n’était pas ternie par ce cancer de la ‘Ndrangheta », a-t-il dit.

Europe

Guerre en Ukraine : Biden dit « non » à l’envoi d’avions de combat

Article

le

Guerre en Ukraine : Biden dit « non » à l’envoi d’avions de combat

Berlin a déjà rejeté catégoriquement cette idée, tandis que le président français Emmanuel Macron a estimé prudemment que « par définition, rien (n’était) exclu ».

Joe Biden a opposé ce lundi 30 janvier un refus catégorique à l’idée d’envoyer à l’Ukraine des avions de combat américains de type F-16. « Non », a dit le président américain lorsqu’un journaliste l’a interrogé à la Maison Blanche sur la possibilité de fournir les appareils que réclament les dirigeants ukrainiens.

Les Occidentaux viennent de franchir un palier dans l’aide militaire apportée à l’Ukraine, après que l’Allemagne et les États-Unis ont annoncé l’envoi de chars. Le président Volodymyr Zelensky réclame une assistance encore plus poussée, passant par la livraison de missiles à longue portée et d’avions de combat.

Berlin a déjà rejeté catégoriquement cette idée, tandis que le qu’Emmanuel Macron a estimé prudemment que « par définition, rien (n’était) exclu », tout en assurant que les Ukrainiens ne lui avaient pas fait à ce jour de demande en ce sens.

Une visite prochaine en Pologne

Alors qu’approche le 24 février, qui marquera un an depuis l’invasion de l’Ukraine, Joe Biden n’a pas voulu dire s’il se rendrait en Europe à cette occasion.

Mais il a assuré qu’il irait, sans préciser de date, en Pologne, un pays qui joue un rôle clé dans la réponse à l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

« Je vais aller en Pologne, mais je ne sais pas quand », a-t-il dit aux journalistes, en regagnant Washington après un court déplacement dans la ville de Baltimore (Maryland, est).

Lire Plus

Europe

Belgique : trois blessés, dont l’un grièvement, après une attaque au couteau à Bruxelles

Article

le

Belgique : trois blessés, dont l'un grièvement, après une attaque au couteau à Bruxelles

Le parquet fédéral a indiqué n’avoir pas été saisi « à ce stade », après une attaque au couteau ce lundi à la station de métro Schuman, à Bruxelles. Un homme de 30 ans a été arrêté par les forces de l’ordre.

Trois personnes ont été blessées dans une attaque au couteau lundi 30 janvier, en fin d’après-midi, dans le métro à Bruxelles, selon un nouveau bilan de la police belge. Le pronostic vital est engagé pour l’une des victimes.

Un homme de 30 ans a été arrêté par les forces de l’ordre. La piste terroriste n’est pas d’actualité.

Une station située près de la Commission européenne

L’attaque est survenue autour de 18 heures dans la station Schuman, située à quelques dizaines de mètres des sièges de la Commission européenne et du Conseil européen. « Mes pensées vont aux victimes (…) Merci à la police pour sa prompte intervention », a indiqué la ministre de l’Intérieur belge, Annelies Verlinden.

Le trafic restait interrompu en début de soirée sur une partie des deux lignes de métro passant par la station Schuman, la police poursuivant son enquête sur place, selon l’opérateur des transports bruxellois (Stib).

Lire Plus

Europe

Royaume-Uni : le Premier ministre Rishi Sunak limoge un ministre en raison de ses démêlés fiscaux

Article

le

Royaume-Uni : le Premier ministre Rishi Sunak limoge un ministre en raison de ses démêlés fiscaux

Le ministre sans portefeuille et président du Parti conservateur Nadhim Zahawi a été limogé à l’issue d’une enquête indépendante.

Le Premier ministre britannique, Rishi Sunak, a limogé le ministre sans portefeuille et président du Parti conservateur, Nadhim Zahawi, en raison d’une violation du code ministériel liée à ses démêlés fiscaux, a annoncé dimanche 29 janvier Downing Street. À l’issue d’une enquête indépendante, « il est clair qu’il y a eu une grave violation du code ministériel », a expliqué le chef du gouvernement.

« En conséquence, je vous informe de ma décision de vous démettre de vos fonctions au sein du gouvernement de Sa Majesté », a poursuivi Rishi Sunak. En limogeant Nadhim Zahawi plutôt qu’en lui demandant de démissionner, Rishi Sunak cherche à affirmer son autorité, lui qui avait promis à son arrivée à Downing Street « intégrité, professionnalisme et responsabilité ».

Le Premier ministre britannique avait chargé lundi son conseiller éthique indépendant d’enquêter pour déterminer si Nadhim Zahawi, qui siège au Conseil des ministres, avait enfreint le code ministériel dans le cadre du règlement de plusieurs millions de livres sterling qu’il a dû payer pour solder un litige avec le fisc.

Après treize ans au pouvoir, les conservateurs ont vu ces dernières années leur réputation entachée par des affaires de conflits d’intérêts, alimentant des accusations de corruption de la part de l’opposition travailliste, largement en tête des sondages.

Lire Plus

Les + Lus