Nous rejoindre sur les réseaux

Monde

Israël: vaste manifestation anti-Netanyahu à trois jours des élections

Article

le

israel:-vaste-manifestation-anti-netanyahu-a-trois-jours-des-elections

« Dégage! » Des milliers d’Israéliens ont manifesté samedi soir à Jérusalem leur opposition au Premier ministre Benjamin Netanyahu, en première place dans les sondages à moins de trois jours de nouvelles élections législatives cruciales à sa survie politique.

Depuis fin juin, des manifestants de réunissent chaque samedi soir, après la pause hebdomadaire du shabbat, à Jérusalem et dans l’ensemble d’Israël pour des rassemblements contre le chef de gouvernement, inculpé pour corruption dans trois affaires et critiqué pour les aides jugées insuffisantes aux travailleurs ayant perdu leur emploi avec la pandémie.

Mais ce 39e samedi de protestation, devant la résidence officielle de M. Netanyahu, rue Balfour à Jérusalem, a une signification particulière à quelques jours de l’ouverture des bureaux de vote, mardi matin, pour les quatrièmes élections législatives israéliennes en mois de deux ans.

« C’est la première fois que nous venons aux manifestations et nous espérons qu’elles auront un impact sur ceux qui ne savent pas encore pour qui voter », a affirmé Hagit, jeune mère de famille présente à Jérusalem.

Le son des petites vuvuzelas se mêlait à la basse vibrante d’un groupe de hip-hop et les drapeaux israéliens se mélangeaient aux affiches « dégage! » ou « allez voter ».

« Question de vie ou de mort »

Simon, crâne légèrement dégarni et cheveux poivre et sel, a fait la route depuis la métropole Tel-Aviv pour ce dernier grand rassemblement avant les législatives.

« Je viens ici tous les samedis. (…) Ce soir, les gens ne vont pas passer de droite à gauche (ce soir) mais cet événement est important parce qu’il dit: allez voter, ne rester pas silencieux », ajoute-t-il au côté d’Orly, une amie habituée comme lui aux manifestations contre le Premier ministre.

« Cela fait cinq ans que je proteste contre lui. Et là, ce sont les élections et c’est une question de vie ou de mort pour nous », lance-t-elle à travers son masque sanitaire sur lequel est écrit en rouge « crime minister », pour désigner M. Netanyahu.

Les trois derniers scrutins avaient placé M. Netanyahu et son rival, l’ex-chef de l’armée et centriste Benny Gantz, au coude-à-coude. Après les troisièmes législatives, M. Gantz avait décidé de s’allier à son ennemi politique pour former un gouvernement « d’union et d’urgence » face à la crise sanitaire, qui n’a survécu que quelques mois.

Débat électoral?

Depuis, l’étoile politique de M. Gantz a pâli, et M. Netanyahu, 71 ans dont les douze derniers au pouvoir, affronte principalement le centriste Yaïr Lapid, le frondeur Gideon Saar, qui a quitté le Likoud du Premier ministre pour former son propre parti, et le ténor de la droite radicale Naftali Bennett.

Or les derniers sondages, publiés vendredi par la presse israélienne, créditent le Likoud d’une trentaine de sièges, sur les 120 de la Knesset (Parlement). La formation de M. Lapid en obtiendrait près d’une vingtaine et celles de MM. Bennett et Saar une dizaine chacune.

Si Benjamin Netantayu caracole toujours en tête des sondages, jouant à fond la carte du succès de la campagne de vaccination anticoronavirus –près de 50% des neuf millions d’Israéliens ont reçu les deux doses du vaccin Pfizer-BioNTech–, il pourrait toutefois manquer d’appuis pour former un gouvernement.

Avec ses alliés de la droite religieuse, le Likoud de M. Netanyahu obtiendrait une cinquantaine de sièges selon les derniers baromètres, un score en deça du seuil requis (61 députés) pour former un gouvernement. Face à lui, M. Lapid et les partis anti-Netanyahu n’atteignent pas non plus le seuil de la majorité.

Dans cette campagne électorale menée en partie sous confinement, avant un allègement des mesures sanitaires ces dernières semaines, les partis n’ont pas tenu de grands meetings. Et si les candidats ont multiplié les interviews à la radio et les déclarations sur les réseaux sociaux, aucun débat télévisé n’a eu lieu.

Pour tenter de clore le duel, M. Lapid a lancé samedi soir une invitation à débattre au Premier ministre: « Le public israélien mérite un débat, mérite des réponses (…), les studios sont prêts, les modérateurs sont prêts et nos deux podiums attendent ».

Après des heures à s’époumonner, des manifestants ont nettoyé la place de France, coeur de la contestation, ramassant les tracts jonchant le bitume avant de glisser, dans quelques jours, leur bulletin dans l’urne.

Click to comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Monde

Gaza : la famine s’installe dans le nord de l’enclave

Article

le

Gaza : la famine s'installe dans le nord de l'enclave

L’Agence gouvernementale américaine estime que plus de 200 000 personnes souffrent d’un manque extrême de nourriture.

La famine est déjà présente dans le nord de la bande de Gaza, selon l’Agence américaine pour le développement international. Dans son évaluation du mois mars, USAID fait état d’un niveau élevé d’insécurité alimentaire. L’agence gouvernementale estime que 70% de la population du nord de l’enclave palestinienne, soit plus de 200 000 personnes, souffre d’un manque extrême de nourriture.

Soumis à une forte pression internationale, Israël a indiqué qu’un nouveau point de passage terrestre vers nord de la bande de Gaza serait bientôt ouvert.

En attendant, la tension continue de monter dans la région, après une frappe attribuée à Tsahal sur le consulat iranien à Damas en Syrie, la semaine dernière.

« Une attaque à partir du territoire iranien serait une preuve évidente de la volonté de l’Iran de provoquer une escalade au Moyen-Orient et de cesser de se cacher derrière des mandataires, a déclaré Daniel Hagari, porte-parole de l’armée israélienne. Au cours des derniers mois, nous avons amélioré et perfectionné nos capacités offensives et nous saurons comment agir en cas de besoin. »

De leur côté, des étudiants juifs ultra-orthodoxes ont manifesté à Tel-Aviv contre la fin annoncée de leur exemption du service militaire. En ordonnant le gel des fonds publics qui leur était alloué, la Cour suprême d’Israël a mis la pression au gouvernement Netanyahu sur cette question épineuse.

Lire Plus

Économie

Pour contrer les produits chinois en Europe, la France défend l’idée de «préférence européenne»

Article

le

Pour contrer les produits chinois en Europe, la France défend l'idée de «préférence européenne»

Pour préserver l’industrie européenne face aux puissances américaine et chinoise, les Vingt-Sept doivent « éliminer les charges administratives inutiles », ont fait valoir ce lundi les ministres allemand et français de l’Économie et italien des Entreprises, lors d’une réunion organisée à Meudon.

Les ministres de l’Économie français, italien et allemand se sont réunis le lundi 8 avril en région parisienne pour définir une politique industrielle commune, notamment dans des secteurs clés tels que l’intelligence artificielle et la transition énergétique.

Bruno Le Maire, ministre français de l’Économie, a souligné le déficit commercial croissant entre la Chine et l’Europe, qui a triplé au cours des dix dernières années, passant de 100 à 300 milliards d’euros. Il a mis en avant l’inondation du marché européen par des produits chinois, notamment dans les domaines des panneaux solaires, des voitures électriques et des batteries.

Pour rééquilibrer la balance commerciale, Bruno Le Maire a proposé d’imposer une préférence européenne dans les marchés publics, suggérant des quotas de contenu européen allant jusqu’à 60% dans les appels d’offres, ainsi que des normes environnementales et de qualité plus strictes.

Si l’Italie soutient cette position, le ministre allemand de l’Économie, Robert Habeck, s’est montré plus réservé. Il a exprimé des préoccupations quant au protectionnisme, soulignant l’importance de l’ouverture des marchés et de la mondialisation. L’Allemagne, exportatrice majeure vers la Chine, craint les mesures de rétorsion et souhaite éviter une escalade dans les tensions commerciales avec Pékin.

Lire Plus

Europe

Relève de la garde croisée entre l’Élysée et Buckingham pour célébrer les 120 ans de l’Entente cordiale

Article

le

Relève de la garde croisée entre l'Élysée et Buckingham pour célébrer les 120 ans de l'Entente cordiale

Pour célébrer les 120 ans de l’Entente cordiale entre la France et le Royaume-Uni les deux pays organisent lundi une relève croisée entre l’Élysée et Buckingham Palace.

Signé en 1904, l’accord de l’Entente cordiale a joué un rôle crucial dans l’amélioration des relations franco-britanniques après les guerres napoléoniennes, établissant ainsi un fondement solide pour l’alliance entre les deux pays au sein de l’Otan.

Des Grenadiers de la maison royale britannique ont participé au cérémonial de la relève de la garde dans la cour d’honneur du Palais de l’Élysée, en présence du président français Emmanuel Macron et de l’ambassadrice du Royaume-Uni en France, Menna Rowlings. Pendant ce temps, les gardes français ont effectué le même rituel devant le palais de Buckingham, résidence du roi Charles III.

Pour la première fois dans l’histoire de l’Élysée, une troupe étrangère a été invitée à participer à ce rituel militaire, souligne la présidence française.

La cérémonie à Buckingham Palace a été suivie par des membres de la famille royale britannique, dont le duc et la duchesse d’Édimbourg, le prince Édouard et son épouse Sophie, accompagnés des chefs d’état-major britannique et français.

L’événement marque également la première participation d’un pays non membre du Commonwealth à la cérémonie de relève de la garde, habituellement réservée aux anciennes colonies britanniques anglophones.

La signature de l’Entente cordiale en 1904 a été un tournant majeur dans l’histoire franco-britannique, préparant le terrain à leur alliance pendant la Première Guerre mondiale.

Cette célébration souligne les liens historiques forts entre la France et le Royaume-Uni, malgré les tensions et les antagonismes qui ont parfois marqué leur relation au fil du temps.

Lire Plus

Les + Lus