Nous rejoindre sur les réseaux

Hérault

Hérault : un homme condamné pour viols et pédophilie libéré pour vice de procédure

Article

le

Hérault : un homme condamné pour viols et pédophilie libéré pour vice de procédure

Un violeur condamné à 12 ans de prison échappe à la détention pour une faute de frappe dans le verdict.

Un homme de 71 ans condamné en appel à 12 ans de prison pour viols sur mineure et agressions sexuelles sur trois adolescentes est finalement libéré pour deux mots manquants sur le jugement. La Cour de Cassation a annulé le 24 mai dernier un verdict rendu par la Cour d’appel de l’Hérault. En cause, deux mots manquants dans le délibéré de la décision rédigée par la Cour.

Le verdict mentionnait que l’accusé était « reconnu coupable à la majorité de huit voix », alors qu’il aurait dû être mentionné « reconnu coupable à la majorité de huit voix AU MOINS ». Une faute de frappe anodine, mais qui a eu des conséquences considérables sur la condamnation.

« C’est vécu par les victimes comme un acharnement procédural de la part de l’accusé, comme des lignes de fuite qui sont empruntées perpétuellement par lui. On a une incompréhension du système judiciaire à ce jour, du point de vue des victimes », a réagi Florent de Saint Julien, l’avocat des parties civiles.

L’accusé était le beau-père de Léa, qui témoigne : « Il a commencé avec ma sœur, ensuite il y a eu moi et ensuite il s’en est pris à sa petite-fille. Il avait fait des photos, nous faisait du chantage. C’était quelqu’un de la famille et donc c’était très compliqué d’en parler. C’est injuste de laisser sortir quelqu’un comme lui pour deux mots, alors qu’il y avait la majorité qui dit qu’il est coupable », dit-elle. Léa et sa sœur espèrent que le nouveau procès aura lieu rapidement pour enfin tourner la page.

L’accusé étant âgé de 71 ans, elles souhaitent qu’il ne puisse échapper d’une façon ou d’une autre à une sanction pénale.

Hérault

Béziers : Robert Ménard met en place un couvre-feu pour les mineurs de moins de 13 ans

Article

le

Béziers : Robert Ménard met en place un couvre-feu pour les mineurs de moins de 13 ans

Le maire de Béziers a pris un arrêté pour interdire aux mineurs de moins de 13 ans de circuler seuls le soir dans la rue afin de lutter contre la délinquance.

Béziers et Nice envisagent des mesures drastiques pour contrer la délinquance juvénile, alors que Robert Ménard, maire de Béziers, a signé un arrêté instaurant un couvre-feu pour les mineurs de moins de 13 ans non accompagnés dans certains quartiers, et que Christian Estrosi, maire de Nice, souhaite suivre une voie similaire.

À Béziers, l’arrêté, en vigueur du 22 avril au 30 septembre, interdit à tout mineur de moins de 13 ans de circuler sur la voie publique de 23 heures à 6 heures du matin, à moins d’être accompagné d’une personne majeure. Robert Ménard justifie cette décision par une augmentation des jeunes mineurs livrés à eux-mêmes, ainsi que par une recrudescence des violences urbaines.

À Nice, Christian Estrosi envisage également de mettre en place une mesure similaire pour lutter contre la délinquance juvénile.

Robert Ménard a souligné que cette mesure vise à sensibiliser les enfants et les parents, et qu’elle sera accompagnée de sanctions pour les contrevenants, notamment une amende pour les parents. Il a déclaré que cette mesure vise à rappeler aux parents leur responsabilité et à protéger les enfants mineurs des dangers de la rue la nuit.

L’annonce de ces mesures a suscité des réactions diverses. Certains soutiennent cette initiative comme un moyen de garantir la sécurité publique, tandis que d’autres expriment des inquiétudes quant à son impact sur les libertés individuelles et les droits des enfants.

Lire Plus

Faits Divers

Braquage d’une banque à Clermont-l’Hérault : le suspect retrouvé mort

Article

le

Un homme a braqué une agence bancaire à Clermont-l’Hérault, près de Montpellier, ce mercredi matin. Le braqueur est décédé, et aucun autre individu n’a été blessé lors de l’incident.

Un braquage a eu lieu ce mercredi matin à Clermont-l’Hérault, près de Montpellier, dans la banque Dupuy-de-Parseval. Selon une source proche de l’enquête, il était aux alentours de 9h30 quand un homme a utilisé son véhicule, comme voiture-bélier, pour pénétrer à l’intérieur de l’agence bancaire. Les employés sur place ont immédiatement alerté les gendarmes.

L’homme suspecté de ce braquage a été retrouvé mort, selon une source proche enquête. Il n’y a pas d’autres victimes. Un périmètre de sécurité avait été mis en place dans cette zone commerciale près de l’échangeur de l’A75. Le GIGN avait été appelé sur place. L’intervention était terminée avant son arrivée.

Lire Plus

Faits Divers

Agression de Samara à Montpellier : les trois mineurs ayant «porté des coups» mis en examen

Article

le

Agression de Samara à Montpellier : les trois mineurs ayant «porté des coups» mis en examen

Trois mineurs de 14 et 15 ans ayant participé à l’agression de Samara, une adolescente de 13 ans, devant le collège Arthur-Rimbaud de Montpellier mardi 2 avril, ont été mis en examen vendredi 5 avril dans la soirée pour « tentative d’homicide volontaire » et placés sous contrôle judiciaire, a annoncé le parquet .

Trois mineurs, deux garçons et une fille âgés de 14 et 15 ans, ont été mis en examen pour « tentative d’homicide volontaire » dans le cadre de l’agression de Samara, 13 ans, au collège Arthur-Rimbaud de Montpellier. Ils ont reconnu leur implication dans les faits et ont été placés sous contrôle judiciaire. Malgré la demande de remise en liberté du plus âgé des trois agresseurs, celle-ci a été rejetée par la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Montpellier.

L’agression de Samara, qui a récemment émergé de son coma, n’a pas été associée à des motifs religieux selon le procureur. Les tensions entre les élèves trouvent leur origine dans des « invectives » échangées sur les réseaux sociaux, et non dans des considérations religieuses.

Cependant, la mère de Samara a déclaré que sa fille avait été « prise en grippe » depuis plus d’un an par une camarade de collège, qui la traitait de « mécréante ». Des politiciens ont également réagi à cet aspect potentiellement religieux de l’affaire, avec certains dénonçant une instrumentalisation politique de la souffrance de la jeune fille.

En parallèle de l’enquête pénale, une enquête administrative a été lancée par le ministère de l’Éducation pour déterminer d’éventuelles responsabilités du personnel de l’établissement dans cette affaire. Des inspecteurs ont commencé à recueillir des témoignages au collège Arthur-Rimbaud, avec un délai de huit jours pour rendre leur rapport à la ministre, Nicole Belloubet.

Lire Plus

Les + Lus