Nous rejoindre sur les réseaux

Culture

Grammy Awards: des stars et des tubes pour surpasser la pandémie le temps d’une soirée

Article

le

grammy-awards:-des-stars-et-des-tubes-pour-surpasser-la-pandemie-le-temps-d’une-soiree

La popstar Dua Lipa, les rappeurs Megan Thee Stallion et Roddy Ricch, la révélation Billie Eilish: c’est un feu d’artifice de vedettes qui se succédera dimanche sur la scène des Grammy Awards pour tenter de transcender une année musicale marquée par la pandémie et de gigantesques manifestations antiracistes.

La cérémonie se déroule, presque un an jour pour jour après les premières fermetures de salles de concert américaines sous la menace du coronavirus, « dans et autour » du centre des congrès de Los Angeles. Les organisateurs insistent sur des conditions sanitaires très strictes et ont prévu pour seul public les artistes se produisant sur scène, les candidats et un petit nombre d’invités.

La soirée de gala alternera performances live et séquences pré-enregistrées.

Avec neuf nominations, c’est Beyoncé qui mène la danse. Elle est à ce jour l’artiste féminine comptant le plus grand nombre de nominations aux Grammy Awards, 79 en tout, à égalité avec Paul McCartney et juste derrière les recordmen toutes catégories: son propre époux Jay-Z et le légendaire Quincy Jones, qui en ont 80.

Son titre « Black Parade », sorti en juin dans la foulée des gigantesques manifestations antiracistes provoquées par la mort de George Floyd et d’autres Afro-Américains tués par la police, est cette année en lice pour les prestigieux Grammys de l’enregistrement de l’année et de la chanson de l’année.

Mais Queen B. ne chantera pas dimanche soir et certains y voient un mauvais présage, rappelant les multiples revers qu’elle a déjà subis par le passé dans ces catégories généralistes, les plus prisées.

De nombreux experts parient plutôt sur Dua Lipa, révélation 2019 et qui a sorti avec succès un album disco et très dansant juste avant le confinement planétaire.

Autre candidate solide, Taylor Swift a quant à elle sorti « Folklore », un album surprise aux accents simples et doux des pulls en mohair et du retour à la terre, au beau milieu de la pandémie.

The Weeknd snobé

Récompensé l’an dernier par un Grammy pour sa collaboration avec le défunt Nipsey Hussle, le rappeur Roddy Ricch avec son tube « The Box » fait figure d’outsider pour la « chanson de l’année ». Comme Dua Lipa et Taylor Swift, il est candidat dans six catégories au total.

La jeune Billie Eilish, qui avait fait sensation l’an dernier en raflant les trophées dans les quatre catégories reines, pourrait encore frapper durant cette 63e édition, tout comme Post Malone ou Justin Bieber.

La brûlante Megan Thee Stallion a de bonnes chances de lui succéder en tant que « révélation de l’année » et elle pourrait aussi décrocher un Grammy majeur avec le remix de son titre « Savage » où figure aussi Beyoncé.

Les spécialistes gardent également un oeil sur la rockeuse californienne Phoebe Bridgers qui a beaucoup fait parler d’elle.

Artiste confirmée, Fiona Apple, dont l’album « Fetch The Bolt Cutters » a été qualifié de « chef d’oeuvre » par de nombreux critiques, est dans le peloton de tête des rockeuses, qui monopolisent cette année une catégorie trop souvent masculine.

Le mouvement Black Lives Matter et les artistes qu’il a inspirés sont également présents en force, avec Lil Baby et « The Bigger Picture », sélectionné à deux reprises, et l’hymne antiraciste « I Can’t Breathe » de H.E.R. qui peut prétendre à la « chanson de l’année ».

Grand absent remarqué, The Weeknd, étrangement snobé par les Grammys alors qu’il enchaîne les tubes et a accompli une prestation impressionnante à l’occasion de la récente finale du championnat de football américain.

Son titre « Blinding Lights » est devenu le premier à se maintenir pendant 52 semaines d’affilée dans le Top 10 du Billboard et les experts ne s’expliquent pas le traitement infligé à l’artiste canadien.

The Weeknd ne comprend pas davantage et, comme avant lui Frank Ocean ou Drake, a décidé de boycotter dorénavant une institution qui selon lui ne reconnaît pas à leur juste valeur les artistes noirs et les femmes.

L’audience au rendez-vous ?

La kyrielle de stars qui se relaieront durant cette soirée parviendront-elles à susciter l’engouement d’un public entièrement virtuel ? Le pari est de taille pour cette fête de la musique car côté cinéma, les Golden Globes en ont fait les frais fin février avec une audience catastrophique, en chute de 62% par rapport à l’année précédente.

Megan Thee Stallion devrait monter sur scène ainsi que Cardi B. qui n’est cependant pas sélectionnée cette année.

Pas sûr que les chanteuses interprètent leur tube « WAP » sur la scène des Grammys à une heure de grande écoute, ses paroles livrant des métaphores sexuelles très explicites.

Taylor Swift, Roddy Ricch, Billie Eilish, Dua Lipa, Post Malone et DaBaby seront au rendez-vous, de même que les idoles du boys-band sud-coréen BTS, sélectionnées dans la catégorie pop.

La cérémonie, animée par l’humoriste Trevor Noah, débute dimanche à 17h00 heure de Los Angeles (00H00 GMT lundi).

Click to comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Culture

Plateformes de streaming : 7 000 artistes réclament une meilleure rémunération

Article

le

Plateformes de streaming : 7 000 artistes réclament une meilleure rémunération

À la veille du Festival de Cannes, 7 000 acteurs signent une tribune pour dénoncer le non-respect de la loi sur la rémunération proportionnelle de leurs œuvres.

Alors que le Festival de Cannes s’apprête à ouvrir ses portes pour sa 77e édition, une tribune signée par 7 000 acteurs français fait grand bruit. Cette déclaration exprime le mécontentement des artistes face à la rémunération jugée insuffisante de leurs œuvres par les plateformes de streaming.

Parmi les signataires de cette tribune, des personnalités telles que Julie Gayet, Samuel Le Bihan, Benoît Magimel et Thierry Lhermitte réclament une application stricte de la loi du 12 mai 2021. Cette loi prévoit une rémunération supplémentaire proportionnelle au succès des œuvres diffusées sur les plateformes en ligne.

Trois ans après l’adoption de cette loi, les acteurs constatent qu’elle n’est toujours pas mise en application. Dans leur tribune, ils évoquent la possibilité d’un mouvement de grève similaire à celui ayant eu lieu à Hollywood, ayant entraîné des pertes considérables pour l’industrie cinématographique américaine.

Anne Bouvier, présidente de l’Adami, soutient cette initiative et appelle à un soutien gouvernemental pour faire respecter les droits des artistes. Elle souligne également une montée de la colère parmi les acteurs français, notamment ceux œuvrant dans les séries télévisées quotidiennes.

L’acteur et réalisateur Sam Karmann, dans une déclaration au Parisien, espère que la raison et la loi prévaudront, mais n’exclut aucune forme de mobilisation pour faire entendre les revendications des acteurs.

Lire Plus

Culture

Culture : le secteur de l’édition demande d’interdire la pub télé pour les livres

Article

le

Culture : le secteur de l'édition demande d'interdire la pub télé pour les livres

Le Syndicat national de l’édition demande l’abrogation d’un décret autorisant la publicité télévisée pour les livres, craignant un impact négatif sur la création littéraire.

Le Syndicat national de l’édition (SNE) a lancé un appel au gouvernement mercredi pour interdire la publicité télévisée pour les livres, arguant qu’une telle mesure pourrait entraîner « un appauvrissement de la création littéraire ».

Cette prise de position fait suite à un décret du 5 avril qui autorise la publicité télévisée pour les livres à titre expérimental pendant deux ans. Le SNE, inquiet des conséquences potentielles de cette décision, demande fermement son abrogation.

Le décret en question suscite des préoccupations au sein de l’industrie de l’édition, notamment quant à la fragilisation du secteur et à l’éventuelle réduction de la diversité littéraire. Le ministère de la Culture avait ouvert une consultation publique sur cette mesure en janvier et février, mais les résultats de cette consultation n’ont pas été rendus publics avant la publication du décret au Journal officiel, ce qui a pris de court de nombreux acteurs du secteur.

Le SNE a exprimé son désaccord lors de cette consultation, soulignant la nécessité de maintenir l’équilibre dans une industrie caractérisée par sa grande diversité. Il déplore également le manque d’encadrement précis et d’engagement en faveur de la promotion du livre et de la lecture à la télévision dans le cadre de cette expérimentation.

Jusqu’à présent, une seule maison d’édition, les éditions XO, a diffusé un spot télévisé, affirmant avoir toujours milité en faveur de cette forme de publicité.

Cette opposition à la publicité télévisée pour les livres n’est pas seulement portée par les éditeurs, mais également par l’organisation des libraires, le Syndicat de la librairie française, qui s’aligne sur la position du SNE. « Avec l’ensemble de la filière, nous avons toujours été fermement opposés à la publicité télévisée pour les livres. Et nous l’avons réaffirmé lors de la consultation publique », a déclaré Guillaume Husson, délégué général du Syndicat de la librairie française.

Lire Plus

Culture

Emmanuel Macron soutient la participation d’Aya Nakamura aux JO de Paris 2024

Article

le

Emmanuel Macron soutient la participation d'Aya Nakamura aux JO de Paris 2024

Le Président de la République estime que la chanteuse a « tout à fait sa place » lors de la cérémonie olympique.

Lors de l’inauguration du centre aquatique olympique de Saint-Denis, Emmanuel Macron s’est prononcé en faveur de la participation de la chanteuse Aya Nakamura à la cérémonie des Jeux olympiques de Paris 2024, affirmant qu’elle avait « tout à fait sa place ».

Face à la presse, le président de la République a déclaré que la présence d’Aya Nakamura lors de la cérémonie d’ouverture ou de clôture des Jeux serait « une bonne chose si elle en fait partie avec d’autres », soulignant que l’artiste « parle à bon nombre de nos compatriotes ».

Cependant, Emmanuel Macron a rappelé que la décision finale revenait à la direction artistique, dirigée par Monsieur Thomas Joly, responsable des cérémonies des Jeux Olympiques et Paralympiques de 2024.

Cette prise de position intervient après plusieurs semaines de polémique autour d’une possible participation d’Aya Nakamura, la chanteuse franco-malienne étant la cible de critiques de la part de la droite et de l’extrême droite.

Toutefois, la situation semble évoluer favorablement pour l’artiste, puisque les belles-sœurs et héritières d’Édith Piaf ont exprimé leur soutien à l’idée qu’Aya Nakamura interprète une chanson de la Môme lors des JO de Paris, après avoir été sollicitées pour l’utilisation de « L’Hymne à l’amour » lors d’une cérémonie.

Lire Plus

Les + Lus