Nous rejoindre sur les réseaux

Culture

Golden Globes: le grand soir pour les réalisatrices et Netflix ?

Article

le

golden-globes:-le-grand-soir-pour-les-realisatrices-et-netflix-?

Sans champagne ni tapis rouge pour cause de pandémie, la cérémonie des Golden Globes pourrait tout de même réserver dimanche soir son lot de surprises, entre célébration des réalisatrices d’Hollywood et consécration tant attendue par Netflix.

La plateforme de vidéo à la demande affiche cette année un nombre record de nominations, 42 au total. Netflix est en lice dans les catégories les plus prestigieuses, notamment celle du « meilleur film dramatique » avec deux films sur cinq candidats, « Les Sept de Chicago » et « Mank ».

Mais la prudence reste de mise car malgré 34 nominations l’an dernier, Netflix n’avait pas réussi à s’imposer dans la cour des grands d’Hollywood, repartant finalement avec seulement deux trophées.

Les Golden Globes font partie des prix les plus convoités du cinéma américain et pourraient conforter les favoris de cette année dans la course aux Oscars ou à l’inverse doucher leurs espoirs.

Pour l’édition 2019, le jury de l’Association de la presse étrangère d’Hollywood qui décerne ces prix avait eu le nez creux: tous les primés aux Golden Globes dans la catégorie cinéma avaient remporté un Oscar quelques semaines plus tard, à l’exception de celui pour la musique de film.

Cette année, « Les Sept de Chicago », drame d’Aaron Sorkin sur la répression des manifestations contre la guerre du Vietnam en 1968, et « Nomadland », hymne réalisé par Chloe Zhao à la gloire de hippies modernes sillonnant les Etats-Unis dans leurs camionnettes, tiennent tous deux la corde en raison de leurs thèmes très actuels.

« Je pense que ça va probablement se jouer entre eux », estime Scott Feinberg, spécialiste des prix au magazine The Hollywood Reporter.

« Et s’il devait y avoir une surprise, ça serait +Promising Young Woman+, qui ne ressemble à rien de ce qu’on a vu récemment », ajoute-t-il.

Outre ce thriller féministe avec Carey Mulligan, « The Father », avec Anthony Hopkins en vieillard sombrant dans la démence et « Mank », ode en noir et blanc de David Fincher au film culte « Citizen Kane », sont également en lice dans la catégorie phare du meilleur film dramatique.

Trois réalisatrices, « deux mecs blancs »

Côté réalisateur, Chloe Zhao est donnée ultra-favorite face à ses concurrents, parmi lesquelles deux autres femmes, Emerald Fennell pour « Promising Young Woman », et Regina King pour « One Night in Miami ».

« On va voir comment ça se passe; au bout du compte David Fincher et Aaron Sorkin, deux mecs blancs, pourraient gagner », relève Pete Hammond, qui se veut prudent.

Chouchoute du jury, Barbra Streisand est à ce jour la seule femme à avoir remporté le Golden Globe dans cette catégorie, pour le film musical « Yentl » en 1984.

Le défunt Chadwick Boseman, mort l’été dernier d’un cancer après avoir incarné notamment « Black Panther », a quant à lui de fortes chances de décrocher un Golden Globe pour sa performance dans « Le Blues de Ma Rainey », là encore un film Netflix. « C’est son meilleur rôle, et on a appris depuis qu’il savait qu’il pouvait s’agir de sa dernière apparition, donc c’est difficile de résister », analyse Tim Gray.

Chez les actrices, c’est Carey Mulligan qui a le vent en poupe grâce à sa performance dans « Promising Young Woman ». Elle y incarne une jeune femme qui étanche sa soif de vengeance en écumant les bars et prétend être ivre pour pousser les hommes à révéler leur misogynie. Elle trouvera toutefois sur sa route Frances McDormand, et Viola Davis en « Ma Rainey ».

Contrairement aux Oscars, les Globes font la distinction entre films dramatiques et comédies. C’est « Borat 2 », avec Sacha Baron Cohen dans le rôle du journaliste kazakh fictif, et la comédie musicale « Hamilton » qui tiennent la corde dans cette seconde catégorie.

Sacha Baron Cohen est également sélectionné dans la catégorie du meilleur second rôle pour « Les Sept de Chicago ».

Pour la première fois dans l’histoire des Golden Globes, la cérémonie se tient à cheval entre le traditionnel hôtel Beverly Hills en Californie, avec la comédienne Amy Poehler en maîtresse de cérémonie, et le Rainbow Room de New York où sa camarade Tina Fey sera rejointe par des célébrités, dont Michael Douglas et Catherine Zeta-Jones.

La plupart des stars devraient toutefois se contenter de recevoir leur trophée de manière virtuelle, depuis chez elles.

Click to comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Culture

Emmanuel Macron soutient la participation d’Aya Nakamura aux JO de Paris 2024

Article

le

Emmanuel Macron soutient la participation d'Aya Nakamura aux JO de Paris 2024

Le Président de la République estime que la chanteuse a « tout à fait sa place » lors de la cérémonie olympique.

Lors de l’inauguration du centre aquatique olympique de Saint-Denis, Emmanuel Macron s’est prononcé en faveur de la participation de la chanteuse Aya Nakamura à la cérémonie des Jeux olympiques de Paris 2024, affirmant qu’elle avait « tout à fait sa place ».

Face à la presse, le président de la République a déclaré que la présence d’Aya Nakamura lors de la cérémonie d’ouverture ou de clôture des Jeux serait « une bonne chose si elle en fait partie avec d’autres », soulignant que l’artiste « parle à bon nombre de nos compatriotes ».

Cependant, Emmanuel Macron a rappelé que la décision finale revenait à la direction artistique, dirigée par Monsieur Thomas Joly, responsable des cérémonies des Jeux Olympiques et Paralympiques de 2024.

Cette prise de position intervient après plusieurs semaines de polémique autour d’une possible participation d’Aya Nakamura, la chanteuse franco-malienne étant la cible de critiques de la part de la droite et de l’extrême droite.

Toutefois, la situation semble évoluer favorablement pour l’artiste, puisque les belles-sœurs et héritières d’Édith Piaf ont exprimé leur soutien à l’idée qu’Aya Nakamura interprète une chanson de la Môme lors des JO de Paris, après avoir été sollicitées pour l’utilisation de « L’Hymne à l’amour » lors d’une cérémonie.

Lire Plus

Culture

Oliver Stone annonce un documentaire sur Lula, après Castro et Chavez

Article

le

Oliver Stone annonce un documentaire sur Lula, après Castro et Chavez

Oliver Stone, le renommé réalisateur américain, a annoncé la finalisation de son nouveau documentaire portant sur l’ancien président brésilien Luiz Inácio Lula da Silva.

Le célèbre cinéaste Oliver Stone a révélé avoir terminé le tournage d’un documentaire sur le président brésilien Luiz Inácio Lula da Silva, qui explore son incarcération entre 2018 et 2019 ainsi que son retour au pouvoir.

Dans une déclaration à Paris, Stone a expliqué que le documentaire traiterait des poursuites judiciaires contre Lula, ainsi que de son emprisonnement pour corruption, un événement qui, selon le cinéaste, n’est pas rare dans certains pays.

Bien que aucune date de sortie n’ait été annoncée, le film devrait être présenté dans des festivals de cinéma, comme Cannes, où Stone est un habitué.

Oliver Stone, qui a déjà réalisé plusieurs films et documentaires sur l’Amérique latine, dont certains ont été controversés, comme ceux sur Fidel Castro et Hugo Chavez, voit en Lula, Chavez et Castro des « humanistes » qui ont travaillé pour le bien de leur pays malgré les poursuites politiques à leur encontre.

Interrogé sur les similitudes entre les trois dirigeants, Stone les décrit comme des originaux qui ont cherché à servir leur pays du mieux qu’ils pouvaient.

Le cinéaste, connu pour son franc-parler et son indépendance d’esprit, refuse de se conformer à la politique américaine traditionnelle et a déjà été qualifié de complotiste. Malgré ses trois Oscars et sa réputation bien établie, Stone admet que le retour aux longs métrages pourrait être difficile pour lui.

Lire Plus

Culture

Oscars 2024 : Justine Triet remporte l’Oscar du meilleur scénario pour « Anatomie d’une chute »

Article

le

Oscars 2024 : "Anatomie d'une chute" de Justine Triet primé

Le film français Anatomie d’une chute n’a pas obtenu l’Oscar du meilleur film étranger dimanche 10 mars, mais a tout de même remporté le prix du meilleur scénario.

Le film français « Anatomie d’une chute » de Justine Triet a été récompensé du prix du meilleur scénario lors de la 96e cérémonie des Oscars, qui s’est déroulée à Los Angeles le 10 mars. Malgré cette victoire, le film n’a pas remporté l’Oscar du meilleur film étranger, décerné au Britannique Jonathan Zagler pour « La Zone d’intérêt ».

Cette consécration du meilleur scénario, bien que moins spectaculaire que prévue, a été accueillie avec enthousiasme par Justine Triet. Interrogée, la réalisatrice a qualifié cette récompense de « rêve », tout en reconnaissant que cela constituait également le fruit d’une campagne bien menée. Le film, qui était également en lice dans trois autres catégories, repart finalement avec une seule statuette dorée.

Par ailleurs, « Anatomie d’une chute » a été mentionné d’une manière inattendue lors de la cérémonie. Le présentateur américain Jimmy Kimmel a utilisé le chien du film pour faire une remarque ironique sur Gérard Depardieu, impliqué dans des accusations de viols et d’agressions sexuelles. Cette intervention a suscité des réactions mitigées parmi le public et les professionnels du cinéma.

Lire Plus

Les + Lus