Nous rejoindre sur les réseaux

Faits Divers

Fusillade mortelle à Paris: la piste du règlement de comptes privilégiée

-

le

fusillade-mortelle-a-paris:-la-piste-du-reglement-de-comptes-privilegiee

Un tireur a tué froidement un homme et blessé par balle une agente de sécurité, lundi en plein jour devant un hôpital parisien, parvenant à s’enfuir après ce qui s’apparente à un règlement de comptes, selon les premiers éléments de l’enquête.

Dans le XVIe arrondissement de la capitale, les coups de feu ont été tirés devant l’hôpital gériatrique Henry-Dunant, un établissement privé administré par la Croix-Rouge française, où est actuellement installé un centre de vaccination contre le Covid-19.

Le tireur a pris la fuite sur un deux-roues. « C’est un probable règlement de comptes », a expliqué une source proche de l’enquête.

La victime, née en 1987, « est très connue, notamment pour meurtre en bande organisée, trafic de stupéfiants et association de malfaiteurs », a ajouté une source proche du dossier, qui confirme que la thèse d’une exécution préméditée est privilégiée.

« Il ressort des premières investigations que l’homme décédé », « défavorablement connu par la justice », « était visé par l’auteur des coups de feu », a confirmé le parquet de Paris, qui a ouvert une enquête pour assassinat, tentative d’assassinat et association de malfaiteurs, confiée à la brigade criminelle de la Direction régionale de la police judiciaire.

« Ca ressemblait vraiment à une exécution de mafieux, comme dans un film », raconte Arnaud, patron d’un café situé juste en face de l’hôpital, souhaitant rester anonyme.

Tueur « stoïque »

Quand il entend les coups de feu, il s’affaire dans son bar.

« Quand je me suis retourné, j’ai vu un gars en capuche tirer deux ou trois fois sur la victime, vers la tête ou le haut du corps, alors qu’elle était déjà au sol, pour le finir. Et puis il est parti calmement, sans aucun stress ».

Quelques minutes plus tôt, le trentenaire abattu en pleine rue avait commandé un café à emporter au commerçant. « C’est irréel, j’ai encore du mal à y croire », souffle le cafetier, dans ce quartier cossu de la capitale.

Le cuisinier de l’établissement, Aboubakar Fofana, dit avoir vu le tireur « monter sur un scooter X-Max gris qui l’attendait » un peu plus loin.  « Le conducteur était un peu gros alors que le tireur était plutôt grand et sportif. Tout du long, il a marché tranquillement, il était complètement stoïque, comme s’il venait d’acheter un café et que tout était normal », assure ce trentenaire.

« Balle perdue »

La gardienne d’un immeuble voisin rapporte aussi anonymement avoir « entendu six grands coups de feu vers 13h30 » pendant son déjeuner.

« Je suis sortie immédiatement et j’ai vu un jeune homme noir au sol, face contre terre devant l’hôpital. Il était déjà mort », a-t-elle raconté. « Les gens criaient, criaient car il y avait une femme de la sécurité qui était blessée », a ajouté cette quadragénaire.

L’agente de sécurité, « gravement blessée », avait été « prise en charge rapidement par le Samu », après une première intervention du personnel de l’hôpital, a expliqué la Croix-Rouge dans un communiqué.

Elle « est hospitalisée dans un état grave » et « son pronostic vital est toujours engagé à cette heure », a indiqué le parquet lundi soir.

L’agente de sécurité n’était a priori pas visée et « a plutôt été victime d’une balle perdue », a déclaré à la presse le maire du XVIe arrondissement Francis Szpiner.

L’édile a confirmé qu’il s’agit « vraisemblablement d’un règlement de comptes »: « le nombre de douilles relevées me laisse à penser que c’est plutôt prémédité », a-t-il dit.

Le maire a voulu rassurer la population: « il ne s’agit pas d’un attentat terroriste, il ne s’agit pas d’un attentat contre le centre de vaccination ».

La Croix-Rouge a mis en place « une cellule de soutien psychologique » pour tous les personnels concernés et assure que « la vaccination et les activités de l’hôpital gériatrique peuvent se poursuivre ».

Lundi après-midi, seuls les patients figurant sur une liste prioritaire pouvait entrer, les autres étaient invités à revenir mardi ou mercredi, a constaté un journaliste de l’AFP.

« On a encore beaucoup de personnes choquées à l’intérieur », a confié un employé.

 

Click to comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Faits Divers

A Avignon, un policier tué dans une intervention près d’un point de deal

-

le

a-avignon,-un-policier-tue-dans-une-intervention-pres-d’un-point-de-deal

Un policier a été tué par balle mercredi près d’un point de deal à Avignon par un tireur qui s’est ensuite enfui, un drame survenu alors que l’exécutif a érigé la lutte contre les trafics en priorité et que l’insécurité s’annonce comme un thème majeur de la campagne présidentielle.

« La lutte contre les trafics de stupéfiants, partout sur le territoire national, s’apparente à une guerre. Cette guerre, nous la menons grâce à des soldats, (…) les policiers et les gendarmes de France. Aujourd’hui, un de ces soldats est mort en héros », a déclaré sur place à la presse le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, vers minuit.

Dans la soirée, des centaines de policiers étaient déployés, lourdement armés, autour des lieux du crime, une petite rue à l’intérieur des remparts de la Cité des Papes, dans le centre-ville. Sur place, un enquêteur de la police scientifique faisait encore des prélèvements peu avant 23H00, ont constaté des journaliste.

C’est là que vers 18H30, le policier décédé et son équipage avaient été envoyés « pour un attroupement sur la voie publique autour d’un point de deal », selon le ministre de l’Intérieur. A leur arrivée sur les lieux, un « lieu très sensible en matière de stup' » selon le délégué syndical Unité SGP-Police Grand Sud Bruno Bartocetti, l’équipage a contrôlé le groupe présent: au cours de cette intervention, un des individus aurait fait feu « à plusieurs reprises » sur le fonctionnaire de police.

Les autres policiers présents ont riposté, sans pouvoir interpeller l’auteur des tirs qui a pris la fuite –« en trottinette », selon une source policière. Malgré l’intervention de ses collègues et des sapeurs-pompiers, la victime, un homme de 36 ans pacsé et père de deux enfants, est décédée.

« Tout est mis en œuvre pour que cet acte odieux ne reste pas impuni », a insisté le chef du gouvernement Jean Castex en début de soirée en annonçant la nouvelle sur Twitter.

Saisie d’armes en augmentation

Le Vaucluse, un des dix départements les plus pauvres de France, a connu une hausse du trafic de drogue ces dernières années, selon des responsables policiers et judiciaires interrogés récemment par l’AFP.

« Dans le département du Vaucluse depuis le 1er janvier, c’est 83 interpellations pour trafic de stups, c’est plus de 60 opérations contre les points de deal », a détaillé à Avignon Gérald Darmanin.

« Les opérations que nous menons démontrent que dans les saisies des policiers, c’est une augmentation de plus de 30% des armes saisies lors d’interpellations dans le trafic de stupéfiants », a aussi pointé le ministre.

Survenu une dizaine de jours après l’assassinat jihadiste de Stéphanie Monfermé, une fonctionnaire de police tuée à coups de couteau dans le commissariat de Rambouillet, ce nouveau drame a suscité immédiatement de vives réactions des syndicats de policiers. « Rien ne justifie une telle barbarie », s’est insurgé le syndicat Synergie Officiers.

Alliance Police Nationale a insisté: le syndicat « assure qu’il faut punir par de la prison ferme assorti de mandat de dépôt ceux qui agressent ou tuent des policiers (…), dénonce ce laxisme de la justice qui aménage ou réduit les peines de ces individus qui jouissent d’une impunité sans limite ».

Ce crime intervient aussi alors que l’exécutif a érigé ces derniers mois la sécurité au premier rang de ses priorités, à un an de l’élection présidentielle. Dans un entretien accordé au Figaro, Emmanuel Macron a récemment fait de l’éradication des trafics de stupéfiants « la mère des batailles » –la droite et le RN dénonçant de leur côté l’échec du gouvernement sur le sujet.

Dans ce contexte, le meurtre de mercredi a suscité l’indignation dans la classe politique, en particulier à droite et à l’extrême-droite: Xavier Bertrand a salué un « héros du quotidien, qui a défendu ses valeurs jusqu’au sacrifice suprême », appelant à ce que le « criminel (soit) puni avec la plus grande sévérité ».

« Je suis en colère et plus que jamais avec notre @PoliceNationale et leurs familles. Il est urgent que l’État les protège », a aussi réagi mercredi la patronne du Rassemblement national Marine Le Pen.

Selon une étude de l’institut Elabe publiée le mois dernier, les électeurs français citent l’emploi (31%), le pouvoir d’achat (31%) et la sécurité (30%) comme les thèmes qui compteront le plus dans leur choix en 2022.

Lire Plus

Faits Divers

Nordahl Lelandais, tueur en série ? Aucune preuve, mais un fantasme tenace

-

le

nordahl-lelandais,-tueur-en-serie-?-aucune-preuve,-mais-un-fantasme-tenace

Le fantasme est né dès sa mise en cause dans le dossier Noyer, après celle dans l’affaire Maëlys: Nordahl Lelandais est-il un tueur en série ? Trois ans plus tard, rien ne permet d’accréditer cette thèse.

Mise en place de la cellule Ariane par la gendarmerie, communications d’avocats et magistrats, articles de presse et émissions de radio et de télévision: les mois qui ont suivi la mise en cause de Lelandais ont été rythmés par cette idée accusatrice.

« Nous allons regarder toutes les disparitions inquiétantes qui ont pu avoir lieu dans la région, dans le cadre d’une autre procédure », indiquait à la presse le 20 décembre 2017 Thierry Dran, alors procureur de Chambéry, en annonçant la mise en examen de Lelandais pour la mort du militaire Arthur Noyer.

Des médias recensent alors les cas de disparus et voient « l’ombre de Nordahl Lelandais » planer sur plusieurs d’entre eux. Les parquets concernés rouvrent certains dossiers, des avocats se manifestent et la gendarmerie prend l’initiative de créer la cellule Ariane, en janvier 2018, au niveau national.

Les sept enquêteurs qui la composent s’attellent alors à vérifier le « parcours de vie » du suspect. Pas moins de 900 dossiers sont dans un premier temps repris, avant que n’en soient sélectionnés « une quarantaine » pour lesquels la piste Lelandais pouvait être envisagée, précise, en février 2019, Jean-Philippe Lecouffe, à l’époque sous-directeur de la police judiciaire de la gendarmerie nationale.

En coulisses, cette initiative en solitaire déplaît fortement aux magistrats. La gendarmerie a « une grande part de responsabilité » dans l’agitation qui a entouré cette affaire, estime l’un d’eux.

Au sein de la gendarmerie, on rétorque que la cellule Ariane a effectué un travail très dense et très rigoureux, en lien avec les magistrats, avant sa dissolution en octobre 2020 au moment de la création d’une « division cold case » (DCC) pour traiter « des dossiers criminels complexes hors norme ».

 « Aubaine »

Certains contribuent aussi à alimenter les doutes. « Nordahl Lelandais a peut-être tué d’autres personnes mais on ne le saura peut-être jamais », avance le 9 avril dernier le procureur général de Grenoble, Jacques Dallest, dans le quotidien régional Le Dauphiné Libéré. Sollicité, il n’a pas souhaité en dire davantage.

Du côté des avocats, Me Bernard Boulloud, conseil des familles d’Arthur Noyer et de certains disparus, admet avoir « profité de l’aubaine » pour faire rouvrir des dossiers.

Un autre reconnaît même être parvenu à se greffer à l’affaire à des fins d’exposition, dans le cas où des clients potentiels apparaitraient avec l’ouverture de nouveaux dossiers impliquant Lelandais.

En l’état actuel des investigations, « aucun lien n’est établi entre Nordahl Lelandais et d’autres disparitions », a confirmé, avant le procès, une source judiciaire haut placée.

Mais « un Anglais a trouvé un rapport entre la Grande pyramide et les cabines téléphoniques anglaises, et il est très sérieux. Quand on veut trouver un rapport, on trouve toujours », avance Jean-Yves Coquillat, ancien procureur de Grenoble.

S’il n’avait pas exclu d’emblée cette piste du tueur en série, le magistrat retraité constate aujourd’hui que les enquêtes menées ont écarté un certain nombre de suspicions.

Le parquet de Chambéry, par exemple, a classé sans suite, en novembre 2019, le dossier de Lucie Roux, disparue en 2012, après l’avoir rouvert à la lumière de l’affaire Lelandais.

L’enquête a démenti qu’il ait côtoyé la victime dans un hôpital psychiatrique savoyard, comme cela avait été raconté dans la presse, selon plusieurs sources judiciaires.

Dans l’affaire de deux hommes disparus lors d’un festival de musique à Tamié près d’Albertville, en 2011 et 2012, une vidéo a été diffusée, montrant un homme danser lors d’une édition du festival. Certains y reconnaissaient Nordahl Lelandais mais l’enquête a démontré qu’il ne s’agissait pas de lui.

Dans le dossier de la mort près de Chambéry, en 2015, de Thomas Rauschkolb, 18 ans, une exhumation du corps en Alsace a été ordonnée en mars, après saisine d’un juge d’instruction sur constitution de partie civile.

Mais alors que la famille évoque cette piste, le parquet de Chambéry affirme que le magistrat instructeur ne fait pour l’heure pas de lien avec Nordahl Lelandais.

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung) <

Lire Plus

Faits Divers

Attaque de Rambouillet: hommages à la policière tuée dans toute la France

-

le

attaque-de-rambouillet:-hommages-a-la-policiere-tuee-dans-toute-la-france

Une cérémonie « sobre » à Rambouillet et un appel au rassemblement devant les commissariats et gendarmeries de tout le pays: lundi, citoyens et forces de l’ordre rendent hommage à Stéphanie Monfermé, l’agente administrative assassinée vendredi par un Tunisien de 36 ans radicalisé.

« Je ne la considère toujours pas comme partie », témoigne, abasourdi, René Tardiff, un collègue qui a partagé pendant vingt-six ans avec elle sa vie de bureau dans le commissariat « calme » où l’attaque a été perpétrée.

Trois jours après le choc, les habitants de cette commune paisible et cossue de 26.000 âmes au sud-ouest de Paris sont appelés à se réunir à 17h30 devant l’Hôtel de Ville pour un « moment de recueillement (…) sobre », selon la maire Véronique Matillon.

A la même heure, le syndicat Unité SGP Police et la fédération FSMI FO exhortent « l’ensemble des personnels des services de police, gendarmerie, police municipale, préfecture à se rassembler symboliquement devant leur bâtiment ».

Le délégué SGP des Yvelines, François Bersani, a appelé à un « sursaut citoyen ». « Il y a du +police bashing+, ça a toujours été, mais dans ces moments-là, il faut que les liens se resserrent », a-t-il déclaré.

Comme tous les collègues de la victime, René Tardiff doit reprendre mardi le chemin du travail. Sans Stéphanie, sa collègue originaire de la Manche qu’il décrit comme « discrète, souriante, investie ». Une « passionnée » de danse country, qui vivait à Saint-Léger-en-Yvelines avec son époux boulanger et ses deux filles de 13 et 18 ans.

« Je suis parti vendredi (23 avril) à midi », relate-t-il, « j’ai dit à Stéphanie +Bonnes vacances et au 4 mai !+ car elle partait en congés la semaine d’après ».

Tout a basculé quelques heures après le départ de René, à 14h25.

Lorsque Stéphanie Monfermé regagne le commissariat après avoir régularisé le disque de stationnement de son véhicule, elle est agressée par un homme qui s' »engouffre derrière elle dans le sas » d’entrée, a décrit dimanche le procureur national antiterroriste, Jean-François Ricard.

Radicalisation « peu contestable »

Il lui a alors porté deux coups de couteau « à l’abdomen et à la gorge », avec « une lame de 22 cm », a poursuivi le magistrat. Selon des témoins, l’assaillant a crié « Allah Akbar ».

La fonctionnaire, qui n’était pas armée, est décédée sur place malgré l’intervention des pompiers.

L’assaillant, abattu par un policier, a été identifié comme Jamel Gorchene, un Tunisien de 36 ans, à la radicalisation « peu contestable » et présentant « certains troubles de la personnalité », selon M. Ricard, qui a décrit l’attaque comme « la 17e action terroriste islamiste commise en France depuis 2014 contre les forces de l’ordre ».

Vendredi et samedi, quatre personnes ont été placées en garde à vue: le père de Jamel Gorchene, qui habitait avec lui à Rambouillet, un couple habitant dans le Val-de-Marne qui le domiciliait administrativement et un autre cousin. Dimanche, un autre de ses cousins a également été placé en garde à vue.

Le couple a été relâché dimanche en fin de journée « sans poursuite à ce stade », selon une source judiciaire.

Jamel Gorchene, chauffeur-livreur, était dépourvu de casier judiciaire et inconnu des services de renseignement et de la justice. Mais son mode opératoire correspond aux appels récurrents du groupe Etat islamique (EI) à s’attaquer aux forces de l’ordre.

Cette attaque a replacé la menace terroriste au sommet de l’agenda politique.

Un projet de loi qui entérine et renforce des mesures déjà expérimentées en matière de renseignement et d’antiterrorisme sera présenté dès mercredi par Gérald Darmanin en Conseil des ministres.

Fort de 19 articles, ce texte vise à conférer « un caractère permanent » aux mesures expérimentées dans le cadre de la loi sur la sécurité intérieure et la lutte contre le terrorisme (Silt), votée en octobre 2017 pour sortir de l’état d’urgence en vigueur après les attentats de 2015, explique-t-on au ministère de l’Intérieur.

« Du combat engagé contre le terrorisme islamiste, nous ne céderons rien », a tweeté vendredi Emmanuel Macron qui a rendu visite samedi à la famille de la victime, « très bouleversée et très digne » a déclaré l’Elysée.

 

Lire Plus

Les + Lus