Nous rejoindre sur les réseaux

Bassin de Thau

Frontignan : Cinq jeunes joueurs exclus de l’ASFAC après un essai au FC Sète

-

le

@LeSingulier

Fin mars, le FC Sète annonçait l’ouverture de classes football. Après avoir tenté leur chance, cinq jeunes de l’ASFAC ont reçu une lettre de leur club stipulant qu’ils ne pouvaient plus participer aux entraînements et aux matchs.

En partenariat avec quatre collèges de la ville, le FC Sète 34 a annoncé mettre en place des classes à horaire aménagées. Effectives dès la rentrée 2021, elles seront accessibles aux filles et aux garçons après des tests d’entrée. Pour ces détections, cinq jeunes du club Frontignanais ont décidé d’y participer afin d’intégrer ces classes foot pour continuer de progresser et rêver. Quelques jours après cette détection, ils ont tous reçu une lettre de l’ASFAC (Avenir Sportif Frontignan Athletic Club) stipulant qu’ils ne pouvaient plus participer aux entraînements et aux matchs.

Deux versions qui s’opposent 

Benjamin Caruso, responsable des jeunes à l’ASFAC revient sur cette décision : « Les enfants ont été contactés pour faire, un entraînement. On ne m’a absolument pas parlé de détection dans le cadre de classes foot. Nous les avons prévenus que cet entraînement n’était pas réalisable. Pour nous, il fallait attendre fin avril, la fin de la saison et après, ils étaient libres de faire comme bon leur semble. » Avant d’ajouter : « Les enfants n’ont pas été exclus, ils étaient conscients, car nous les avons informés que s’ils y allaient, ils ne feraient plus parti du club. Il faut respecter l’institution ASFAC. » 

Par ailleurs, une source, proche d’un jeune évincé du club affirme : « Pour la véracité des faits, il ne s’agit pas d’entraînement, mais bien d’une détection dans le cadre d’une classe foot, section qui n’est pas proposée par l’ASFAC. » Avant de conclure, « Nous n’avons pas le pouvoir d’influencer les clubs dans les choix des dates. De plus, cette classe foot impliquait un changement d’établissement scolaire, donc une certaine logistique à mettre en place qui aurait été compliquée si ces détections s’étaient déroulées plus tard. »

Une municipalité muette sur l’exclusion de ces enfants

La rivalité fait rage dans le football amateur et ces jeunes enfants généralement de bon niveau sont au coeur de bataille entre les clubs. Cette décision stricte et regrettable n’est pas un cas isolé. Ces enfants sont malheureusement trop souvent sanctionnés car ils sont prisonniers de leurs rêves. Les municipalités qui versent d’importantes subventions de fonctionnement à ces associations et qui jouent un rôle prépondérant semblent accepter ces dérives par clientélisme. Contactée par notre rédaction, la Ville de Frontignan n’a pas souhaité réagir concernant l’expulsion de ces enfants et semble valider par son mutisme ces expulsions renvoyant parents et enfants à une triste réalité.

Selon nos informations plusieurs enfants non retenu à cette détection se retrouve aujourd’hui sans club. « Les enfants sont tristes avec ces confinement à répétition et tous ces lieux fermés ou ils s’amusent habituellement. Maintenant que les beaux jours arrivent et que tout le monde va reprendre le sport, nos enfants n’ont plus le droit de s’amuser car ils ont voulu rêver. C’est triste », témoigne un parent d’un enfant expulsé.

Au-delà de ces conflits institutionnels, n’oublions pas les vrais sanctionnés de cette situation sont des enfants en quête de rêve. Des enfants qui demandent simplement plus de temps pour pratiquer leur passion. N’oublions pas qu’ils ont, eux aussi, à leur niveau, subi cette crise sanitaire. Depuis plus d’un an, les entraînements sont régulièrement interrompus, il y a très peu de matchs, et peu de stages de foot organisés… Aujourd’hui, ils ont la perspective d’intégrer les classes sportives mises en place par le FC Sète, un nouveau projet pour ces passionnés, une nouvelle perspective et de nouveaux objectifs. Ce nouveau projet leur permettrait de plus s’entraîner, à un niveau plus élevé, mais ils sont freinés dans cette démarche.

————————————————————————

Si vous avez des informations à nous communiquer, vous pouvez nous contacter à l’adresse enquete@lesinguliersete.fr – Si vous souhaitez adresser des documents en passant par une plateforme hautement sécurisée, vous pouvez vous connecter au site tipbox.is

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

 

1 Commentaire

1 Commentaire

  1. Barrois Franck

    27 avril 2021 at 11 h 44 min

    Lamentable… Il faudrait expliquer à M. Frountil les règles d’accord du participa passé…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bassin de Thau

Thau : L’éco-festival de la région dévoile sa programmation

-

le

Festival de Thau à Mèze

Le Festival de Thau, qui prône l’ouverture culturelle, la cohésion sociale et la protection de l’environnement revient dès le 21 mai 2021. Audrey Malaval, chargée de communication et des partenariats, en dit plus sur le caractère imprévisible de l’édition à venir.

Le Festival de Thau est le plus ancien du territoire. Depuis ses débuts, en 1991, son programme se concentre sur les musiques du monde. Orchestré par l’association Jazzamèze, il ouvre à la fois sur le monde et sur son patrimoine territorial. « Le festival se déroule dans une ambiance conviviale et familiale. Le public ne vient pas seulement assister à un concert mais profiter d’un cadre spacieux et consommer des produits locaux », explique Audrey Malaval.

Pour sa 31ème édition, le Festival de Thau bénéficie d’un préambule. Le 21 mai se tiendra la soirée de présentation du festival dans le jardin du château de Girard, à Mèze. Ensuite, le 11 juin, Walid Ben Selim et Marie-Marguerite Cano mêleront voix et harpe au musée gallo-romain Villa-Loupian. Le 16 juin, des dialogues poétiques sur fond de piano auront lieu au musée ethnographique de l’Étang de Thau, à Bouzigues. S’ensuivra une balade le long de la lagune, jusqu’à un mas ostréicole pour une dégustation commentée d’huîtres. Enfin, le duo de biologistes sonore Labotanique livreront une performance à la croisée de la conférence botanique et du concert, au Jardin antique de Balaruc-les-Bains le 24 juin.

Le festival se déroulera ensuite du 19 au 29 juillet. Suzanne, Trio Mademoiselle, Têtes Raides, HK, Gaël Faye et Ballaké Sissoko sont les têtes d’affiches de cette édition 2021 qui – espérons-le – marquera les retrouvailles entre le public et les artistes. « On ne sait pas trop dans quelles conditions se dérouleront les soirées du mois de juillet. On a mis en œuvre beaucoup de moyens pour s’adapter aux contraintes sanitaires. 2021 est une année risquée pour tous les acteurs culturels. On encourage donc le public à réserver ses places, puisqu’un remboursement sera instauré si le festival est annulé. On incite aussi ceux qui le souhaitent à rejoindre notre équipe de bénévoles, sans qui on n’existerait pas. En fonction des normes sanitaires en place d’ici là, on risque d’avoir besoin de beaucoup plus de bénévoles que les années précédentes », informe Madame Malaval.

Un festival engagé pour la planète

En plus d’être un évènement culturel emblématique, le Festival de Thau éduque et sensibilise au développement durable. Il planifie des éco-dialogues, des villages des rencontres, des débats et des projections. Ainsi, des personnalités et associations engagées viennent présenter leurs actions.

Festival connu pour ses engagements écoresponsables, il joue aujourd’hui un rôle d’exemple et de conseiller pour nombre de ses homologues. « Cet engagement est né dès le début du festival, dans les années 90. Nous organisions un festival dans un écosystème admirable et il était hors de question d’y nuire. » Chaque année, Jazzamèze se fixe de nouveaux objectifs environnementaux. En 2019, elle a supprimé toutes les bouteilles plastique du festival, invité les spectateurs à se munir de gourdes et fourni ses équipes. Cette année, le festival sensibilisera à la pollution aux mégots. « On va fournir des cendriers de poches et installer des colonnes pour qu’ils puissent être vidés. »

Cet engagement écologique a permis au Festival de Thau de devenir le seul d’Occitanie et un des rares en France à obtenir la certification ISO20201. « Cette norme rigoureuse garantie le management responsable des évènements. Ses vertus s’appliquent sur nos partenaires, prestataires et fournisseurs. En effet, on les questionne sur leurs propres engagements et pratiques. Ainsi, on les pousse à progresser et s’engager. »

En outre, l’équipe projette la création d’un label écoresponsable, en partenariat avec d’autres acteurs culturels de la région. « Ce label serait décerné aux festivals dea région engagés pour l’environnement. Son obtention sera à la portée de tous, pour motiver les acteurs à fournir des efforts. »

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Lire Plus

Occitanie

Sète : Sébastien Denaja est candidat pour les régionales sur la liste de Carole Delga

-

le

Sébastien Denaja

Sébastien Denaja est candidat pour les élections régionales sur la liste de Carole Delga. L’ancien député Sétois est actuellement en 3e position masculine pour la gauche Héraultaise, il est donc en position éligible. 

Sébastien Denaja explique les raisons qui l’ont amené à se positionner sur cette liste. « C’est d’abord le prolongement naturel de mon engagement, depuis toujours, pour Sète, le bassin de Thau, mais aussi pour l’Occitanie. En effet, lorsque j’étais député, j’étais responsable du groupe majoritaire et j’ai donc œuvré pour ce mariage, heureux, entre le Midi-Pyrénées et le Languedoc-Roussillon. L’autre raison de ma candidature est que je succède à mon ami André Lubrano, représentant du bassin de Thau au conseil régional depuis deux mandats. De par notre amitié, le passage de flambeau s’est fait très naturellement. »

Par ailleurs, l’ancien député ajoute : « C’est une relation d’amitié, de confiance et de travail que j’ai depuis une dizaine d’années maintenant avec Carole Delga. Il y a une confiance réciproque et pour ma part, j’ai beaucoup d’estime pour son volontarisme, sa niaque et les valeurs qu’elle porte. Ensuite, nous appartenons à la même famille politique, c’est donc à la fois un marqueur de sa confiance mais aussi celle de ma famille politique, le Parti socialiste. Un vote à l’unanimité a eu lieu au Conseil fédéral de l’Hérault qui a validé ma présence, c’est une confiance collective. »

Une campagne repensée

Le conseiller municipal d’opposition de Sète a expliqué : « Dès vendredi matin, on sera sur le marché de Sète, sur l’avenue Victor Hugo afin de distribuer un premier document. Évidemment, les contacts seront limités avec un respect très strict des gestes barrières. Par ailleurs, nous devrions mettre en place certaines mobilisations sur les réseaux sociaux. Mais la principale nouveauté réside dans la création d’une plateforme participative, l’Occitanie en commun, sur laquelle, nous avons recueilli des centaines de contributions citoyennes. Ainsi, jusqu’à la fin de semaine, les citoyens sont appelés à voter pour prioriser les propositions qu’ils jugent les plus pertinentes. C’est une belle manière de promouvoir la démocratie participative. »

Il a par la suite ajouté : « Cette démocratie participative permet d’associer les citoyens dans l’élaboration du projet régional. Les citoyens peuvent choisir et voter sur les propositions qui leur semblent prioritaires. Ainsi, notre programme sera principalement inspiré de ces initiatives citoyennes. Mais dans les grandes lignes, il faut répondre aux urgences économiques, sociales et sanitaires causées par la crise du Covid-19. Il faut accompagner les étudiants, les entreprises et les citoyens pour que tout le monde surmonte ces difficultés. Enfin, dans le même temps, nous devons préparer l’avenir et réarmer notre territoire sur le plan économique en relocalisant les emplois. »

Avant de conclure : « Un autre axe de notre programme sera de faire face aux grands défis du 21e siècle : la transition écologique et la transition numérique. Pour l’écologie, c’est ce que nous faisons déjà avec le port de Sète qui tend à être un exemple sur le plan environnemental avec l’électrification de quais, une flotte de véhicules 100 % électriques et bientôt la mise en service d’un bateau dépollueur des canaux. »

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Lire Plus

Sète

Sète – Politique : Cédric Delapierre (LR) quitte la majorité municipale et rejoint la liste de Jean-Paul Garraud (RN)

-

le

Cédric Delapierre conseiller municipal dans la majorité sétoise et secrétaire général du groupe LR au conseil régional Occitanie rejoint la liste de Jean-Paul Garraud (RN).

C’est une bombe politique. Même pas un an de mandat et déjà une démission pour la majorité municipale sétoise. Cédric Delapierre conseiller municipal à la Ville de Sète -en charge des finances et d’évaluation des politiques publiques- vient d’annoncer en début d’après-midi par mail à François Commeinhes son départ vers l’opposition en non inscrit. Selon nos informations, Cédric Delapierre sera présent sur la liste de Jean-Paul Garraud (RN) aux élections régionales.

C’est un coup dur pour François Commeinhes et sa majorité municipale. Fraichement élu délégué aux Républicains de la 7ème circonscription de l’Hérault, Cédric Delapierre ne semble plus en accord avec la politique menée par la majorité municipale soutenue par La République en Marche.

Le responsable de la communication de la Fédération LR de l’Hérault quitte donc Les Républicains et sera présent en numéro 3 sur la liste RN de l’Hérault pour les régionales. Le désormais conseiller municipal d’opposition sera aussi candidat aux départementales sur le canton de Mèze en binome avec le responsable locale du RN.

« J’acte aujourd’hui ma rupture avec les états-majors parisiens, certainement pas avec les militants et les électeurs« , explique t-il dans une longue tribune pour expliquer son départ vers la liste du Rassemblement National.

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Lire Plus

Les + Lus