Nous rejoindre sur les réseaux

Sports

C1: Zidane-Tuchel, les rois du rebond visent la finale

Article

le

c1:-zidane-tuchel,-les-rois-du-rebond-visent-la-finale

En décembre, l’un était annoncé partant et l’autre a été évincé du Paris SG: cinq mois plus tard, Zinédine Zidane et Thomas Tuchel s’affrontent mardi (21h00/19h00 GMT) en demi-finale de Ligue des champions pour un choc Real Madrid-Chelsea, deux des clubs dissidents de l’éphémère Super Ligue.

Entre Zidane, seul entraîneur à avoir remporté trois Ligues des champions consécutives (2016-2018) et Tuchel, en lice pour atteindre une deuxième finale d’affilée avec deux équipes différentes, l’affiche promet une partie d’échecs entre fins stratèges.

Mais c’est aussi un drôle de duel entre deux équipes qui ont, la semaine dernière, soutenu le projet controversé et rapidement avorté d’une compétition privée entre les clubs les plus riches, censée supplanter la Ligue des champions…

Zidane a remonté la pente

Comment Zidane a-t-il redressé la barre ? Début décembre, la « Maison blanche » faisait grise mine, menacée d’élimination dès la phase de poules de la C1 et au ralenti en Liga. Et d’après la presse, « ZZ » (48 ans) était alors proche de la sortie.

Risquait-il vraiment son poste ? « Je ne sais pas… Tout ce qui est passé, si j’étais sur le point de partir, de rester… Tout ça, on en parle toujours. Mais ça ne change rien », a balayé Zidane lundi en conférence de presse.

Depuis, le magicien français a réussi à transcender son équipe: voilà son Real en lice pour atteindre sa quatrième finale de C1 en cinq ans, et revenu à la lutte pour défendre son titre en Liga.

En s’appuyant sur de bonnes prestations en Ligue des champions, Zidane a fait taire les critiques et aplani les obstacles du calendrier et d’une infirmerie pleine à craquer.

Même si le capitaine Sergio Ramos et l’arrière gauche Ferland Mendy sont toujours convalescents, Zidane espère prolonger son incroyable série de 14 succès en 15 doubles confrontations éliminatoires en C1, avec l’aide de la superstar belge Eden Hazard, revenue de blessure juste à temps pour affronter son ancienne équipe de Chelsea.

Et tant pis si le Real a, entre-temps, écorné son image de club chéri de la « Coupe aux grandes oreilles » (13 sacres, un record), en se compromettant dans le projet de Super Ligue dissidente porté par le patron du club madrilène, Florentino Pérez.

Zidane, lui, est resté fidèle à son président, l’homme qui l’avait recruté comme joueur en 2001, avant de le lancer sur le banc merengue en 2016: il n’a pas pris position publiquement sur le sujet… malgré un avis lourd de sous-entendus lundi: « La Ligue des champions c’est quelque chose de spécial ».

Tuchel peut rééditer l’exploit

En face, Thomas Tuchel (47 ans), finaliste de la dernière Ligue des champions avec Paris puis évincé fin décembre, entend bien rééditer l’exploit avec Chelsea.

Depuis son arrivée sur le banc fin janvier en remplacement de Frank Lampard, les « Blues » ont retrouvé leur soif de victoires et une sacrée rigueur défensive: en 21 matches sous l’ère Tuchel, Chelsea a gardé sa cage inviolée 16 fois.

Comment ? En établissant une défense à trois centraux, notamment, et en faisant des choix tactiques forts.

Le club londonien a ainsi retrouvé une confiance et un mental de vainqueur qu’il avait perdus en début de saison: « Je suis sûr que personne ne veut jouer contre nous », avait lancé Tuchel avant le tirage au sort des quarts de finales.

Le technicien allemand a toutefois reconnu en conférence de presse ce week-end qu' »il n’y a rien de plus dur que de jouer contre le Real Madrid. C’est l’équipe qui a la plus grosse expérience dans cette compétition. Quand j’étais petit, je rêvais de jouer contre le Real Madrid ».

Pour Tuchel, le mois qui s’ouvre va conditionner la réussite de sa première saison londonienne, avec un enchaînement incroyable d’échéances: la demi-finale aller et retour contre le Real, la fin du championnat avec une 4e place qualificative pour la prochaine Ligue des champions à consolider, et la finale de la Coupe d’Angleterre contre Leicester le 15 mai.

Des rendez-vous cruciaux pour permettre aux « Blues » de se réconcilier avec leur supporters, qui ont bruyamment manifesté contre la Super Ligue, contribuant au renoncement des clubs anglais et à l’abandon du projet.

Sports

Rafael Nadal se prépare pour Roland-Garros et évoque ses adieux imminents à Barcelone

Article

le

Rafael Nadal se prépare pour Roland-Garros et évoque ses adieux imminents à Barcelone

Malgré sa défaite à Barcelone, Nadal reste concentré sur son objectif ultime : briller une dernière fois à Roland-Garros.

À quelques semaines de Roland-Garros, Rafael Nadal se prépare pour ce qui pourrait être son dernier tournoi majeur. Malgré sa défaite face à Alex De Minaur à Barcelone, Nadal estime avoir fait un pas en avant dans sa préparation pour le tournoi parisien.

Pour Nadal, Barcelone n’était pas l’endroit pour tout donner. Il réserve son énergie et sa détermination pour Roland-Garros, où il a établi un héritage légendaire. Il décrit son passage à Barcelone comme des « adieux », soulignant l’importance émotionnelle de ce tournoi où il a triomphé à douze reprises.

De retour sur le court après plus de trois mois d’absence, Nadal se concentre sur ses sensations et sa forme physique en vue de Roland-Garros. Il admet qu’il lui est difficile d’être compétitif sur de longs matchs pour l’instant, mais reste optimiste quant à sa progression.

Nadal reconnaît qu’il a encore du chemin à parcourir pour retrouver son meilleur niveau, mais il se sent plus fort après chaque séance d’entraînement. Son objectif est de se sentir plus à l’aise et mieux préparé pour affronter les défis à venir, notamment à Madrid la semaine prochaine.

À bientôt 38 ans, Nadal se prépare à affronter ce qui pourrait être sa dernière campagne à Roland-Garros. Malgré les défis physiques, il reste déterminé à briller sur la terre battue parisienne et à laisser une dernière empreinte indélébile dans l’histoire du tennis.

Lire Plus

Sports

C1: le PSG retrouve son rival barcelonais sous la menace terroriste

Article

le

C1: le PSG retrouve son rival barcelonais sous la menace terroriste

Le Paris Saint-Germain (PSG) se prépare à affronter Barcelone dans un contexte sécuritaire tendu, suite à des menaces terroristes, alors que les deux équipes se retrouvent en quart de finale de la Ligue des champions.

Le ministre de l’Intérieur français, Gérald Darmanin, a annoncé un renforcement considérable de la sécurité à Paris en réponse à des menaces du groupe jihadiste État islamique visant les matchs des quarts de finale de la compétition.

Malgré ce contexte sécuritaire, les joueurs du PSG restent concentrés sur le match. Danilo Pereira, défenseur du club, souligne l’importance de se focaliser sur le football malgré les mesures de sécurité renforcées.

Cette saison, le PSG affiche de bonnes performances, malgré les doutes liés aux départs de Neymar et Messi. Toujours en lice en Ligue des champions, en finale de la Coupe de France et en tête du classement de la Ligue 1, l’équipe se sent confiante. Les confrontations avec Barcelone suscitent toujours des passions chez les joueurs et les supporters.

L’entraîneur du PSG, Luis Enrique, ancien joueur et entraîneur du Barça, reconnaît l’importance de ces matchs. Surnommé le « socio culer », il avoue que son cœur reste attaché à Barcelone malgré son engagement envers Paris.

La rivalité entre les deux équipes a été renforcée depuis la « remontada » historique de Barcelone en 2017, où le PSG a subi une défaite retentissante. Depuis lors, les deux clubs se sont affrontés à plusieurs reprises, marquant ainsi une rivalité intense.

Malgré les départs de stars telles que Neymar et Messi du Barça vers le PSG, ainsi que celui d’Ousmane Dembélé, le match promet d’être disputé. Les deux équipes se battront pour la victoire dans un duel qui dépasse les simples enjeux sportifs.

Lire Plus

Sports

Football – EDF : Kolo Muani porte les bleus contre le Chili à Marseille

Article

le

Football - EDF : Kolo Muani porte les bleus contre le Chili à Marseille

Trois jours après leur défaite face à l’Allemagne, les Bleus ont retrouvé le chemin de la victoire en battant le Chili 3-2 à Marseille. Malgré une performance en dents de scie, l’équipe française a su rebondir grâce notamment à Randal Kolo Muani, auteur d’un but et d’une passe décisive, dans un match marqué par les blessures de Jonathan Clauss et d’Eduardo Camavinga.

L’équipe de France, remaniée depuis son dernier match, a connu un début difficile en encaissant un but dès les premières minutes du match. Cependant, elle a rapidement réagi avec des offensives plus abouties, permettant à Youssouf Fofana d’égaliser rapidement. Peu après, Randal Kolo Muani a donné l’avantage aux Bleus d’une tête bien placée.

Malgré quelques frayeurs, notamment avec un tir sur le poteau du gardien Mike Maignan, les Français ont su maintenir leur avance grâce à un but d’Olivier Giroud. Le Chili a réduit l’écart en marquant un deuxième but, mais la France a tenu bon jusqu’au coup de sifflet final.

Cette victoire permet à l’équipe de France de rebondir après sa défaite contre l’Allemagne et de regagner en confiance avant les prochaines échéances, notamment l’Euro de football qui débutera en juin.

Lire Plus

Les + Lus