Nous rejoindre sur les réseaux

France

Fourniret « en situation » dans les Ardennes, avec pour objectif de retrouver le corps d’Estelle Mouzin

Article

le

fourniret-« en-situation »-dans-les-ardennes,-avec-pour-objectif-de-retrouver-le-corps-d’estelle-mouzin

Michel Fourniret indiquera-t-il cette fois où il a enterré Estelle Mouzin, qu’il est accusé d’avoir séquestrée et tuée à neuf ans, en 2003? C’est l’enjeu de son déplacement entamé lundi dans les Ardennes avec son ex-épouse Monique Olivier, après des fouilles infructueuses dans la zone en juin. 

En fin d’après-midi, le convoi escortant le duo s’est rendu dans le cimetière de Montcy-Saint-Pierre, un site qui n’avait pas été fouillé en juin, dans un quartier de Charleville-Mézières et y est resté plus de deux heures, a constaté l’AFP. L’accès avait été barré par la gendarmerie et la presse confinée à quelques centaines de mètres. 

Le tueur en série et son ex-épouse y ont été acheminés après avoir été conduits dans un convoi de 21 véhicules de gendarmerie et militaires dans la maison où Monique Olivier affirme que son ex-époux a séquestré, violé et tué Estelle Mouzin. Les accès à la bâtisse, située dans la localité proche de Villes-sur-Lumes, avaient aussi été bouclés. 

L’ADN partiel d’Estelle Mouzin a été retrouvé à deux endroits sur un matelas saisi dans cette maison, un temps occupée par la sœur du criminel, et fouillée en juin en l’absence du tueur en série. 

L’objectif de la juge d’instruction Sabine Khéris, qui a repris les investigations en 2019 et obtenu les aveux du couple, est avec ce déplacement « de faire une mise en situation pour faire ressurgir des souvenirs », a indiqué lundi une source proche du dossier. 

Très « diminué »

Mais « tout dépendra bien sûr » de l’état de santé de Michel Fourniret « car il est diminué », a-t-elle expliqué. A 78 ans, ses déclarations alambiquées et son état neurologique compliquent la recherche. 

Selon cette source, « tout va se dérouler en conduite. La juge peut décider de se redéployer sur d’autres lieux en fonction de l’évolution des échanges ». « Rien n’est déterminé pour l’heure mais des moyens sont anticipés au cas où », avec le déploiement possible « d’archéologues et d’un géo radar ». Une tracto-pelle a aussi été convoyée à la gendarmerie de Charleville-Mézières. 

Le programme « pourrait s’étaler sur plusieurs jours », selon une source proche de l’enquête. L’ex-couple pourrait aussi être conduit au château du Sautou, propriété de 15 ha ayant appartenu à « l’ogre des Ardennes », non loin de Ville-sur-Lumes, également fouillé sans succès en juin.

Comme lors de cette opération, un important dispositif a été déployé, mobilisant notamment des enquêteurs de la section de recherche de Dijon en charge de l’enquête, des militaires de la 17ème RDP de Montauban, unité spécialisée en fouilles opérationnelles, et des experts de l’Institut de recherche criminelle de la gendarmerie. 

Implication « confirmée »

Les deux ex-époux avaient au préalable été confrontés, le 15 octobre, à Guermantes (Seine-et-Marne), sur les lieux de la disparition de la fillette à son retour de l’école le 9 janvier 2003. 

Là, Monique Olivier a confirmé « l’implication de Michel Fourniret dans la disparition d’Estelle », avait déclaré à la presse Me Didier Seban, avocat d’Eric Mouzin, le père de la fillette. 

Mis en examen en novembre 2019 pour « enlèvement et séquestration suivis de mort », Michel Fourniret avait fini par avouer en mars sa responsabilité dans l’affaire: « Je reconnais là un être qui n’est plus là par ma faute », avait-il déclaré à la juge.

Mais s’il avait estimé « pertinent » que le corps de la fillette puisse se trouver dans l’une de ses anciennes propriétés des Ardennes, il n’avait pas fourni plus d’éléments. 

En août, Monique Olivier, qui avait déjà accusé son ex-mari du meurtre de la fillette, a pour sa part été mise en examen, pour « complicité ».

Michel Fourniret a été déclaré coupable en 2008 des meurtres de sept jeunes femmes ou adolescentes entre 1987 et 2001 et condamné à la perpétuité incompressible, puis à nouveau condamné en 2018 pour un assassinat crapuleux. 

En février 2018, il a avoué avoir tué deux autres jeunes femmes dans l’Yonne: Marie-Angèle Domece, disparue en 1988 à 19 ans, et Joanna Parrish, 20 ans, retrouvée morte deux ans plus tard.

Click to comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

France

Retraites : 50 % de grévistes dans les écoles primaires, mardi

Article

le

Retraites : 50 % de grévistes dans les écoles primaires, mardi

La moitié des enseignants du premier degré (maternelle et élémentaire) devrait faire grève mardi 31 janvier, deuxième journée de mobilisation contre la réforme des retraites.

Le Snuipp-FSU, premier syndicat du primaire, a prévu ce lundi 30 janvier que la moitié des enseignants du premier degré seraient grévistes dans le cadre de la deuxième journée de mobilisation nationale contre la réforme des retraites, mardi 31 janvier.

« Il n’y a pas d’étonnement, on savait que nous n’irions pas jusqu’à 70 % comme lors de la première mobilisation [le 19 janvier, ndlr]. Mais 50 % reste un très bon chiffre qui montre qui le mouvement de contestation contre la réforme des retraites s’installe dans les écoles », a expliqué à l’AFP Guislaine David, secrétaire générale du Snuipp-FSU.

Lire Plus

France

Grèves: trafic «fortement perturbé» mardi sur les TGV, très peu de Transilien et TER

Article

le

Grèves: trafic «fortement perturbé» mardi sur les TGV, très peu de Transilien et TER

La circulation des trains sera « très fortement perturbée » mardi, pour la deuxième journée de mobilisation contre la réforme des retraites, en particulier pour les trains régionaux TER et Transilien, et sera « fortement perturbée » pour les TGV, a annoncé la SNCF.

La grève de mardi, deuxième journée de mobilisation contre la réforme des retraites, sera encore très suivie dans les transports ferroviaires, avec très peu de trains régionaux TER et Transilien et une circulation des TGV « fortement perturbée », a annoncé dimanche la SNCF.

Sur les TGV, la SNCF s’attend à voir circuler un train sur trois en moyenne : deux TGV sur cinq sur l’axe Nord, un sur deux dans l’Est comme dans le Sud-Est, un sur quatre sur l’arc Atlantique et deux sur cinq pour ses Ouigo. Sur les lignes province à province, seul un train sur trois circulera.

Le trafic des trains régionaux sera encore plus affecté avec deux TER sur 10 en moyenne. Un plan de transport sera communiqué ultérieurement par la SNCF dans chacune des régions.

En Ile-de-France, la SNCF prévoit un train sur trois sur les lignes de RER A, B, et les Transiliens H et U ; un train sur quatre sur la ligne de Transilien K ; et un train sur 10 pour les lignes de RER C et D (en partie fermées), le RER E, et les Transiliens J, L, N, P et R, selon un communiqué. Les lignes 4, 11 et 13 du tramway fonctionneront normalement.

Le trafic des Intercités sera également « très fortement perturbé » : aucun train ne circulera à l’exception d’un aller-retour sur les liaisons Paris-Clermont-Ferrand, Paris-Limoges-Toulouse et Bordeaux-Marseille. Les trains de nuit seront eux totalement interrompus les nuits de lundi à mardi et de mardi à mercredi.

Côté international, les trains connaîtront des sorts divers : la circulation des Eurostar et Thalys fonctionnera quasi normalement mais le trafic des TGV sera « fortement perturbé » entre la France et la Suisse (Lyria).

« Les prévisions sont globalement similaires » à celles de jeudi dernier, qui marquait la première journée de mobilisation, a indiqué la SNCF à l’AFP.

Dans son communiqué, SNCF voyageurs recommande aux voyageurs qui le peuvent « d’annuler ou reporter leurs déplacements » et de « privilégier le télétravail ».

Les usagers sont invités à « vérifier la circulation des trains » lundi dès 17H sur les sites et applications de la SNCF.

Lire Plus

France

Congrès du PS : la victoire d’Olivier Faure entérinée par le parti

Article

le

Congrès du PS : la victoire d’Olivier Faure entérinée par le parti

Le Parti socialiste a finalement trouvé un accord ce samedi après-midi, après plusieurs jours de contestations internes sur les résultats de l’élection du premier secrétaire du parti.

Soumis de 14 à 16 heures au vote des délégués du Congrès socialiste à Marseille, un protocole d’accord a finalement été entériné vers 15 heures ce samedi, confirmant la victoire d’Olivier Faure comme premier secrétaire du PS, à l’issue de plusieurs jours de contestations internes. Les 186 délégués ont à la quasi-unanimité brandi leur carton rouge validant l’accord entre les deux rivaux, portant sur la composition de la direction notamment. « Cette maison, vous venez encore, une fois de plus, de la sauver », a réagi au micro, sous les applaudissements, le maire de Marseille Benoît Payan, qui a dit « avoir eu peur ces derniers jours ».

Le texte détermine que son rival Nicolas Mayer-Rossignol, sceptique vis-à-vis de l’alliance de gauche Nupes et qui contestait jusqu’à présent sa victoire, deviendra premier secrétaire délégué au côté de la maire de Nantes pro-Faure Johanna Rolland. Hélène Geoffroy, chef de file des anti-Nupes, prendra la présidence du conseil national, le parlement du parti.

Le maire de Rouen a contesté pendant plusieurs jours la victoire du premier secrétaire sortant (avec officiellement 51,09 %). Nicolas Mayer-Rossignol ne cache pas ses réticences vis-à-vis de LFI et d’un accord qui a déçu beaucoup de socialistes.

Organigramme

À l’issue d’un premier vote sur le texte d’orientation, Olivier Faure avait obtenu 49 % des voix et le maire de Rouen autour de 30 %, devant une troisième candidate, la maire de Vaulx-en-Velin Hélène Geoffroy (autour de 20 %).

Les négociations se sont notamment débloquées lorsque cette dernière, qui n’avait pas pu se maintenir et avait décidé de soutenir Nicolas Mayer-Rossignol, a indiqué qu’elle ne souhaitait pas intégrer la direction, mais rester dans l’opposition. « Ils assument d’être la minorité, mais ne sont plus avec Nicolas Mayer-Rossignol, ce qui change la donne » et le rapport de force, explique une proche d’Olivier Faure.

Lire Plus

Les + Lus